Aujourd'hui à Paris
05:39 : Mise des Téfilines
06:48 : Lever du soleil
13:54 : Heure de milieu du jour
20:59 : Coucher du soleil
21:48 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 23 Août 2019 à 20:33
Sortie du Chabbath à 21:41

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur
Ki-Tavo

Paracha Ki-Tavo

Pour télécharger un MP3, faites un double-clic sur le bouton "lecture".
Tradition \ Montée 1ère 2ème 3ème 4ème 5ème 6ème 7ème Haftara
Marocaine
Tunisienne  
Algérienne  
Ashkénaze  

1ère montée

26,1
וְהָיָה֙ כִּֽי־תָב֣וֹא אֶל־הָאָ֔רֶץ אֲשֶׁר֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ נֹתֵ֥ן לְךָ֖ נַחֲלָ֑ה וִֽירִשְׁתָּ֖הּ וְיָשַׁ֥בְתָּ בָּֽהּ ׃
26,2
וְלָקַחְתָּ֞ מֵרֵאשִׁ֣ית׀ כָּל־פְּרִ֣י הָאֲדָמָ֗ה אֲשֶׁ֨ר תָּבִ֧יא מֵֽאַרְצְךָ֛ אֲשֶׁ֨ר יְהוָ֧ה אֱלֹהֶ֛יךָ נֹתֵ֥ן לָ֖ךְ וְשַׂמְתָּ֣ בַטֶּ֑נֶא וְהָֽלַכְתָּ֙ אֶל־הַמָּק֔וֹם אֲשֶׁ֤ר יִבְחַר֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ לְשַׁכֵּ֥ן שְׁמ֖וֹ שָֽׁם ׃
26,3
וּבָאתָ֙ אֶל־הַכֹּהֵ֔ן אֲשֶׁ֥ר יִהְיֶ֖ה בַּיָּמִ֣ים הָהֵ֑ם וְאָמַרְתָּ֣ אֵלָ֗יו הִגַּ֤דְתִּי הַיּוֹם֙ לַיהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ כִּי־בָ֨אתִי֙ אֶל־הָאָ֔רֶץ אֲשֶׁ֨ר נִשְׁבַּ֧ע יְהוָ֛ה לַאֲבֹתֵ֖ינוּ לָ֥תֶת לָֽנוּ ׃
26,4
וְלָקַ֧ח הַכֹּהֵ֛ן הַטֶּ֖נֶא מִיָּדֶ֑ךָ וְהִ֨נִּיח֔וֹ לִפְנֵ֕י מִזְבַּ֖ח יְהוָ֥ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
26,5
וְעָנִ֨יתָ וְאָמַרְתָּ֜ לִפְנֵ֣י׀ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֗יךָ אֲרַמִּי֙ אֹבֵ֣ד אָבִ֔י וַיֵּ֣רֶד מִצְרַ֔יְמָה וַיָּ֥גָר שָׁ֖ם בִּמְתֵ֣י מְעָ֑ט וַֽיְהִי־שָׁ֕ם לְג֥וֹי גָּד֖וֹל עָצ֥וּם וָרָֽב ׃
26,6
וַיָּרֵ֧עוּ אֹתָ֛נוּ הַמִּצְרִ֖ים וַיְעַנּ֑וּנוּ וַיִּתְּנ֥וּ עָלֵ֖ינוּ עֲבֹדָ֥ה קָשָֽׁה ׃
26,7
וַנִּצְעַ֕ק אֶל־יְהוָ֖ה אֱלֹהֵ֣י אֲבֹתֵ֑ינוּ וַיִּשְׁמַ֤ע יְהוָה֙ אֶת־קֹלֵ֔נוּ וַיַּ֧רְא אֶת־עָנְיֵ֛נוּ וְאֶת־עֲמָלֵ֖נוּ וְאֶת־לַחֲצֵֽנוּ ׃
26,8
וַיּוֹצִאֵ֤נוּ יְהוָה֙ מִמִּצְרַ֔יִם בְּיָ֤ד חֲזָקָה֙ וּבִזְרֹ֣עַ נְטוּיָ֔ה וּבְמֹרָ֖א גָּדֹ֑ל וּבְאֹת֖וֹת וּבְמֹפְתִֽים ׃
26,9
וַיְבִאֵ֖נוּ אֶל־הַמָּק֣וֹם הַזֶּ֑ה וַיִּתֶּן־לָ֨נוּ֙ אֶת־הָאָ֣רֶץ הַזֹּ֔את אֶ֛רֶץ זָבַ֥ת חָלָ֖ב וּדְבָֽשׁ ׃
26,10
וְעַתָּ֗ה הִנֵּ֤ה הֵבֵ֨אתִי֙ אֶת־רֵאשִׁית֙ פְּרִ֣י הָאֲדָמָ֔ה אֲשֶׁר־נָתַ֥תָּה לִּ֖י יְהוָ֑ה וְהִנַּחְתּ֗וֹ לִפְנֵי֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ וְהִֽשְׁתַּחֲוִ֔יתָ לִפְנֵ֖י יְהוָ֥ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
26,11
וְשָׂמַחְתָּ֣ בְכָל־הַטּ֗וֹב אֲשֶׁ֧ר נָֽתַן־לְךָ֛ יְהוָ֥ה אֱלֹהֶ֖יךָ וּלְבֵיתֶ֑ךָ אַתָּה֙ וְהַלֵּוִ֔י וְהַגֵּ֖ר אֲשֶׁ֥ר בְּקִרְבֶּֽךָ ׃ ס

2ème montée

26,12
כִּ֣י תְכַלֶּ֞ה לַעְשֵׂר אֶת־כָּל־מַעְשַׂ֧ר תְּבוּאָתְךָ֛ בַּשָּׁנָ֥ה הַשְּׁלִישִׁ֖ת שְׁנַ֣ת הַֽמַּעֲשֵׂ֑ר וְנָתַתָּ֣ה לַלֵּוִ֗י לַגֵּר֙ לַיָּת֣וֹם וְלָֽאַלְמָנָ֔ה וְאָכְל֥וּ בִשְׁעָרֶ֖יךָ וְשָׂבֵֽעוּ ׃
26,13
וְאָמַרְתָּ֡ לִפְנֵי֩ יְהוָ֨ה אֱלֹהֶ֜יךָ בִּעַ֧רְתִּי הַקֹּ֣דֶשׁ מִן־הַבַּ֗יִת וְגַ֨ם נְתַתִּ֤יו לַלֵּוִי֙ וְלַגֵּר֙ לַיָּת֣וֹם וְלָאַלְמָנָ֔ה כְּכָל־מִצְוָתְךָ֖ אֲשֶׁ֣ר צִוִּיתָ֑נִי לֹֽא־עָבַ֥רְתִּי מִמִּצְוֹתֶ֖יךָ וְלֹ֥א שָׁכָֽחְתִּי ׃
26,14
לֹא־אָכַ֨לְתִּי בְאֹנִ֜י מִמֶּ֗נּוּ וְלֹא־בִעַ֤רְתִּי מִמֶּ֨נּוּ֙ בְּטָמֵ֔א וְלֹא־נָתַ֥תִּי מִמֶּ֖נּוּ לְמֵ֑ת שָׁמַ֗עְתִּי בְּקוֹל֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהָ֔י עָשִׂ֕יתִי כְּכֹ֖ל אֲשֶׁ֥ר צִוִּיתָֽנִי ׃
26,15
הַשְׁקִיפָה֩ מִמְּע֨וֹן קָדְשְׁךָ֜ מִן־הַשָּׁמַ֗יִם וּבָרֵ֤ךְ אֶֽת־עַמְּךָ֙ אֶת־יִשְׂרָאֵ֔ל וְאֵת֙ הָאֲדָמָ֔ה אֲשֶׁ֥ר נָתַ֖תָּה לָ֑נוּ כַּאֲשֶׁ֤ר נִשְׁבַּ֨עְתָּ֙ לַאֲבֹתֵ֔ינוּ אֶ֛רֶץ זָבַ֥ת חָלָ֖ב וּדְבָֽשׁ ׃ ס

3ème montée

26,16
הַיּ֣וֹם הַזֶּ֗ה יְהוָ֨ה אֱלֹהֶ֜יךָ מְצַוְּךָ֧ לַעֲשׂ֛וֹת אֶת־הַחֻקִּ֥ים הָאֵ֖לֶּה וְאֶת־הַמִּשְׁפָּטִ֑ים וְשָׁמַרְתָּ֤ וְעָשִׂ֨יתָ֙ אוֹתָ֔ם בְּכָל־לְבָבְךָ֖ וּבְכָל־נַפְשֶֽׁךָ ׃
26,17
אֶת־יְהוָ֥ה הֶאֱמַ֖רְתָּ הַיּ֑וֹם לִהְיוֹת֩ לְךָ֨ לֵֽאלֹהִ֜ים וְלָלֶ֣כֶת בִּדְרָכָ֗יו וְלִשְׁמֹ֨ר חֻקָּ֧יו וּמִצְוֹתָ֛יו וּמִשְׁפָּטָ֖יו וְלִשְׁמֹ֥עַ בְּקֹלֽוֹ ׃
26,18
וַֽיהוָ֞ה הֶאֱמִֽירְךָ֣ הַיּ֗וֹם לִהְי֥וֹת לוֹ֙ לְעַ֣ם סְגֻלָּ֔ה כַּאֲשֶׁ֖ר דִּבֶּר־לָ֑ךְ וְלִשְׁמֹ֖ר כָּל־מִצְוֹתָֽיו ׃
26,19
וּֽלְתִתְּךָ֣ עֶלְי֗וֹן עַ֤ל כָּל־הַגּוֹיִם֙ אֲשֶׁ֣ר עָשָׂ֔ה לִתְהִלָּ֖ה וּלְשֵׁ֣ם וּלְתִפְאָ֑רֶת וְלִֽהְיֹתְךָ֧ עַם־קָדֹ֛שׁ לַיהוָ֥ה אֱלֹהֶ֖יךָ כַּאֲשֶׁ֥ר דִּבֵּֽר ׃ ס

4ème montée

27,1
וַיְצַ֤ו מֹשֶׁה֙ וְזִקְנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל אֶת־הָעָ֖ם לֵאמֹ֑ר שָׁמֹר֙ אֶת־כָּל־הַמִּצְוָ֔ה אֲשֶׁ֧ר אָנֹכִ֛י מְצַוֶּ֥ה אֶתְכֶ֖ם הַיּֽוֹם ׃
27,2
וְהָיָ֗ה בַּיּוֹם֮ אֲשֶׁ֣ר תַּעַבְר֣וּ אֶת־הַיַּרְדֵּן֒ אֶל־הָאָ֕רֶץ אֲשֶׁר־יְהוָ֥ה אֱלֹהֶ֖יךָ נֹתֵ֣ן לָ֑ךְ וַהֲקֵמֹתָ֤ לְךָ֙ אֲבָנִ֣ים גְּדֹל֔וֹת וְשַׂדְתָּ֥ אֹתָ֖ם בַּשִּֽׂיד ׃
27,3
וְכָתַבְתָּ֣ עֲלֵיהֶ֗ן אֶֽת־כָּל־דִּבְרֵ֛י הַתּוֹרָ֥ה הַזֹּ֖את בְּעָבְרֶ֑ךָ לְמַ֡עַן אֲשֶׁר֩ תָּבֹ֨א אֶל־הָאָ֜רֶץ אֲֽשֶׁר־יְהוָ֥ה אֱלֹהֶ֣יךָ׀ נֹתֵ֣ן לְךָ֗ אֶ֣רֶץ זָבַ֤ת חָלָב֙ וּדְבַ֔שׁ כַּאֲשֶׁ֥ר דִּבֶּ֛ר יְהוָ֥ה אֱלֹהֵֽי־אֲבֹתֶ֖יךָ לָֽךְ ׃
27,4
וְהָיָה֮ בְּעָבְרְכֶ֣ם אֶת־הַיַּרְדֵּן֒ תָּקִ֜ימוּ אֶת־הָאֲבָנִ֣ים הָאֵ֗לֶּה אֲשֶׁ֨ר אָנֹכִ֜י מְצַוֶּ֥ה אֶתְכֶ֛ם הַיּ֖וֹם בְּהַ֣ר עֵיבָ֑ל וְשַׂדְתָּ֥ אוֹתָ֖ם בַּשִּֽׂיד ׃
27,5
וּבָנִ֤יתָ שָּׁם֙ מִזְבֵּ֔חַ לַיהוָ֖ה אֱלֹהֶ֑יךָ מִזְבַּ֣ח אֲבָנִ֔ים לֹא־תָנִ֥יף עֲלֵיהֶ֖ם בַּרְזֶֽל ׃
27,6
אֲבָנִ֤ים שְׁלֵמוֹת֙ תִּבְנֶ֔ה אֶת־מִזְבַּ֖ח יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֑יךָ וְהַעֲלִ֤יתָ עָלָיו֙ עוֹלֹ֔ת לַיהוָ֖ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
27,7
וְזָבַחְתָּ֥ שְׁלָמִ֖ים וְאָכַ֣לְתָּ שָּׁ֑ם וְשָׂ֣מַחְתָּ֔ לִפְנֵ֖י יְהוָ֥ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
27,8
וְכָתַבְתָּ֣ עַל־הָאֲבָנִ֗ים אֶֽת־כָּל־דִּבְרֵ֛י הַתּוֹרָ֥ה הַזֹּ֖את בַּאֵ֥ר הֵיטֵֽב ׃ ס
27,9
וַיְדַבֵּ֤ר מֹשֶׁה֙ וְהַכֹּהֲנִ֣ים הַלְוִיִּ֔ם אֶ֥ל כָּל־יִשְׂרָאֵ֖ל לֵאמֹ֑ר הַסְכֵּ֤ת׀ וּשְׁמַע֙ יִשְׂרָאֵ֔ל הַיּ֤וֹם הַזֶּה֙ נִהְיֵ֣יתָֽ לְעָ֔ם לַיהוָ֖ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
27,10
וְשָׁ֣מַעְתָּ֔ בְּק֖וֹל יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֑יךָ וְעָשִׂ֤יתָ אֶת־מִצְוֹתָו֙ וְאֶת־חֻקָּ֔יו אֲשֶׁ֛ר אָנֹכִ֥י מְצַוְּךָ֖ הַיּֽוֹם ׃ ס

