Aujourd'hui à Paris
06:31 : Mise des Téfilines
07:34 : Lever du soleil
13:44 : Heure de milieu du jour
19:53 : Coucher du soleil
20:38 : Tombée de la nuit

Paracha Ki-Tavo
Vendredi 20 Septembre 2019 à 19:35
Sortie du Chabbath à 20:39

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur
Pin'has

Paracha Pin'has

Pour télécharger un MP3, faites un double-clic sur le bouton "lecture".
Tradition \ Montée 1ère 2ème 3ème 4ème 5ème 6ème 7ème Haftara
Marocaine
Tunisienne  
Algérienne  
Ashkénaze  

1ère montée

25,10
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
25,11
פִּֽינְחָ֨ס בֶּן־אֶלְעָזָ֜ר בֶּן־אַהֲרֹ֣ן הַכֹּהֵ֗ן הֵשִׁ֤יב אֶת־חֲמָתִי֙ מֵעַ֣ל בְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵ֔ל בְּקַנְא֥וֹ אֶת־קִנְאָתִ֖י בְּתוֹכָ֑ם וְלֹא־כִלִּ֥יתִי אֶת־בְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵ֖ל בְּקִנְאָתִֽי ׃
25,12
לָכֵ֖ן אֱמֹ֑ר הִנְנִ֨י נֹתֵ֥ן ל֛וֹ אֶת־בְּרִיתִ֖י שָׁלֽוֹם ׃
25,13
וְהָ֤יְתָה לּוֹ֙ וּלְזַרְע֣וֹ אַחֲרָ֔יו בְּרִ֖ית כְּהֻנַּ֣ת עוֹלָ֑ם תַּ֗חַת אֲשֶׁ֤ר קִנֵּא֙ לֵֽאלֹהָ֔יו וַיְכַפֵּ֖ר עַל־בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃
25,14
וְשֵׁם֩ אִ֨ישׁ יִשְׂרָאֵ֜ל הַמֻּכֶּ֗ה אֲשֶׁ֤ר הֻכָּה֙ אֶת־הַמִּדְיָנִ֔ית זִמְרִ֖י בֶּן־סָל֑וּא נְשִׂ֥יא בֵֽית־אָ֖ב לַשִּׁמְעֹנִֽי׃
25,15
וְשֵׁ֨ם הָֽאִשָּׁ֧ה הַמֻּכָּ֛ה הַמִּדְיָנִ֖ית כָּזְבִּ֣י בַת־צ֑וּר רֹ֣אשׁ אֻמּ֥וֹת בֵּֽית־אָ֛ב בְּמִדְיָ֖ן הֽוּא׃
25,16
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר׃
25,17
צָר֖וֹר אֶת־הַמִּדְיָנִ֑ים וְהִכִּיתֶ֖ם אוֹתָֽם׃
25,18
כִּ֣י צֹרְרִ֥ים הֵם֙ לָכֶ֔ם בְּנִכְלֵיהֶ֛ם אֲשֶׁר־נִכְּל֥וּ לָכֶ֖ם עַל־דְּבַר־פְּע֑וֹר וְעַל־דְּבַ֞ר כָּזְבִּ֨י בַת־נְשִׂ֤יא מִדְיָן֙ אֲחֹתָ֔ם הַמֻּכָּ֥ה בְיוֹם־הַמַּגֵּפָ֖ה עַל־דְּבַר־פְּעֽוֹר׃
26,1
וַיֹּ֤אמֶר יְהוָה֙ אֶל־מֹשֶׁ֔ה וְאֶ֧ל אֶלְעָזָ֛ר בֶּן־אַהֲרֹ֥ן הַכֹּהֵ֖ן לֵאמֹֽר ׃
26,2
שְׂא֞וּ אֶת־רֹ֣אשׁ׀ כָּל־עֲדַ֣ת בְּנֵי־יִשְׂרָאֵ֗ל מִבֶּ֨ן עֶשְׂרִ֥ים שָׁנָ֛ה וָמַ֖עְלָה לְבֵ֣ית אֲבֹתָ֑ם כָּל־יֹצֵ֥א צָבָ֖א בְּיִשְׂרָאֵֽל ׃
26,3
וַיְדַבֵּ֨ר מֹשֶׁ֜ה וְאֶלְעָזָ֧ר הַכֹּהֵ֛ן אֹתָ֖ם בְּעַֽרְבֹ֣ת מוֹאָ֑ב עַל־יַרְדֵּ֥ן יְרֵח֖וֹ לֵאמֹֽר ׃
26,4
מִבֶּ֛ן עֶשְׂרִ֥ים שָׁנָ֖ה וָמָ֑עְלָה כַּאֲשֶׁר֩ צִוָּ֨ה יְהוָ֤ה אֶת־מֹשֶׁה֙ וּבְנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל הַיֹּצְאִ֖ים מֵאֶ֥רֶץ מִצְרָֽיִם ׃

2ème montée

26,5
רְאוּבֵ֖ן בְּכ֣וֹר יִשְׂרָאֵ֑ל בְּנֵ֣י רְאוּבֵ֗ן חֲנוֹךְ֙ מִשְׁפַּ֣חַת הַחֲנֹכִ֔י לְפַלּ֕וּא מִשְׁפַּ֖חַת הַפַּלֻּאִֽי ׃
26,6
לְחֶצְרֹ֕ן מִשְׁפַּ֖חַת הַֽחֶצְרוֹנִ֑י לְכַרְמִ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הַכַּרְמִֽי ׃
26,7
אֵ֖לֶּה מִשְׁפְּחֹ֣ת הָרֻֽאוּבֵנִ֑י וַיִּהְי֣וּ פְקֻדֵיהֶ֗ם שְׁלֹשָׁ֤ה וְאַרְבָּעִים֙ אֶ֔לֶף וּשְׁבַ֥ע מֵא֖וֹת וּשְׁלֹשִֽׁים ׃
26,8
וּבְנֵ֥י פַלּ֖וּא אֱלִיאָֽב ׃
26,9
וּבְנֵ֣י אֱלִיאָ֔ב נְמוּאֵ֖ל וְדָתָ֣ן וַאֲבִירָ֑ם הֽוּא־דָתָ֨ן וַאֲבִירָ֜ם ֯קְרוּאֵי הָעֵדָ֗ה אֲשֶׁ֨ר הִצּ֜וּ עַל־מֹשֶׁ֤ה וְעַֽל־אַהֲרֹן֙ בַּעֲדַת־קֹ֔רַח בְּהַצֹּתָ֖ם עַל־יְהוָֽה ׃
26,10
וַתִּפְתַּ֨ח הָאָ֜רֶץ אֶת־פִּ֗יהָ וַתִּבְלַ֥ע אֹתָ֛ם וְאֶת־קֹ֖רַח בְּמ֣וֹת הָעֵדָ֑ה בַּאֲכֹ֣ל הָאֵ֗שׁ אֵ֣ת חֲמִשִּׁ֤ים וּמָאתַ֨יִם֙ אִ֔ישׁ וַיִּהְי֖וּ לְנֵֽס ׃
26,11
וּבְנֵי־קֹ֖רַח לֹא־מֵֽתוּ ׃ ס
26,12
בְּנֵ֣י שִׁמְעוֹן֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לִנְמוּאֵ֗ל מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַנְּמ֣וּאֵלִ֔י לְיָמִ֕ין מִשְׁפַּ֖חַת הַיָּמִינִ֑י לְיָכִ֕ין מִשְׁפַּ֖חַת הַיָּכִינִֽי ׃
26,13
לְזֶ֕רַח מִשְׁפַּ֖חַת הַזַּרְחִ֑י לְשָׁא֕וּל מִשְׁפַּ֖חַת הַשָּׁאוּלִֽי ׃
26,14
אֵ֖לֶּה מִשְׁפְּחֹ֣ת הַשִּׁמְעֹנִ֑י שְׁנַ֧יִם וְעֶשְׂרִ֛ים אֶ֖לֶף וּמָאתָֽיִם ׃ ס
26,15
בְּנֵ֣י גָד֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לִצְפ֗וֹן מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַצְּפוֹנִ֔י לְחַגִּ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הַֽחַגִּ֑י לְשׁוּנִ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הַשּׁוּנִֽי ׃
26,16
לְאָזְנִ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הָאָזְנִ֑י לְעֵרִ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הָעֵרִֽי ׃
26,17
לַאֲר֕וֹד מִשְׁפַּ֖חַת הָאֲרוֹדִ֑י לְאַ֨רְאֵלִ֔י מִשְׁפַּ֖חַת הָאַרְאֵלִֽי ׃
26,18
אֵ֛לֶּה מִשְׁפְּחֹ֥ת בְּנֵֽי־גָ֖ד לִפְקֻדֵיהֶ֑ם אַרְבָּעִ֥ים אֶ֖לֶף וַחֲמֵ֥שׁ מֵאֽוֹת ׃ ס
26,19
בְּנֵ֥י יְהוּדָ֖ה עֵ֣ר וְאוֹנָ֑ן וַיָּ֥מָת עֵ֛ר וְאוֹנָ֖ן בְּאֶ֥רֶץ כְּנָֽעַן ׃
26,20
וַיִּהְי֣וּ בְנֵי־יְהוּדָה֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לְשֵׁלָ֗ה מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַשֵּׁ֣לָנִ֔י לְפֶ֕רֶץ מִשְׁפַּ֖חַת הַפַּרְצִ֑י לְזֶ֕רַח מִשְׁפַּ֖חַת הַזַּרְחִֽי ׃
26,21
וַיִּהְי֣וּ בְנֵי־פֶ֔רֶץ לְחֶצְרֹ֕ן מִשְׁפַּ֖חַת הַֽחֶצְרֹנִ֑י לְחָמ֕וּל מִשְׁפַּ֖חַת הֶחָמוּלִֽי ׃
26,22
אֵ֛לֶּה מִשְׁפְּחֹ֥ת יְהוּדָ֖ה לִפְקֻדֵיהֶ֑ם שִׁשָּׁ֧ה וְשִׁבְעִ֛ים אֶ֖לֶף וַחֲמֵ֥שׁ מֵאֽוֹת ׃ ס
26,23
בְּנֵ֤י יִשָּׂשכָר֙ לְמִשְׁפְּחֹתָ֔ם תּוֹלָ֕ע מִשְׁפַּ֖חַת הַתּוֹלָעִ֑י לְפֻוָ֕ה מִשְׁפַּ֖חַת הַפּוּנִֽי ׃
26,24
לְיָשׁ֕וּב מִשְׁפַּ֖חַת הַיָּשׁוּבִ֑י לְשִׁמְרֹ֕ן מִשְׁפַּ֖חַת הַשִּׁמְרֹנִֽי ׃
26,25
אֵ֛לֶּה מִשְׁפְּחֹ֥ת יִשָּׂשכָ֖ר לִפְקֻדֵיהֶ֑ם אַרְבָּעָ֧ה וְשִׁשִּׁ֛ים אֶ֖לֶף וּשְׁלֹ֥שׁ מֵאֽוֹת ׃ ס
26,26
בְּנֵ֣י זְבוּלֻן֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לְסֶ֗רֶד מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַסַּרְדִּ֔י לְאֵל֕וֹן מִשְׁפַּ֖חַת הָאֵלֹנִ֑י לְיַ֨חְלְאֵ֔ל מִשְׁפַּ֖חַת הַיַּחְלְאֵלִֽי ׃
26,27
אֵ֛לֶּה מִשְׁפְּחֹ֥ת הַזְּבוּלֹנִ֖י לִפְקֻדֵיהֶ֑ם שִׁשִּׁ֥ים אֶ֖לֶף וַחֲמֵ֥שׁ מֵאֽוֹת ׃ ס
26,28
בְּנֵ֥י יוֹסֵ֖ף לְמִשְׁפְּחֹתָ֑ם מְנַשֶּׁ֖ה וְאֶפְרָֽיִם ׃
26,29
בְּנֵ֣י מְנַשֶּׁ֗ה לְמָכִיר֙ מִשְׁפַּ֣חַת הַמָּכִירִ֔י וּמָכִ֖יר הוֹלִ֣יד אֶת־גִּלְעָ֑ד לְגִלְעָ֕ד מִשְׁפַּ֖חַת הַגִּלְעָדִֽי ׃
26,30
אֵלֶּה בְּנֵ֣י גִלְעָ֔ד אִיעֶ֕זֶר מִשְׁפַּ֖חַת הָאִֽיעֶזְרִ֑י לְחֵ֕לֶק מִשְׁפַּ֖חַת הַֽחֶלְקִֽי ׃
26,31
וְאַ֨שְׂרִיאֵ֔ל מִשְׁפַּ֖חַת הָֽאַשְׂרִֽאֵלִ֑י וְשֶׁ֕כֶם מִשְׁפַּ֖חַת הַשִּׁכְמִֽי ׃
26,32
וּשְׁמִידָ֕ע מִשְׁפַּ֖חַת הַשְּׁמִידָעִ֑י וְחֵ֕פֶר מִשְׁפַּ֖חַת הַֽחֶפְרִֽי ׃
26,33
וּצְלָפְחָ֣ד בֶּן־חֵ֗פֶר לֹא־הָ֥יוּ ל֛וֹ בָּנִ֖ים כִּ֣י אִם־בָּנ֑וֹת וְשֵׁם֙ בְּנ֣וֹת צְלָפְחָ֔ד מַחְלָ֣ה וְנֹעָ֔ה חָגְלָ֥ה מִלְכָּ֖ה וְתִרְצָֽה ׃
26,34
אֵ֖לֶּה מִשְׁפְּחֹ֣ת מְנַשֶּׁ֑ה וּפְקֻ֣דֵיהֶ֔ם שְׁנַ֧יִם וַחֲמִשִּׁ֛ים אֶ֖לֶף וּשְׁבַ֥ע מֵאֽוֹת ׃ ס
26,35
אֵ֣לֶּה בְנֵי־אֶפְרַיִם֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לְשׁוּתֶ֗לַח מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַשֻּׁ֣תַלְחִ֔י לְבֶ֕כֶר מִשְׁפַּ֖חַת הַבַּכְרִ֑י לְתַ֕חַן מִשְׁפַּ֖חַת הַֽתַּחֲנִֽי ׃
26,36
וְאֵ֖לֶּה בְּנֵ֣י שׁוּתָ֑לַח לְעֵרָ֕ן מִשְׁפַּ֖חַת הָעֵרָנִֽי ׃
26,37
אֵ֣לֶּה מִשְׁפְּחֹ֤ת בְּנֵי־אֶפְרַ֨יִם֙ לִפְקֻ֣דֵיהֶ֔ם שְׁנַ֧יִם וּשְׁלֹשִׁ֛ים אֶ֖לֶף וַחֲמֵ֣שׁ מֵא֑וֹת אֵ֥לֶּה בְנֵי־יוֹסֵ֖ף לְמִשְׁפְּחֹתָֽם ׃ ס
26,38
בְּנֵ֣י בִנְיָמִן֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לְבֶ֗לַע מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַבַּלְעִ֔י לְאַשְׁבֵּ֕ל מִשְׁפַּ֖חַת הָֽאַשְׁבֵּלִ֑י לַאֲחִירָ֕ם מִשְׁפַּ֖חַת הָאֲחִירָמִֽי ׃
26,39
לִשְׁפוּפָ֕ם מִשְׁפַּ֖חַת הַשּׁוּפָמִ֑י לְחוּפָ֕ם מִשְׁפַּ֖חַת הַחוּפָמִֽי ׃
26,40
וַיִּהְי֥וּ בְנֵי־בֶ֖לַע אַ֣רְדְּ וְנַעֲמָ֑ן מִשְׁפַּ֨חַת֙ הָֽאַרְדִּ֔י לְנַֽעֲמָ֔ן מִשְׁפַּ֖חַת הַֽנַּעֲמִֽי ׃
26,41
אֵ֥לֶּה בְנֵי־בִנְיָמִ֖ן לְמִשְׁפְּחֹתָ֑ם וּפְקֻ֣דֵיהֶ֔ם חֲמִשָּׁ֧ה וְאַרְבָּעִ֛ים אֶ֖לֶף וְשֵׁ֥שׁ מֵאֽוֹת ׃ ס
26,42
אֵ֤לֶּה בְנֵי־דָן֙ לְמִשְׁפְּחֹתָ֔ם לְשׁוּחָ֕ם מִשְׁפַּ֖חַת הַשּׁוּחָמִ֑י אֵ֛לֶּה מִשְׁפְּחֹ֥ת דָּ֖ן לְמִשְׁפְּחֹתָֽם ׃
26,43
כָּל־מִשְׁפְּחֹ֥ת הַשּׁוּחָמִ֖י לִפְקֻדֵיהֶ֑ם אַרְבָּעָ֧ה וְשִׁשִּׁ֛ים אֶ֖לֶף וְאַרְבַּ֥ע מֵאֽוֹת ׃
26,44
ס בְּנֵ֣י אָשֵׁר֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לְיִמְנָ֗ה מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַיִּמְנָ֔ה לְיִשְׁוִ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הַיִּשְׁוִ֑י לִבְרִיעָ֕ה מִשְׁפַּ֖חַת הַבְּרִיעִֽי ׃
26,45
לִבְנֵ֣י בְרִיעָ֔ה לְחֶ֕בֶר מִשְׁפַּ֖חַת הַֽחֶבְרִ֑י לְמַ֨לְכִּיאֵ֔ל מִשְׁפַּ֖חַת הַמַּלְכִּיאֵלִֽי ׃
26,46
וְשֵׁ֥ם בַּת־אָשֵׁ֖ר שָֽׂרַח ׃
26,47
אֵ֛לֶּה מִשְׁפְּחֹ֥ת בְּנֵי־אָשֵׁ֖ר לִפְקֻדֵיהֶ֑ם שְׁלֹשָׁ֧ה וַחֲמִשִּׁ֛ים אֶ֖לֶף וְאַרְבַּ֥ע מֵאֽוֹת ׃
26,48
ס בְּנֵ֤י נַפְתָּלִי֙ לְמִשְׁפְּחֹתָ֔ם לְיַ֨חְצְאֵ֔ל מִשְׁפַּ֖חַת הַיַּחְצְאֵלִ֑י לְגוּנִ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הַגּוּנִֽי ׃
26,49
לְיֵ֕צֶר מִשְׁפַּ֖חַת הַיִּצְרִ֑י לְשִׁלֵּ֕ם מִשְׁפַּ֖חַת הַשִּׁלֵּמִֽי ׃
26,50
אֵ֛לֶּה מִשְׁפְּחֹ֥ת נַפְתָּלִ֖י לְמִשְׁפְּחֹתָ֑ם וּפְקֻ֣דֵיהֶ֔ם חֲמִשָּׁ֧ה וְאַרְבָּעִ֛ים אֶ֖לֶף וְאַרְבַּ֥ע מֵאֽוֹת ׃
26,51
אֵ֗לֶּה פְּקוּדֵי֙ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל שֵׁשׁ־מֵא֥וֹת אֶ֖לֶף וָאָ֑לֶף שְׁבַ֥ע מֵא֖וֹת וּשְׁלֹשִֽׁים ׃ פ

