Paracha Vayétsé
Prochaine fête : 'Hanouka (dans 16 jours)
Contactez-nous

Limoud au féminin

Bienvenue sur "Limoud au féminin", un programme d'étude quotidienne destiné à la gent féminine. C'est gratuit, court, varié. Inscrivez-vous et profitez-en !

Limoud au féminin

Pour recevoir gratuitement chaque matin Limoud au féminin - l'étude de la femme juive, indiquez votre adresse e-mail dans le champ ci-dessous :

Etude n°48 du Vendredi 16 Novembre 2018 (Vayétsé)

Télécharger & Imprimer l’étude du jour !

Perle de Paracha : « Et tu as changé mon salaire dix fois »

D’après ce verset, Rachi enseigne que Lavan changea ses conditions avec Yaakov cent fois (le mot en hébreu "Monim" signifie dix au pluriel). On raconte à propos du Rav Maharam Alchikh qu’il eut l’occasion d’interpréter la Parachat Vayétsé en présence du Ari Zal. Le Rav Alchikh expliqua comment Lavan trompa Yaakov en changeant à chaque fois leurs conditions par des stratagèmes divers et variés. Le Ari Zal s’esclaffa et continua de sourire tout le long du discours alors qu’il était connu pour son sérieux…

Lorsque le Rav termina son discours, interloqué, il demanda au Ari Zal pourquoi avait-il souri ainsi ? Le Ari Zal leur dévoila que Lavan était condamné à assister lui-même au discours du Rav Alchikh ! Il devait reconnaitre la véracité ce jugement et admettait que tout ce que le Rav Alchikh avait dit était en effet correct : « Je voyais Lavan hocher la tête comme pour dire : - Oui - il admettait et avouait qu’il avait agi exactement de cette manière ! »

Seul le Ari Zal, par prophétie, avait eu la possibilité de le voir et cela le faisait sourire !

Santé selon la Torah : L’activité physique contre la dépression

La pratique régulière d’une activité physique stimule le système nerveux. Le cerveau reçoit par conséquent plus d’oxygène et les troubles liés au stress et à la dépression sont plus rares.

Éducation : L'interdit de frapper

Il est formellement interdit à un père de frapper son fils lorsqu’il est grand. L’interdit est tellement grave que le père devra être excommunié s’il l’enfreint. En frappant son fils, ce dernier peut en venir à tenir des propos déplacés à l’égard de son père ou à D. ne plaise, lever la main sur son père.

Le proverbe « Ménager les coups de bâton, c’est haïr son fils » s’applique seulement aux jeunes enfants. Frapper son enfant lorsqu’il est déjà grand entraine l’effet inverse : au lieu d’éduquer l’enfant, on aggrave la situation bien plus qu’avant la réprimande. De là on comprend qu’à tout âge, si un enfant subit une punition qui n’a pas lieu d’être, cela aura des conséquences néfastes sur lui.

Cacheroute : Les composants de la pâte

1- Il est préférable que la pâte dont on souhaite prélever la ’Halla ressemble à une pâte à pain qui est pétrie avec de l’eau. Par contre, si la pâte est pétrie avec des œufs et de l’huile mais qu’elle ne contient pas du tout d’eau, on prélèvera la ’Halla sans prononcer la bénédiction.

2- Il est bien de prélever la ’Halla seulement après avoir fini de pétrir la pâte. Au préalable, il faudra rassembler la pâte en un seul bloc homogène. Si on n’a pas prélevé la ’Halla et que l’on s’en souvienne seulement après avoir enfourné la pâte, il faudra la prélever après la cuisson.

Lois quotidiennes : Les photos gênantes

1- Il faut s’efforcer de ne pas faire rentrer à la maison des photos qui ne sont pas décentes et qui sont en général collées sur les emballages : il y a un grand danger de créer un dommage spirituel. Si des images indécentes se trouvent collées sur des produits de beauté tels que des crèmes pour le corps, des champoings, etc. … il faudra enlever l’autocollant afin que ce ne soit pas une embûche pour les membres de la famille.

2- Dès qu’une publicité arrive à la maison, il faut vérifier si elle ne comporte pas des images indécentes. En particulier de nos jours, beaucoup de sociétés envoient chez les gens des brochures publicitaires et il se peut que les produits présentés soient accompagnés de photos indécentes.