5ème montée

27,11
וַיְצַ֤ו מֹשֶׁה֙ אֶת־הָעָ֔ם בַּיּ֥וֹם הַה֖וּא לֵאמֹֽר ׃
27,12
אֵלֶּה יַֽעַמְד֞וּ לְבָרֵ֤ךְ אֶת־הָעָם֙ עַל־הַ֣ר גְּרִזִ֔ים בְּעָבְרְכֶ֖ם אֶת־הַיַּרְדֵּ֑ן שִׁמְעוֹן֙ וְלֵוִ֣י וִֽיהוּדָ֔ה וְיִשָּׂשכָ֖ר וְיוֹסֵ֥ף וּבִנְיָמִֽן ׃
27,13
וְאֵ֛לֶּה יַֽעַמְד֥וּ עַל־הַקְּלָלָ֖ה בְּהַ֣ר עֵיבָ֑ל רְאוּבֵן֙ גָּ֣ד וְאָשֵׁ֔ר וּזְבוּלֻ֖ן דָּ֥ן וְנַפְתָּלִֽי ׃
27,14
וְעָנ֣וּ הַלְוִיִּ֗ם וְאָֽמְר֛וּ אֶל־כָּל־אִ֥ישׁ יִשְׂרָאֵ֖ל ק֥וֹל רָֽם ׃ ס
27,15
אָר֣וּר הָאִ֡ישׁ אֲשֶׁ֣ר יַעֲשֶׂה֩ פֶ֨סֶל וּמַסֵּכָ֜ה תּוֹעֲבַ֣ת יְהוָ֗ה מַעֲשֵׂ֛ה יְדֵ֥י חָרָ֖שׁ וְשָׂ֣ם בַּסָּ֑תֶר וְעָנ֧וּ כָל־הָעָ֛ם וְאָמְר֖וּ אָמֵֽן ׃ ס
27,16
אָר֕וּר מַקְלֶ֥ה אָבִ֖יו וְאִמּ֑וֹ וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,17
אָר֕וּר מַסִּ֖יג גְּב֣וּל רֵעֵ֑הוּ וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,18
אָר֕וּר מַשְׁגֶּ֥ה עִוֵּ֖ר בַּדָּ֑רֶךְ וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,19
אָר֗וּר מַטֶּ֛ה מִשְׁפַּ֥ט גֵּר־יָת֖וֹם וְאַלְמָנָ֑ה וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,20
אָר֗וּר שֹׁכֵב֙ עִם־אֵ֣שֶׁת אָבִ֔יו כִּ֥י גִלָּ֖ה כְּנַ֣ף אָבִ֑יו וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,21
אָר֕וּר שֹׁכֵ֖ב עִם־כָּל־בְּהֵמָ֑ה וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,22
אָר֗וּר שֹׁכֵב֙ עִם־אֲחֹת֔וֹ בַּת־אָבִ֖יו א֣וֹ בַת־אִמּ֑וֹ וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,23
אָר֕וּר שֹׁכֵ֖ב עִם־חֹֽתַנְתּ֑וֹ וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,24
אָר֕וּר מַכֵּ֥ה רֵעֵ֖הוּ בַּסָּ֑תֶר וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,25
אָרוּר֙ לֹקֵ֣חַ שֹׁ֔חַד לְהַכּ֥וֹת נֶ֖פֶשׁ דָּ֣ם נָקִ֑י וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ ס
27,26
אָר֗וּר אֲשֶׁ֧ר לֹא־יָקִ֛ים אֶת־דִּבְרֵ֥י הַתּוֹרָֽה־הַזֹּ֖את לַעֲשׂ֣וֹת אוֹתָ֑ם וְאָמַ֥ר כָּל־הָעָ֖ם אָמֵֽן ׃ פ
28,1
וְהָיָ֗ה אִם־שָׁמ֤וֹעַ תִּשְׁמַע֙ בְּקוֹל֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ לִשְׁמֹ֤ר לַעֲשׂוֹת֙ אֶת־כָּל־מִצְוֹתָ֔יו אֲשֶׁ֛ר אָנֹכִ֥י מְצַוְּךָ֖ הַיּ֑וֹם וּנְתָ֨נְךָ֜ יְהוָ֤ה אֱלֹהֶ֨יךָ֙ עֶלְי֔וֹן עַ֖ל כָּל־גּוֹיֵ֥י הָאָֽרֶץ ׃
28,2
וּבָ֧אוּ עָלֶ֛יךָ כָּל־הַבְּרָכ֥וֹת הָאֵ֖לֶּה וְהִשִּׂיגֻ֑ךָ כִּ֣י תִשְׁמַ֔ע בְּק֖וֹל יְהוָ֥ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
28,3
בָּר֥וּךְ אַתָּ֖ה בָּעִ֑יר וּבָר֥וּךְ אַתָּ֖ה בַּשָּׂדֶֽה ׃
28,4
בָּר֧וּךְ פְּרִֽי־בִטְנְךָ֛ וּפְרִ֥י אַדְמָתְךָ֖ וּפְרִ֣י בְהֶמְתֶּ֑ךָ שְׁגַ֥ר אֲלָפֶ֖יךָ וְעַשְׁתְּר֥וֹת צֹאנֶֽךָ ׃
28,5
בָּר֥וּךְ טַנְאֲךָ֖ וּמִשְׁאַרְתֶּֽךָ ׃
28,6
בָּר֥וּךְ אַתָּ֖ה בְּבֹאֶ֑ךָ וּבָר֥וּךְ אַתָּ֖ה בְּצֵאתֶֽךָ ׃

6ème montée

28,7
יִתֵּ֨ן יְהוָ֤ה אֶת־אֹיְבֶ֨יךָ֙ הַקָּמִ֣ים עָלֶ֔יךָ נִגָּפִ֖ים לְפָנֶ֑יךָ בְּדֶ֤רֶךְ אֶחָד֙ יֵצְא֣וּ אֵלֶ֔יךָ וּבְשִׁבְעָ֥ה דְרָכִ֖ים יָנ֥וּסוּ לְפָנֶֽיךָ ׃
28,8
יְצַ֨ו יְהוָ֤ה אִתְּךָ֙ אֶת־הַבְּרָכָ֔ה בַּאֲסָמֶ֕יךָ וּבְכֹ֖ל מִשְׁלַ֣ח יָדֶ֑ךָ וּבֵ֣רַכְךָ֔ בָּאָ֕רֶץ אֲשֶׁר־יְהוָ֥ה אֱלֹהֶ֖יךָ נֹתֵ֥ן לָֽךְ ׃
28,9
יְקִֽימְךָ֙ יְהוָ֥ה לוֹ֙ לְעַ֣ם קָד֔וֹשׁ כַּאֲשֶׁ֖ר נִֽשְׁבַּֽע־לָ֑ךְ כִּ֣י תִשְׁמֹ֗ר אֶת־מִצְוֹת֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ וְהָלַכְתָּ֖ בִּדְרָכָֽיו ׃
28,10
וְרָאוּ֙ כָּל־עַמֵּ֣י הָאָ֔רֶץ כִּ֛י שֵׁ֥ם יְהוָ֖ה נִקְרָ֣א עָלֶ֑יךָ וְיָֽרְא֖וּ מִמֶּֽךָּ ׃
28,11
וְהוֹתִרְךָ֤ יְהוָה֙ לְטוֹבָ֔ה בִּפְרִ֧י בִטְנְךָ֛ וּבִפְרִ֥י בְהַמְתְּךָ֖ וּבִפְרִ֣י אַדְמָתֶ֑ךָ עַל הָאֲדָמָ֔ה אֲשֶׁ֨ר נִשְׁבַּ֧ע יְהוָ֛ה לַאֲבֹתֶ֖יךָ לָ֥תֶת לָֽךְ ׃
28,12
יִפְתַּ֣ח יְהוָ֣ה׀ לְךָ אֶת־אוֹצָר֨וֹ הַטּ֜וֹב אֶת־הַשָּׁמַ֗יִם לָתֵ֤ת מְטַֽר־אַרְצְךָ֙ בְּעִתּ֔וֹ וּלְבָרֵ֕ךְ אֵ֖ת כָּל־מַעֲשֵׂ֣ה יָדֶ֑ךָ וְהִלְוִ֨יתָ֙ גּוֹיִ֣ם רַבִּ֔ים וְאַתָּ֖ה לֹ֥א תִלְוֶֽה ׃
28,13
וּנְתָֽנְךָ֙ יְהוָ֤ה לְרֹאשׁ֙ וְלֹ֣א לְזָנָ֔ב וְהָיִ֨יתָ֙ רַ֣ק לְמַ֔עְלָה וְלֹ֥א תִהְיֶ֖ה לְמָ֑טָּה כִּֽי־תִשְׁמַ֞ע אֶל־מִצְוֹ֣ת׀ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֗יךָ אֲשֶׁ֨ר אָנֹכִ֧י מְצַוְּךָ֛ הַיּ֖וֹם לִשְׁמֹ֥ר וְלַעֲשֽׂוֹת ׃
28,14
וְלֹ֣א תָס֗וּר מִכָּל־הַדְּבָרִים֙ אֲשֶׁ֨ר אָנֹכִ֜י מְצַוֶּ֥ה אֶתְכֶ֛ם הַיּ֖וֹם יָמִ֣ין וּשְׂמֹ֑אול לָלֶ֗כֶת אַחֲרֵ֛י אֱלֹהִ֥ים אֲחֵרִ֖ים לְעָבְדָֽם ׃ ס
28,15
וְהָיָ֗ה אִם־לֹ֤א תִשְׁמַע֙ בְּקוֹל֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ לִשְׁמֹ֤ר לַעֲשׂוֹת֙ אֶת־כָּל־מִצְוֹתָ֣יו וְחֻקֹּתָ֔יו אֲשֶׁ֛ר אָנֹכִ֥י מְצַוְּךָ֖ הַיּ֑וֹם וּבָ֧אוּ עָלֶ֛יךָ כָּל־הַקְּלָל֥וֹת הָאֵ֖לֶּה וְהִשִּׂיגֽוּךָ ׃
28,16
אָר֥וּר אַתָּ֖ה בָּעִ֑יר וְאָר֥וּר אַתָּ֖ה בַּשָּׂדֶֽה ׃
28,17
אָר֥וּר טַנְאֲךָ֖ וּמִשְׁאַרְתֶּֽךָ ׃
28,18
אָר֥וּר פְּרִֽי־בִטְנְךָ֖ וּפְרִ֣י אַדְמָתֶ֑ךָ שְׁגַ֥ר אֲלָפֶ֖יךָ וְעַשְׁתְּר֥וֹת צֹאנֶֽךָ ׃
28,19
אָר֥וּר אַתָּ֖ה בְּבֹאֶ֑ךָ וְאָר֥וּר אַתָּ֖ה בְּצֵאתֶֽךָ ׃
28,20
יְשַׁלַּ֣ח יְהוָ֣ה׀ בְּךָ אֶת־הַמְּאֵרָ֤ה אֶת־הַמְּהוּמָה֙ וְאֶת־הַמִּגְעֶ֔רֶת בְּכָל־מִשְׁלַ֥ח יָדְךָ֖ אֲשֶׁ֣ר תַּעֲשֶׂ֑ה עַ֣ד הִשָּֽׁמֶדְךָ֤ וְעַד־אֲבָדְךָ֙ מַהֵ֔ר מִפְּנֵ֛י רֹ֥עַ מַֽעֲלָלֶ֖יךָ אֲשֶׁ֥ר עֲזַבְתָּֽנִי ׃
28,21
יַדְבֵּ֧ק יְהוָ֛ה בְּךָ֖ אֶת־הַדָּ֑בֶר עַד כַּלֹּת֣וֹ אֹֽתְךָ֔ מֵעַל֙ הָֽאֲדָמָ֔ה אֲשֶׁר־אַתָּ֥ה בָא־שָׁ֖מָּה לְרִשְׁתָּֽהּ ׃
28,22
יַכְּכָ֣ה יְהוָה בַּשַּׁחֶ֨פֶת וּבַקַּדַּ֜חַת וּבַדַּלֶּ֗קֶת וּבַֽחַרְחֻר֙ וּבַחֶ֔רֶב וּבַשִּׁדָּפ֖וֹן וּבַיֵּרָק֑וֹן וּרְדָפ֖וּךָ עַ֥ד אָבְדֶֽךָ ׃
28,23
וְהָי֥וּ שָׁמֶ֛יךָ אֲשֶׁ֥ר עַל־רֹאשְׁךָ֖ נְחֹ֑שֶׁת וְהָאָ֥רֶץ אֲשֶׁר־תַּחְתֶּ֖יךָ בַּרְזֶֽל ׃
28,24
יִתֵּ֧ן יְהוָ֛ה אֶת־מְטַ֥ר אַרְצְךָ֖ אָבָ֣ק וְעָפָ֑ר מִן־הַשָּׁמַ֨יִם֙ יֵרֵ֣ד עָלֶ֔יךָ עַ֖ד הִשָּׁמְדָֽךְ ׃
28,25
יִתֶּנְךָ֨ יְהוָ֥ה׀ נִגָּף֮ לִפְנֵ֣י אֹיְבֶיךָ֒ בְּדֶ֤רֶךְ אֶחָד֙ תֵּצֵ֣א אֵלָ֔יו וּבְשִׁבְעָ֥ה דְרָכִ֖ים תָּנ֣וּס לְפָנָ֑יו וְהָיִ֣יתָ לְזַעֲוָ֔ה לְכֹ֖ל מַמְלְכ֥וֹת הָאָֽרֶץ ׃
28,26
וְהָיְתָ֤ה נִבְלָֽתְךָ֙ לְמַאֲכָ֔ל לְכָל־ע֥וֹף הַשָּׁמַ֖יִם וּלְבֶהֱמַ֣ת הָאָ֑רֶץ וְאֵ֖ין מַחֲרִֽיד ׃
28,27
יַכְּכָ֨ה יְהוָ֜ה בִּשְׁחִ֤ין מִצְרַ֨יִם֙ ֯וּבָעֳפָלִים וּבַגָּרָ֖ב וּבֶחָ֑רֶס אֲשֶׁ֥ר לֹא־תוּכַ֖ל לְהֵרָפֵֽא ׃
28,28
יַכְּכָ֣ה יְהוָ֔ה בְּשִׁגָּע֖וֹן וּבְעִוָּר֑וֹן וּבְתִמְה֖וֹן לֵבָֽב ׃
28,29
וְהָיִ֜יתָ מְמַשֵּׁ֣שׁ בַּֽצָּהֳרַ֗יִם כַּאֲשֶׁ֨ר יְמַשֵּׁ֤שׁ הָעִוֵּר֙ בָּאֲפֵלָ֔ה וְלֹ֥א תַצְלִ֖יחַ אֶת־דְּרָכֶ֑יךָ וְהָיִ֜יתָ אַ֣ךְ עָשׁ֧וּק וְגָז֛וּל כָּל־הַיָּמִ֖ים וְאֵ֥ין מוֹשִֽׁיעַ ׃
28,30
אִשָּׁ֣ה תְאָרֵ֗שׂ וְאִ֤ישׁ אַחֵר֙ ֯יִשְׁגָּלֶנָּה בַּ֥יִת תִּבְנֶ֖ה וְלֹא־תֵשֵׁ֣ב בּ֑וֹ כֶּ֥רֶם תִּטַּ֖ע וְלֹ֥א תְחַלְּלֶֽנּוּ ׃
28,31
שׁוֹרְךָ֞ טָב֣וּחַ לְעֵינֶ֗יךָ וְלֹ֣א תֹאכַל֮ מִמֶּנּוּ֒ חֲמֹֽרְךָ֙ גָּז֣וּל מִלְּפָנֶ֔יךָ וְלֹ֥א יָשׁ֖וּב לָ֑ךְ צֹֽאנְךָ֙ נְתֻנ֣וֹת לְאֹיְבֶ֔יךָ וְאֵ֥ין לְךָ֖ מוֹשִֽׁיעַ ׃
28,32
בָּנֶ֨יךָ וּבְנֹתֶ֜יךָ נְתֻנִ֨ים לְעַ֤ם אַחֵר֙ וְעֵינֶ֣יךָ רֹא֔וֹת וְכָל֥וֹת אֲלֵיהֶ֖ם כָּל־הַיּ֑וֹם וְאֵ֥ין לְאֵ֖ל יָדֶֽךָ ׃
28,33
פְּרִ֤י אַדְמָֽתְךָ֙ וְכָל־יְגִ֣יעֲךָ֔ יֹאכַ֥ל עַ֖ם אֲשֶׁ֣ר לֹא־יָדָ֑עְתָּ וְהָיִ֗יתָ רַ֛ק עָשׁ֥וּק וְרָצ֖וּץ כָּל־הַיָּמִֽים ׃
28,34
וְהָיִ֖יתָ מְשֻׁגָּ֑ע מִמַּרְאֵ֥ה עֵינֶ֖יךָ אֲשֶׁ֥ר תִּרְאֶֽה ׃
28,35
יַכְּכָ֨ה יְהוָ֜ה בִּשְׁחִ֣ין רָ֗ע עַל־הַבִּרְכַּ֨יִם֙ וְעַל־הַשֹּׁקַ֔יִם אֲשֶׁ֥ר לֹא־תוּכַ֖ל לְהֵרָפֵ֑א מִכַּ֥ף רַגְלְךָ֖ וְעַ֥ד קָדְקֳדֶֽךָ ׃
28,36
יוֹלֵ֨ךְ יְהוָ֜ה אֹֽתְךָ֗ וְאֶֽת־מַלְכְּךָ֙ אֲשֶׁ֣ר תָּקִ֣ים עָלֶ֔יךָ אֶל־גּ֕וֹי אֲשֶׁ֥ר לֹא־יָדַ֖עְתָּ אַתָּ֣ה וַאֲבֹתֶ֑יךָ וְעָבַ֥דְתָּ שָּׁ֛ם אֱלֹהִ֥ים אֲחֵרִ֖ים עֵ֥ץ וָאָֽבֶן ׃
28,37
וְהָיִ֣יתָ לְשַׁמָּ֔ה לְמָשָׁ֖ל וְלִשְׁנִינָ֑ה בְּכֹל֙ הָֽעַמִּ֔ים אֲשֶׁר־יְנַהֶגְךָ֥ יְהוָ֖ה שָֽׁמָּה ׃
28,38
זֶ֥רַע רַ֖ב תּוֹצִ֣יא הַשָּׂדֶ֑ה וּמְעַ֣ט תֶּאֱסֹ֔ף כִּ֥י יַחְסְלֶ֖נּוּ הָאַרְבֶּֽה ׃
28,39
כְּרָמִ֥ים תִּטַּ֖ע וְעָבָ֑דְתָּ וְיַ֤יִן לֹֽא־תִשְׁתֶּה֙ וְלֹ֣א תֶאֱגֹ֔ר כִּ֥י תֹאכְלֶ֖נּוּ הַתֹּלָֽעַת ׃
28,40
זֵיתִ֛ים יִהְי֥וּ לְךָ֖ בְּכָל־גְּבוּלֶ֑ךָ וְשֶׁ֨מֶן֙ לֹ֣א תָס֔וּךְ כִּ֥י יִשַּׁ֖ל זֵיתֶֽךָ ׃
28,41
בָּנִ֥ים וּבָנ֖וֹת תּוֹלִ֑יד וְלֹא־יִהְי֣וּ לָ֔ךְ כִּ֥י יֵלְכ֖וּ בַּשֶּֽׁבִי ׃
28,42
כָּל־עֵצְךָ֖ וּפְרִ֣י אַדְמָתֶ֑ךָ יְיָרֵ֖שׁ הַצְּלָצַֽל ׃
28,43
הַגֵּר֙ אֲשֶׁ֣ר בְּקִרְבְּךָ֔ יַעֲלֶ֥ה עָלֶ֖יךָ מַ֣עְלָה מָּ֑עְלָה וְאַתָּ֥ה תֵרֵ֖ד מַ֥טָּה מָּֽטָּה ׃
28,44
ה֣וּא יַלְוְךָ֔ וְאַתָּ֖ה לֹ֣א תַלְוֶ֑נּוּ הוּא יִהְיֶ֣ה לְרֹ֔אשׁ וְאַתָּ֖ה תִּֽהְיֶ֥ה לְזָנָֽב ׃
28,45
וּבָ֨אוּ עָלֶ֜יךָ כָּל־הַקְּלָל֣וֹת הָאֵ֗לֶּה וּרְדָפ֨וּךָ֙ וְהִשִּׂיג֔וּךָ עַ֖ד הִשָּֽׁמְדָ֑ךְ כִּי־לֹ֣א שָׁמַ֗עְתָּ בְּקוֹל֙ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ לִשְׁמֹ֛ר מִצְוֹתָ֥יו וְחֻקֹּתָ֖יו אֲשֶׁ֥ר צִוָּֽךְ ׃
28,46
וְהָי֣וּ בְךָ֔ לְא֖וֹת וּלְמוֹפֵ֑ת וּֽבְזַרְעֲךָ֖ עַד־עוֹלָֽם ׃
28,47
תַּ֗חַת אֲשֶׁ֤ר לֹא־עָבַ֨דְתָּ֙ אֶת־יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֔יךָ בְּשִׂמְחָ֖ה וּבְט֣וּב לֵבָ֑ב מֵרֹ֖ב כֹּֽל ׃
28,48
וְעָבַדְתָּ֣ אֶת־אֹיְבֶ֗יךָ אֲשֶׁ֨ר יְשַׁלְּחֶ֤נּוּ יְהוָה֙ בָּ֔ךְ בְּרָעָ֧ב וּבְצָמָ֛א וּבְעֵירֹ֖ם וּבְחֹ֣סֶר כֹּ֑ל וְנָתַ֞ן עֹ֤ל בַּרְזֶל֙ עַל־צַוָּארֶ֔ךָ עַ֥ד הִשְׁמִיד֖וֹ אֹתָֽךְ ׃
28,49
יִשָּׂ֣א יְהוָה֩ עָלֶ֨יךָ גּ֤וֹי מֵרָחוֹק֙ מִקְצֵ֣ה הָאָ֔רֶץ כַּאֲשֶׁ֥ר יִדְאֶ֖ה הַנָּ֑שֶׁר גּ֕וֹי אֲשֶׁ֥ר לֹא־תִשְׁמַ֖ע לְשֹׁנֽוֹ ׃
28,50
גּ֖וֹי עַ֣ז פָּנִ֑ים אֲשֶׁ֨ר לֹא־יִשָּׂ֤א פָנִים֙ לְזָקֵ֔ן וְנַ֖עַר לֹ֥א יָחֹֽן ׃
28,51
וְאָכַל פְּרִ֨י בְהֶמְתְּךָ֥ וּפְרִֽי־אַדְמָתְךָ֮ עַ֣ד הִשָּֽׁמְדָךְ֒ אֲשֶׁ֨ר לֹֽא־יַשְׁאִ֜יר לְךָ֗ דָּגָן֙ תִּיר֣וֹשׁ וְיִצְהָ֔ר שְׁגַ֥ר אֲלָפֶ֖יךָ וְעַשְׁתְּרֹ֣ת צֹאנֶ֑ךָ עַ֥ד הַאֲבִיד֖וֹ אֹתָֽךְ ׃
28,52
וְהֵצַ֨ר לְךָ֜ בְּכָל־שְׁעָרֶ֗יךָ עַ֣ד רֶ֤דֶת חֹמֹתֶ֨יךָ֙ הַגְּבֹה֣וֹת וְהַבְּצֻר֔וֹת אֲשֶׁ֥ר אַתָּ֛ה בֹּטֵ֥חַ בָּהֵ֖ן בְּכָל־אַרְצֶ֑ךָ וְהֵצַ֤ר לְךָ֙ בְּכָל־שְׁעָרֶ֔יךָ בְּכָ֨ל־אַרְצְךָ֔ אֲשֶׁ֥ר נָתַ֛ן יְהוָ֥ה אֱלֹהֶ֖יךָ לָֽךְ ׃
28,53
וְאָכַלְתָּ֣ פְרִֽי־בִטְנְךָ֗ בְּשַׂ֤ר בָּנֶ֨יךָ֙ וּבְנֹתֶ֔יךָ אֲשֶׁ֥ר נָֽתַן־לְךָ֖ יְהוָ֣ה אֱלֹהֶ֑יךָ בְּמָצוֹר֙ וּבְמָצ֔וֹק אֲשֶׁר־יָצִ֥יק לְךָ֖ אֹיְבֶֽךָ ׃
28,54
הָאִישׁ֙ הָרַ֣ךְ בְּךָ֔ וְהֶעָנֹ֖ג מְאֹ֑ד תֵּרַ֨ע עֵינ֤וֹ בְאָחִיו֙ וּבְאֵ֣שֶׁת חֵיק֔וֹ וּבְיֶ֥תֶר בָּנָ֖יו אֲשֶׁ֥ר יוֹתִֽיר ׃
28,55
מִתֵּ֣ת׀ לְאַחַ֣ד מֵהֶ֗ם מִבְּשַׂ֤ר בָּנָיו֙ אֲשֶׁ֣ר יֹאכֵ֔ל מִבְּלִ֥י הִשְׁאִֽיר־ל֖וֹ כֹּ֑ל בְּמָצוֹר֙ וּבְמָצ֔וֹק אֲשֶׁ֨ר יָצִ֥יק לְךָ֛ אֹיִבְךָ֖ בְּכָל־שְׁעָרֶֽיךָ ׃
28,56
הָרַכָּ֨ה בְךָ֜ וְהָעֲנֻגָּ֗ה אֲשֶׁ֨ר לֹא־נִסְּתָ֤ה כַף־רַגְלָהּ֙ הַצֵּ֣ג עַל־הָאָ֔רֶץ מֵהִתְעַנֵּ֖ג וּמֵרֹ֑ךְ תֵּרַ֤ע עֵינָהּ֙ בְּאִ֣ישׁ חֵיקָ֔הּ וּבִבְנָ֖הּ וּבְבִתָּֽהּ ׃
28,57
וּֽבְשִׁלְיָתָ֞הּ הַיּוֹצֵ֣ת׀ מִבֵּ֣ין רַגְלֶ֗יהָ וּבְבָנֶ֨יהָ֙ אֲשֶׁ֣ר תֵּלֵ֔ד כִּֽי־תֹאכְלֵ֥ם בְּחֹֽסֶר־כֹּ֖ל בַּסָּ֑תֶר בְּמָצוֹר֙ וּבְמָצ֔וֹק אֲשֶׁ֨ר יָצִ֥יק לְךָ֛ אֹיִבְךָ֖ בִּשְׁעָרֶֽיךָ ׃
28,58
אִם־לֹ֨א תִשְׁמֹ֜ר לַעֲשׂ֗וֹת אֶת־כָּל־דִּבְרֵי֙ הַתּוֹרָ֣ה הַזֹּ֔את הַכְּתוּבִ֖ים בַּסֵּ֣פֶר הַזֶּ֑ה לְיִרְאָה אֶת־הַשֵּׁ֞ם הַנִּכְבָּ֤ד וְהַנּוֹרָא֙ הַזֶּ֔ה אֵ֖ת יְהוָ֥ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
28,59
וְהִפְלָ֤א יְהוָה֙ אֶת־מַכֹּ֣תְךָ֔ וְאֵ֖ת מַכּ֣וֹת זַרְעֶ֑ךָ מַכּ֤וֹת גְּדֹלוֹת֙ וְנֶ֣אֱמָנ֔וֹת וָחֳלָיִ֥ם רָעִ֖ים וְנֶאֱמָנִֽים ׃
28,60
וְהֵשִׁ֣יב בְּךָ֗ אֵת כָּל־מַדְוֵ֣ה מִצְרַ֔יִם אֲשֶׁ֥ר יָגֹ֖רְתָּ מִפְּנֵיהֶ֑ם וְדָבְק֖וּ בָּֽךְ ׃
28,61
גַּ֤ם כָּל־חֳלִי֙ וְכָל־מַכָּ֔ה אֲשֶׁר֙ לֹ֣א כָת֔וּב בְּסֵ֖פֶר הַתּוֹרָ֣ה הַזֹּ֑את יַעְלֵ֤ם יְהוָה֙ עָלֶ֔יךָ עַ֖ד הִשָּׁמְדָֽךְ ׃
28,62
וְנִשְׁאַרְתֶּם֙ בִּמְתֵ֣י מְעָ֔ט תַּחַת אֲשֶׁ֣ר הֱיִיתֶ֔ם כְּכוֹכְבֵ֥י הַשָּׁמַ֖יִם לָרֹ֑ב כִּי־לֹ֣א שָׁמַ֔עְתָּ בְּק֖וֹל יְהוָ֥ה אֱלֹהֶֽיךָ ׃
28,63
וְהָיָה כַּאֲשֶׁר־שָׂ֨שׂ יְהוָ֜ה עֲלֵיכֶ֗ם לְהֵיטִ֣יב אֶתְכֶם֮ וּלְהַרְבּ֣וֹת אֶתְכֶם֒ כֵּ֣ן יָשִׂ֤ישׂ יְהוָה֙ עֲלֵיכֶ֔ם לְהַאֲבִ֥יד אֶתְכֶ֖ם וּלְהַשְׁמִ֣יד אֶתְכֶ֑ם וְנִסַּחְתֶּם֙ מֵעַ֣ל הָֽאֲדָמָ֔ה אֲשֶׁר־אַתָּ֥ה בָא־שָׁ֖מָּה לְרִשְׁתָּֽהּ ׃
28,64
וֶהֱפִֽיצְךָ֤ יְהוָה֙ בְּכָל־הָ֣עַמִּ֔ים מִקְצֵ֥ה הָאָ֖רֶץ וְעַד־קְצֵ֣ה הָאָ֑רֶץ וְעָבַ֨דְתָּ שָּׁ֜ם אֱלֹהִ֣ים אֲחֵרִ֗ים אֲשֶׁ֧ר לֹא־יָדַ֛עְתָּ אַתָּ֥ה וַאֲבֹתֶ֖יךָ עֵ֥ץ וָאָֽבֶן ׃
28,65
וּבַגּוֹיִ֤ם הָהֵם֙ לֹ֣א תַרְגִּ֔יעַ וְלֹא־יִהְיֶ֥ה מָנ֖וֹחַ לְכַף־רַגְלֶ֑ךָ וְנָתַן֩ יְהוָ֨ה לְךָ֥ שָׁם֙ לֵ֣ב רַגָּ֔ז וְכִלְי֥וֹן עֵינַ֖יִם וְדַֽאֲב֥וֹן נָֽפֶשׁ ׃
28,66
וְהָי֣וּ חַיֶּ֔יךָ תְּלֻאִ֥ים לְךָ֖ מִנֶּ֑גֶד וּפָֽחַדְתָּ֙ לַ֣יְלָה וְיוֹמָ֔ם וְלֹ֥א תַאֲמִ֖ין בְּחַיֶּֽיךָ ׃
28,67
בַּבֹּ֤קֶר תֹּאמַר֙ מִֽי־יִתֵּ֣ן עֶ֔רֶב וּבָעֶ֥רֶב תֹּאמַ֖ר מִֽי־יִתֵּ֣ן בֹּ֑קֶר מִפַּ֤חַד לְבָֽבְךָ֙ אֲשֶׁ֣ר תִּפְחָ֔ד וּמִמַּרְאֵ֥ה עֵינֶ֖יךָ אֲשֶׁ֥ר תִּרְאֶֽה ׃
28,68
וֶֽהֱשִֽׁיבְךָ֨ יְהוָ֥ה׀ מִצְרַיִם֮ בָּאֳנִיּוֹת֒ בַּדֶּ֨רֶךְ֙ אֲשֶׁ֣ר אָמַ֣רְתִּֽי לְךָ֔ לֹא־תֹסִ֥יף ע֖וֹד לִרְאֹתָ֑הּ וְהִתְמַכַּרְתֶּ֨ם שָׁ֧ם לְאֹיְבֶ֛יךָ לַעֲבָדִ֥ים וְלִשְׁפָח֖וֹת וְאֵ֥ין קֹנֶֽה ׃ ס
28,69
אֵלֶּה֩ דִבְרֵ֨י הַבְּרִ֜ית אֲֽשֶׁר־צִוָּ֧ה יְהוָ֣ה אֶת־מֹשֶׁ֗ה לִכְרֹ֛ת אֶת־בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵ֖ל בְּאֶ֣רֶץ מוֹאָ֑ב מִלְּבַ֣ד הַבְּרִ֔ית אֲשֶׁר־כָּרַ֥ת אִתָּ֖ם בְּחֹרֵֽב ׃ פ

7ème montée

29,1
וַיִּקְרָ֥א מֹשֶׁ֛ה אֶל־כָּל־יִשְׂרָאֵ֖ל וַיֹּ֣אמֶר אֲלֵהֶ֑ם אַתֶּ֣ם רְאִיתֶ֗ם אֵ֣ת כָּל־אֲשֶׁר֩ עָשָׂ֨ה יְהוָ֤ה לְעֵֽינֵיכֶם֙ בְּאֶ֣רֶץ מִצְרַ֔יִם לְפַרְעֹ֥ה וּלְכָל־עֲבָדָ֖יו וּלְכָל־אַרְצֽוֹ ׃
29,2
הַמַּסּוֹת֙ הַגְּדֹלֹ֔ת אֲשֶׁ֥ר רָא֖וּ עֵינֶ֑יךָ הָאֹתֹ֧ת וְהַמֹּפְתִ֛ים הַגְּדֹלִ֖ים הָהֵֽם ׃
29,3
וְלֹֽא־נָתַן֩ יְהוָ֨ה לָכֶ֥ם לֵב֙ לָדַ֔עַת וְעֵינַ֥יִם לִרְא֖וֹת וְאָזְנַ֣יִם לִשְׁמֹ֑עַ עַ֖ד הַיּ֥וֹם הַזֶּֽה ׃
29,4
וָאוֹלֵ֥ךְ אֶתְכֶ֛ם אַרְבָּעִ֥ים שָׁנָ֖ה בַּמִּדְבָּ֑ר לֹֽא־בָל֤וּ שַׂלְמֹֽתֵיכֶם֙ מֵעֲלֵיכֶ֔ם וְנַֽעַלְךָ֥ לֹֽא־בָלְתָ֖ה מֵעַ֥ל רַגְלֶֽךָ ׃
29,5
לֶחֶם לֹ֣א אֲכַלְתֶּ֔ם וְיַ֥יִן וְשֵׁכָ֖ר לֹ֣א שְׁתִיתֶ֑ם לְמַ֨עַן֙ תֵּֽדְע֔וּ כִּ֛י אֲנִ֥י יְהוָ֖ה אֱלֹהֵיכֶֽם ׃
29,6
וַתָּבֹ֖אוּ אֶל־הַמָּק֣וֹם הַזֶּ֑ה וַיֵּצֵ֣א סִיחֹ֣ן מֶֽלֶךְ־חֶשְׁבּוֹן וְע֨וֹג מֶֽלֶךְ־הַבָּשָׁ֧ן לִקְרָאתֵ֛נוּ לַמִּלְחָמָ֖ה וַנַּכֵּֽם ׃
29,7
וַנִּקַּח֙ אֶת־אַרְצָ֔ם וַנִּתְּנָ֣הּ לְנַחֲלָ֔ה לָרֽאוּבֵנִ֖י וְלַגָּדִ֑י וְלַחֲצִ֖י שֵׁ֥בֶט הַֽמְנַשִּֽׁי ׃
29,8
וּשְׁמַרְתֶּ֗ם אֶת־דִּבְרֵי֙ הַבְּרִ֣ית הַזֹּ֔את וַעֲשִׂיתֶ֖ם אֹתָ֑ם לְמַ֣עַן תַּשְׂכִּ֔ילוּ אֵ֖ת כָּל־אֲשֶׁ֥ר תַּעֲשֽׂוּן ׃ פ
Afficher le commentaire de Rachi Afficher en hébreu
26,1
"Quand tu seras arrivé dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne en héritage, quand tu en auras pris possession et y seras établi,
Ce sera
Cela nous apprend qu’ils n’ont pas été tenus [d’observer la mitswa] des bikourim avant la conquête et le partage du pays (Qiddouchin 37b)
26,2
tu prendras des prémices de tous les fruits de la terre, récoltés par toi dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, t'aura donné, et tu les mettras dans une corbeille; et tu te rendras à l'endroit que l'Éternel, ton Dieu, aura choisi pour y faire régner son nom.
De la primeur (littéralement : « parmi la primeur »)
Et non toutes les primeurs (Mena‘hoth 84b). Car tous les fruits ne sont pas astreints [au prélèvement] des bikourim, si ce n’est les « sept espèces » exclusivement. Il est écrit ici : « pays », et il est écrit ailleurs : « un “pays” de froment et d’orge, etc. » (supra 8, 8). De même qu’il s’agit là-bas des sept espèces dont se glorifie Erets Yisrael, de même s’agit-il ici de la renommée d’Erets Yisrael, à savoir les « sept espèces » (Mena‘hoth ibid.). « L’olivier à huile », c’est l’olivier agouri, celui dont l’huile s’y trouve accumulée (Berakhoth 39a). Le « miel », c’est le miel de dattes
De la primeur
Quelqu’un descend dans son champ et y aperçoit une figue [mûre] formant prémices. Il l’entoure d’un signe distinctif constitué par un brin d’osier et il dit : « Voici des bikourim ! 
26,3
Tu te présenteras au pontife qui sera alors en fonction, et lui diras: "Je viens reconnaître en ce jour, devant l'Éternel, ton Dieu, que je suis installé dans le pays que l'Éternel avait juré à nos pères de nous donner."
Qui sera en ces jours-là
Il n’est pour toi de kohen que celui qui t’est contemporain, quel qu’il soit
Tu lui diras
Que tu n’es pas un ingrat
Je déclare aujourd’hui
Une seule fois par an et non deux
26,4
Alors le pontife recevra la corbeille de ta main, et la déposera devant l'autel de l'Éternel, ton Dieu.
Prendra le pontife la corbeille de ta main
Pour effectuer une tenoufa (Souka 47b). Le kohen place sa main sous celle des propriétaires et il effectue une tenoufa
26,5
Et tu diras à haute voix devant l'Éternel, ton Dieu: "Enfant d'Aram, mon père était errant, il descendit en Egypte, y vécut étranger, peu nombreux d'abord, puis y devint une nation considérable, puissante et nombreuse.
Tu répondras (we‘anitha)
Le mot we‘anitha comporte une connotation de : « élever la voix »
L’Arami voulait faire aller mon père à sa perte
Il rappelle ici les bontés de Hachem : « L’Arami voulait faire aller mon père à sa perte » – Lavan voulait déraciner la totalité [d’Israël] lorsqu’il a poursuivi Ya‘aqov. Et puisqu’il a eu l’intention de le faire, Hachem le lui a porté à son compte comme s’il l’avait fait effectivement. Car le Saint béni soit-Il porte à leur compte les intentions des idolâtres comme s’ils les avaient mises à exécution
Il est descendu en Egypte
D’autres encore se sont dressés contre nous pour nous exterminer lorsque Ya‘aqov, après cela, est descendu en Egypte
Avec peu de gens
A soixante-dix personnes
26,6
Alors les Egyptiens nous traitèrent iniquement, nous opprimèrent, nous imposèrent un dur servage.
26,7
Nous implorâmes l'Éternel, Dieu de nos pères; et l'Éternel entendit notre plainte, il considéra notre misère, notre labeur et notre détresse,
26,8
et il nous fit sortir de l'Egypte avec une main puissante et un bras étendu, en imprimant la terreur, en opérant signes et prodiges;
26,9
et il nous introduisit dans cette contrée, et il nous fit présent de cette terre, une terre où ruissellent le lait et le miel.
Vers cet endroit-ci
A savoir le Temple
Il nous a donné ce pays-ci
A prendre au sens littéral
26,10
Or, maintenant j'apporte en hommage les premiers fruits de cette terre dont tu m'as fait présent, Seigneur!" Tu les déposeras alors devant l'Éternel, ton Dieu, et tu te prosterneras devant lui.
Tu le poseras
Cela nous apprend qu’il le reprend après que le kohen a effectué la tenoufa (Souka 47b). Il le tient dans sa main lorsqu’il récite la formule et effectue à nouveau une tenoufa
26,11
Et tu te réjouiras pour tous les biens que l'Éternel, ton Dieu, aura donnés à toi et à ta famille, et avec toi se réjouiront le Lévite et l'étranger qui est dans ton pays.
Tu te réjouiras dans tout le bien
D’où l’on a enseigné que l’on ne récite la formule sur les bikourim qu’en temps de joie, entre Chavou‘oth et Soukoth, période pendant laquelle on réunit sa récolte, ses fruits, son vin et son huile (Pessa‘him 36b). Tandis qu’après Soukoth, on peut apporter [ses bikourim], mais sans réciter la formule
Toi et le Léwi
Les lewiim sont tenus eux aussi d’apporter les bikourim s’ils ont planté à l’intérieur de leurs villes
Et l’étranger qui est au milieu de toi
Il apporte [ses bikourim], mais sans réciter la formule, car il ne peut pas dire : « à nos pères » (verset 3) (Bikourim 1, 4)
26,12
Quand tu auras achevé de prélever les diverses dîmes de ton revenu, dans la troisième année, année de la dîme; quand tu auras donné leur dû au Lévite, à l'étranger, à l'orphelin et à la veuve, afin qu'ils aient à manger dans tes villes et se rassasient,
Quand tu achèveras de décimer toute la dîme de ta récolte
C’est-à-dire lorsque tu auras fini de prélever les ma‘asroth de la troisième année. Le moment de « l’extirpation » et de la confession (verset 13) a été fixé à la veille du Pessa‘h de la quatrième année, comme il est écrit : « A partir de la fin de trois ans, tu feras sortir… » (supra 14, 28). Il est écrit dans ce verset-là : « à partir de la fin de », et il est écrit ailleurs : « à partir de la fin de » (infra 31, 10). De même qu’il est question là-bas d’une fête de pèlerinage, de même s’agit-il ici d’une fête de pèlerinage. Mais s’agissant là-bas de la fête de Soukoth, s’agirait-il ici aussi de la fête de Soukoth ? Aussi est-il écrit : « Quand tu achèveras de décimer » les ma‘asroth de la troisième année – la fête de pèlerinage où l’on finit de décimer, c’est Pessa‘h, car pour beaucoup d’arbres la récolte a lieu après Soukoth. Il se trouve donc que les ma‘asroth de la troisième année deviennent périmées à Pessa‘h de la quatrième, et le texte fait une obligation à tous ceux qui n’ont pas encore apporté leurs ma‘asroth de les « extirper » de la maison
L’année du ma‘assér
L’année à laquelle ne s’applique qu’un seul ma‘assér sur les deux [qui avaient eu cours] les deux années précédentes. Car à la première et la deuxième année du cycle chabbatique s’applique le ma‘assér richon, ainsi qu’il est écrit : « Lorsque vous prendrez des fils d’Israël le ma‘assér » (Bamidbar 18, 26), et le ma‘assér richon, comme il est écrit : « Tu mangeras devant Hachem, ton Eloqim […] le ma‘assér de ta céréale, de ton moût et de ton huile » (supra 14, 23). Cela fait donc deux ma‘asroth. Le texte vient t’apprendre que ne s’applique à la troisième année qu’une seule de ces deux ma‘asroth-là. Et laquelle ? Le ma‘assér richon. Au lieu du ma‘assér chéni on donnera le ma‘assér ‘ani, comme il est écrit ici : « tu la donneras au Léwi, à l’étranger, à l’orphelin et à la veuve », c’est-à-dire « au Léwi » ce qui lui revient, à savoir le ma‘assér richon, « à l’étranger, à l’orphelin et à la veuve » le ma‘assér ‘ani
Ils mangeront dans tes portes
Donne-leur de quoi les rassasier. D’où l’on a enseigné : On ne donnera pas au pauvre sur l’aire moins d’un demi-qav de froment, etc. (Sifri)
26,13
tu feras cette déclaration devant l'Éternel, ton Dieu: "J'ai fait disparaître de chez moi les choses saintes, et je les ai attribuées au Lévite, à l'étranger, à l'orphelin et à la veuve, exactement selon l'ordre que tu m'as donné; je n'ai transgressé ni omis aucun de tes préceptes.
Tu diras devant Hachem
Confesse que tu as donné tes ma‘asroth 
J’ai extirpé ce qui est saint de la maison
Il s’agit du ma‘assér chéni et des fruits de la quatrième année. Cela t’apprend que si l’on a différé l’offrande de ses ma‘asroth des deux [premières] années et qu’on ne les a pas apportées à Jérusalem, c’est maintenant qu’il faut le faire
Et je l’ai aussi donné au Léwi
Il s’agit du ma‘assér richon, le mot « aussi » servant à inclure la terouma et les bikourim
Et à l’étranger
Il s’agit du ma‘assér ‘ani
Selon toute ta mitswa
Je les ai donnés dans l’ordre [prescrit], et je n’ai pas anticipé la terouma sur les bikourim, ni le ma‘assér sur la terouma, ni le ma‘assér richon sur le ma‘assér chéni. La terouma est en effet appelée « prémices » (supra 18, 4), comme étant la première [redevance] à partir du moment où les céréales sont formées, et il est écrit : « Ta plénitude et ta coulée tu ne [les] différeras pas… » (Chemoth 22, 28), c’est-à-dire que tu ne modifieras pas l’ordre des prélèvements
Je n’ai pas transgressé de tes mitswoth
Je n’ai pas prélevé d’une espèce pour une espèce différente, ni du nouveau pour de l’ancien
Et je n’ai pas oublié
De te bénir lors du prélèvement des ma‘asroth
26,14
De ces choses saintes je n'ai rien consommé pendant mon deuil, rien prélevé en état d'impureté, rien employé en l'honneur d'un mort: docile à la voix de l'Éternel, mon Dieu, je me suis entièrement conformé à tes prescriptions.
Je n’en ai pas mangé dans mon malheur
D’où l’on apprend que c’est interdit au onén (« état, antérieur à l’inhumation, de celui qui porte un deuil »)
Et je n’en ai pas extirpé dans l’impureté
Soit que j’étais en état d’impureté le produit se trouvant en état de pureté, soit que j’étais en état de pureté le produit se trouvant en état d’impureté. Et où l’interdiction figure-t-elle ? « Tu ne pourras pas manger dans tes portes… » (supra 12, 17) (Yevamoth 73b). Ce texte vise la consommation d’un produit en état d’impureté, ainsi qu’il est écrit à propos des animaux consacrés devenus impropres : « Tu le mangeras dans tes portes, l’impur et le pur ensemble… » (supra 15, 29). Celui-là, en revanche, tu ne pourras pas le consommer sous forme de « consommation dans tes portes » dont on parle ailleurs
