Contactez-nous

Limoud au féminin

Bienvenue sur "Limoud au féminin", un programme d'étude quotidienne destiné à la gent féminine. C'est gratuit, court, varié. Inscrivez-vous et profitez-en !

Limoud au féminin

Pour recevoir gratuitement chaque matin Limoud au féminin - l'étude de la femme juive, indiquez votre adresse e-mail dans le champ ci-dessous :

Etude n°602 du Lundi 25 Septembre 2017 (Yom Kippour)

Télécharger & Imprimer l’étude du jour !

Lois quotidiennes : Les cinq restrictions (1)

Le jour de Yom Kippour, il est interdit de manger et de boire, de se laver, de s'oindre, de porter des chaussures de cuir, et d'avoir des relations intimes. Tous ces interdits sont valables aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Boire et manger 

Il est interdit de boire et de manger quoi que ce soit. Même goûter puis rejeter un aliment est interdit. Ceci est valable même dans le cas où l'aliment (ou la boisson) est amer et qu'il nous est désagréable.

Les chewing-gums

Il est interdit de mâcher un chewing-gum, même s'il n'est pas du tout sucré.

Les aliments des enfants 

Les aliments ne sont pas Mouktsé. Par conséquent, il est permis de donner à manger aux jeunes enfants, et on ne craint pas qu'on puisse venir à en consommer.

Parfums 

Il y a une Mitsva de réciter une bénédiction sur une bonne odeur comme un parfum et des fruits odoriférants, ceci afin de compléter les 100 bénédictions que chacun doit réciter quotidiennement. Il est également permis de priser du tabac.

Récit du Jour : Responsable d’une tempête

Dans un passage du livre de Yona, que nous lisons le jour de Kippour, figure l'histoire de ce prophète à qui Hachem donna l'ordre de se rendre à Ninvé, pour mettre en garde ses habitants sur leurs transgressions et les avertir qu'Hachem allait détruire la ville dans quarante jours, s'ils ne faisaient pas Téchouva.

Yona craignait beaucoup cette mission, parce qu'il savait que tous les habitants de Ninvé n'allaient pas l'écouter. Cela entraînerait une accusation céleste sur le peuple d'Israël, car bien que certains écouteraient la prophétie et les remontrances, tous n'y prêteraient pas forcément attention. C'est la raison pour laquelle Yona préféra se dérober à cette mission, « s'enfuir » d’Hachem et aller à Tarchich, un lieu se trouvant à l'extérieur d'Israël, car l'esprit prophétique ne peut se poser sur un homme en dehors d'Israël.

Cependant, le Maître du monde remplit toute la terre de sa gloire. Qui peut s'échapper et s'enfuir de devant Lui ?! « Hachem fit souffler un vent violent sur la mer, une tempête énorme éclata en mer, et le bateau était prêt à se casser. » Les marins prirent peur et implorèrent leurs idoles, des idoles de bois et de pierre, mais qui ne furent d'aucun secours. Ils tentèrent de jeter leurs affaires par-dessus bord afin d'alléger le bateau, mais ce ne fut d'aucune utilité. Et Yona ne savait pas ce qui se passait, car il se trouvait dans les cales du bateau, endormi. Lorsque l'équipage vit que la tempête s'intensifiait et que tous leurs efforts étaient vains, ils décidèrent de procéder à un tirage au sort afin de révéler la personne responsable de cette catastrophe. « Le sort tomba sur Yona. » Ils le saisirent et lui demandèrent : « Dis-nous qui est le responsable de cet acharnement, quel est ton métier, d'où viens-tu ?… » Yona leur raconta toute l'histoire et leur dit : « Jetez-moi à la mer et la mer se calmera, car je sais que j'en suis le responsable ! » C'est ainsi que cela se passa. La suite, nous la connaissons, telle qu'elle est rapportée dans le livre de Yona.

Le Rav de Brisk, de mémoire bénie, explique à ce sujet : « De la Téchouva de Yona, nous apprenons quelque chose d'essentiel. Dans le bateau ne se trouvaient que des idolâtres, à l'exception de Yona, il ne lui manquait donc pas de raisons pour faire porter la responsabilité de cette tempête à leurs cultes païens. Mais il ne chercha pas à en incomber la faute à un des marins, il en porta la totale responsabilité et dit : « Car c'est à cause de moi que cette tempête s'abat sur vous ! » »

Pendant cette période de Roch Hachana et Kippour, nous sommes tenus de sonder nos actes et de les réparer. II est possible que nous tombions dans les conseils du yétser hara et disions : il y a des gens qui doivent vraiment se renforcer et s'éveiller à la Téchouva, la condition actuelle sur le plan spirituel est loin d'être simple, certaines personnes ne jeûnent même pas à Kippour, la débauche se trouve à tous les coins de rue, c'est vraiment horrible. Le gouvernement détruit la religion dans le pays, les bouchers vendant du porc se développent partout, le Chabbath est bafoué sans retenue. Bref, le peuple d'Israël a sur quoi s'améliorer avant que ce soit précisément à moi, un homme bon et innocent de toute faute, de me corriger.

En attendant, nous devons savoir que ces arguments viennent tout droit du Yétser Hara, qui veut nous empêcher de parfaire nos actes. C'est la raison pour laquelle, chaque homme a le devoir de se dire : « Cette tempête est à cause de moi ! », parce qu'Hachem exige le renforcement d'une personne en fonction de ses possibilités et de sa situation présente. Celui se trouvant à un niveau de lucidité important a une responsabilité proportionnelle !

Haut de page