Paracha Vaye'hi
Contactez-nous
Projet dédié par un généreux donateur
Projet dédié par un généreux donateur

'Hol Hamoèd : travaux permis et interdits

Rédigé le Mercredi 1er Avril 2015
La question de Nathan B.

Chalom Rav,

Je voulais juste savoir SVP quels sont en bref les halakhot de 'Hol Hamoèd , qu'est-ce qui est permis, interdit et dans quels cas.

Merci beaucoup et Kol Touv

La réponse de Binyamin BENHAMOU
Binyamin BENHAMOU
1205 réponses

Chalom Nathan,

Votre question étant vaste, je vous fait profiter de ce qui est écrit dans le livre "Lois & Récits de Pessah" (valable aussi pour Souccot) aux Editions Torah-Box :
 

Rabbi Abba Bar Mamal dit : « Si j'avais trouvé quelqu'un de mon avis, j'aurais permis les travaux pendant ‘Hol Hamoed, car toute la raison de l'interdiction, est que l’on puisse manger, boire et qu'on s’occupe de la Torah, mais en réalité, ils mangent et boivent et font des bêtises ».

De là, on voit que l'interdiction de l'amusement et des pensées légères, les jours de ‘Hol Hamoed, est plus grave que celle de faire des travaux, étant donné que tout le but de la Torah pendant la demi-fête réside dans l'attachement à D.ieu et dans Sa sainte Torah.

Choses qui entraînent une perte : il est interdit de faire un travail pendant ‘Hol Hamoed sauf pour une chose qui dépérit, c'est-à-dire que si on ne fait pas ce travail on peut arriver à une perte, par exemple :

Les besoins du corps : tout travail qui est une nécessité du corps pourra être accompli pendant Hol Hamoed, même s'il nécessite un grand dérangement et même s’il est accompli par un spécialiste.

Par conséquent, il est permis pendant la mi-fête de réparer un réfrigérateur électrique, les feux du gaz, un four de cuisine, le robinet d'eau de la cuisine et autres choses semblables.

Il sera permis à l'ouvrier de recevoir un salaire entier pour ce travail s'il n’y a pas d'ouvrier qui fasse ces travaux gratuitement.

Des conserves : il est interdit d'en faire sauf si on peut en consommer pendant la mi-fête. Mais si elles ne sont pas consommables pendant ‘Hol Hamoed, ce sera interdit. S'il y a un risque qu'un mets pourrisse ou se détériore s’il n’est pas mis en conserve pendant cette période alors, il sera permis de le mettre en conserve puisqu'il s'agit d'une chose qui peut causer une perte.

Taille de la barbe et des cheveux : on ne se rase pas et on ne se taille pas les cheveux pendant ‘Hol Hamoed même si cela n’avait pas été possible de le faire la veille de la fête.

Même le "Mohel", le père du nouveau-né et le "Sandak" ne sont pas autorisés à le faire. Mais arranger la moustache est autorisé à tous.

Si une personne s’est rasée la veille de la fête, elle ne pourra pas le faire pendant la demi-fête, même si elle a l'habitude de se raser chaque jour.

Une personne qui sort de prison pendant la demi-fête pourra se couper les cheveux et se raser, même si elle aurait pu le faire déjà avant la fête, dans la mesure où une telle personne n'est pas d'humeur à se couper les cheveux lorsqu’elle se trouve en prison.

Un endeuillé de son père ou sa mère, dont les trente jours de deuil se sont achevés pendant la fête, et qu'on a pressé de se couper les cheveux, sera autorisé à le faire et il pourra même demander à une autre personne de le "réprimander et le presser"de couper sa chevelure.

Taille des ongles : elle est permise pendant ‘Hol Hamoed. La coutume achkénaze ne le permet pas.

Lunettes qui se sont cassées pendant la fête : il est permis de les faire réparer même par un spécialiste.

Couture et repassage : une personne qui a besoin de coudre son habit pendant ‘Hol Hamoed, et qui n'est pas un professionnel dans ce domaine pourra coudre. De même, il sera permis de repasser pendant ‘Hol Hamoed.

Voiture : on ne répare pas une voiture si cela exige le travail d'un spécialiste même si on a l'intention de transporter une chose nécessaire, tant que cela peut être fait d’une autre manière. Par contre, une réparation n'exigeant pas de connaissance spéciale sera permise.

Un travailleur qui risque d'être licencié de son travail s'il n’y assure pas sa présence est autorisé à continuer à travailler, dans la mesure où il ne peut recevoir de congés sur le compte du congé annuel qui lui revient de droit. Il est certain que c'est considéré comme quelque chose qui entraîne une perte.

Le patron d'une affaire qui emploie des employés fixes, s'il est obligé de leur verser intégralement leur salaire lorsqu’ils ne sont pas occupés, pourra alors leur demander de venir travailler. Ils s'efforceront autant que possible de travailler sans trop faire de bruit.

Magasin : les épiciers, les marchands de fruits et légumes ont le droit d'ouvrir leurs magasins, car il est évident que l'on doit acheter des aliments pour les besoins de la fête, étant donné que certains produits tels que les produits laitiers et les légumes ne peuvent tenir indéfiniment. La vente se fera sans publicité.

Si le magasin est ouvert sur la rue, on ouvrira une porte et la seconde restera fermée pour éviter qu'on ne le soupçonne de vendre pour les jours de semaine.

De toute manière, la veille du septième jour de Pessah, il sera permis de vendre ouvertement en l'honneur de la fête.

Lessive : il est interdit de laver les habits, même pour les besoins de la fête. Quant aux serviettes de toilette, il est permis de les laver de même que le linge des jeunes enfants, étant donné que c’est un fait établi qu'ils se salissent toujours plus que les adultes.

Il n'est pas permis d'ajouter, par la même occasion, les vêtements d'adultes dans la machine à laver.

De nos jours, où l'on change quotidiennement les bas et le linge de corps, si une personne n'a pas de quoi se changer, il lui sera alors permis de laver à la machine.

Si un vêtement s'est taché, il est permis d'enlever la tache au moyen d'un détachant. Cela n'entre pas dans la définition de faire la lessive.

Cirage : il est permis de cirer des chaussures pendant ‘Hol Hamoed, car cela ne ressemble pas à laver du linge.

Appareil photo : il est permis de photographier pendant la mi-fête, mais on ne développera les photos qu'après la fête.

Utilisation des services d'un non-juif : si un travail est interdit durant la mi-fête, il est interdit de demander à un non-juif de le faire.

Cependant, si on n'a pas respecté cela, les Sages n'ont pas interdit de tirer profit de l'acte accompli par le non-juif, même pendant la mi-fête.

Ecrire : notre simple écriture habituelle (celle pour laquelle nous n’avons pas besoin qu'elle soit spécialement soignée et ordonnée) est permise tant qu'elle est un besoin de la fête.

De même, il est permis d'écrire une lettre à un ami contenant des nouveaux enseignements en Torah, soit en étant soi-même auteur, soit en les ayant entendus de la bouche d'un autre, car si on ne les écrit pas, ils risquent d'être oubliés.

Ainsi, ils sont considérés comme une chose pouvant entraîner une perte, car même si l'on répète l’enseignement plusieurs fois, le risque d'oubli existe encore. Il est donc permis de les écrire à main, à la machine à écrire ou à l'ordinateur.

Passez d'excellentes fêtes dans la joie ! 

Soyez le premier à commenter cette réponse Binyamin BENHAMOU
Haut de page