Et je n’en ai pas donné pour un mort
Pour lui faire un cercueil ou un linceul
J’ai écouté la voix de Hachem
Je l’ai apporté à la « maison d’élection »
J’ai fait selon tout ce que tu m’as ordonné
Je m’en suis réjoui et en ai réjoui les autres
26,15
Jette un regard du haut des cieux, ta sainte demeure, et bénis ton peuple Israël et la terre que tu nous as donnée, comme tu l'as juré à nos pères, ce pays ruisselant de lait et de miel!"
Contemple depuis la demeure de ta sainteté
Nous avons fait ce que tu as décidé que nous [fassions]. Fais [donc] toi-même ce qu’il t’appartient de faire, étant donné que tu as dit : « Si vous marchez dans mes statuts […] je vous donnerai vos pluies en leur temps » (Wayiqra 26, 3 et 4)
Que tu nous as donnée
De nous donner – et tu as tenu ta promesse – un pays ruisselant de lait et de miel
26,16
En ce jour, l'Éternel, ton Dieu, te recommande d'exécuter ces diverses lois et ces statuts; tu t'appliqueras donc à les observer de tout ton cœur et de toute ton âme.
Ce jour-ci
Qu’ils te paraissent nouveaux chaque jour, comme si tu en avais reçu l’ordre ce jour-là
Tu garderas
Une voix divine lui confère la bénédiction : « Tu as apporté aujourd’hui les bikourim ! [Tu mériteras] l’an prochain de pouvoir en apporter d’autres ! 
26,17
Tu as glorifié aujourd'hui l'Éternel, en promettant de l'adopter pour ton Dieu, de marcher dans ses voies, d'observer ses lois, ses préceptes, ses statuts, et d'écouter sa parole;
Tu as sélectionné (hèèmarta) […] et il t’a sélectionné (hèèmirkha)
Il n’existe pas d’autre endroit dans le texte où soient employés ces mots. Il me semble qu’ils comportent une connotation de « séparation » et de « distinction » : « Je t’ai séparé des divinités des idolâtres “pour être pour toi comme Eloqim”, et Lui t’a distingué des peuples du monde “pour être pour Lui un peuple de prédilection”. » Et je leur ai trouvé un texte pouvant servir de caution et comportant une connotation de « gloire » : « Se vanteront (yithamrou) tous les ouvriers d’iniquité » (Tehilim 94, 4)
26,18
et l'Éternel t'a glorifié à son tour en te conviant à être son peuple privilégié, comme il te l'a annoncé, et à garder tous ses commandements.
Comme Il t’a parlé
« Vous me serez un trésor » (Chemoth 19, 5)
26,19
Il veut que tu deviennes la première de toutes les nations qu'il a faites, en gloire, en renommée et en dignité; que tu sois un peuple consacré à l'Éternel, ton Dieu, comme il l'a déclaré."
Et pour que tu sois un peuple saint […] comme Il a parlé
« Vous serez saints pour moi » (Wayiqra 20, 26)
27,1
Moïse, avec les anciens d'Israël, exhorta le peuple en ces termes: "Observez toute la loi que je vous impose en ce jour.
Gardez toute la mitswa
Le mot chamor (« gardez ») est au gérondif. En français : « gardant »
27,2
Et quand vous serez arrivés au delà du Jourdain, dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, t'accorde, tu érigeras pour toi de grandes pierres, que tu enduiras de chaux;
Tu te dresseras
Dans le Yardén, après quoi tu en extrairas d’autres et en construiras un autel sur le mont ‘Eval. Il a ainsi existé trois séries de pierres : douze dans le Yardén, autant à Guilgal et autant sur le mont ‘Eval, comme indiqué dans le traité Sota (35b)
27,3
et tu y écriras toutes les paroles de cette doctrine dès que tu auras passé, pour mériter d'entrer dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te destine, pays ruisselant de lait et de miel, comme te l'a promis le Seigneur, le Dieu de tes pères.
27,4
Donc, après avoir passé le Jourdain, vous érigerez ces pierres, comme je vous l'ordonne aujourd'hui, sur le mont Hébal, et tu les enduiras de chaux.
27,5
Tu bâtiras au même endroit un autel destiné à l'Éternel, ton Dieu, un autel fait de pierres que le fer n'aura point touchées.
27,6
C'est en pierres intactes que tu bâtiras l'autel de l'Éternel, ton Dieu: là tu offriras des holocaustes en son honneur;
27,7
tu y feras des sacrifices rémunératoires et tu les y consommeras, et tu te réjouiras en présence de l'Éternel, ton Dieu.
27,8
Et tu écriras sur les pierres tout le contenu de cette doctrine, très distinctement."
En expliquant bien
En soixante-dix langues (Sota 32a)
27,9
Moïse, assisté des pontifes descendants de Lévi, parla ainsi à tout Israël: "Fais silence et écoute, ô Israël! En ce jour, tu es devenu le peuple de l'Éternel, ton Dieu.
Sois attentif
Comme le rend le Targoum Onqelos : « Ecoute ! 
Ce jour-ci tu es devenu un peuple
Que [les paroles de la Tora] te paraissent chaque jour comme si tu étais entré aujourd’hui avec Lui dans l’alliance (Berakhoth 63b)
27,10
Tu obéiras donc à la voix de l'Éternel, ton Dieu, et tu exécuteras ses préceptes et ses lois, que je t'impose aujourd'hui."
27,11
Et Moïse donna au peuple, ce même jour, l'ordre suivant:
27,12
"Voici quelles tribus prendront position sur le mont Garizim, pour la bénédiction à donner au peuple, quand vous aurez passé le Jourdain: Siméon, Lévi et Juda; Issachar, Joseph et Benjamin.
Pour bénir le peuple
Comme indiqué dans le traité Sota (32a). Six tribus sont montées au sommet du mont Guerizim, et six à celui du mont ‘Eval. Les kohanim, les lewiim et l’arche sainte se trouvaient en bas, au milieu. Les lewiim se sont tournés en direction du mont Guerizim et ont commencé par la bénédiction : « Béni l’homme qui ne fera pas une image et une idole de métal, etc. », les uns et les autres répondant : « Amen ! » Puis ils se sont tournés en direction du mont ‘Eval et ont commencé par la malédiction en disant : « Maudit l’homme qui fera une image et une idole de métal, etc. » (verset 15), et ainsi de suite jusqu’à : « Maudit qui n’accomplira pas etc. » (verset 26)
27,13
Et les suivantes se placeront, pour la malédiction, sur le mont Hébal: Ruben, Gad et Asher; Zabulon, Dan et Nephtali.
27,14
Les Lévites prendront la parole et diront à haute voix, s'adressant à tout homme en Israël:
27,15
"Maudit soit l'homme qui ferait une image taillée ou jetée en fonte, objet d'abomination pour l'Éternel, ouvrage de l'art humain, et qui l'érigerait en un lieu secret!" Sur quoi le peuple entier répondra: Amen!
27,16
"Maudit soit qui traite avec mépris son père ou sa mère!" Et tout le peuple dira: Amen!
Qui humilie son père
Qui le bafoue, dans le même sens que : « … et ton frère sera humilié à tes yeux » (supra 25, 3)
27,17
"Maudit, celui qui déplace la borne de son voisin!" Et tout le peuple dira: Amen!
Qui recule la limite
Qui la repousse en arrière et qui vole du terrain. Même sens que dans : « Il a été reculé en arrière » (Yecha’ya 59, 14)
27,18
"Maudit, celui qui égare l'aveugle en son chemin!" Et tout le peuple dira: Amen!
Qui égare un aveugle
Le naïf à qui on donne un mauvais conseil
27,19
"Maudit, celui qui fausse le droit de l'étranger, de l'orphelin ou de la veuve!" Et tout le peuple dira: Amen!
27,20
"Maudit, celui qui a commerce avec la femme de son père, découvrant ainsi la couche paternelle!" Et tout le peuple dira: Amen!
27,21
"Maudit, qui s'accouple avec quelque animal!" Et tout le peuple dira: Amen!
27,22
"Maudit, qui cohabite avec sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère!" Et tout le peuple dira: Amen!
27,23
"Maudit, qui cohabite avec sa belle-mère!" Et tout le peuple dira: Amen!
27,24
"Maudit, qui frappe son prochain dans l'ombre!" Et tout le peuple dira: Amen!
Qui frappe son prochain en secret
En médisant de lui. J’ai trouvé dans les écrits de Rabi Mochè Hadarchan que le mot « maudit » figure ici à onze reprises, lesquelles correspondent à onze tribus. En revanche, le mot « maudit » ne figure pas en relation avec Chim‘on car il n’était pas dans les intentions [de Mochè] de le bénir avant sa mort lorsqu’il bénirait les autres tribus. Aussi n’a-t-il pas voulu [non plus] le maudire
27,25
"Maudit, qui se laisse corrompre pour immoler une vie innocente!" Et tout le peuple dira: Amen!
27,26
"Maudit soit quiconque ne respecterait point les paroles de la présente doctrine et négligerait de les mettre en pratique!" Et tout le peuple dira: Amen!
Qui n’accomplira pas
Il a inclus ici la Tora dans son intégralité, et il l’ont acceptée avec imprécation et serment
28,1
"Or, si tu obéis à la voix de l'Éternel, ton Dieu, observant avec soin tous ses préceptes, que je t'impose en ce jour, l'Éternel, ton Dieu, te fera devenir le premier de tous les peuples de la terre;
28,2
et toutes les bénédictions suivantes se réaliseront pour toi et resteront ton partage, tant que tu obéiras à la voix de l'Éternel, ton Dieu:
28,3
tu seras béni dans la ville, et béni dans les champs.
28,4
Béni sera le fruit de tes entrailles, et le fruit de ton sol, et celui de ton bétail: la progéniture de tes taureaux, la portée de tes brebis.
La portée (chegar) de tes bœufs
Les petits de ton gros bétail, ainsi appelée parce que la bête les rejette (mechaguèreth) de ses entrailles
Et les fécondités (‘achteroth) de ton menu bétail
Comme le rend le Targoum Onqelos : « les troupeaux de ton menu bétail ». Et nos maîtres ont enseigné : Pourquoi les appelle-t-on ‘achteroth ? Parce qu’ils enrichissent (me‘achiroth) leurs maîtres et les rendent aussi forts que des ‘achteroth, qui sont des rochers solides (‘Houlin 84b)
28,5
Bénies seront ta corbeille et ta huche.
Bénie ta corbeille
Tes fruits. Autre explication : Il s’agit d’une substance liquide que l’on filtre dans des corbeilles
Et ta huche (oumicharothèkha)
Il s’agit d’une substance sèche qui reste (nichar) dans un récipient et qui ne coule pas
28,6
Béni seras-tu à ton arrivée, et béni encore à ton départ!
Béni seras-tu à ton arrivée
Que ta sortie du monde soit sans péché comme l’a été ta venue (Baba Metsi‘a 107a)
28,7
L'Éternel fera succomber devant toi les ennemis qui te menaceraient: s'ils marchent contre toi par un chemin, ils fuiront devant toi par sept.
Et par sept chemins ils fuiront devant toi
Ainsi se comportent ceux qui prennent la fuite dans la précipitation : Ils se dispersent de tous côtés
28,8
L'Éternel fixera chez toi la bénédiction, dans tes celliers, dans tous tes biens; il te rendra heureux dans ce pays que l'Éternel, ton Dieu, te destine.
28,9
L'Éternel te maintiendra comme sa nation sainte, ainsi qu'il te l'a juré, tant que tu garderas les commandements de l'Éternel, ton Dieu, et que tu marcheras dans ses voies.
28,10
Et tous les peuples de la terre verront que le nom de l'Éternel est associé au tien, et ils te redouteront.
28,11
Et l'Éternel te rendra supérieur à tous en félicité, par le fruit de tes entrailles, celui de ton bétail et celui de ton sol, sur la terre qu'il a juré à tes aïeux de te donner.
28,12
L'Éternel ouvrira pour toi son bienfaisant trésor, le ciel, pour dispenser à ton sol des pluies opportunes et faire prospérer tout le labeur de ta main; et tu pourras prêter à maintes nations, mais tu n'emprunteras point.