3ème montée

26,52
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
26,53
לָאֵ֗לֶּה תֵּחָלֵ֥ק הָאָ֛רֶץ בְּנַחֲלָ֖ה בְּמִסְפַּ֥ר שֵׁמֽוֹת ׃
26,54
לָרַ֗ב תַּרְבֶּה֙ נַחֲלָת֔וֹ וְלַמְעַ֕ט תַּמְעִ֖יט נַחֲלָת֑וֹ אִישׁ לְפִ֣י פְקֻדָ֔יו יֻתַּ֖ן נַחֲלָתֽוֹ ׃
26,55
אַךְ־בְּגוֹרָ֕ל יֵחָלֵ֖ק אֶת־הָאָ֑רֶץ לִשְׁמ֥וֹת מַטּוֹת־אֲבֹתָ֖ם יִנְחָֽלוּ ׃
26,56
עַל־פִּי֙ הַגּוֹרָ֔ל תֵּחָלֵ֖ק נַחֲלָת֑וֹ בֵּ֥ין רַ֖ב לִמְעָֽט ׃ ס
26,57
וְאֵ֨לֶּה פְקוּדֵ֣י הַלֵּוִי֮ לְמִשְׁפְּחֹתָם֒ לְגֵרְשׁ֗וֹן מִשְׁפַּ֨חַת֙ הַגֵּ֣רְשֻׁנִּ֔י לִקְהָ֕ת מִשְׁפַּ֖חַת הַקְּהָתִ֑י לִמְרָרִ֕י מִשְׁפַּ֖חַת הַמְּרָרִֽי ׃
26,58
אֵ֣לֶּה׀ מִשְׁפְּחֹ֣ת לֵוִ֗י מִשְׁפַּ֨חַת הַלִּבְנִ֜י מִשְׁפַּ֤חַת הַֽחֶבְרֹנִי֙ מִשְׁפַּ֤חַת הַמַּחְלִי֙ מִשְׁפַּ֣חַת הַמּוּשִׁ֔י מִשְׁפַּ֖חַת הַקָּרְחִ֑י וּקְהָ֖ת הוֹלִ֥ד אֶת־עַמְרָֽם ׃
26,59
וְשֵׁ֣ם׀ אֵ֣שֶׁת עַמְרָ֗ם יוֹכֶ֨בֶד֙ בַּת־לֵוִ֔י אֲשֶׁ֨ר יָלְדָ֥ה אֹתָ֛הּ לְלֵוִ֖י בְּמִצְרָ֑יִם וַתֵּ֣לֶד לְעַמְרָ֗ם אֶֽת־אַהֲרֹן֙ וְאֶת־מֹשֶׁ֔ה וְאֵ֖ת מִרְיָ֥ם אֲחֹתָֽם ׃
26,60
וַיִּוָּלֵ֣ד לְאַהֲרֹ֔ן אֶת־נָדָ֖ב וְאֶת־אֲבִיה֑וּא אֶת־אֶלְעָזָ֖ר וְאֶת־אִיתָמָֽר ׃
26,61
וַיָּ֥מָת נָדָ֖ב וַאֲבִיה֑וּא בְּהַקְרִיבָ֥ם אֵשׁ־זָרָ֖ה לִפְנֵ֥י יְהוָֽה ׃
26,62
וַיִּהְי֣וּ פְקֻדֵיהֶ֗ם שְׁלֹשָׁ֤ה וְעֶשְׂרִים֙ אֶ֔לֶף כָּל־זָכָ֖ר מִבֶּן־חֹ֣דֶשׁ וָמָ֑עְלָה כִּ֣י׀ לֹ֣א הָתְפָּקְד֗וּ בְּתוֹךְ֙ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל כִּי לֹא־נִתַּ֤ן לָהֶם֙ נַחֲלָ֔ה בְּת֖וֹךְ בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃
26,63
אֵלֶּה פְּקוּדֵ֣י מֹשֶׁ֔ה וְאֶלְעָזָ֖ר הַכֹּהֵ֑ן אֲשֶׁ֨ר פָּֽקְד֜וּ אֶת־בְּנֵ֤י יִשְׂרָאֵל֙ בְּעַֽרְבֹ֣ת מוֹאָ֔ב עַ֖ל יַרְדֵּ֥ן יְרֵחֽוֹ ׃
26,64
וּבְאֵ֨לֶּה֙ לֹא־הָ֣יָה אִ֔ישׁ מִפְּקוּדֵ֣י מֹשֶׁ֔ה וְאַהֲרֹ֖ן הַכֹּהֵ֑ן אֲשֶׁ֥ר פָּקְד֛וּ אֶת־בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵ֖ל בְּמִדְבַּ֥ר סִינָֽי ׃
26,65
כִּֽי־אָמַ֤ר יְהוָה֙ לָהֶ֔ם מ֥וֹת יָמֻ֖תוּ בַּמִּדְבָּ֑ר וְלֹא־נוֹתַ֤ר מֵהֶם֙ אִ֔ישׁ כִּי אִם־כָּלֵ֣ב בֶּן־יְפֻנֶּ֔ה וִיהוֹשֻׁ֖עַ בִּן־נֽוּן ׃ ס
27,1
וַתִּקְרַ֜בְנָה בְּנ֣וֹת צְלָפְחָ֗ד בֶּן־חֵ֤פֶר בֶּן־גִּלְעָד֙ בֶּן־מָכִ֣יר בֶּן־מְנַשֶּׁ֔ה לְמִשְׁפְּחֹ֖ת מְנַשֶּׁ֣ה בֶן־יוֹסֵ֑ף וְאֵ֨לֶּה֙ שְׁמ֣וֹת בְּנֹתָ֔יו מַחְלָ֣ה נֹעָ֔ה וְחָגְלָ֥ה וּמִלְכָּ֖ה וְתִרְצָֽה ׃
27,2
וַֽתַּעֲמֹ֜דְנָה לִפְנֵ֣י מֹשֶׁ֗ה וְלִפְנֵי֙ אֶלְעָזָ֣ר הַכֹּהֵ֔ן וְלִפְנֵ֥י הַנְּשִׂיאִ֖ם וְכָל־הָעֵדָ֑ה פֶּ֥תַח אֹֽהֶל־מוֹעֵ֖ד לֵאמֹֽר ׃
27,3
אָבִינוּ֮ מֵ֣ת בַּמִּדְבָּר֒ וְה֨וּא לֹא־הָיָ֜ה בְּת֣וֹךְ הָעֵדָ֗ה הַנּוֹעָדִ֛ים עַל־יְהוָ֖ה בַּעֲדַת־קֹ֑רַח כִּֽי־בְחֶטְא֣וֹ מֵ֔ת וּבָנִ֖ים לֹא־הָ֥יוּ לֽוֹ ׃
27,4
לָ֣מָּה יִגָּרַ֤ע שֵׁם־אָבִ֨ינוּ֙ מִתּ֣וֹךְ מִשְׁפַּחְתּ֔וֹ כִּ֛י אֵ֥ין ל֖וֹ בֵּ֑ן תְּנָה־לָּ֣נוּ אֲחֻזָּ֔ה בְּת֖וֹךְ אֲחֵ֥י אָבִֽינוּ ׃
27,5
וַיַּקְרֵ֥ב מֹשֶׁ֛ה אֶת־מִשְׁפָּטָ֖ן לִפְנֵ֥י יְהוָֽה ׃ ס

4ème montée

27,6
וַיֹּ֥אמֶר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
27,7
כֵּ֗ן בְּנ֣וֹת צְלָפְחָד֮ דֹּבְרֹת֒ נָתֹ֨ן תִּתֵּ֤ן לָהֶם֙ אֲחֻזַּ֣ת נַחֲלָ֔ה בְּת֖וֹךְ אֲחֵ֣י אֲבִיהֶ֑ם וְהַֽעֲבַרְתָּ֛ אֶת־נַחֲלַ֥ת אֲבִיהֶ֖ן לָהֶֽן ׃
27,8
וְאֶל־בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵ֖ל תְּדַבֵּ֣ר לֵאמֹ֑ר אִ֣ישׁ כִּֽי־יָמ֗וּת וּבֵן֙ אֵ֣ין ל֔וֹ וְהַֽעֲבַרְתֶּ֥ם אֶת־נַחֲלָת֖וֹ לְבִתּֽוֹ ׃
27,9
וְאִם־אֵ֥ין ל֖וֹ בַּ֑ת וּנְתַתֶּ֥ם אֶת־נַחֲלָת֖וֹ לְאֶחָיו ׃
27,10
וְאִם־אֵ֥ין ל֖וֹ אַחִ֑ים וּנְתַתֶּ֥ם אֶת־נַחֲלָת֖וֹ לַאֲחֵ֥י אָבִֽיו ׃
27,11
וְאִם־אֵ֣ין אַחִים֮ לְאָבִיו֒ וּנְתַתֶּ֣ם אֶת־נַחֲלָת֗וֹ לִשְׁאֵר֞וֹ הַקָּרֹ֥ב אֵלָ֛יו מִמִּשְׁפַּחְתּ֖וֹ וְיָרַ֣שׁ אֹתָ֑הּ וְֽהָ֨יְתָ֜ה לִבְנֵ֤י יִשְׂרָאֵל֙ לְחֻקַּ֣ת מִשְׁפָּ֔ט כַּאֲשֶׁ֛ר צִוָּ֥ה יְהוָ֖ה אֶת־מֹשֶֽׁה ׃ ס
27,12
וַיֹּ֤אמֶר יְהוָה֙ אֶל־מֹשֶׁ֔ה עֲלֵ֛ה אֶל־הַ֥ר הָעֲבָרִ֖ים הַזֶּ֑ה וּרְאֵה֙ אֶת־הָאָ֔רֶץ אֲשֶׁ֥ר נָתַ֖תִּי לִבְנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃
27,13
וְרָאִ֣יתָה אֹתָ֔הּ וְנֶאֱסַפְתָּ֥ אֶל־עַמֶּ֖יךָ גַּם־אָ֑תָּה כַּאֲשֶׁ֥ר נֶאֱסַ֖ף אַהֲרֹ֥ן אָחִֽיךָ ׃
27,14
כַּאֲשֶׁר֩ מְרִיתֶ֨ם פִּ֜י בְּמִדְבַּר־צִ֗ן בִּמְרִיבַת֙ הָֽעֵדָ֔ה לְהַקְדִּישֵׁ֥נִי בַמַּ֖יִם לְעֵינֵיהֶ֑ם הֵ֛ם מֵֽי־מְרִיבַ֥ת קָדֵ֖שׁ מִדְבַּר־צִֽן ׃ פ
27,15
וַיְדַבֵּ֣ר מֹשֶׁ֔ה אֶל־יְהוָ֖ה לֵאמֹֽר ׃
27,16
יִפְקֹ֣ד יְהוָ֔ה אֱלֹהֵ֥י הָרוּחֹ֖ת לְכָל־בָּשָׂ֑ר אִ֖ישׁ עַל־הָעֵדָֽה ׃
27,17
אֲשֶׁר־יֵצֵ֣א לִפְנֵיהֶ֗ם וַאֲשֶׁ֤ר יָבֹא֙ לִפְנֵיהֶ֔ם וַאֲשֶׁ֥ר יוֹצִיאֵ֖ם וַאֲשֶׁ֣ר יְבִיאֵ֑ם וְלֹ֤א תִהְיֶה֙ עֲדַ֣ת יְהוָ֔ה כַּצֹּ֕אן אֲשֶׁ֥ר אֵין־לָהֶ֖ם רֹעֶֽה ׃
27,18
וַיֹּ֨אמֶר יְהוָ֜ה אֶל־מֹשֶׁ֗ה קַח־לְךָ֙ אֶת־יְהוֹשֻׁ֣עַ בִּן־נ֔וּן אִ֖ישׁ אֲשֶׁר־ר֣וּחַ בּ֑וֹ וְסָמַכְתָּ֥ אֶת־יָדְךָ֖ עָלָֽיו ׃
27,19
וְהַֽעֲמַדְתָּ֣ אֹת֗וֹ לִפְנֵי֙ אֶלְעָזָ֣ר הַכֹּהֵ֔ן וְלִפְנֵ֖י כָּל־הָעֵדָ֑ה וְצִוִּיתָ֥ה אֹת֖וֹ לְעֵינֵיהֶֽם ׃
27,20
וְנָתַתָּ֥ה מֵהֽוֹדְךָ֖ עָלָ֑יו לְמַ֣עַן יִשְׁמְע֔וּ כָּל־עֲדַ֖ת בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃
27,21
וְלִפְנֵ֨י אֶלְעָזָ֤ר הַכֹּהֵן֙ יַעֲמֹ֔ד וְשָׁ֥אַל ל֛וֹ בְּמִשְׁפַּ֥ט הָאוּרִ֖ים לִפְנֵ֣י יְהוָ֑ה עַל־פִּ֨יו יֵצְא֜וּ וְעַל־פִּ֣יו יָבֹ֗אוּ ה֛וּא וְכָל־בְּנֵי־יִשְׂרָאֵ֥ל אִתּ֖וֹ וְכָל־הָעֵדָֽה ׃
27,22
וַיַּ֣עַשׂ מֹשֶׁ֔ה כַּאֲשֶׁ֛ר צִוָּ֥ה יְהוָ֖ה אֹת֑וֹ וַיִּקַּ֣ח אֶת־יְהוֹשֻׁ֗עַ וַיַּֽעֲמִדֵ֨הוּ֙ לִפְנֵי֙ אֶלְעָזָ֣ר הַכֹּהֵ֔ן וְלִפְנֵ֖י כָּל־הָעֵדָֽה ׃
27,23
וַיִּסְמֹ֧ךְ אֶת־יָדָ֛יו עָלָ֖יו וַיְצַוֵּ֑הוּ כַּאֲשֶׁ֛ר דִּבֶּ֥ר יְהוָ֖ה בְּיַד־מֹשֶֽׁה ׃ פ

5ème montée

28,1
וַיְדַבֵּ֥ר יְהֹוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר׃
28,2
צַ֚ו אֶת־בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל וְאָמַרְתָּ֖ אֲלֵהֶ֑ם אֶת־קׇרְבָּנִ֨י לַחְמִ֜י לְאִשַּׁ֗י רֵ֚יחַ נִֽיחֹחִ֔י תִּשְׁמְר֕וּ לְהַקְרִ֥יב לִ֖י בְּמוֹעֲדֽוֹ׃
28,3
וְאָמַרְתָּ֣ לָהֶ֔ם זֶ֚ה הָֽאִשֶּׁ֔ה אֲשֶׁ֥ר תַּקְרִ֖יבוּ לַיהֹוָ֑ה כְּבָשִׂ֨ים בְּנֵֽי־שָׁנָ֧ה תְמִימִ֛ם שְׁנַ֥יִם לַיּ֖וֹם עֹלָ֥ה תָמִֽיד׃
28,4
אֶת־הַכֶּ֥בֶשׂ אֶחָ֖ד תַּעֲשֶׂ֣ה בַבֹּ֑קֶר וְאֵת֙ הַכֶּ֣בֶשׂ הַשֵּׁנִ֔י תַּעֲשֶׂ֖ה בֵּ֥ין הָֽעַרְבָּֽיִם׃
28,5
וַעֲשִׂירִ֧ית הָאֵיפָ֛ה סֹ֖לֶת לְמִנְחָ֑ה בְּלוּלָ֛ה בְּשֶׁ֥מֶן כָּתִ֖ית רְבִיעִ֥ת הַהִֽין׃
28,6
עֹלַ֖ת תָּמִ֑יד הָעֲשֻׂיָה֙ בְּהַ֣ר סִינַ֔י לְרֵ֣יחַ נִיחֹ֔חַ אִשֶּׁ֖ה לַֽיהֹוָֽה׃
28,7
וְנִסְכּוֹ֙ רְבִיעִ֣ת הַהִ֔ין לַכֶּ֖בֶשׂ הָאֶחָ֑ד בַּקֹּ֗דֶשׁ הַסֵּ֛ךְ נֶ֥סֶךְ שֵׁכָ֖ר לַיהֹוָֽה׃
28,8
וְאֵת֙ הַכֶּ֣בֶשׂ הַשֵּׁנִ֔י תַּעֲשֶׂ֖ה בֵּ֣ין הָֽעַרְבָּ֑יִם כְּמִנְחַ֨ת הַבֹּ֤קֶר וּכְנִסְכּוֹ֙ תַּעֲשֶׂ֔ה אִשֵּׁ֛ה רֵ֥יחַ נִיחֹ֖חַ לַיהֹוָֽה׃
28,9
וּבְיוֹם֙ הַשַּׁבָּ֔ת שְׁנֵֽי־כְבָשִׂ֥ים בְּנֵֽי־שָׁנָ֖ה תְּמִימִ֑ם וּשְׁנֵ֣י עֶשְׂרֹנִ֗ים סֹ֧לֶת מִנְחָ֛ה בְּלוּלָ֥ה בַשֶּׁ֖מֶן וְנִסְכּֽוֹ׃
28,10
עֹלַ֥ת שַׁבַּ֖ת בְּשַׁבַּתּ֑וֹ עַל־עֹלַ֥ת הַתָּמִ֖יד וְנִסְכָּֽהּ׃
28,11
וּבְרָאשֵׁי֙ חׇדְשֵׁיכֶ֔ם תַּקְרִ֥יבוּ עֹלָ֖ה לַיהֹוָ֑ה פָּרִ֨ים בְּנֵֽי־בָקָ֤ר שְׁנַ֙יִם֙ וְאַ֣יִל אֶחָ֔ד כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵי־שָׁנָ֛ה שִׁבְעָ֖ה תְּמִימִֽם׃
28,12
וּשְׁלֹשָׁ֣ה עֶשְׂרֹנִ֗ים סֹ֤לֶת מִנְחָה֙ בְּלוּלָ֣ה בַשֶּׁ֔מֶן לַפָּ֖ר הָאֶחָ֑ד וּשְׁנֵ֣י עֶשְׂרֹנִ֗ים סֹ֤לֶת מִנְחָה֙ בְּלוּלָ֣ה בַשֶּׁ֔מֶן לָאַ֖יִל הָֽאֶחָֽד׃
28,13
וְעִשָּׂרֹ֣ן עִשָּׂר֗וֹן סֹ֤לֶת מִנְחָה֙ בְּלוּלָ֣ה בַשֶּׁ֔מֶן לַכֶּ֖בֶשׂ הָאֶחָ֑ד עֹלָה֙ רֵ֣יחַ נִיחֹ֔חַ אִשֶּׁ֖ה לַיהֹוָֽה׃
28,14
וְנִסְכֵּיהֶ֗ם חֲצִ֣י הַהִין֩ יִהְיֶ֨ה לַפָּ֜ר וּשְׁלִישִׁ֧ת הַהִ֣ין לָאַ֗יִל וּרְבִיעִ֥ת הַהִ֛ין לַכֶּ֖בֶשׂ יָ֑יִן זֹ֣את עֹלַ֥ת חֹ֙דֶשׁ֙ בְּחׇדְשׁ֔וֹ לְחׇדְשֵׁ֖י הַשָּׁנָֽה׃
28,15
וּשְׂעִ֨יר עִזִּ֥ים אֶחָ֛ד לְחַטָּ֖את לַיהוָ֑ה עַל־עֹלַ֧ת הַתָּמִ֛יד יֵעָשֶׂ֖ה וְנִסְכּֽוֹ׃

6ème montée

28,16
וּבַחֹ֣דֶשׁ הָרִאשׁ֗וֹן בְּאַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֛ר י֖וֹם לַחֹ֑דֶשׁ פֶּ֖סַח לַיהוָֽה׃
28,17
וּבַחֲמִשָּׁ֨ה עָשָׂ֥ר י֛וֹם לַחֹ֥דֶשׁ הַזֶּ֖ה חָ֑ג שִׁבְעַ֣ת יָמִ֔ים מַצּ֖וֹת יֵאָכֵֽל׃
28,18
בַּיּ֥וֹם הָרִאשׁ֖וֹן מִקְרָא־קֹ֑דֶשׁ כָּל־מְלֶ֥אכֶת עֲבֹדָ֖ה לֹ֥א תַעֲשֽׂוּ׃
28,19
וְהִקְרַבְתֶּ֨ם אִשֶּׁ֤ה עֹלָה֙ לַֽיהוָ֔ה פָּרִ֧ים בְּנֵי־בָקָ֛ר שְׁנַ֖יִם וְאַ֣יִל אֶחָ֑ד וְשִׁבְעָ֤ה כְבָשִׂים֙ בְּנֵ֣י שָׁנָ֔ה תְּמִימִ֖ם יִהְי֥וּ לָכֶֽם׃
28,20
וּמִ֨נְחָתָ֔ם סֹ֖לֶת בְּלוּלָ֣ה בַשָּׁ֑מֶן שְׁלֹשָׁ֨ה עֶשְׂרֹנִ֜ים לַפָּ֗ר וּשְׁנֵ֧י עֶשְׂרֹנִ֛ים לָאַ֖יִל תַּעֲשֽׂוּ׃
28,21
עִשָּׂר֤וֹן עִשָּׂרוֹן֙ תַּעֲשֶׂ֔ה לַכֶּ֖בֶשׂ הָאֶחָ֑ד לְשִׁבְעַ֖ת הַכְּבָשִֽׂים׃
28,22
וּשְׂעִ֥יר חַטָּ֖את אֶחָ֑ד לְכַפֵּ֖ר עֲלֵיכֶֽם׃
28,23
מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַבֹּ֔קֶר אֲשֶׁ֖ר לְעֹלַ֣ת הַתָּמִ֑יד תַּעֲשׂ֖וּ אֶת־אֵֽלֶּה׃
28,24
כָּאֵ֜לֶּה תַּעֲשׂ֤וּ לַיּוֹם֙ שִׁבְעַ֣ת יָמִ֔ים לֶ֛חֶם אִשֵּׁ֥ה רֵֽיחַ־נִיחֹ֖חַ לַיהוָ֑ה עַל־עוֹלַ֧ת הַתָּמִ֛יד יֵעָשֶׂ֖ה וְנִסְכּֽוֹ׃
28,25
וּבַיּוֹם֙ הַשְּׁבִיעִ֔י מִקְרָא־קֹ֖דֶשׁ יִהְיֶ֣ה לָכֶ֑ם כָּל־מְלֶ֥אכֶת עֲבֹדָ֖ה לֹ֥א תַעֲשֽׂוּ׃
28,26
וּבְי֣וֹם הַבִּכּוּרִ֗ים בְּהַקְרִ֨יבְכֶ֜ם מִנְחָ֤ה חֲדָשָׁה֙ לַֽיהוָ֔ה בְּשָׁבֻעֹ֖תֵיכֶ֑ם מִֽקְרָא־קֹ֙דֶשׁ֙ יִהְיֶ֣ה לָכֶ֔ם כָּל־מְלֶ֥אכֶת עֲבֹדָ֖ה לֹ֥א תַעֲשֽׂוּ׃
28,27
וְהִקְרַבְתֶּ֨ם עוֹלָ֜ה לְרֵ֤יחַ נִיחֹ֙חַ֙ לַֽיהוָ֔ה פָּרִ֧ים בְּנֵי־בָקָ֛ר שְׁנַ֖יִם אַ֣יִל אֶחָ֑ד שִׁבְעָ֥ה כְבָשִׂ֖ים בְּנֵ֥י שָׁנָֽה׃
28,28
וּמִנְחָתָ֔ם סֹ֖לֶת בְּלוּלָ֣ה בַשָּׁ֑מֶן שְׁלֹשָׁ֤ה עֶשְׂרֹנִים֙ לַפָּ֣ר הָֽאֶחָ֔ד שְׁנֵי֙ עֶשְׂרֹנִ֔ים לָאַ֖יִל הָאֶחָֽד׃
28,29
עִשָּׂרוֹן֙ עִשָּׂר֔וֹן לַכֶּ֖בֶשׂ הָאֶחָ֑ד לְשִׁבְעַ֖ת הַכְּבָשִֽׂים׃
28,30
שְׂעִ֥יר עִזִּ֖ים אֶחָ֑ד לְכַפֵּ֖ר עֲלֵיכֶֽם׃
28,31
מִלְּבַ֞ד עֹלַ֧ת הַתָּמִ֛יד וּמִנְחָת֖וֹ תַּעֲשׂ֑וּ תְּמִימִ֥ם יִהְיוּ־לָכֶ֖ם וְנִסְכֵּיהֶֽם׃
29,1
וּבַחֹ֨דֶשׁ הַשְּׁבִיעִ֜י בְּאֶחָ֣ד לַחֹ֗דֶשׁ מִֽקְרָא־קֹ֨דֶשׁ֙ יִהְיֶ֣ה לָכֶ֔ם כָּל־מְלֶ֥אכֶת עֲבֹדָ֖ה לֹ֣א תַעֲשׂ֑וּ י֥וֹם תְּרוּעָ֖ה יִהְיֶ֥ה לָכֶֽם ׃
29,2
וַעֲשִׂיתֶ֨ם עֹלָ֜ה לְרֵ֤יחַ נִיחֹ֨חַ֙ לַֽיהוָ֔ה פַּ֧ר בֶּן־בָּקָ֛ר אֶחָ֖ד אַ֣יִל אֶחָ֑ד כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵי־שָׁנָ֛ה שִׁבְעָ֖ה תְּמִימִֽם ׃
29,3
וּמִנְחָתָ֔ם סֹ֖לֶת בְּלוּלָ֣ה בַשָּׁ֑מֶן שְׁלֹשָׁ֤ה עֶשְׂרֹנִים֙ לַפָּ֔ר שְׁנֵ֥י עֶשְׂרֹנִ֖ים לָאָֽיִל ׃
29,4
וְעִשָּׂר֣וֹן אֶחָ֔ד לַכֶּ֖בֶשׂ הָאֶחָ֑ד לְשִׁבְעַ֖ת הַכְּבָשִֽׂים ׃
29,5
וּשְׂעִיר־עִזִּ֥ים אֶחָ֖ד חַטָּ֑את לְכַפֵּ֖ר עֲלֵיכֶֽם ׃
29,6
מִלְּבַד֩ עֹלַ֨ת הַחֹ֜דֶשׁ וּמִנְחָתָ֗הּ וְעֹלַ֤ת הַתָּמִיד֙ וּמִנְחָתָ֔הּ וְנִסְכֵּיהֶ֖ם כְּמִשְׁפָּטָ֑ם לְרֵ֣יחַ נִיחֹ֔חַ אִשֶּׁ֖ה לַיהוָֽה ׃ ס
29,7
וּבֶעָשׂוֹר֩ לַחֹ֨דֶשׁ הַשְּׁבִיעִ֜י הַזֶּ֗ה מִֽקְרָא־קֹ֨דֶשׁ֙ יִהְיֶ֣ה לָכֶ֔ם וְעִנִּיתֶ֖ם אֶת־נַפְשֹׁתֵיכֶ֑ם כָּל־מְלָאכָ֖ה לֹ֥א תַעֲשֽׂוּ ׃
29,8
וְהִקְרַבְתֶּ֨ם עֹלָ֤ה לַֽיהוָה֙ רֵ֣יחַ נִיחֹ֔חַ פַּ֧ר בֶּן־בָּקָ֛ר אֶחָ֖ד אַ֣יִל אֶחָ֑ד כְּבָשִׂ֤ים בְּנֵֽי־שָׁנָה֙ שִׁבְעָ֔ה תְּמִימִ֖ם יִהְי֥וּ לָכֶֽם ׃
29,9
וּמִנְחָתָ֔ם סֹ֖לֶת בְּלוּלָ֣ה בַשָּׁ֑מֶן שְׁלֹשָׁ֤ה עֶשְׂרֹנִים֙ לַפָּ֔ר שְׁנֵי֙ עֶשְׂרֹנִ֔ים לָאַ֖יִל הָאֶחָֽד ׃
29,10
עִשָּׂרוֹן֙ עִשָּׂר֔וֹן לַכֶּ֖בֶשׂ הָאֶחָ֑ד לְשִׁבְעַ֖ת הַכְּבָשִֽׂים ׃
29,11
שְׂעִיר־עִזִּ֥ים אֶחָ֖ד חַטָּ֑את מִלְּבַ֞ד חַטַּ֤את הַכִּפֻּרִים֙ וְעֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד וּמִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכֵּיהֶֽם ׃ פ

