Contactez-nous
Célibataires

Célibataires

6 sujets à aborder en Chiddoukh !

Mis en ligne le Mardi 13 Février 2018

Je me souviens, il y a 7 ans, lorsque je partais pour mon premier Chidoukh, je n’étais pas loin de la décomposition. Qu’est-ce que j’aurais aimé qu’on me guide pas à pas et qu’on me dise de quoi parler exactement au début. Ça m’aurait évité pas mal d’angoisses, d’heures passées aux toilettes, et de crises avec mes parents. Je vous l’accorde, ils n’y étaient pour rien, mais il fallait bien que ça retombe sur quelqu’un... Je n’étais pas du style très bavarde, et, après la phrase rituelle d’introduction : « Salut ça va, tu as passé une bonne journée ? », j’étais bloquée. Chaque « blanc » me paraissait une éternité et chaque « au revoir » une véritable délivrance.

Si vous aussi, vous êtes en pleine période de Chidoukhim, ou si vous êtes les heureux parents d’une Kalla potentielle, ces conseils vous seront d’une grande utilité pour éviter l’ulcère à l’estomac avant chaque rencontre.

Voici quelques conseils pour savoir quels sujets aborder et de quelle manière les aborder lors des Chidoukhim.

  1. Pour les premières rencontres, restez très technique et superficielle. Ne rentrez pas en profondeur, ne parlez pas d’expériences personnelles qui en dévoileraient un peu trop sur vous. Parlez cursus scolaire, composition familiale, loisirs, mais ne parlez pas du lien délicat que vous avez avec votre père, ou des projets que vous souhaitez mener avec votre futur époux. Vous ne savez pas si cette personne sera votre futur conjoint, il ne sert à rien de le faire entrer dans votre jardin secret, vous risqueriez de vous sentir trahie et déçue si le Chidoukh n’aboutit pas à un mariage. En s’ouvrant, on s’attache à la personne. Ce n’est pas à propos, pas au début.

  2. Si le Chidoukh avance comme il faut, vous pouvez enlever une épaisseur de protection et lui raconter quelques anecdotes qui vous tiennent à cœur. Voyez s’il y prend part et observez sa réaction. Eprouve-t-il de la compassion lorsque vous lui racontez que vous avez perdu votre animal de compagnie à l’âge de 6 ans ? S’identifie-t-il à vos histoires ? Voyez si ça évoque chez lui un souvenir similaire, et si, lui aussi, grâce à ce stratagème, réussit à s’ouvrir, c’est tout bénéf.

  3. Lorsque vous tenez un sujet d’intérêt commun, ne le lâchez pas, creusez. Vous parlerez avec passion et joie partagée, la personne en face ne déploiera aucun effort surhumain pour vous écouter, ça se fera naturellement, rien de plus agréable. Le temps passera très vite à ce moment-là. Cela tissera forcément des liens, puisque vous parlerez le même langage, mais chacun avec sa propre expérience, son propre vécu. C’est le moment où chacun peut apporter sa pierre à un édifice commun (l’idée de base du mariage en somme).

  4. Règle d’or : préférez répondre « je ne sais pas » à une question de sa part, que d’inventer une réponse tirée à quatre épingles qui ne jouera pas forcément en votre faveur. Soyez honnête. Vous avez en face de vous votre mari ou femme potentiel(le), ce n’est pas le moment de jouer un rôle.

  5. Le silence ne veut pas dire que vous avez échoué. Certaines personnes peuvent parler pendant des heures sans s’arrêter une seconde, d’autres sont moins bavardes, certaines sont grandes, d’autres sont petites, il faut accepter nos différences et ne pas paniquer si, de temps en temps, vous entendez les mouches voler. Restez détendue, pensez à un autre sujet qui pourrait rompre le silence et faire redémarrer la conversation de façon intelligente et pensée, ne lancez pas n’importe quoi au hasard qui pourrait créer un malaise bien plus important que celui créé par le silence.

  6. Enfin, une conversation ne se limite pas à la parole, elle peut s’exprimer de différentes façons. Les yeux peuvent se parler, les sourires communiquent également. Vous n’avez pas besoin de parler pendant des heures de sujets profonds sur « comment refaire le monde », soyez naturels, riez si une occasion se présente, improvisez un jeu si le cœur vous en dit et que vous êtes à court de conversation. Le plus important est que vous profitiez de chacun de ces instants avec légèreté et reconnaissance. Ce sont de beaux moments où vous apprenez à vous découvrir de façon pure et sincère, ne les gâchez pas à cause d’une pression qui n’a pas lieu d’être.
Myriam H. - © Torah-Box
Formation au Mariage

Paracha de la semaine

Béhaalotékha

Allumage des bougies Allumage des bougies à Paris

Vendredi 1er Juin 2018 à 21:27 *
Sortie du Chabbath à 22:50 *
changer de ville
* Horaires données a titre indicatif,
vérifiez les horaires de votre communauté.
Haut de page