28,13
L'Éternel te fera tenir le premier rang, et non point le dernier; tu seras constamment au faîte, sans jamais déchoir, pourvu que tu obéisses aux lois de l'Éternel, ton Dieu, que je t'impose en ce jour, en les exécutant ponctuellement,
28,14
et que tu ne dévies pas, à droite ni à gauche, de tout ce que je vous ordonne aujourd'hui, pour suivre et adorer des divinités étrangères.
28,15
Mais si tu n'écoutes pas la voix de l'Éternel, ton Dieu: si tu n'as pas soin d'observer tous ses préceptes et ses lois que je te recommande en ce jour, toutes ces malédictions se réaliseront contre toi et seront ton partage:
28,16
tu seras maudit dans la ville, et maudit dans les champs.
28,17
Maudites seront ta corbeille et ta huche.
28,18
Maudits seront le fruit de tes entrailles et le fruit de ton sol, la progéniture de tes taureaux et les portées de tes brebis.
28,19
Maudit seras-tu à ton arrivée, et maudit encore à ton départ!
28,20
L'Éternel suscitera chez toi le malheur, le désordre et la ruine, dans toute opération où tu mettras la main; tellement que tu seras bientôt anéanti et perdu, pour prix de tes méfaits, pour avoir renoncé à moi.
La disette (hammeéra)
La pénurie, comme dans : « une tsara‘ath corrosive (mameéreth) » (Wayiqra 13, 51)
Le tumulte
Le Targoum Onqelos rend le mot par : « un son terrifiant »
28,21
L'Éternel attachera à tes flancs la peste, jusqu'à ce qu'elle t'ait consumé de dessus la terre où tu vas entrer pour en prendre possession.
28,22
L'Éternel te frappera de consomption, de fièvre chaude, d'inflammations de toute nature, de marasme et de jaunisse, qui te poursuivront jusqu'à ce que tu succombes.
De tuberculose (cha‘hèfeth)
La chair enfle (nich‘haf) et gonfle
Et de fièvre (qada‘hath)
Même mot que dans : « Car un feu s’est allumé (qod‘ha) dans ma colère… » (infra 32, 22). C’est la « fièvre » des malades – en français médiéval : « malvei » – à savoir une forte température
Et d’inflammation (dalèqeth)
C’est une fièvre plus forte que qada‘hath. [Ces termes désignent] diverses sortes de maladies
Et de consomption (‘har‘hour)
Maladie qui embrase l’intérieur du corps, accompagnée d’un constant besoin d’eau. En français médiéval : « esardement ». Même mot que dans : « Mon squelette est consumé (‘hara) par la fièvre » (Iyov 30, 30), ou que dans : « le soufflet est devenu brûlant (na‘har) » (Yirmeya 6, 29)
Et par l’épée
Il enverra contre toi des armées
Sécheresse et mildiou
Maladies frappant les produits des champs
Sécheresse
Vent d’est. En français médiéval : « hasle »
Mildiou
Dessèchement faisant pâlir et jaunir la surface des plantes. En français : « chaume »
Jusqu’à ta perte
Ainsi que le rend le Targoum Onqelos : jusqu’à ce que tu aies péri, que tu te sois détruit spontanément
28,23
Ton ciel, qui s'étend sur ta tête, sera d'airain, et la terre sous tes pieds sera de fer.
Tes cieux qui sont sur ta tête seront de cuivre
C’est en son propre nom que Mochè a prononcé ces malédictions-là, tandis que celles du mont Sinaï (Wayiqra 26, 14 et suivants), c’est sur l’ordre du Saint béni soit-Il qu’il les a formulées, ainsi que l’indique leur tournure de style (Meguila 31b). C’est ainsi qu’il est écrit dans Wayiqra : « et si vous ne “m’écoutez” pas… », « et si vous allez à “mon” encontre de manière hostile », tandis qu’il est écrit ici : « la voix de Hachem, “ton” Eloqim », « Hachem fera s’attacher “à toi” la peste », « Hachem “te” frappera ». Mochè a tempéré ses malédictions en les exprimant au singulier. Il a également tempéré la malédiction contenue dans ce verset-ci. Car il avait été dit dans les premières : « … vos cieux comme du fer, et votre pays comme du cuivre » (Wayiqra 26, 19) – le ciel ne suintera pas, pas plus que ne suinte le fer, de sorte que la sécheresse régnera dans le monde, tandis que la terre suintera comme le fait le cuivre, et elle putréfiera ses fruits. Il est écrit ici, en revanche : « tes cieux de cuivre, et la terre de fer », ce qui veut dire que le ciel suintera, encore qu’il ne produira pas de pluie, de sorte que le monde ne souffrira pas d’une sécheresse catastrophique. La terre ne suintera pas, à l’instar du fer qui ne suinte pas, si bien que les fruits ne pourriront pas. Quoi qu’il en soit, ce sera une malédiction : De cuivre ou de fer, elle ne produira pas de fruits et le ciel ne déversera pas de pluie
28,24
L'Éternel transformera la pluie de ton pays en poussière et en sable, qui descendront sur toi du haut du ciel jusqu'à ce que tu périsses.
La pluie de ton pays de la poussière et du sable
Par un vent qui succède à la pluie (Ta‘anith 3b). La pluie tombe, mais elle ne suffit pas à disperser le sable. Survient un coup de vent qui soulève la poussière, laquelle recouvre les plants en herbe rendus humides par la pluie et y adhère. Il se forme de la boue qui va s’assécher et tout faire pourrir
28,25
L'Éternel te fera écraser par tes ennemis: si tu marches contre eux par un chemin, par sept chemins tu fuiras devant eux; et tu seras un objet de stupéfaction pour tous les royaumes de la terre.
En frayeur
En terreur et en tremblement. Tous ceux qui entendront [parler] de tes malheurs trembleront et diront : « Malheur à nous ! Pourvu que ne nous arrive pas ce qui leur est arrivé ! 
28,26
Et ta dépouille servira de pâture aux oiseaux du ciel et aux animaux de la terre, et nul ne les troublera.
28,27
Le Seigneur t'affligera de l'éruption égyptienne, d'hémorroïdes, de gale sèche et humide, dont tu ne pourras guérir.
L’ulcère d’Egypte
C’était très douloureux, purulent à l’intérieur et sec à l’extérieur, comme indiqué dans le traité Bekhoroth (41a)
Eczéma
Ulcère purulent
Croûtes cutanées (‘hèrès)
Ulcère sec comme de l’argile (‘hèrès)
28,28
Le Seigneur te frappera de vertige et de cécité, et de perturbation morale;
Et de consternation
Obstruction du cœur. En français médiéval : « estordison »
28,29
et tu iras tâtonnant en plein midi comme fait l'aveugle dans les ténèbres, tu ne mèneras pas à bonne fin tes entreprises, tu seras opprimé et spolié incessamment, sans trouver un défenseur.
Affligé
Tout ce que tu feras déclenchera des contestations
28,30
Tu fianceras une femme, et un autre la possédera; tu bâtiras une maison, et tu ne t'y installeras point; tu planteras une vigne, et tu n'en auras point la primeur.
La possédera (yichgalènna)
Terme comportant une connotation de « concubinage ». Le texte s’exprime, [tel qu’on le lit], d’une manière plus décente (yichkavènna), ainsi qu’il a été institué par les scribes (Meguila 25b)
Rendras profane
La quatrième année, pour pouvoir en manger les fruits
28,31
Ton bœuf sera égorgé sous tes yeux, et tu ne mangeras pas de sa chair; ton âne sera enlevé, toi présent, et ne te sera pas rendu; tes brebis tomberont au pouvoir de tes ennemis, et nul ne prendra parti pour toi.
28,32
Tes fils et tes filles seront livrés à un peuple étranger, et tes yeux le verront et se consumeront tout le temps à les attendre, mais ta main sera impuissante.
Et ils seront consumés vers eux
Ils espéreront leur retour mais ils ne reviendront pas. Tout espoir qui ne se réalise pas est appelé « consomption des yeux »
28,33
Le fruit de ton sol, tout ton labeur, sera dévoré par un peuple à toi inconnu; tu seras en butte à une oppression, à une tyrannie de tous les jours,
28,34
et tu tomberas en démence, au spectacle que verront tes yeux.
28,35
Le Seigneur te frappera d'une éruption maligne sur les genoux, sur les cuisses, d'une éruption incurable, qui gagnera depuis la plante du pied jusqu'au sommet de la tête.
28,36
Le Seigneur te fera passer, toi et le roi que tu te seras donné, chez une nation que tu n'auras jamais connue, toi ni tes pères; là, tu serviras des dieux étrangers, du bois et de la pierre!
28,37
Et tu deviendras l'étonnement, puis la fable et la risée de tous les peuples chez lesquels te conduira le Seigneur.
Etonnement
En français médiéval : « estordison ». Quiconque te verra en sera stupéfait
Légende
Lorsqu’un coup dur frappera quelqu’un, on dira : « C’est comme celui qui a frappé Untel. 
Et dérision (welichnina)
Même connotation que wechinantam (« tu les enseigneras ») (supra 6, 7) : On parlera de toi. Ainsi le rend le Targoum Onqelos : oulechou‘i, mot comportant une connotation de « récit »
28,38
Tu auras confié à ton champ de nombreuses semences; mince sera ta récolte, car la sauterelle la dévorera.
L’anéantira (ya‘hselènnou)
Le détruira. C’est pour cette raison que [la sauterelle] est appelée ‘hassil : elle détruit tout (Yerouchalmi Ta‘anith 3, 6)
28,39
Tu planteras des vignes et les cultiveras; mais tu n'en boiras pas le vin et tu ne l'encaveras point, car elles seront rongées par la chenille.
28,40
Tu posséderas des oliviers sur tout ton territoire; mais tu ne te parfumeras pas de leur huile, car tes oliviers couleront.
Car tomberont (yichal)
Il laissera tomber ses fruits. Même connotation que dans : « le fer glissera (wenachal) » (supra 19, 5
28,41
Tu engendreras des fils et des filles et ils ne seront pas à toi, car ils s'en iront en captivité.
28,42
Tous tes arbres et les produits de ton sol, la courtilière les dévastera.
Le criquet les épuisera (yeyaréch)
La sauterelle rendra le pays pauvre (rach) en fruits
Epuisera
Appauvrira
Le criquet
Espèce de sauterelle. Il est impossible de donner au mot yeyaréch la connotation d’un « héritage » (yeroucha), car il aurait dû alors être orthographié yirach (voir Beréchith 21, 10), ni celle de « dépossession » (hourcha) ou de « répudiation », car il aurait dû alors être orthographié yorich
28,43
L'étranger qui sera chez toi s'élèvera de plus en plus au-dessus de toi, et toi tu descendras de plus en plus.
28,44
C'est lui qui te prêtera, loin que tu puisses lui prêter; lui, il occupera le premier rang, toi, tu seras au dernier.
28,45
Et toutes ces malédictions doivent se réaliser sur toi, te poursuivre et t'atteindre jusqu'à ta ruine, parce que tu n'auras pas obéi à la voix de l'Éternel, ton Dieu, en gardant les préceptes et les lois qu'il t'a imposés.
28,46
Elles s'attacheront, comme un stigmate miraculeux, à toi et à ta postérité, indéfiniment.
28,47
Et parce que tu n'auras pas servi l'Éternel, ton Dieu, avec joie et contentement de cœur, au sein de l'abondance,
De l’abondance de tout
Lorsque tu possédais encore tout ce qui est bon
28,48
tu serviras tes ennemis, suscités contre toi par l'Éternel, en proie à la faim, à la soif, au dénuement, à une pénurie absolue; et ils te mettront sur le cou un joug de fer, jusqu'à ce qu'ils t'aient anéanti.
28,49
Le Seigneur lancera sur toi une nation lointaine, venue des confins de la terre, rapide comme l'aigle en son vol; nation dont tu n'entendras point la langue,
Comme vole l’aigle
Subitement, en une marche triomphale, et s’envoleront ses chevaux
Dont tu n’entendras pas la langue
Dont tu ne reconnaîtras pas la langue. De même : « Tu “entends” un songe pour l’interpréter » (Beréchith 41, 15) ou : « que Yossef “entendait” » (Beréchith 42, 23). En français : « entendre »