7ème montée

29,12
וּבַחֲמִשָּׁה֩ עָשָׂ֨ר י֜וֹם לַחֹ֣דֶשׁ הַשְּׁבִיעִ֗י מִֽקְרָא־קֹ֨דֶשׁ֙ יִהְיֶ֣ה לָכֶ֔ם כָּל־מְלֶ֥אכֶת עֲבֹדָ֖ה לֹ֣א תַעֲשׂ֑וּ וְחַגֹּתֶ֥ם חַ֛ג לַיהוָ֖ה שִׁבְעַ֥ת יָמִֽים ׃
29,13
וְהִקְרַבְתֶּ֨ם עֹלָ֜ה אִשֵּׁ֨ה רֵ֤יחַ נִיחֹ֨חַ֙ לַֽיהוָ֔ה פָּרִ֧ים בְּנֵי־בָקָ֛ר שְׁלֹשָׁ֥ה עָשָׂ֖ר אֵילִ֣ם שְׁנָ֑יִם כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵֽי־שָׁנָ֛ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר תְּמִימִ֥ם יִהְיֽוּ ׃
29,14
וּמִנְחָתָ֔ם סֹ֖לֶת בְּלוּלָ֣ה בַשָּׁ֑מֶן שְׁלֹשָׁ֨ה עֶשְׂרֹנִ֜ים לַפָּ֣ר הָֽאֶחָ֗ד לִשְׁלֹשָׁ֤ה עָשָׂר֙ פָּרִ֔ים שְׁנֵ֤י עֶשְׂרֹנִים֙ לָאַ֣יִל הָֽאֶחָ֔ד לִשְׁנֵ֖י הָאֵילִֽם ׃
29,15
וְעִשָּׂרוֹׄן עִשָּׂר֔וֹן לַכֶּ֭בֶשׂ הָאֶחָ֪ד לְאַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר כְּבָשִֽׂים ׃
29,16
וּשְׂעִיר־עִזִּ֥ים אֶחָ֖ד חַטָּ֑את מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד מִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכָּֽהּ ׃ ס
29,17
וּבַיּ֣וֹם הַשֵּׁנִ֗י פָּרִ֧ים בְּנֵי־בָקָ֛ר שְׁנֵ֥ים עָשָׂ֖ר אֵילִ֣ם שְׁנָ֑יִם כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵי־שָׁנָ֛ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר תְּמִימִֽם ׃
29,18
וּמִנְחָתָ֣ם וְנִסְכֵּיהֶ֡ם לַפָּרִים לָאֵילִ֧ם וְלַכְּבָשִׂ֛ים בְּמִסְפָּרָ֖ם כַּמִּשְׁפָּֽט ׃
29,19
וּשְׂעִיר־עִזִּ֥ים אֶחָ֖ד חַטָּ֑את מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד וּמִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכֵּיהֶֽם ׃ ס
29,20
וּבַיּ֧וֹם הַשְּׁלִישִׁ֛י פָּרִ֥ים עַשְׁתֵּי־עָשָׂ֖ר אֵילִ֣ם שְׁנָ֑יִם כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵי־שָׁנָ֛ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר תְּמִימִֽם ׃
29,21
וּמִנְחָתָ֣ם וְנִסְכֵּיהֶ֡ם לַפָּרִים לָאֵילִ֧ם וְלַכְּבָשִׂ֛ים בְּמִסְפָּרָ֖ם כַּמִּשְׁפָּֽט ׃
29,22
וּשְׂעִ֥יר חַטָּ֖את אֶחָ֑ד מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד וּמִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכָּֽהּ ׃ ס
29,23
וּבַיּ֧וֹם הָרְבִיעִ֛י פָּרִ֥ים עֲשָׂרָ֖ה אֵילִ֣ם שְׁנָ֑יִם כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵֽי־שָׁנָ֛ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר תְּמִימִֽם ׃
29,24
מִנְחָתָ֣ם וְנִסְכֵּיהֶ֡ם לַפָּרִים לָאֵילִ֧ם וְלַכְּבָשִׂ֛ים בְּמִסְפָּרָ֖ם כַּמִּשְׁפָּֽט ׃
29,25
וּשְׂעִיר־עִזִּ֥ים אֶחָ֖ד חַטָּ֑את מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד מִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכָּֽהּ ׃ ס
29,26
וּבַיּ֧וֹם הַחֲמִישִׁ֛י פָּרִ֥ים תִּשְׁעָ֖ה אֵילִ֣ם שְׁנָ֑יִם כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵֽי־שָׁנָ֛ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר תְּמִימִֽם ׃
29,27
וּמִנְחָתָ֣ם וְנִסְכֵּיהֶ֡ם לַפָּרִים לָאֵילִ֧ם וְלַכְּבָשִׂ֛ים בְּמִסְפָּרָ֖ם כַּמִּשְׁפָּֽט ׃
29,28
וּשְׂעִ֥יר חַטָּ֖את אֶחָ֑ד מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד וּמִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכָּֽהּ ׃ ס
29,29
וּבַיּ֧וֹם הַשִּׁשִּׁ֛י פָּרִ֥ים שְׁמֹנָ֖ה אֵילִ֣ם שְׁנָ֑יִם כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵי־שָׁנָ֛ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר תְּמִימִֽם ׃
29,30
וּמִנְחָתָ֣ם וְנִסְכֵּיהֶ֡ם לַפָּרִים לָאֵילִ֧ם וְלַכְּבָשִׂ֛ים בְּמִסְפָּרָ֖ם כַּמִּשְׁפָּֽט ׃
29,31
וּשְׂעִ֥יר חַטָּ֖את אֶחָ֑ד מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד מִנְחָתָ֖הּ וּנְסָכֶֽיהָ ׃ פ
29,32
וּבַיּ֧וֹם הַשְּׁבִיעִ֛י פָּרִ֥ים שִׁבְעָ֖ה אֵילִ֣ם שְׁנָ֑יִם כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵי־שָׁנָ֛ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֖ר תְּמִימִֽם ׃
29,33
וּמִנְחָתָ֣ם וְנִסְכֵּהֶ֡ם לַפָּרִים לָאֵילִ֧ם וְלַכְּבָשִׂ֛ים בְּמִסְפָּרָ֖ם כְּמִשְׁפָּטָֽם ׃
29,34
וּשְׂעִ֥יר חַטָּ֖את אֶחָ֑ד מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד מִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכָּֽהּ ׃ פ
29,35
בַּיּוֹם֙ הַשְּׁמִינִ֔י עֲצֶ֖רֶת תִּהְיֶ֣ה לָכֶ֑ם כָּל־מְלֶ֥אכֶת עֲבֹדָ֖ה לֹ֥א תַעֲשֽׂוּ ׃
29,36
וְהִקְרַבְתֶּ֨ם עֹלָ֜ה אִשֵּׁ֨ה רֵ֤יחַ נִיחֹ֨חַ֙ לַֽיהוָ֔ה פַּ֥ר אֶחָ֖ד אַ֣יִל אֶחָ֑ד כְּבָשִׂ֧ים בְּנֵי־שָׁנָ֛ה שִׁבְעָ֖ה תְּמִימִֽם ׃
29,37
מִנְחָתָ֣ם וְנִסְכֵּיהֶ֗ם לַפָּ֨ר לָאַ֧יִל וְלַכְּבָשִׂ֛ים בְּמִסְפָּרָ֖ם כַּמִּשְׁפָּֽט ׃
29,38
וּשְׂעִ֥יר חַטָּ֖את אֶחָ֑ד מִלְּבַד֙ עֹלַ֣ת הַתָּמִ֔יד וּמִנְחָתָ֖הּ וְנִסְכָּֽהּ ׃
29,39
אֵ֛לֶּה תַּעֲשׂ֥וּ לַיהוָ֖ה בְּמוֹעֲדֵיכֶ֑ם לְבַ֨ד מִנִּדְרֵיכֶ֜ם וְנִדְבֹתֵיכֶ֗ם לְעֹלֹֽתֵיכֶם֙ וּלְמִנְחֹ֣תֵיכֶ֔ם וּלְנִסְכֵּיכֶ֖ם וּלְשַׁלְמֵיכֶֽם ׃
30,1
וַיֹּ֥אמֶר מֹשֶׁ֖ה אֶל־בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֑ל כְּכֹ֛ל אֲשֶׁר־צִוָּ֥ה יְהוָ֖ה אֶת־מֹשֶֽׁה ׃ פ
Afficher le commentaire de Rachi Afficher en hébreu
25,10
L'Éternel parla ainsi à Moïse:
25,11
"Phinéas, fils d'Eléazar, fils d'Aaron le pontife, a détourné ma colère de dessus les enfants d'Israël, en se montrant jaloux de ma cause au milieu d'eux, en sorte que je n'ai pas anéanti les enfants d'Israël, dans mon indignation.
Pin‘has fils d’El‘azar fils de Aharon le pontife
Étant donné que les tribus se moquaient de lui : « Avez-vous vu ce fils de Pouti, celui dont le grand-père maternel, [Yithro], engraissait (pitém) des veaux pour l’idolâtrie, tuer le prince d’une tribu d’Israël ! », le texte retrace ici sa généalogie depuis Aharon (Sanhèdrin 82b
En étant jaloux de ma jalousie
En assouvissant ma vengeance, en assumant la colère que j’aurais dû manifester moi-même. Toutes les fois que le texte parle de « jalousie », il s’agit d’être « enflammé de passion pour venger une cause », en français médiéval : « enprenment »
25,12
C'est pourquoi, tu annonceras que je lui accorde mon alliance amicale.
Mon alliance de paix
Qu’elle lui soit une alliance de paix ! De même que l’on témoigne sa reconnaissance à quelqu’un qui nous a fait du bien, de même le Saint béni soit-Il lui offre ici Sa paix
25,13
Lui et sa postérité après lui posséderont, comme gage d'alliance, le sacerdoce à perpétuité; parce qu'il a pris parti pour son Dieu et procuré expiation aux enfants d'Israël."
Ce sera pour lui
Mon alliance que voilà
Une alliance de pontificat à jamais
Il est vrai que le pontificat avait déjà été conféré à la descendance de Aharon, mais il ne l’avait été qu’à Aharon et à ses fils qui avaient reçu l’onction avec lui et à leurs descendances nées postérieurement à leur consécration. Pin‘has, en revanche, qui était né antérieurement à celle-ci et qui n’avait pas reçu l’onction, n’appartenait pas jusque là à la prêtrise. C’est ce que nous apprenons dans le traité Zeva‘him (101b) : Pin‘has n’est devenu kohen qu’après avoir tué Zimri
Pour son Eloqim
Pour la cause de son Eloqim, comme dans : « Es-tu jaloux pour moi ? » (supra 11, 29), « Je suis jaloux pour Sion » (Zekhariya 8, 2) – à cause de Sion
25,14
Or, le nom de l'Israélite frappé par lui, qui avait péri avec la Madianite, était Zimri, fils de Salou, chef d'une famille paternelle des Siméonites;
Et le nom de l’homme d’Israël…
Là même où le texte rappelle les origines familiales du juste pour en dresser l’éloge, il cite celles de l’impie pour lui faire honte (Midrach Tan‘houma)
Prince de la maison paternelle du Chim‘oni
De l’une des cinq maisons paternelles qui formaient la tribu de Chim‘on. Autre explication : Le texte brosse ici l’éloge de Pin‘has en ce que, bien que Zimri fût prince, il ne s’est pas retenu de venger la profanation du Nom divin. Voilà pourquoi le texte fournit l’identité de celui qui a été tué
25,15
et la femme qui avait été frappée, la Madianite, se nommait Kozbi, fille de Cour, qui était chef des peuplades d'une famille paternelle de Madian.
Et le nom de la femme frappée…
Pour t’apprendre la haine que leur vouaient les Midyanis, qui ont prostitué la fille d’un roi à seule fin d’entraîner Israël au péché (Midrach Tan‘houma)
Chef de peuples
Un des cinq rois de Midyan : « Ewi et Rèqèm, et Tsour et ‘Hour et Rèva’, cinq rois de Midyan » (infra 31, 8). C’était lui le plus renommé de tous, puisqu’il est écrit : « chef de peuples ». Étant donné toutefois qu’il s’est déshonoré en prostituant sa fille, il ne figure ici qu’en troisième place (Midrach Tan‘houma)
D’une maison paternelle
Midyan comptait cinq maisons paternelles : « ‘Eifa, et ‘Éfèr, et ‘Hanokh, et Avida’ et Elda’a » (Beréchith 25, 4), et celui-là régnait sur l’une d’elles
25,16
L'Éternel parla ainsi à Moïse:
25,17
"Attaquez les Madianites et taillez-les en pièces!
Harcèle (tseror)
Le verbe est à la forme préquentative, comme : « Souviens-toi ! (zakhor) » (Chemoth 20, 8), ou : « Garde ! (chamor) » (Devarim 5, 12). Il vous incombe de les traiter en ennemis
25,18
Car ils vous ont attaqués eux-mêmes, par les ruses qu'ils ont machinées contre vous au moyen de Peor, et au moyen de Kozbi, la fille du prince madianite, leur sœur, qui a été frappée, le jour de la mortalité, à cause de Peor."
Car ils vous harcèlent […] en raison de Pe‘or
En prostituant leurs filles afin de vous attirer vers le culte de Pe‘or. Mais Il n’a pas ordonné d’exterminer Moav, et ce à cause de Ruth qui en serait un jour issue, comme expliqué dans le traité Baba Qama (38b)
26,1
Or, à la suite de cette mortalité, l'Éternel dit à Moïse et à Eléazar, fils d'Aaron le pontife, ce qui suit:
Ce fut après la plaie…
Cela ressemble à un berger le troupeau a été attaqué par des loups, lesquels ont tué plusieurs têtes de bétail. Il veut maintenant dénombrer les survivants (Midrach Tan‘houma). Autre explication : Ils ont été comptés une première fois lorsque, étant sortis d’Égypte, ils ont été confiés à Mochè. À présent que celui-ci est sur le point de mourir et de rendre son troupeau, on les compte à nouveau (ibid.)
26,2
"Faites le relevé de la communauté entière des enfants d'Israël, depuis l'âge de vingt ans et au-delà, par familles paternelles; de tous ceux qui sont aptes au service en Israël."
Selon la maison de leur père
C’est la tribu du père, et non celle de la mère, qui fixe la lignée familiale (Baba bathra 109b)
26,3
Moïse et Eléazar le pontife leur en firent part, dans les plaines de Moab, au bord du Jourdain faisant face à Jéricho, en disant:
Mochè parla
Ils leur ont parlé de l’ordre de recenser que Hachem avait donné
En disant
Ils leur ont dit qu’il fallait qu’ils se fassent recenser
26,4
"…Depuis l'âge de vingt ans et au-delà; ainsi que l'Éternel l'avait prescrit à Moïse et aux enfants d'Israël, lorsqu'ils furent sortis du pays d'Egypte."
Depuis l’âgé de vingt ans et au-dessus
Qu’ils soient recensés à partir de l’âge de vingt ans et au-dessus, comme il est écrit : « Quiconque passera par le dénombrement, depuis l’âgé de vingt ans et au-dessus… » (Chemoth 30, 14)
26,5
Ruben, premier-né d'Israël. Les fils de Ruben: Hénok, d'où la famille des Hénokites; de Pallou, la famille des Pallouïtes;
La famille ‘Hanokhi
Les autres peuples se moquaient d’eux en disant : « Comment peuvent-ils fixer leurs lignées familiales selon leurs tribus ? S’imaginent-ils que les Égyptiens n’ont pas séduit leurs mères ? S’ils ont été leurs maîtres, à plus forte raison l’ont-ils été de leurs femmes ! » Voilà pourquoi le Saint béni soit-Il a associé Son Nom au leur, par les lettres hé au début et yod à la fin, comme pour porter témoignage qu’ils sont bien les fils de leurs pères. Cette pensée a été exprimée par David : « Les tribus de qah (yod et hé), témoignage pour Israël » (Tehilim 122, 4) – ce Nom-là témoigne pour eux quant à leurs tribus. C’est pourquoi elles portent toutes des noms comme ‘Hanokhi, Paloui. Mais pour Yimna (verset 44), il n’était pas nécessaire de l’appeler : « la famille ha-Yimni » car le nom contient déjà un yod au début et un hé à la fin
26,6
de Heçrôn, la famille des Heçronites; de Karmi, la famille des Karmites.
26,7
Telles sont les familles issues de Ruben; on y compta quarante-trois mille sept cent trente hommes.
26,8
Fils de Pallou: Eliab.
26,9
Fils d'Eliab: Nemouêl, Dathan et Abiram. C'est ce Dathan et cet Abiram, dignitaires de la communauté, qui s'attaquèrent à Moïse et à Aaron avec la faction de Coré, lorsque celle-ci s'attaqua à l'Éternel.
Qui ont excité
Israël contre Mochè
Dans leur excitation
Du peuple contre Hachem
Ont excité
Ils ont incité Israël à s’insurger contre Mochè. Ce verbe est au hif‘il
26,10
Mais la terre ouvrit son sein et les engloutit avec Coré, pendant que périssait le reste du parti, que le feu consumait les deux cent cinquante hommes, frappés pour l'exemple.
