Je fais du 'Hessed à mon détriment !

Rédigé le Mardi 3 Novembre 2015
La question de Anonyme

Bonjour,

Je suis une personne qui donne constamment, même si cela dépasse mes capacités. Je n'arrive pas à dire "non", surtout que chaque fois je me dis que la Torah prône la Middat Ha'hessed, du coup, chaque fois qu'une personne me demande un service ou que je suis confrontée à quelque chose, je me dis qu'est-ce que la Torah attend face à cette situation, et j'agis en fonction, même si parfois je n'ai pas les forces physiques ou morales pour le faire.

Plusieurs personnes de mon entourage et de mes proches m'ont plusieurs fois fait remarquer que cela n'est pas bon pour moi.

De plus, je ressens moi-même que cela n'est pas bien de le faire, puisque ce 'Hessed ne provient pas d'un réel travail, mais plutôt du fait que j'ai besoin que les gens me remercient et reconnaissent que ce que je fais est bien etc., donc même si le résultat sera peut-être une Mitsva, le fond n'est pas totalement bon puisque je le fais soit parce que j'ai de la peine pour l'autre, soit parce que j'ai besoin que les autres me remercient.

Je ressens qu'il faut que je me travaille absolument là-dessus, mais la question est comment ?

Etant donné que très souvent les Rabbanith sont un exemple de 'Hessed pour nous, cela me fait pencher vers le fait de faire du 'Hessed, mais s'il est fait dans ce but, je pense qu'il n'est pas réellement bien.

J'ai donc besoin de conseil.

On m'a déjà dit qu'il ne faut pas aller plus loin que ce que je peux faire (pas dépasser mes limites), mais comment savoir ?

J'aimerais tellement réussir à donner avec joie et avec le cœur entier !!

Si vous pouvez me donner des conseils, je vous en serais extrêmement reconnaissante...

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
25725 réponses

Bonjour,

Le 'Hessed : c'est quoi ?

Nous avons le devoir de suivre les voies d'Hachem en témoignant de la bienveillance envers ceux qui en ont besoin, d'une manière illimitée, et même si ce n'est pas toujours bien mérité. Voir Dévarim, chapitre 11, verset 22, ainsi que le commentaire de Rachi.

Le comportement et l'histoire de Ra'hel Iménou nous ont prouvé et démontré que la gentillesse et la bonté n'ont pas de limite.

C'est grâce à elle et à son action de bonté que le peuple juif est aujourd'hui existant. Voir Jérémie, chapitre 31, versets 15-16.

En effet, nous avons le devoir et la Mitsva de suivre les chemins d'Hachem et de faire le bien sans retenue aucune.

Bien entendu, c'est uniquement si la personne est en mesure de le supporter.

Chacun à son niveau, chacun selon sa sensibilité, et chacun selon ses convictions.

Il ne faut surtout pas oublier un point d'une importance majeure : la gentillesse et le 'Hessed doivent en toute circonstance être vus à la lueur de la Halakha.

La bonté peut couler dans nos veines, mais il est indispensable de s'en remettre, tout d'abord, à la loi figurant dans le Talmud et les écrits de nos maîtres, les décisionnaires.

1. Le 'Hessed est l'un des trois piliers du monde. Voir Michna Avot, chapitre 1, Michna 2.

Sans 'Hessed, le monde s'écroule.

2. Il est possible de faire du 'Hessed avec son argent, des effets personnels, ses membres, ou sa parole.

3. Le fait même de montrer du doigt, à une personne, la direction à prendre pour rejoindre sa destination est une action de 'Hessed.

4. D'une manière générale, toute action permettant à son prochain de se sentir bien ou lui apportant une certaine satisfaction est une action de 'Hessed. Sourire à quelqu'un est une action de 'Hessed, lui prêter un objet, lui fournir un renseignement, lui donner un conseil, lui dire une parole réconfortante, etc.

5. Nos Sages disent : la récompense pour le 'Hessed est tellement grande que, dans ce monde, il est possible d'en être récompensé. Mais l'essentiel est mis en réserve pour le monde futur. Pour les autres Mitsvot, c'est uniquement dans le monde futur que l'on jouira de la récompense. Voir Michna Péa, chapitre 1, Michna 1.

6. Ceux qui s'investissent dans le 'Hessed et l'étude de la Torah, seront épargnés des souffrances que le monde connaîtra à l'époque de Machia'h.

Voir Talmud Sanhédrin 98b.

7. L'invitation de personnes nécessiteuses est également une forme de 'Hessed. Qu'il s'agisse d'un besoin matériel ou spirituel. Voir Talmud Chabbath 127a.

Le 'Hessed : combien ?

Le 'Hessed, plus on en fait, plus cela est appréciable, louable et méritoire.

Que personne ne vous dise le contraire.

D'autre part, il faut savoir qu'une Mitsva accomplie avec difficulté en vaut cent accomplies avec aisance. Voir Pirké Avot, chapitre 5, Michna 23 et Avot Dérabbi Nathan, chapitre 3, passage "Rabbi Dostaï...".

Le 'Hessed : comment ?

Vous écrivez :

"De plus, je ressens moi-même que cela n'est pas bien de le faire, puisque ce 'Hessed ne provient pas d'un réel travail, mais plutôt du fait que j'ai besoin que les gens me remercient et reconnaissent que ce que je fais est bien etc., donc même si le résultat sera peut-être une Mitsva, le fond n'est pas totalement bon puisque je le fais soit parce que j'ai de la peine pour l'autre, soit parce que j'ai besoin que les autres me remercient."

Réponse : Vos pensées ne doivent en aucun cas vous empêcher de faire le 'Hessed comme vous l'entendez. Voir Talmud Pessa'him 50b, Talmud Sota 22b et 47a, et Sanhédrin 105b.

Poursuivez sur cette voie !!! Le jour viendra où vous ne ressentirez plus le besoin d'avoir les pensées en question.

Le 'Hessed : quand ?

Cependant, avant de penser aux autres, il faut penser à soi-même.

Si vous êtes mariée, vous avez le devoir et l'obligation de faire le 'Hessed d'un commun accord avec votre mari, et, bien entendu, si cela ne porte pas préjudice à l'éducation des enfants et à l'attention qu'il faut leur porter. Voir Talmud Baba Métsia 62b.

La maman et la femme ont des responsabilités et des obligations qui leur incombent. Tant qu'elles ne s'en sont pas acquittées, elles ne sont pas soumises à l'obligation du 'Hessed.

Il y a de très nombreux autres détails, mais dans le cadre de cette réponse, il ne m'est pas aisé de les fournir tous.

Le 'Hafets 'Haïm a écrit un ouvrage à ce sujet : Ahavat 'Hessed.

Je pense qu'il a été traduit en français. Contactez les différentes librairies juives que vous connaissez.

Torah-Box a édité un ouvrage excellent à ce sujet : Michpeté Hachalom.

Si vous lisez ces ouvrages, vous aurez sûrement des éléments de réponse à votre question.

Ci-dessous, quelques adresses pour des renseignements concernant l'ouvrage du 'Hafets 'Haïm.

- Kol Yéhouda - 132 rue Saint Maur 75011 Paris : 01.43.57.16.86

- Beth Hassofer - 143 rue Manin 75019 Paris : 01.48.03.50.40

- Beth Hassofer - 52 rue Richer 75009 Paris : 01.55.33.16.33

- Kol Yéhouda - 70 rue Petit - 75019 Paris : 01.44.84.04.47

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN