Contactez-nous

Face aux événements actuels, je suis paniquée !

Mis en ligne le Lundi 1er Août 2016
La question de Anonyme

Kvod Harav,

Voilà, depuis ces derniers temps, je suis bouleversée avec ce qui se passe en Israël et en Europe.

J'ai tout le temps peur et je n'arrive pas a trouver la sérénité.

Aussi, on entend souvent dire que le Machia'h arrive et qu'on est en train de vivre la guerre de Gog Oumagog.

Bien que ce soit un grand manque d'Emouna de paniquer, je n'arrive pas à me rassurer.

Pourriez-vous me donner quelques conseils pour que je puisse retrouver mon calme intérieur ?

Merci.

La réponse de Rav Mordehai BITTON
Rav Mordehai BITTON
185 réponses

Chalom,

Que D.ieu vous bénisse et éloigne de vous et de l'ensemble du peuple juif les pas de ceux qui se lèvent pour nous assaillir et nous causer dommage.

Le Pélé Yoets du Rav Eliezer Papo évoque la peur dans l'un de ses conseils.

Il dit la chose suivante :

Si la chose que l'on craint a déjà été décidée en haut, la crainte n'empêchera pas la volonté divine de se réaliser, et si cette chose n'a pas été décidée, la peur peut l'amener jusqu'à celui ou celle qui en a peur.

Comprenez que notre esprit crée des mondes et des réalités ! Si je veux faire une Mitsva et que j'en ai été empêché par des circonstances extérieures à ma volonté, c'est comme si je l'avais réalisée, car en intensité et en intention, donc en représentation intellectuelle et mentale, j'ai créé une réalité qui suffit, dans ce cas, à dire qu'une réalité est belle et bien née. Il en va de même pour une pensée fautive; elle est plus "dure" que la faute elle-même, car elle véhicule une volonté d'une force telle qu'elle s'impose à celui ou celle qui la cogite comme une réalité.

"Comment puis-je aller prier alors que pendant une heure j'ai imaginé comment je vais faire telle ou telle 'Avéra ?" Celui ou celle qui se pose ce genre de question n'a pas fauté, mais il a créé un désir qui s'incarne dans son monde sous la forme d'un empêchement ou même d'une impossibilité de faire la Mitsva.

N'ayez pas peur ! Ayez seulement le désir de voir chaque juif en forme et en bonne santé. Ce désir s'appelle chez nous Téhilim, prière, Tsédaka et actions de 'Hessed. Cette plongée dans l'action et la cogitation qui accompagne les prières va vous aider à focaliser votre attention sur des schémas positifs.

Vous pouvez aussi acheter des livres sur le Beth Hamikdach (avec des images) et vous laisser aller à imaginer ce que sera l'ivresse du bonheur lorsque le Machia'h sera là et que nous pourrons enfin nous réjouir lors des fêtes.

Bon courage.

Mékorot / Sources : Pélé Yoets.
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Mordehai BITTON
Haut de page