Ils furent pour signe
Pour leçon et pour souvenir, « afin qu’un homme profane n’approche » (supra 17, 5) en vue de se quereller contre la prêtrise
26,11
Quant aux fils de Coré, ils ne périrent point.
Et les fils de Qora‘h ne moururent pas
Il faisaient partie du complot à son début, mais au moment de la révolte ils se sont repentis. C’est pourquoi une place élevée leur a été attribuée au gueihinnom où ils ont pu rester (Meguila 14a, Sanhèdrin 110a)
26,12
Fils de Siméon, selon leurs familles: de Nemouêl, la famille des Nemouêlites; de Yamîn, la famille des Yaminites; de Yakhîn, la famille des Yakhinites;
26,13
de Zérah, la famille des Zarhites; de Chaoul, la famille des Chaoulites.
Pour Zèra‘h
Autre nom pour Tso‘har (Chemoth 6, 15), du mot tzohar (« éclat »). En revanche, la famille de Ohad avait disparu, de même que cinq familles descendantes de Binyamin. Car Binyamin était descendu en Égypte avec dix fils (Beréchith 46, 21) et l’on n’en énumère ici plus que cinq (versets 38 et 39). De même pour Gad, il manque ici Etsbon (Beréchith 46, 16), [ainsi que Yichwa pour Achér (Beréchith 46, 17)], ce qui fait un total de sept familles. J’ai trouvé dans la guemara (Yerouchalmi Yoma 2a, 1, 1) qu’à la mort de Aharon, les nuées de gloire ont disparu et les Kena‘anis sont venus attaquer les enfants d’Israël. Ceux-ci ont décidé de retourner en Égypte et ils ont rebroussé chemin sur huit étapes, de Hor-la-montagne à Mosséra, comme il est écrit : « Et les fils d’Israël sont partis de Beéroth-Benei-Ya‘aqan pour Mosséra, là est mort Aharon… » (Devarim 10, 6). Mais n’est-il pas mort à Hor-la-montagne, et huit étapes ne séparent-elles pas Mosséra de Hor-la-montagne ? C’est qu’ils avaient rebroussé chemin, poursuivis par les lewiim qui les ont ramenés et ont tué sept familles. Parmi les lewiim sont tombées quatre familles : celles de Chim‘i, de ‘Ouziéli, une partie de celle de Yitshar, dont on ne cite ici que celle de Qora‘h, ainsi qu’une quatrième dont je ne sais pas le nom. Rabi Tan‘houma explique qu’elles sont mortes dans l’épidémie à la suite de l’affaire de Bil‘am. Cependant, étant donné la différence qui sépare, en ce qui concerne la tribu de Chim‘on, les résultats du présent recensement et ceux du premier recensement dans le désert du Sinaï, il semble que les vingt-quatre mille victimes (supra 25, 9) appartenaient toutes à cette tribu-là
26,14
Telles sont les familles issues de Siméon: vingt-deux mille deux cents hommes.
26,15
Fils de Gad, selon leurs familles: de Cefôn, la famille des Cefonites; de Hagghi, la famille des Hagghites; de Chouni, la famille des Chounites;
26,16
d'Ozni, la famille des Oznites; de Eri, la famille des Erites;
Pour Ozni
Il s’agit, à mon avis, de la famille d’Etsbon, mais je ne sais pas pourquoi elle n’est pas citée sous ce nom-là
26,17
d'Arod, la famille des Arodites; d'Arêli, la famille des Arêlites.
26,18
Telles sont les familles des fils de Gad, selon leur dénombrement: quarante mille cinq cents hommes.
26,19
Fils de Juda: Er et Onân; mais Er et Onân moururent dans le pays de Canaan.
26,20
Les autres fils de Juda furent, selon leurs familles: Chêla, d'où la famille des Chêlanites; de Péreç, la famille des Parcites; de Zérah, la famille des Zarhites.
26,21
Les fils de Péreç furent: Heçrôn, d'où la famille des Heçronites; Hamoul, d'où la famille des Hamoulites.
26,22
Telles sont les familles de Juda, selon leur dénombrement: soixante-seize mille cinq cents hommes.
26,23
Fils d'Issachar, selon leurs familles: Tola, d'où la famille des Tolaïtes; Pouvva, d'où la famille des Pounites;
26,24
de Yachoub, la famille des Yachoubites; de Chimrôn, la famille des Chimronites.
Pour Yachouv
Autre nom pour Yov, cité parmi ceux qui sont descendus en Égypte (Beréchith 46, 13). Toutes les familles portent en effet le nom de ceux qui sont descendus en Égypte. Quant à ceux qui sont nés plus tard, ils n’ont pas donné leur nom à leurs familles, hormis celles d’Efrayim et de Menachè qui sont toutes nées en Égypte, ainsi que Ard et Na‘aman, fils de Béla’ fils de Binyamin. J’ai trouvé dans le livre de Rabi Mochè Hadarchan que leur mère était descendue en Égypte alors qu’elle était enceinte d’eux. Aussi ont-ils été répartis en familles, tout comme ‘Hetsron et ‘Hamoul (verset 21), petits-fils de Yehouda, et ‘Hèvèr et Malkiel (verset 45), petits-fils d’Achér. Si c’est une aggada, c’est bien ainsi. Sinon, à mon avis, il faut souligner que Béla’ a eu beaucoup de petits-enfants et qu’une descendance nombreuse est issue de Ard et de Na‘aman. Les descendants des autres fils portent le nom de Béla’, tandis que les descendants de ces deux-là portent les leurs. Il en va de même, à mon avis, des enfants de Makhir, qui sont répartis en deux familles (verset 29), l’une portant son nom et l’autre celui de son fils Guil‘ad. Cinq familles sont manquantes parmi les enfants de Binyamin, faisant ainsi s’accomplir une partie de la prophétie de sa mère qui l’avait appelé Ben-Oni (Beréchith 35, 18), c’est-à-dire « fils de mon affliction », et cette prophétie a fini de s’accomplir entièrement dans l’épisode de « la concubine de Guiv‘a (Choftim chapitres 19 et suivants). Voilà ce que j’ai trouvé dans le livre de Rabi Mochè Hadarchan
26,25
Telles sont les familles d'Issachar, selon leur dénombrement: soixante-quatre mille trois cents hommes.
26,26
Fils de Zabulon, selon leurs familles: de Séred, la famille des Sardites; d'Elôn, la famille des Elonites; de Yahleêl, la famille des Yahleêlites.
26,27
Telles sont les familles issues de Zabulon, selon leur dénombrement: soixante mille cinq cents hommes.
26,28
Fils de Joseph, selon leurs familles: Manassé et Ephraïm.
26,29
Fils de Manassé: Makhir, d'où la famille des Makhirites. Makhir engendra Ghilad: de Ghilad, la famille des Ghiladites.
26,30
Suivent les fils de Ghllad: lézer, d'où la famille des lézrites; de Hêlek, la famille des Hélkites;
26,31
puis Asriêl, d'où la famille des Asriêlites; Chékem, d'où la famille des Chikmites;
26,32
Chemida, d'où la famille des Chemidaïtes; de Héfer, la famille des Héfrites.
26,33
Celofhad, fils de Héfer, n'eut point de fils, mais seulement des filles. Les filles de Celofhad se nommaient: Mahla, Nos, Hogla, Milca et Tirça.
26,34
Ce sont là les familles de Manassé: on y comptait cinquante-deux mille sept cents hommes.
26,35
Ceux-ci sont les fils d'Ephraïm, selon leurs familles: de Choutélah, la famille des Choutalhites; de Béker, la famille des Bakrites; de Tahân, la famille des Tahanites.
26,36
Et ceux-ci sont les descendants de Choutélah: Erân, d'où la famille des Eranites.
Et ceux-ci sont les fils de Chouthèla‘h
Les autres descendants de Chouthèla‘h portent le nom de celui-ci, tandis que pour ‘Eran, dont est issue une grande famille, c’est le nom de celui-ci qu’elle porte. C’est ainsi que les enfants de Chouthèla‘h  sont comptés comme formant deux familles. Si on en fait le compte, on trouvera dans le présent chapitre cinquante-sept familles, plus huit chez les lewiim, soit un total de soixante-cinq. C’est ce que veut dire le verset : « … car vous êtes le moins nombreux (hame‘at) de tous les peuples » (Devarim 7, 7). La lettre hé de hame‘at a une valeur numérique de cinq, ce qui veut dire que vous êtes cinq de moins (me‘at) que les familles de toutes les nations, qui sont au nombre de soixante-dix. Voilà ce que j’ai tiré du livre de Rabi Mochè Hadarchan, mais j’ai dû en abréger et en compléter les paroles
26,37
Telles sont les familles des fils d'Ephraïm, selon leur dénombrement: trente-deux mille cinq cents hommes. Tels sont les descendants de Joseph, selon leurs familles.
26,38
Fils de Benjamin, selon leurs familles: de Béla, la famille des Balites; d'Achbêl, la famille des Achbélites; d'Ahiram, la famille des Ahiramites;
Pour A‘hiram
Autre nom pour E‘hi, qui est descendu en Égypte (Beréchith 46, 21). Il est ainsi nommé à cause de Yossef, qui était le frère de Binyamin et plus élevé que lui, d’où le nom de A‘hiram (« frère du grand »)
26,39
de Chefoufam, la famille des Chefoufamites; de Houfam, la famille des Houfamites.
Chefoufam
Autre nom pour Moupim (Beréchith 46, 21), ainsi appelé parce que Yossef avait été affaibli (chafouf) parmi les peuples
26,40
Béla eut pour fils Ard' et Naamân: d'où la famille des Ardites, et de Naamân, la famille des Naamites.
26,41
Tels sont les descendants de Benjamin, selon leurs familles: on y compta quarante-cinq mille six cents hommes.
26,42
Voici les descendants de Dan, selon leurs familles: de Chouham, la famille des Chouhamites. Ce sont là les familles de Dan, compté selon ses familles.
Pour Chou‘ham
Autre nom pour ‘Houchim (Beréchith 46, 23)
26,43
Total des familles issues de Chouham, d'après leur dénombrement: soixante-quatre mille quatre cents hommes.
26,44
Fils d'Asher, selon leurs familles: de Yimna, la famille des Yimna; de Yichvi, la famille des Yichvites; de Berïa, la famille des Beriites.
26,45
Pour les fils de Berïa: de Héber, la famille des Hébrites; de Malkiêl, la famille des Malkiélites.
26,46
Puis la fille d'Asher, nommée Sérah.
Et le nom de la fille d’Achér
Citée dans notre énumération parce qu’elle était encore en vie (Sédèr ‘Olam)
26,47
Telles sont les familles des fils d'Asher, selon leur dénombrement: cinquante-trois mille quatre cents hommes.
26,48
Fils de Nephtali, selon leurs familles: de Yahceêl, la famille des Yahceélites; de Gouni, la famille des Gounites;
26,49
de Yêcer, la famille des Yiçrites; de Chillem, la famille des Chillémites.
26,50
Telles sont les familles de Nephtali, compté selon ses familles; leur dénombrement donna quarante-cinq mille quatre cents hommes.
26,51
Résultat du dénombrement des enfants d'Israël: six cent un mille sept cent trente hommes.
26,52
L'Éternel parla à Moïse en ces termes:
26,53
"C'est entre ceux-là que le pays sera partagé comme héritage, selon le relevé des noms.
Pour ceux-là sera alloti le pays
Et non pour ceux âgés de moins de vingt ans, pas même s’ils atteignent cet âge avant le partage du pays. Car la conquête allait durer sept ans, et sept ans le partage. Seuls ces six cent un mille allaient participer au partage, et si l’un d’eux avait six fils, ceux-ci ne recevraient que la part allouée au père
26,54
Aux plus nombreux tu donneras une plus grande part, aux moins nombreux une part inférieure: chaque tribu recevra sa part selon le chiffre de sa population.
Au nombreux tu augmenteras son héritage
On a donné une plus grande part à la tribu dont la population était plus nombreuse. Et bien que les parts fussent d’importance inégale, puisque le partage a été effectué selon l’importance de la population des tribus, tout a été fait par tirage au sort, et ce tirage au sort a été opéré sous la dictée de l’esprit saint, comme expliqué dans le traité Baba bathra (122a). El‘azar le kohen était revêtu des ourim et des toumim et annonçait sous l’inspiration divine : « Si telle tribu sort de l’urne, tel territoire sort avec elle. » On avait écrit le nom des tribus sur douze bulletins, et de même celui des douze territoires. On mélangeait les bulletins dans une urne, dans laquelle le prince introduisait la main et dont il retirait deux bulletins. Ainsi tenait-il en main le bulletin correspondant à sa tribu et un autre sur lequel était écrit le territoire qui lui était destiné. Le sort lui-même disait à haute voix : « Moi, le sort, j’ai attribué tel territoire à telle tribu ! » comme il est écrit : « Conformément au sort sera alloti son héritage… » (verset 56). Le terrain ne fut pas alloti d’après l’étendue des terres, celles-ci étant d’inégale valeur, mais par évaluation : Une terre inculte ayant une superficie d’un kour équivalait à une terre fertile ayant une superficie d’un séa, le tout dépendant de la valeur (Sifri)
26,55
Toutefois, c'est au sort qu'on distribuera le pays; chacun aura son lot selon la désignation de sa tribu paternelle.
Selon les noms des tribus de leur père
