c Question au Rav : Mes filles se sont frappées !

Mes filles se sont frappées !

Rédigé le Mardi 23 Février 2021
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J'ai un petit soucis et je souhaiterais savoir ce que disent les textes sur la violence physique et morale fraternelle (entre sœurs).

Mes deux filles d'une fratrie de quatre enfants se sont disputées et en sont venues aux mains...

La réponse de Rav Emmanuel BOUKOBZA
Rav Emmanuel BOUKOBZA
287 réponses

Chalom,

Les relations fraternelles ne sont pas toujours évidentes à gérer pour les parents, même lorsqu'il s'agit de grands personnages. Nous en avons un exemple connu avec la vente de Yossef par ses frères, qui étaient tous pourtant d'éminents Tsadikim. Les frères de Yossef étaient les enfants de Yaacov Avinou et constituaient donc avec Yossef rien moins que les douze tribus d'Israël. Il est bien évident que ces douze frères étaient des gens extrêmement élevés et qu'il nous est difficile à notre niveau de saisir réellement les motivations profondes ainsi que les nuances et les subtilités de leur comportement. Cependant, étant donné qu'il s'agit d'un récit qui est rapporté par la Torah et que la Torah n'est pas un livre d'histoire mais un recueil d'enseignements destinés à nous guider dans la vie, il nous est permis et c'est même un devoir d'en tirer les leçons qui nous permettront d'améliorer nos agissements et nos manières d'être.Les frères de Yossef éprouvaient de la jalousie pour leur frère, du fait de la préférence affichée de leur père Ya'acov pour leur jeune frère, comme la Torah en témoigne : "Ses frères le jalousèrent" (Béréchit 37,11). Cependant, il faut savoir que les frères de Yossef ne se rendaient pas compte qu'ils éprouvaient de la jalousie vis à vis de leur jeune frère. S'ils s'en étaient rendus compte, ils auraient immédiatement fait Téchouva du fait de leur grandeur spirituelle.

La Torah attendait des frères de Yossef, du fait même de leur grandeur, qu'ils surmontent leur jalousie. Ils devaient en effet comprendre qu'il s'agissait d'une mise à l'épreuve venant d'Hachem. Il leur aurait fallu accepter la grandeur de leur jeune frère, à l'image du comportement d'Aharon Hacohen, bien des années plus tard, qui acceptera la grandeur de son jeune frère Moché, choisi pour délivrer le peuple juif, ainsi que la Torah en témoigne : "Il vient à ta rencontre ; il te verra et se réjouira en son cœur" (Chémot 4,14).

Comme nous pouvons le voir des différents épisodes que je vous ai cités, la jalousie est au cœur du problème des relations fraternelles : les disputes verbales et physiques trouvent leur source dans ce trait de caractère qu'il faut impérativement corriger. Il est nécessaire que vous preniez chacun de vos enfants à part et que vous leur expliquiez combien ils sont chers à vos yeux ; vous devez également leur faire prendre conscience des qualités particulières qu'ils possèdent et qui ne sont l'apanage d'aucun de leurs frères. En même temps, vous devez leur faire prendre conscience que toutes les qualités qu'ils possèdent sont un don d'Hachem. Il leur faut donc, d'une part, remercier Hachem pour ces qualités, et, d'autre part, ne pas jalouser leurs frères et sœurs pour leurs qualités, dans la mesure où ces qualités viennent d'Hachem.

Ne vous imaginez pas qu'une seule conversation résoudra le problème ; il s'agit d'un processus de longue haleine. Pour augmenter vos chance de réussite, il serait bon que vous lisiez les livres suivants de Rav Chalom Arrouch : "Le jardin de la foi" et "Les portiques du remerciement".

En même temps que vos lectures et votre travail d'explication envers vos enfants, il faudra vous tourner vers Hachem et Lui demander dans votre langue maternelle de vous aider dans votre démarche pédagogique ainsi que de sensibiliser le cœur de vos enfants à la Emouna, la foi en D.ieu, qui est la clé de toutes les bonnes Middot (traits de caractère).

En vous souhaitant beaucoup de réussite et d'aide du Ciel dans ce travail de longue haleine !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BOUKOBZA