28,50
nation inexorable, qui n'aura point de respect pour le vieillard, point de merci pour l'adolescent!
28,51
Elle se repaîtra du fruit de ton bétail et du fruit de ton sol, jusqu'à ce que tu succombes; elle enlèvera, sans t'en rien laisser, le blé, le vin et l'huile, les produits de tes taureaux et de tes fécondes brebis, jusqu'à ta ruine entière.
28,52
Elle mettra le siège devant toutes tes portes, jusqu'à ce que tombent, dans tout ton pays, ces murailles si hautes et si fortes en qui tu mets ta confiance; oui, elle t'assiégera dans toutes tes villes, dans tout ce pays que l'Éternel, ton Dieu, t'aura donné.
Jusqu’à ce que tombent (rèdeth) tes murailles
Le mot rèdeth comporte une connotation de ridouy (« soumission ») et de « conquête »
28,53
Et tu dévoreras le fruit de tes entrailles, la chair de tes fils et de tes filles, ces présents de l'Éternel, ton Dieu, par suite du siège et de la détresse où t'étreindra ton ennemi.
Tu mangeras […] la chair […] dans le siège
Parce qu’ils assiégeront la ville, il y régnera les affres de la famine
28,54
L'homme le plus délicat parmi vous et le plus voluptueux verra d'un œil hostile son frère, sa compagne et le reste d'enfants qu'il aura encore,
Sensible en toi et délicat
Les deux mots : « sensible » et : « délicat » s’appliquent à la même personne et veulent dire : « douillet ». Les mots : « par délicatesse et par sensibilité » (verset 56) sont bien la preuve qu’ils qualifient une seule et même personne. Bien qu’il soit douillet et qu’il éprouve du dégoût devant une chose répugnante, la chair de ses fils et de ses filles lui paraît si délectable, tant il souffre de la famine, qu’il considérera avec malveillance ses enfants survivants pour n’avoir pas à donner à l’un d’eux de la chair de leur frère qu’il est en train de manger. Autre explication : Le « sensible en toi » signifie : « celui empli de commisération », « celui au cœur tendre ». Il deviendra cruel tant il souffrira de la famine, et il ne donnera pas de la chair de ceux de ses enfants qu’il aura égorgés à ceux qui survivront
28,55
ne voulant donner à aucun d'eux de la chair de ses enfants, qu'il mangera faute d'autres ressources; tellement tu seras assiégé et cerné par ton ennemi dans toutes tes villes.
28,56
La plus sensible parmi vous et la plus délicate, si délicate et si sensible qu'elle n'aurait jamais risqué de poser la plante de son pied sur la terre, verra d'un œil hostile l'homme qu'elle serrait dans ses bras, et son fils et sa fille,
Aura un œil mauvais dans l’homme de son cœur
Adultes
28,57
jusqu'au nouveau-né sorti de ses flancs, jusqu'aux jeunes enfants dont elle est la mère, car, dénuée de tout, elle se cachera pour les dévorer! Telle sera la détresse où te réduira ton ennemi, t'assiégeant dans tes murs.
Et dans son placenta
Ses jeunes enfants. Elle les considérera avec malveillance lorsqu’elle mangera l’un d’eux pour n’avoir pas à donner de sa chair à ceux qui sont auprès d’elle
28,58
Oui, si tu n'as soin d'observer toutes les paroles de cette doctrine, écrites dans ce livre; de révérer ce nom auguste et redoutable: l'ETERNEL, ton Dieu,
28,59
l'Éternel donnera une gravité insigne à tes plaies et à celles de ta postérité: plaies intenses et tenaces, maladies cruelles et persistantes.
Hachem rendra prodigieux tes coups
Exceptionnels, différents des autres coups
Et tenaces
Pour te châtier et afin de remplir [ainsi] leur mission (‘Avoda zara 55a)
28,60
Il déchaînera sur toi tous les fléaux de l'Egypte, objets de ta terreur, et ils seront chez toi en permanence.
Dont tu as peur
Des plaies. Quand [les enfants d’]Israël voyaient des plaies inouïes s’abattre sur l’Egypte, ils en avaient peur, craignant qu’elles ne s’abattent sur eux aussi. Sache que c’est bien [cette idée qui est contenue dans] ce qui est écrit : « Si écouter, tu écoutes […] aucune maladie que j’ai placée contre l’Egypte je ne placerai sur toi » (Chemoth 15, 26). On ne menace une personne que de ce dont elle a peur
28,61
Bien d'autres maladies encore, bien d'autres plaies non consignées dans le livre de cette doctrine, le Seigneur les fera surgir contre toi, jusqu'à ce que tu sois exterminé.
Les fera monter
Dans le sens d’une « ascension »
28,62
Et vous serez réduits à une poignée d'hommes, après avoir égalé en multitude les étoiles du ciel, parce que tu auras été sourd à la voix de l'Éternel, ton Dieu.
Vous resterez en petit nombre
Peu nombreux au lieu de former une multitude
28,63
Alors, autant le Seigneur s'était plu à vous combler de ses bienfaits et à vous multiplier, autant il se plaira à consommer votre perte, à vous anéantir; et vous serez arrachés de ce sol dont vous allez prendre possession.
Ainsi fera se réjouir Hachem
[Ainsi réjouira-t-Il] vos ennemis à votre sujet en causant votre perte, etc
Vous serez arrachés (wenissa‘htem)
Dans le sens de « déracinement », comme dans : « Hachem arrachera (yissa‘h) la maison des orgueilleux » (Michlei 15, 25)
28,64
Et l'Éternel te dispersera parmi tous les peuples, d'une extrémité de la terre à l'autre; et là tu serviras des dieux étrangers, jadis inconnus à toi comme à tes pères, faits de bois et de pierre.
Tu y serviras d’autres dieux
Il ne s’agit pas, selon le Targoum Onqelos, d’une véritable idolâtrie, mais de l’imposition de taxes et de capitations au profit des prêtres du paganisme
28,65
Et parmi ces nations mêmes tu ne trouveras pas de repos, pas un point d'appui pour la plante de ton pied; là, le Seigneur te donnera un cœur effaré, mettra la défaillance dans tes yeux, l'angoisse dans ton âme,
Tu n’auras pas de tranquillité (thargui‘a)
Tu ne trouveras pas de repos, comme dans : « … et voici le repos (hamargué‘a) » (Yecha’ya 28, 12)
Un cœur tremblant
Un cœur épouvanté, ainsi que le rend le Targoum Onqelos, comme dans : « La tombe souterraine tremble pour toi » (Yecha’ya 14, 9), « Les peuples ont entendu, ils ont tremblé » (Chemoth 15, 14), « Les fondements des cieux ont tremblé » (II Chemouel 22, 8)
Et la ruine des yeux
Attendant la délivrance et celle-ci ne venant pas
28,66
et ton existence flottera incertaine devant toi, et tu trembleras nuit et jour, et tu ne croiras pas à ta propre vie!
Ta vie te sera suspendue
[Parce que tu seras pris d’un] doute. Tout ce qui est douteux est dit « suspendu ». « Peut-être mourrai-je aujourd’hui de l’épée qui nous menace ! » Et nos maîtres ont expliqué qu’il s’agit là de celui qui achète son blé au marché (Mena‘hoth 103b)
Et tu ne croiras pas en ta vie
Cela se réfère à celui qui dépend d’un boulanger (ibid.)
28,67
Tu diras chaque matin: "Fût-ce encore hier soir!" Chaque soir tu diras: "Fût-ce encore ce matin!" Si horribles seront les transes de ton cœur et le spectacle qui frappera tes yeux.
Le matin tu diras : Si seulement nous étions le soir
C’est-à-dire hier soir
Et le soir tu diras : Si seulement nous étions le matin
D’aujourd’hui. Car les souffrances ne font que s’aggraver, et plus maudite est chaque heure que celle qui l’a précédée
28,68
Et le Seigneur te fera reprendre, sur des navires, la route de l'Egypte, cette route où je t'avais dit que tu ne repasserais plus; et là vous vous offrirez en vente à vos ennemis comme esclaves et servantes, mais personne ne voudra vous acheter!"
Dans des navires
Sur des bateaux, en captivité
Vous vous y vendrez à tes ennemis
Vous chercherez à leur être vendus comme serviteurs et comme servantes
Et il n’y aura pas d’acheteur
Car ils auront décidé de vous massacrer et de vous détruire
Vous vous vendrez
En français médiéval : « e porvendrez vos ». Et il n’est pas correct de rendre ce mot par : « vous serez vendus » par d’autres, puisqu’il est écrit ensuite qu’il n’y aura pas d’acheteur
28,69
Ce sont là les termes du pacte que l'Éternel ordonna à Moïse d'établir avec les enfants d'Israël dans le pays de Moab, indépendamment du pacte qu'il avait conclu avec eux au Horeb.
De conclure avec les fils d’Israël
Pour qu’ils acceptent sur eux la Tora avec imprécation et serment
Indépendamment de l’alliance
Des malédictions contenues dans Wayiqra, qui ont été prononcées au Sinaï
29,1
Moïse fit appel à tout Israël, et leur dit: "Vous-mêmes, vous avez vu tout ce que l'Éternel a fait à vos yeux, dans le pays d'Egypte, à Pharaon, à tous ses serviteurs, à son pays entier;
29,2
ces grandes épreuves dont tes yeux furent témoins, ces signes et ces prodiges extraordinaires.
29,3
Et jusqu'à ce jour, le Seigneur ne vous a pas encore donné un cœur pour sentir, des yeux pour voir, ni des oreilles pour entendre!
Et Hachem ne vous a pas donné un cœur pour connaître
Pour reconnaître les bontés du Saint béni soit-Il et vous attacher à Lui
Jusqu’à ce jour-ci
J’ai appris que c’est ce jour-là que Mochè a donné aux descendants de Léwi le livre de la Tora, ainsi qu’il est écrit dans la sidra Wayèlekh : « Il la donna aux pontifes, fils de Léwi… » (infra 31, 9). Tout Israël s’est [alors] présenté devant Mochè et ils lui ont dit : « Mochè notre maître ! Nous aussi étions au Sinaï et avons accepté la Tora. Et c’est à nous qu’elle a été donnée. Pourquoi laisses-tu les enfants de ta tribu l’accaparer ? Ils nous diront demain : “Ce n’est pas à vous qu’elle a été donnée, mais à nous !” » Mochè s’est réjoui de ce langage, et c’est ainsi qu’il leur a dit : « Ce jour-ci tu es devenu un peuple, etc. » (supra 27, 9) – « C’est aujourd’hui que j’ai compris que vous êtes attachés à Hachem et désirez [Sa présence]. 
29,4
Je vous ai fait marcher quarante ans dans le désert, vos vêtements ne se sont point usés sur vous, ni la chaussure de vos pieds ne s'est usée.
29,5
Du pain, vous n'en avez pas mangé; du vin ou autre boisson forte, vous n'en avez pas bu, afin que vous apprissiez que c'est moi, l'Éternel, qui suis votre Dieu!
29,6
Vous êtes ainsi parvenus jusqu'à cette contrée. Là, Sihôn, roi de Hesbon, et Og, roi du Basan, ont marché à notre rencontre pour nous livrer bataille, et nous les avons battus.
Vous êtes venus vers cet endroit-ci
Maintenant que vous vous regardez comme grands et comme glorieux, ne vous rebellez pas contre Hachem, gardez vos cœurs de s’enorgueillir et..
29,7
Puis, nous avons pris leur pays et l'avons donné, comme possession héréditaire, à la tribu de Ruben, à celle de Gad et à la demi-tribu de Manassé.
29,8
Observez donc les termes de cette alliance et mettez-les en pratique, si vous voulez réussir dans toutes vos œuvres.
« vous garderez les paroles de cette alliance-là
Autre explication : « Et Hachem ne vous a pas donné un cœur pour connaître » (verset 3) – aucun homme ne peut pénétrer à fond l’esprit de son maître ni la sagesse de son enseignement avant quarante ans [de présence à ses côtés] (‘Avoda zara 5b). C’est pourquoi Hachem n’a pas été pointilleux à votre égard jusqu’à ce jour, mais il le sera désormais, et donc « vous garderez les paroles de cette alliance-là, etc. »
Projet dédié par un généreux donateur