Ceux qui étaient sortis d’Égypte (Baba bathra 117a). Le texte opère une différence entre ce mode d’acquisition-là et tous les autres modes d’acquisition de la Tora. Ce sont d’habitude les vivants qui héritent des morts, ici de sont les morts qui héritent des vivants. Comment cela ? Imaginons deux frères appartenant à la génération sortie d’Égypte ayant eu des fils – l’un un et l’autre trois – parmi ceux qui sont entrés dans le pays. Le fils unique a pris une part et les trois en ont reçu trois, comme il est écrit : « Pour ceux-là sera alloti le pays » (verset 53). Leur héritage a ensuite fait retour au grand-père paternel, après quoi ils se sont partagé le tout à parties égales. C’est ce qui est écrit : « Selon les noms des tribus de leur père hériteront-ils. » Après avoir reçu leur part, ils l’ont partagée à nouveau selon leurs pères sortis d’Égypte. Tandis que s’ils avaient opéré le partage selon le nombre de ceux qui étaient sortis d’Égypte, ces quatre fils n’auraient reçu que deux parts, alors qu’en fait ils en ont reçu quatre
Toutefois
À l’exception de Yehochou‘a et de Calev, comme il est écrit : « Ils donnèrent ‘Hèvron à Calev comme l’avait dit Mochè » (Choftim 1, 20) et : « Sur l’ordre de Hachem, ils lui donnèrent [à Yehochou‘a] la ville qu’il avait demandée » (Yehochou‘a 19, 50)
Des tribus de leur père
À l’exception des convertis et des serviteurs (Sifri)
26,56
Ce lot sera attribué par la voie du sort, que la famille soit considérable ou non."
Conformément au sort
Le sort parlait, comme je l’ai expliqué (verset 54). Cela nous apprend que le pays a été alloti sous inspiration divine (Baba bathra 122a), d’où les mots : « sur l’ordre de Hachem » (Yehochou‘a 19, 50)
26,57
Voici maintenant le relevé des Lévites, selon leurs familles: pour Gerson, la famille des Gersonites; pour Kehath, la famille des Kehathites; pour Merari, la famille des Merarites.
26,58
Voici les familles Issues de Lévi: la famille des Libnites, la famille des Hébronites, celle des Mahlites, celle des Mouchites, celle des Coréites. Kehath engendra Amram.
Celles-là sont les familles de Léwi
Manquent ici les familles de Chim‘i, de ‘Ouziéli, et une partie de celle de Yitshari
26,59
Et le nom de l'épouse d'Amram était Jocabed, fille de Lévi, laquelle naquit à Lévi en Egypte. Elle enfanta à Amram Aaron, Moïse et Miryam, leur sœur.
Qui a été enfantée à Léwi
Elle est née en Égypte, mais n’y a pas été conçue (Sota 12a)
En Égypte
Elle est née lorsqu’ils sont arrivés dans les murs, et elle a complété le nombre de soixante-dix. Car si on effectue un décompte, on n’en trouve que soixante-neuf (voir Rachi supra 3, 15)
26,60
Aaron eut pour fils Nadab et Abihou, Eléazar et Ithamar;
26,61
mais Nadab et Abihou moururent, pour avoir apporté un feu profane devant le Seigneur.
26,62
Or, leur population dénombrée se monta à vingt-trois mille mâles âgés d'un mois et au-dessus; car ils n'avaient point figuré dans le recensement des enfants d'Israël, n'ayant point reçu de patrimoine comme ceux-ci.
Car ils n’ont pas été dénombrés au milieu des fils d’Israël
Pour être comptés à partir de l’âge de vingt ans. Et pour quelle raison ?
Car il ne leur a pas été donné d’héritage
Tandis que ceux qui avaient été comptés à partir de l’âge de vingt ans ont participé à l’héritage, comme il est écrit : « À chaque homme selon ses dénombrés sera donné son héritage » (verset 54)
26,63
Tel fut le résultat du recensement opéré par Moïse, et le pontife Eléazar à l'égard des enfants d'Israël, dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vers Jéricho.
26,64
Parmi eux ne se trouvait pas un seul homme de ceux qu'avait recensés Moïse et le pontife Aaron, lorsqu'ils avaient dénombré les Israélites dans le désert de Sinaï.
Et dans ceux-là il n’y avait pas d’homme
Mais la punition prononcée à la suite de l’affaire des explorateurs ne visait pas les femmes, parce qu’elles aimaient le pays. Les hommes avaient dit : « Donnons-nous un chef et retournons en Égypte ! » (supra 14, 4), tandis que les femmes ont demandé : « Donne-nous une possession au milieu des frères de notre père ! » (infra 27, 4). Voilà pourquoi le chapitre relatif aux filles de Tselof‘had fait immédiatement suite au présent contexte (Midrach Tan‘houma)
26,65
Car l'Éternel avait déclaré, quant à ceux-là, qu'ils devaient mourir dans le désert; et aucun d'eux n'avait survécu, excepté Caleb, fils de Yefounné, et Josué, fils de Noun.
27,1
Alors s'approchèrent les filles de Celofhad, fils de Héfer, fils de Ghilad, fils de Makhir, fils de Manassé, de la descendance de Manassé, fils de Joseph, lesquelles filles avaient nom Mailla, Noa, Hogla, Milca et Tirça;
Des familles de Menachè fils de Yossef
Pourquoi ces mots, alors qu’il vient d’être dit qu’il était « fils de Menachè » ? C’est pour te dire que Yossef aimait le pays, comme il est écrit : « … vous ferez monter mes ossements d’ici » (Beréchith 50, 25), et que ses descendantes aimaient le pays, comme il est écrit : « Donne-nous une possession ! » (verset 4). Cela t’apprend aussi qu’ils étaient tous des justes. Car toutes les fois que les actions de quelqu’un et celles de ses parents restent obscures et que le texte cite celles de l’un d’eux à son avantage en mettant l’accent sur sa filiation, c’est qu’il est un juste descendant d’un juste. Et s’il les cite à son désavantage, comme dans : « Vint Yichma‘el fils de Netanya fils de Elichama’… » (II Melakhim 25, 25), il est évident que tous ceux qui sont mentionnés avec lui sont des méchants
Ma‘hla
Alors qu’il est écrit plus loin : « Ma‘hla, Tirtsa […] furent… » (infra 36, 11). Cela nous apprend qu’elles se valaient toutes, d’où cette interversion dans l’ordre de leur énumération (Sifri)
27,2
elles se présentèrent devant Moïse, devant Eléazar le pontife, devant les phylarques et toute la communauté, à l'entrée de la tente d'assignation, disant:
Devant Mochè
Cela nous apprend qu’elles ne se sont présentées devant eux que pendant la quarantième année, après la mort de Aharon
Devant Mochè
Et ensuite devant El‘azar ? Se pourrait-il que Mochè ne l’ait pas su, contrairement à El‘azar qui l’aurait su ? Il faut intervertir ici l’ordre du verset et l’interpréter comme l’a fait Rabi Yochiya : « Aba ‘Hanan a enseigné au nom de Rabi El‘azar : Mochè et El‘azar étaient assis au Beith hamidrach et elles se sont présentées devant eux tous » (Baba bathra 119b)
27,3
"Notre père est mort dans le désert. Toutefois, il ne faisait point partie de cette faction liguée contre le Seigneur, de la faction de Coré: c'est pour son péché qu'il est mort, et il n'avait point de fils.
Et lui il n’était pas…
Étant donné qu’elles étaient venues dire qu’il était mort pour son propre péché, elles ont été obligées de préciser qu’il n’avait été impliqué ni dans l’affaire des récriminateurs (supra 14, 27) ni dans celle de la faction de Qora‘h qui avait excité le peuple contre le Saint béni soit-Il. Il n’était mort que pour son seul péché, et sans avoir fait pécher les autres à sa suite (Baba bathra 118b). Rabi ‘Aqiva a enseigné que c’était le « ramasseur de bois » (supra 15, 32), Rabi Chim‘on qu’il faisait partie des « obstinés » (supra 14, 44) (Chabath 96b)
27,4
Faut-il que le nom de notre père disparaisse du milieu de sa famille, parce qu'il n'a pas laissé de fils? Donne-nous une propriété parmi les frères de notre père!"
Pourquoi le nom de notre père sera-t-il diminué
Nous occupons la place d’un fils, et si les filles ne sont pas considérées comme une postérité, que notre mère épouse son beau-frère ! (Baba bathra 119b)
Parce qu’il n’a pas de fils
Si en revanche il avait eu un fils, elles n’auraient rien réclamé, ce qui nous apprend qu’elles étaient intelligentes (Sifri)
27,5
Moïse déféra leur cause à l'Éternel.
Mochè fit approcher leur cause
Il ignorait la loi applicable, et il a été puni pour s’être targué du contraire en disant : « … et la chose qui sera dure pour vous, vous me la ferez approcher, je l’écouterai » (Devarim 1, 17) (Sanhèdrin 8a). Autre explication : Ce chapitre aurait dû porter le nom de Mochè, mais les filles de Tselof‘had ont mérité qu’il porte leur nom (ibid.)
27,6
Et l'Éternel parla ainsi à Moïse:
27,7
"Les filles de Celofhad ont raison. Tu dois leur accorder un droit d'hérédité parmi les frères de leur père, et leur transmettre l'héritage de leur père.
Les filles de Tselof‘had parlent juste (kén)
Comme le Targoum Onqelos rend le mot kén : yaouth (« bien »). Ce chapitre est écrit devant moi dans le ciel, ce qui nous apprend que leur œil a vu ce que l’œil de Mochè n’avait pas vu (Sifri)
Les filles de Tselof‘had parlent juste
Leur demande est justifiée. Heureux celui dont le Saint béni soit-Il approuve les paroles ! (Sifri)
Donner
Deux parts, celle de leur père qui faisait partie de ceux qui étaient sortis d’Égypte, et celle que celui-ci aurait partagée avec ses frères dans la succession de ‘Héfèr (Baba bathra 118b)
Tu feras passer (weha‘avarta)
Le mot weha‘avarta, qui exprime l’idée de « transmission », mais aussi de « colère » (‘evra), s’applique à celui qui ne laisse pas de fils pour lui succéder (Baba bathra 116a). Autre explication : Il y a « transmission » parce que la fille fait passer la succession d’une tribu à une autre, puisque son fils et son mari héritent d’elle (Baba bathra 147a). L’interdiction du passage d’une succession d’une tribu à une autre (infra 36, 7) n’a été édictée que pour cette génération-là. Dans tous les cas de dévolution successorale il est écrit : « vous donnerez » (versets 9, 10 et 11), tandis que pour la fille il est écrit : « vous ferez passer » (verset 8) (Sifri)
27,8
Et tu parleras en ces termes aux enfants d'Israël: Si un homme meurt sans laisser de fils, vous ferez passer son héritage à sa fille.
27,9
S'il n'a pas de fille, vous donnerez son héritage à ses frères.
27,10
S'il n'a pas de frères, vous donnerez son héritage aux frères de son père.
27,11
Et si son père n'a pas laissé de frères, vous donnerez son héritage au plus proche parent qu'il aura dans sa famille, lequel en deviendra possesseur. Ce sera pour les enfants d'Israël une règle de droit, ainsi que l'Éternel l'a prescrit à Moïse."
À son proche
Il n’est de « famille » que du côté paternel (Baba bathra 109b)
27,12
L'Éternel dit à Moïse: "Monte sur cette hauteur des Abarîm, pour contempler le pays que j'ai donné aux enfants d'Israël.
Monte vers cette montagne-ci des ‘Avarim
Pourquoi ce paragraphe fait-il immédiatement suite à celui qui précède ? Lorsque le Saint béni soit-Il lui a dit : « Donner, tu leur donneras une possession d’héritage » (verset 7), Mochè s’est dit : « Puisque c’est à moi que Hachem a ordonné de faire entrer en possession, peut-être la condamnation [qui me frappe] a-t-elle été révoquée et pourrai-je entrer dans le pays. » Le Saint béni soit-Il lui a rétorqué : « Ma condamnation reste en vigueur » (Midrach Tan‘houma). Autre explication : Lorsque Mochè est entré dans le territoire attribué aux enfants de Gad et à ceux de Reouven, il s’est réjoui et a dit : « On dirait que mon barrage a été levé ! » Cela ressemble à un roi qui a interdit à son fils de passer la porte de son palais. Le roi y entre, et son fils le suit. Il pénètre dans la cour, et son fils continue de le suivre, dans le palais, et son fils est toujours à le talonner. Mais au moment d’entrer dans la chambre à coucher, il apostrophe son fils : « Interdiction d’aller plus loin ! » (Sifri)
27,13
Quand tu l'auras contemplé, tu iras rejoindre tes pères, toi aussi, comme l'a fait Aaron ton frère;
Comme a été réuni Aharon ton frère
D’où l’on apprend que Mochè enviait la mort de Aharon (Sifri). Autre explication : « Tu n’es pas meilleur que lui, puisque “vous ne m’avez pas sanctifié au milieu des fils d’Israël” (Devarim 32, 51). Si en revanche vous m’aviez sanctifié, le moment où vous auriez dû quitter ce monde-ci ne serait pas encore arrivé » (Sifri). Partout où le texte parle de leur mort, il rappelle également leur faute. La décision ayant été prise de faire mourir dans le désert la génération qui l’avait traversé pour n’avoir pas cru en Lui, Mochè a demandé que sa propre faute soit mentionnée afin que l’on ne dise pas qu’il a participé, lui aussi, à la rébellion. Cela ressemble à deux femmes punies par le tribunal, l’une pour adultère, l’autre pour avoir mangé des figues pendant la septième année, etc. Il en est de même ici : Partout où le texte parle de leur mort, il rappelle également leur faute, afin que l’on sache qu’il n’avaient commis que ce seul péché (Yoma 86b)
