Contactez-nous

28 Février 2018 - 13 Adar 5778

Zmanim Paris

Aube - Alot haCha'har06:02
Début mise des Téfilines et Chéma06:33
Lever du soleil - Nets ha'Hama07:35
Fin du 1er Zman du Chéma (Maguen Avraham)09:32
Fin du 2ème Zman du Chéma (Gaon de Vilna)10:19
Fin 1er Zman de la Téfila10:43
Fin 2ème Zman de la Téfila11:13
Mi-journée - 'Hatsot13:03
Min'ha Guédola13:33
Min'ha Kétana16:16
Plag Hamin'ha17:24
Coucher du soleil - Chkiya18:32
Apparition des étoiles - Tstèt haKokhavim19:17
Nuit selon Rabbénou Tam20:06
Mi-nuit - 'Hatsot halayla01:03

Daf Hayomi

Michna Yomit

Yebamot 9-4

Hiloulot du jour

  • Rav Moché Feinstein

Limoud au féminin

Etude n°269

Histoire Juive

28-02-1887
La Roumanie exclut les Juifs de la fonction publique (et du Commerce du Tabac).

Moussar du Jour - 13 Adar

A l’approche de la fête de Pourim, il convient non seulement de se préparer avec sa famille et de veiller à vivre dans la simh’a et la diffuser, mais aussi de se soucier de nos prochains et s’ouvrir à eux pour leur donner de la simh’a.

Tout d’abord, nous devons nous soucier des plus démunis qui n’ont peut-être pas les moyens financiers de préparer la fête comme il se doit. Aussi, la Torah nous enjoint de donner de la tsedaka à deux pauvres (matanot la evyonim), et, dans la mesure du possible, une tsedaka généreuse afin de vraiment les réjouir.

De même, nous devons adresser des cadeaux (michloah’ manot) à des amis, notamment afin de renforcer l’amour entre les Bnei Israël, la fraternité et bien sûr la joie.

Enfin, la présence d’invités lors du festin de Pourim est comme toujours une grande mitsva et une marque supplémentaire de sollicitude envers ceux qui pourraient être seuls.

C’est ainsi qu’en nous ouvrant à autrui, durant Pourim, nous augmentons non seulement leur joie mais aussi la-nôtre car le sentiment de faire du bien est une grande source d’épanouissement personnel. [Jerome Touboul]

Haut de page