Contactez-nous

Comment soigner l'homosexualité ?

Mis en ligne le Jeudi 27 Avril 2017
La question de Pierre P.

Bonjour,

J'aimerais savoir comment guérir de l'homosexualité ?

La réponse de Rav Mordehai BITTON
Rav Mordehai BITTON
185 réponses

Chalom,

Il convient de commencer par poser ce qu'est cette "maladie" que l'on nomme homosexualité.

Il s'agit d'un transfert du désir et d'affectivité nécessitant la présence et la participation de l'autre, retourné vers soi-même. La pulsion sexuelle est une force "immense", infinie. Elle recèle, exprime, et permet l'aboutissement de forces quasiment illimitées. Lorsque cette force, et les pulsions qui l'accompagnent, ne peuvent être dirigées dans la direction de l'épanouissement et dans celle de la reproduction, l'individu la retourne vers/contre lui.

"Contre", car l'homosexualité coïncide toujours avec une certaine morbidité, c'est-à-dire une manière de tourner l'exercice du désir vers des pratiques destructrices, ou à tout le moins, de dénégation de soi-même (l'homme se déguise en femme, en bourreau, en victime, en autre chose que ce qu'il est, c'est-à-dire un être humain masculin, doté d'une âme et porteur du Tsélem Elokim, les forces spirituelles divines)/

"Vers", car le sujet devient le centre de son désir. Il instrumentalise la relation et l'autre, pour assouvir son désir de faire semblant d'être (une femme, une victime, un bourreau, un homme fantasmé, une femme reconstruite etc. etc.).

La guérison passe donc par une psychothérapie de longue durée qui permet de tracer le pourquoi de l'apparition de ces symboliques de substitution (à l'homme masculin, s'est substitué un autre être, féminin, masculin travesti, nié etc. etc.), la cause de cette apparition et ses différentes formes.

Dans le même temps, il faut beaucoup prier, énormémént étudier, et faire beaucoup de Tsédaka. Il faut également pleurer dans sa Téfila afin de demander à Hachem son aide.

Enfin, il faudra dans la préparation au mariage, et dans son vécu, être accompagné et aidé par de vrais spécialistes (psychologues religieux et formés à ce type de thérapie).

Il convient également de se rappeler que les gens qui ont ce genre de tendance vivent une épreuve.

Pour nous, les juifs, dépositaires de la Torah, une épreuve peut être dépassée et vaincue. D.ieu n'inflige pas d'épreuves insurmontables à Ses créatures.

Epreuve, pour nous, signifie : "Je peux vaincre, j'ai le droit de changer. J'avais le droit de choisir une certaine voie dans certaines conditions d'information, mais maintenant que j'ai de nouvelles informations, cela signifie que D.ieu m'a ouvert de nouvelles portes, donc que je dispose d'une aide du Ciel qui comporte l'octroi de nouvelles forces spirituelles, psychiques et mentales. L'épreuve que j'ai connue dans le passé, ne me concerne plus aujourdhui puisque je dispose de nouvelles informations; je suis donc un être nouveau, doté de moyens plus considérables que ceux que j'avais auparavant. J'ai le droit de changer car D.ieu me donne ce droit, et donc cette force."

Voici ce que l'on peut donner comme point de départ à la réponse à cette question, avec l'aide de D.ieu, sans Qui rien n'est possible.

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Mordehai BITTON
Haut de page