27,14
parce que vous avez contrevenu à ma parole dans le désert de Cîn, lors de la querelle soulevée par la communauté, au lieu de faire éclater devant eux ma sainteté par les eaux." Ce sont les eaux de Meribath-Kadêch, au désert de Cîn.
Elles sont les eaux de la désobéissance de Qadéch
Elles seules, et ils n’avaient commis aucune autre faute. Autre explication : Ceux-là mêmes qui avaient fomenté une rébellion à Mara en ont fomenté une à la mer des Joncs, et c’est encore eux qui en ont fomenté une dans le désert de Tsin
27,15
Alors Moïse parla à l'Éternel en ces termes:
Mochè parla à Hachem
Cette phrase est à l’éloge des justes : Lorsqu’ils sont sur le point de quitter ce monde-ci, ils se désintéressent de leurs propres intérêts et se préoccupent de ceux de la collectivité (Sifri)
En disant
Il lui a dit : « Réponds-moi ! Vas-tu leur nommer un chef ou non ? » (Sifri)
27,16
"Que l'Éternel, le Dieu des esprits de toute chair, institue un chef sur cette communauté,
Que Hachem donne mission
Lorsque Mochè a entendu l’ordre de Hachem : « Donne l’héritage de Tselof‘had à ses filles ! », il s’est dit : « Le moment est venu de m’occuper de mes propres intérêts et de demander que mes enfants héritent de ma dignité. » Le Saint béni soit-Il lui a répondu : « Tel n’est pas mon dessein. Yehochou‘a mérite de recueillir la récompense de sa fidélité pour n’avoir pas « bougé de l’intérieur de la tente » (Chemoth 33, 11). C’est ce qu’a voulu dire Chelomo : « Qui garde le figuier mangera de ses fruits » (Michlei 27, 18) (Midrach Tan‘houma)
Le Eloqim des esprits
Pourquoi ces mots ? Il a dit : « Maître de l’univers ! Il est clair et connu devant toi que la pensée de chacun d’eux est différente de celle des autres. Nomme sur eux un chef qui sache accepter chacun selon son tempérament ! » (Midrach Tan‘houma)
27,17
qui marche sans cesse à leur tête et qui dirige tous leurs mouvements, afin que la communauté de l'Éternel ne soit pas comme un troupeau sans pasteur."
Qui sortira devant eux
Non pas à la manière des rois des nations qui restent chez eux et envoient leurs troupes au combat, mais comme j’ai agi moi-même lorsque j’ai combattu contre Si‘hon et ‘Og, comme il est écrit : « Ne le crains pas… » (supra 21, 34), et comme agira Yehochou‘a , comme il est écrit : « Yehochou‘a alla vers lui et lui dit : “Es-tu pour nous ou pour nos ennemis ?” » (Yehochou‘a 5, 13). De même est-il écrit de David qu’il « sortait et rentrait devant eux » (I Chemouel 18, 16) : Il sortait et rentrait à leur tête (Sifri)
Et qui les fera sortir
Par ses mérites (Sifri)
Et qui les fera venir
Par ses mérites. Autre explication : « Et qui les fera venir » – que tu ne le traites pas comme moi qui ne les ferai pas entrer dans le pays
27,18
Et l'Éternel dit à Moïse: "Fais approcher de toi Josué, fils de Noun, homme animé de mon esprit, et impose ta main sur lui.
Prends-toi
Attire-le par des paroles : « Heureux es-tu d’avoir mérité de conduire les enfants de Hachem ! » (Sifri)
Toi
Celui qui a été scruté par toi, celui que tu connais (Sifri)
En qui est l’esprit
Comme tu l’as demandé, qui s’accorde avec l’état d’esprit de chacun
Tu appuieras ta main sur lui
Fais de lui un porte-parole, afin qu’il enseigne de ton vivant et que l’on ne dise pas qu’il n’osait lever la tête du vivant de Mochè (Sifri)
27,19
Tu le mettras en présence d'Eléazar le pontife et de toute la communauté, et lui donneras ses instructions devant eux.
Tu lui donneras des ordres
Au sujet d’Israël. Sache qu’ils sont fatiguants et prompts à se rebeller,et accepte cette mission en connaissance de cause (Sifri)
27,20
Tu lui communiqueras une partie de ta majesté, afin que toute l'assemblée des enfants d'Israël lui obéisse.
Tu donneras de ta majesté sur lui
Il s’agit du rayonnement de la peau de son visage
De ta majesté
Et non toute ta majesté. D’où nous apprenons que le visage de Mochè était comme le soleil et celui de Yehochou‘a comme la lune (Baba bathra 75a)
Afin qu’ils écoutent
Afin qu’ils l’honorent et le respectent, comme ils le font pour toi
27,21
II devra se présenter devant le pontife Eléazar, qui interrogera pour lui l'oracle des Ourîm devant le Seigneur: c'est à sa voix qu'ils partiront, à sa voix qu'ils rentreront, lui-même aussi bien que tous les enfants d'Israël et toute la communauté."
Et il se tiendra devant El‘azar le pontife
Cela donnera satisfaction à ta requête de ne pas voir cet honneur sortir de la maison de ton père, car Yehochou‘a aura besoin, lui aussi, d’El‘azar
Il l’interrogera
Quand il devra partir en guerre
Conformément à lui
D’El‘azar
Et toute la communauté
Le Sanhèdrin (Yoma 73b)
27,22
Moïse fit comme l'Éternel lui avait prescrit: il prit Josué, le mit en présence du pontife Eléazar et de toute la communauté,
Il prit Yehochou‘a
Il le prit par des paroles en lui faisant connaître la récompense réservée dans le monde à venir à ceux qui guident Israël (Sifri)
27,23
lui imposa les mains et lui donna ses instructions, comme l'Éternel l'avait dit par l'organe de Moïse.
Il appuya ses mains
De bon cœur, et faisant beaucoup plus que ce qui lui avait été demandé : Car le Saint béni soit-Il lui avait dit : « Tu appuieras “ta main” sur lui » (verset 18), tandis que lui l’a fait de ses deux mains, le remplissant généreusement de sa sagesse, comme on remplit un récipient à ras bord (Sifri)
Ainsi que Hachem parla
Pour sa majesté aussi, il lui en donna une partie
28,1
L'Éternel parla à Moïse en ces termes:
28,2
"Ordonne ceci aux enfants d'Israël et dis-leur: Mes offrandes, ce pain qui se consume pour moi en délectable odeur, vous aurez soin de me les présenter en leur temps.
Ordonne aux fils d’Israël
Qu’est-il écrit plus haut ? « Que Hachem donne mission… » (supra 27, 16). Le Saint béni soit-Il a dit [à Mochè] : « Plutôt que de m’adresser des injonctions dans l’intérêt de mes enfants, donne-leur en en mon honneur ! » Cela ressemble à une fille de roi qui, sur le point de quitter ce monde-ci, adresse des recommandations à son mari au sujet de ses enfants, comme on le trouve dans le Sifri
Mon offrande
C’est le sang
Mon pain
Ce sont les parties grasses. De même est-il écrit : « Le pontife les fera fumer vers l’autel : un gâteau ichè … » (Wayiqra 3, 16)
Pour mes sacrifices par le feu (ichim)
Qui sont mis dans le feu de mon autel
Vous prendrez garde
Que kohanim, lewiim et yisraélim y assistent ! D’où l’on apprend l’institution des « tours de présence » (ma‘amadoth) (Ta‘anith 27a)
En son époque
Chaque jour est « l’époque » fixée pour les offrandes perpétuelles
28,3
Dis-leur encore: Ceci est le sacrifice que vous aurez à offrir à l'Éternel: des agneaux âgés d'un an, sans défaut, deux par jour, holocauste perpétuel.
Tu leur diras
C’est une injonction adressée au tribunal (Sifri)
Deux pour le jour
À prendre au sens littéral. Mais l’essentiel du texte est de nous apprendre qu’ils doivent être égorgés du côté opposé à la lumière du jour : l’offrande perpétuelle du matin à l’ouest et celle de l’après-midi à l’est des anneaux (Yoma 62b)
28,4
Un de ces agneaux, tu l'offriras le matin; le second, tu l'offriras vers le soir.
L’agneau
Il est vrai que cela a déjà été dit dans la sidra Tetsawè : « Et ceci [est] ce que tu feras… » (Chemoth 29, 38). Mais c’était un ordre pour les jours de consécration, tandis qu’il s’agit ici d’une prescription adressée aux générations futures
28,5
Plus, comme oblation, un dixième d'êpha de fleur de farine, pétrie avec un quart de hîn d'huile d'olives concassées.
Fleur de farine comme oblation (min‘ha)
La min‘ha ajoutée aux nessakhim (supra 15, 4)
28,6
Holocauste perpétuel, déjà offert sur le mont Sinaï comme odeur agréable, destiné à être brûlé devant l'Éternel.
Qui a été fait dans le mont Sinaï
Comme ceux qui ont été offerts pendant les jours de consécration. Autre explication : Les mots : « qui a été fait dans le mont Sinaï » visent la ‘ola perpétuelle, laquelle est comparée à la ‘ola du mont Sinaï, offerte avant le don de la Tora. Il est écrit au sujet de cette ‘ola : « Il la plaça dans des bassins » (Chemoth 24, 6), ce qui nous apprend qu’il fallait un récipient [spécial]
28,7
Sa libation sera un quart de hîn pour ce premier agneau; c'est dans le lieu saint qu'on fera cette libation de vin pur, en l'honneur de l'Éternel.
Et sa libation (nessekh)
Du vin
Dans le lieu saint
Le néssèkh se fera sur l’autel (Sifri)
Tu verseras de la boisson forte
Du vin apte à enivrer, à l’exclusion du vin nouveau (Baba bathra 97a)
28,8
Pour le second agneau, tu l'offriras vers le soir; tu procéderas comme pour l'oblation et la libation du matin, combustion d'odeur agréable à l'Éternel.
D’odeur agréable
Une satisfaction d’esprit pour moi, car j’ai parlé et ma volonté a été faite (Sifri)
28,9
Et au jour du sabbat, deux agneaux d'un an sans défaut: plus, pour oblation, deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile et sa libation.
28,10
Holocauste du sabbat, offert chaque sabbat, indépendamment de l'holocauste perpétuel et de sa libation.
Holocauste (‘ola) du Chabath dans son Chabath
Et non la ‘ola du Chabath dans un autre Chabath. J’aurais pu penser que si on ne l’a pas offert ce Chabath-ci on pourrait en offrir deux le Chabath suivant. Aussi est-il écrit : « dans son Chabath », ce qui nous apprend que si le jour est passé, l’offrande devient caducque (Sifri)
Sur l’holocauste (‘ola) perpétuel
Ce sont les moussafim, que l’on offre en plus des deux agneaux de la ‘ola perpétuelle. Cela nous apprend qu’on ne doit les offrir qu’entre les deux ‘oloth perpétuelles. Il en est de même pour tous les moussafim, où il est ajouté : « sur la ‘ola perpétuelle » pour qu’on en retire la même leçon (Sifri)
28,11
Et lors de vos néoménies, vous offrirez pour holocauste à l'Éternel deux jeunes taureaux, un bélier, sept agneaux d'un an sans défaut.
28,12
Plus, trois dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile, comme oblation pour chaque taureau; deux dixièmes de fleur de farine pétrie à l'huile, comme oblation pour le bélier unique,
Et trois dixièmes
Selon la règle des nessakhim pour un taureau, car ils sont ainsi fixés dans le chapitre des nessakhim (supra chapitre 15)
28,13
et un dixième de fleur de farine pétrie à l'huile comme oblation pour chaque agneau: holocauste d'odeur délectable, à consumer pour l'Éternel.
28,14
Quant à leurs libations, il y aura un demi-hîn de vin par taureau, un tiers de hîn pour le bélier, et un quart de hîn par agneau. Tel sera l'holocauste périodique des néoménies, pour toutes les néoménies de l'année.
Cela sera l’holocauste (‘ola) du mois en son mois
Si le jour est passé, l’offrande est devenue caducque et l’on ne peut plus la remplacer
28,15
De plus, un bouc pour expiatoire, en l'honneur de l'Éternel, à offrir indépendamment de l'holocauste perpétuel et de sa libation.
Et un bouc
Tous les boucs des moussafim servent à expier une impureté du sanctuaire et de ses choses saintes, le tout comme expliqué dans le traité Chevou‘oth (9a). Mais il en va autrement pour le bouc de Roch ‘hodech, à propos duquel il est écrit : « à Hachem », cela pour t’apprendre qu’il sert à expier les impuretés dont on n’a eu connaissance ni au début ni à la fin et dont seul est informé le Saint béni soit-Il. On en déduit la signification des autres boucs sacrifiés. La aggada explique que le Saint béni soit-Il a dit : « Apportez-moi une kappara, à moi qui ai rapetissé la lune ! » (‘Houlin 60b)
Sera fait en plus de l’holocauste (‘ola) perpétuel
Toute cette offrande-là
Et de sa libation (nessekh)
L’expression : « et de son néssèkh » ne se rapporte pas au bouc, car il n’y a pas de nessakhim pour un ‘hatath
28,16
Au premier mois, le quatorzième jour de ce mois, la pâque sera offerte à l'Éternel.
28,17
Et le quinzième jour du même mois, c'est fête: durant sept jours on mangera des azymes.
28,18
Au premier jour, convocation sainte: vous ne ferez aucune œuvre servile.
Aucun travail de service
Pas même un travail qui vous est nécessaire, comme une activité destinée à prévenir une perte, laquelle est permise pendant ‘hol hamo’éd mais interdite pendant la fête
