Paracha Vayakhel
Prochaine fête : Pourim (dans 24 jours)
Contactez-nous
Projet dédié par un généreux donateur
Projet dédié par un généreux donateur
Respect des Parents

Respect des Parents

Le mot "Juif" vient du mot "Hodaa" (reconnaissance)

Mis en ligne le Lundi 14 Août 2017

Donnez votre avis sur cette vidéo

Nos Sages, de mémoire bénie, nous ont enseigné que ce trait de caractère qu’est la reconnaissance, ne se réduit pas seulement à notre relation avec notre prochain, mais elle se diffuse et se répand dans notre relation avec notre Créateur !

Quand un homme se montre reconnaissant des bienfaits que déverse sur lui le Maître du monde, il reconnaît que toute sa vie et tous les évènements ne dépendent que de Lui et, par cela, le rend redevable ! Il ressent l’obligation de répondre aux attentes de D.ieu à son égard, de suivre Ses directives, de se plier à Sa volonté.

Cependant, que va faire celui pour lequel ressentir cela est difficile ? En fait, il ne peut être reconnaissant si, conjointement, il ne se sent pas redevable. Il est obligatoire qu’il soit ingrat. Il va trouver toutes sortes d’excuses et d’arguments, le terrain devient fertile à toutes sortes de théories fondées sur l’ingratitude. Il préfère être un singe évolué, une créature sans but, qui vit dans un univers créé par une explosion cosmique, plutôt que de reconnaître le fait d’être redevable, et donc d’être dépendant du Créateur du monde et de se plier à Sa volonté !
 

Voici l’histoire d’un riche qui adopta un enfant très jeune, orphelin de père et de mère. Il l’éleva comme son fils, répondit à tous ses besoins généreusement et le combla de bienfaits. Le jeune garçon s’habitua au confort de cette situation et ne sut estimer comme il se devait l’ampleur de cette générosité. Parfois même, il la méprisait ou présentait des demandes excessives…

Un jour, un pauvre arriva chez le riche et demanda l’aumône. Le riche le prit en pitié. Il le fit entrer, lui donna à manger et un endroit pour dormir. A son départ, il lui remit de l’argent et des provisions pour la route. Ce pauvre n’en finissait plus de le remercier : pour chaque bouchée de nourriture, sa bouche se remplissait de bénédictions, à chaque action, pour chaque effort, des louanges et des remerciements.

La maîtresse de maison s’en rendit compte et en souffrit : pourquoi ce pauvre, qui n’a mangé et dormi qu’un seul jour chez nous, nous remercie et nous loue tant, alors que ce jeune garçon orphelin, pour lequel nous faisons tant d’efforts jour et nuit, ne se conduit pas avec nous avec le respect qui nous est dû ?   

Son mari lui dit : « Ne t’inquiète pas, dans quelques jours, tu verras que la situation va se renverser ! » Le riche se rendit auprès du jeune garçon et lui dit : « Tu sais que tu n’es pas notre vrai fils. Lorsque tu étais tout jeune, nous avons eu pitié de toi et t’avons amené chez nous. Cependant, à présent, nous commençons à vieillir, et nous voyons que, grâce à D.ieu, tu es capable de te débrouiller par tes propres moyens. S’il te plait, fais ta valise, prend la route et commence à construire ta vie par toi-même. »

Le jeune homme, consterné, ne savait que faire. Comme frappé par la foudre, il emballa quelques affaires, prit des provisions pour la route et partit. Il ne savait où se tourner, ni où aller. Il marcha longtemps, puis s’assit sur un banc. Il prit une petite collation et s’endormit. Un vent glacial le fouetta pendant la nuit, la peur et l’inquiétude le réveillèrent. Il erra ainsi un jour, puis deux, puis trois, le cœur plein de tristesse et d’inquiétude.

Et là, le riche vint à sa rencontre et lui dit : « Mon cher fils, je vois qu’il t’est difficile de te débrouiller seul. J’ai décidé de te ramener chez nous… » Le jeune garçon se réjouit, revint à la maison et ne tarit pas de louanges pour ce bienfait. A chaque morceau de nourriture qu’il avalait, sa bouche se remplissait de bénédictions et d’éloges. A chaque action en sa faveur, pour chaque effort, il le remerciait ! L’épouse du riche s’étonna, comment s’était produit ce renversement de situation ? Où était-il allé ces jours-ci ? Peut-être avait-il reçu un enseignement accéléré sur la notion de reconnaissance ?

Pourquoi sommes-nous appelés "Juif" (Yéhoudi, en hébreu) ? La racine de ce nom vient du mot "reconnaissance" (Hodaa, en hébreu), parce que le juif reconnaît et remercie le Créateur du monde pour tous Ses bienfaits infinis. Ceci est le fondement du judaïsme.
 

Voir la vidéo

Accès vidéo : C'est quoi ça, Papa ? (respect des parents, la base d'un Juif)

Inscription Torah-Box.com

Pour accéder à l'intégralité du site Torah-Box.com, inscrivez-vous gratuitement en moins d'une minute.

Torah-Box Magazine

Torah-Box Magazine n°66 - Ki-Tissa

Paracha de la semaine

Vayakhel

Allumage des bougies Allumage des bougies à Paris

Vendredi 1er Mars 2019 à 18:15 *
Sortie du Chabbath à 19:22 *
changer de ville
* Horaires données a titre indicatif,
vérifiez les horaires de votre communauté.

8 Divrei-Torah

sur Vayakhel

Prochaine fête

8 Divrei-Torah

sur Pourim

Haut de page