28,19
Et vous offrirez en sacrifice, comme holocauste à l'Éternel, deux jeunes taureaux, un bélier, et sept agneaux âgés d'un an, que vous choisirez sans défaut.
De taureaux issus de gros bétail
En commémoration d’Avraham, à propos de qui il est écrit : « Et vers le troupeau courut Avraham… » (Beréchith 18, 7)
Un bélier
En commémoration du bélier de Yits‘haq
Des agneaux
En commémoration de Ya‘aqov, à propos de qui il est écrit : « Et les agneaux, Ya‘aqov sépara… » (Beréchith 30, 40). J’ai trouvé cela dans le livre de Rabi Mochè Hadarchan
28,20
Pour leur oblation, de la fleur de farine pétrie à l'huile; vous en offrirez trois dixièmes par taureau, deux dixièmes pour le bélier.
28,21
Et tu en offriras un dixième respectivement pour chacun des sept agneaux.
28,22
De plus, un bouc expiatoire, pour obtenir votre pardon.
28,23
C'est indépendamment de l'holocauste du matin, dû comme holocauste perpétuel, que vous ferez ces offrandes.
28,24
Vous ferez les pareilles journellement pendant sept jours, comme aliment de combustion qui sera en odeur agréable à l'Éternel; cela aura lieu en sus de l'holocauste perpétuel et de sa libation.
Comme ces choses-là vous ferez pour chaque jour
Sans que leur nombre aille en diminuant comme c’est le cas pour les taureaux de Soukoth (Sifri)
28,25
Et le septième jour, il y aura pour vous convocation sainte: vous ne ferez aucune œuvre servile.
28,26
Au jour des prémices, quand vous présenterez à l'Éternel l'offrande nouvelle, à la fin de vos semaines, il y aura pour vous convocation sainte: vous ne ferez aucune œuvre servile.
Et au jour des prémices
La fête de Chavou‘oth est appelée « la fête des prémices de la moisson du froment », à cause des deux pains qui étaient les premiers à servir à une min‘ha de blé issue de la nouvelle récolte (Mena‘hoth 84b)
28,27
Vous offrirez, comme holocauste d'odeur agréable à l'Éternel, deux jeunes taureaux, un bélier, sept agneaux âgés d'un an.
28,28
Pour leur oblation, de la fleur de farine pétrie à l'huile; trois dixièmes pour chaque taureau, deux dixièmes pour le bélier unique,
28,29
un dixième respectivement pour chacun des sept agneaux.
28,30
Un bouc, pour faire expiation sur vous.
28,31
Vous les offrirez en sus de l'holocauste perpétuel et de son oblation; vous les choisirez sans défaut, et y joindrez leurs libations.
Ils vous seront sans défaut
Même les nessakhim seront sans défaut. D’où nos maîtres ont déduit que le vin « fleuri » est impropre aux nessakhim (Mena‘hoth 87a)
29,1
Au septième mois, le premier jour du mois, il y aura pour vous convocation sainte: vous ne ferez aucune œuvre servile. Ce sera pour vous le jour du son du Chofar.
29,2
Vous offrirez en holocauste, comme odeur agréable à l'Éternel, un jeune taureau, un bélier, sept agneaux d'un an sans défaut.
29,3
Leur oblation: de la fleur de farine pétrie à l'huile, trois dixièmes pour le taureau, deux dixièmes pour le bélier,
29,4
et un dixième pour chacun des sept agneaux.
29,5
Plus, un bouc comme expiatoire, pour obtenir votre pardon.
29,6
Indépendamment de l'holocauste de néoménie avec son oblation, et de l'holocauste perpétuel avec la sienne et avec leurs libations réglementaires, combustion d'odeur agréable à l'Éternel.
Indépendamment de l’holocauste (‘ola) du mois
Les moussafim de Roch ‘hodech qui se trouve être Roch hachana
29,7
Et au dixième jour de ce septième mois, il y aura pour vous convocation sainte: vous mortifierez vos personnes, vous vous abstiendrez de tout travail.
29,8
Et vous offrirez en holocauste à l'Éternel, comme odeur délectable, un jeune taureau, un bélier, sept agneaux d'un an que vous choisirez sans défaut.
29,9
Leur oblation: de la fleur de farine pétrie à l'huile, trois dixièmes pour le taureau, deux dixièmes pour le bélier unique,
29,10
un dixième respectivement pour chacun des sept agneaux.
29,11
Un bouc, comme expiatoire: sans compter l'expiatoire du jour d'expiation, l'holocauste perpétuel, son oblation et leurs libations.
Indépendamment de l’expiatoire (‘hatath) des propitiations (kippourim)
Le bouc offert à l’intérieur du sanctuaire, dont il est question dans la sidra A‘haré moth (Wayiqra 16, 9) et qui est lui aussi un ‘hatath
Et de l’holocauste (‘ola) perpétuel
Et indépendamment de la ‘ola perpétuelle vous offrirez ces ‘oloth-là
Et leurs libations (nessakhim)
Ce mot se rapporte aux moussafim et au verbe sous-entendu : « vous offrirez ». Il s’agit d’un impératif : « Indépendamment de la ‘ola perpétuelle et sa min‘ha vous offrirez ceux-là et leurs nessakhim. » Il en est de même toutes les fois qu’il est écrit : « et leurs nessakhim » à propos des fêtes, à l’exception des offrandes de Soukoth où les formes : « et son néssèkh », « et leurs nessakhim » ou « et ses nessakhim » s’appliquent à la ‘ola perpétuelle et ne sont pas précédées d’un verbe à l’impératif. Les nessakhim des moussafim sont en effet écrites à part pour chaque jour
29,12
Et le quinzième jour du septième mois, il y aura pour vous convocation sainte, vous ne ferez aucune œuvre servile. Vous célébrerez, en l'honneur de l'Éternel, une fête de sept jours.
29,13
Vous offrirez en holocauste, comme sacrifice d'odeur agréable à l'Éternel, treize jeunes taureaux, deux béliers, quatorze agneaux d'un an qui soient sans défaut.
29,14
Leur oblation sera de fleur de farine pétrie à l'huile: trois dixièmes pour chacun des treize taureaux, deux dixièmes pour chacun des deux béliers,
29,15
et un dixième, respectivement, pour chacun des quatorze agneaux.
29,16
Plus, un bouc, comme expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de sa libation.
29,17
Le deuxième jour, douze jeunes taureaux, deux béliers, quatorze agneaux d'un an sans défaut.
29,18
Leurs oblations et leurs libations, pour les taureaux, les béliers et les agneaux, à proportion de leur nombre, auront lieu d'après le rite.
Et leur oblation (min‘ha) et leurs libations (nessakhim)
Les taureaux offerts pendant Soukoth sont au nombre de soixante-dix, tout comme les soixante-dix nations idolâtres qui vont en diminuant graduellement (Souka 55b). C’est pour elles un signe de déclin, et à l’époque du Temple ils les protégeaient contre les souffrances
Et pour les agneaux
Ils correspondent à Israël, appelé aussi « agneau dispersé » (Yirmeya 50, 17). Leur nombre, qui est constant et s’élève à quatre-vingt dix-huit, est destiné à le prémunir contre les quatre-vingt dix-huit malédictions contenues dans le livre de Devarim (Devarim 28, 15 à 68). Il est écrit pour le deuxième jour, pour les deux ‘oloth perpétuelles du jour : « et de leurs mena‘hoth » (verset 19), et le changement d’expression appelle une explication midrachique comme l’ont enseigné nos maîtres : Il est écrit pour le deuxième jour « et de leurs mena‘hoth » [avec la lettre mèm], pour le sixième « et de ses nessakhim » [avec la lettre yod] (verset 31), et pour le septième « selon leur ordonnance » [avec la lettre mèm] (verset 33), ces trois lettres formant le mot mayim (« eau »), ce qui constitue une allusion dans la Tora au néssèkh d’eau pendant la fête de Soukoth (Ta‘anith 2b)
29,19
Plus, un bouc, comme expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de leurs libations.
29,20
Le troisième jour, onze taureaux, deux béliers, quatorze agneaux d'un an sans défaut.
29,21
Leurs oblations et leurs libations, pour les taureaux, les béliers et les agneaux, à proportion de leur nombre, auront lieu d'après le rite.
29,22
De plus, un bouc expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de sa libation.
29,23
Le quatrième jour, dix taureaux, deux béliers, quatorze agneaux d'un an sans défaut.
29,24
Leurs oblations et leurs libations, pour les taureaux, les béliers et les agneaux, à proportion de leur nombre, auront lieu d'après le rite.
29,25
Plus, un bouc, comme expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de sa libation.
29,26
Le cinquième jour, neuf taureaux, deux béliers, quatorze agneaux d'un an sans défaut.
29,27
Leurs oblations et leurs libations, pour les taureaux, les béliers et les agneaux, à proportion de leur nombre, auront lieu d'après le rite.
29,28
De plus, un bouc expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de sa libation.
29,29
Le sixième jour, huit taureaux, deux béliers, quatorze agneaux d'un an sans défaut.
29,30
Leurs oblations et leurs libations, pour les taureaux, les béliers et les agneaux, à proportion de leur nombre, se feront d'après le rite.
29,31
De plus, un bouc expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de ses libations.
29,32
Et le septième jour, sept taureaux, deux béliers et quatorze agneaux d'un an sans défaut.
29,33
Leurs oblations et leurs libations, pour les taureaux, les béliers et les agneaux, à proportion de leur nombre, auront lieu suivant leur prescription.
29,34
De plus, un bouc expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de sa libation.
29,35
Le huitième jour, aura lieu pour vous une fête de clôture; vous ne ferez aucune œuvre servile.
Il y aura pour vous une fermeture (‘atsèreth)
Vous serez « restreints » (nè‘ètsarim) quant aux possibilités de travailler (‘Haguiga 18a). Autre explication : ‘atsèreth renvoie à : « Arrêtez-vous (‘itsrou) de quitter [Jérusalem] » (Sifri). Cela nous apprend que l’on devait y passer encore une nuit. La aggada explique : Tout au long des jours de la fête ils ont présenté des offrandes correspondant aux soixante-dix nations. Au moment où ils s’apprêtent à repartir, Hachem leur dit : « Offrez-moi encore, s’il vous plaît, une petite collation afin que je prenne plaisir de votre seule présence ! » (Souka 55b)
29,36
Et vous offrirez en holocauste, comme sacrifice d'odeur agréable à l'Éternel, un taureau, un bélier, sept agneaux d'un an sans défaut.
Un taureau unique
Ils correspondent à Israël : « Restez encore un peu chez moi ! » C’est là une expression d’amour, comme des enfants prenant congé de leur père, lequel leur dit : « Votre départ me consterne, restez encore un jour ! » Cela ressemble à un roi qui a organisé un banquet…, comme expliqué dans le traité Souka (55b). Le midrach de Rabi Tan‘houma explique que la Tora nous enseigne ici une règle de bonne conduite : Lorsqu’on a un hôte à sa table, on lui sert le premier jour de la volaille grasse, le lendemain du poisson, le surlendemain de la viande ordinaire, le jour suivant des légumes secs, et ensuite des légumes frais. On diminue peu à peu [la qualité], tout comme les taureaux offerts pendant Soukoth
29,37
Leurs oblations et leurs libations, pour le taureau, pour le bélier et pour les agneaux, selon leur nombre, se feront d'après la règle.
29,38
De plus, un bouc expiatoire; indépendamment de l'holocauste perpétuel, de son oblation et de sa libation,
29,39
Tels seront vos sacrifices à l'Éternel lors de vos solennités, sans préjudice de vos offrandes votives ou volontaires, de vos autres holocaustes, oblations et libations, et de vos sacrifices rémunératoires."
Celles-là sont ce que vous ferez à Hachem à vos époques
Des [offrandes] stipulées à titre obligatoire
Indépendamment de vos vœux
Si vous faites le vœu, pendant la fête, de présenter des offrandes, c’est pour vous une mitswa (Sifri). De même pour les offrandes votives ou spontanées que vous avez promises pendant l’année, vous vous exécuterez pendant la fête. Car il se pourrait que l’on ait du mal à remonter à Jérusalem pour exécuter ses vœux, et l’on transgresserait alors l’interdiction : « tu ne tarderas pas à le rembourser » (Devarim 23, 22)
30,1
Moïse redit aux enfants d'Israël tout ce que l'Éternel lui avait commandé.
Mochè dit aux fils d’Israël
Ce verset est là, enseigne Rabi Yichma‘el, pour créer une coupure dans le sujet. Étant donné que c’est Hachem qui a parlé jusqu’ici, tandis que le chapitre sur les vœux va commencer avec les paroles de Mochè, il fallait commencer par opérer une interruption pour marquer qu’il a répété le précédent chapitre à Israël. Car on aurait pu penser, à défaut de cette coupure, qu’il ne leur a pas parlé et qu’il n’a recommencé qu’avec le chapitre sur les vœux (Sifri)
Projet dédié par un généreux donateur