Récit du Jour : La Torah avant tout

Dans la ville de Kelm vivait un Juif qui tenait un commerce et étudiait aussi la Torah. Il avait une fille unique. Il la donna en mariage à un érudit en Torah d’un niveau exceptionnel. Il leur procura une dote honorable et prit en charge les besoins financiers du couple pendant quelques années. Le mari vivait ainsi paisiblement, il consacrait tout son temps à l’étude la Torah. Cette période prit fin et le couple ne se trouva plus sous la tutelle du beau-père. La jeune femme s’inquiéta à propos de leur avenir et son mari sortit travailler pour assumer ses responsabilités. Mais au lieu se contenter du minimum en continuant à consacrer son temps libre à l’Etude, il la délaissa progressivement jusqu’à oublier ce que signifiait d’ouvrir une page de Talmud ! Un jour, sa femme se trouva soudainement dans l’incapacité de parler, elle sentait qu’elle allait s’étrangler. Son mari fit venir d’urgence un médecin mais ce dernier n’avait aucun remède à proposer.

Ils consultèrent les plus grands médecins mais eux non plus ne furent d’aucune aide. Le couple se rendit alors en Erets Israël auprès du grand Rabbi Mendel. Lorsqu’ils le rencontrèrent, le Rabbi comprit immédiatement l’origine du problème. Il commença à communiquer avec un esprit malfaisant. Les personnes présentes furent toutes effrayées en entendant une voix répondre. Cette voix provenait du ventre de la femme alors que ses lèvres ne bougeaient pas. Ils demandèrent au Rabbi comment cet esprit malfaisant était-il rentré dans son corps ? L’esprit malfaisant répondit lui-même que cette femme avait incité son mari à abandonner l’étude de la Torah ! Le mari promit alors de se remettre à étudier. Le Rabbi rassembla un groupe de dix personnes et ils récitèrent des Psaumes. Puis le Rabbi récita une formule secrète et l’esprit malfaisant sortit du corps de la femme...

Etude n°49 du Samedi 17 Novembre 2018 (Vayétsé)

Télécharger & Imprimer l’étude du jour !

Lois quotidiennes : La préparation des repas pendant Chabbath

1- Certains permettent d’étaler une crème sur un gâteau si on le fait dans le but d’améliorer le goût. Dans le cas où l’on souhaite embellir le gâteau, cela ne sera pas permis.

2- Il est permis de couper des fruits en morceaux afin de les mélanger et d’en faire une salade de fruits, à condition de préparer cette salade peu de temps avant de la manger.

3- A l’approche du repas, il est permis de préparer une salade de thon ou de sardines en écrasant les morceaux uniquement avec une fourchette ou une cuillère.

4- Il est permis de préparer une salade de crudités pour les besoins d’un repas dans la demi-heure précédente. Il faut essayer de couper les morceaux plus gros qu’en semaine.

5- Il est possible d’écraser un avocat mou avec une fourchette ou une cuillère. Il est aussi permis d’assaisonner avec des épices. Toutefois s’il l’on ajoute des crudités ou des œufs, il faut faire attention à ne pas écraser les ingrédients mais plutôt à les rajouter au mélange délicatement. Il est nécessaire aussi de procéder à un changement c'est-à-dire qu’il ne faut pas mélanger comme on en a l’habitude en semaine.

6- Il est permis d’utiliser un coupe-œuf pour couper les œufs.

Récit du Jour : « Vous garderez le Chabbath »

Il est écrit au sujet du Chabbath : « Vous garderez le Chabbath » et les commentateurs ont ajouté : le Chabbath a gardé le peuple juif (de toutes sortes de maux au cours des siècles) dans une plus grande mesure qu’eux-mêmes ne l’ont gardé !

Il arriva une fois que l’Admour Chlomo de Bobov, tomba gravement malade. Sa mère, une femme vertueuse, était très bouleversée. Lorsqu’elle vit l’état de son fils se détériorer et qu’il risquait de mourir, elle ne put rester sans rien faire : « Mon fils, dis-moi je t’en prie ce que je pourrais prendre sur moi ? Devrais-je accomplir une Mitsva avec un soin particulier ou alors me rajouter un interdit supplémentaire pour plaidoyer en ta faveur ! Avec la grâce de D., peut-être retrouveras-tu la santé ? » Il lui répondit avec sagesse : « Si tu peux prendre sur toi de cuisiner suffisamment à l’avance dans la semaine un plat supplémentaire en l’honneur de Chabbath. Par ce mérite, je guérirai avec la grâce de D. ! » Immédiatement, sa mère accepta de préparer une tourte en plus. Très peu de temps après, son fils guérit totalement ! Toute la famille et l’entourage du Rav étaient soulagés et heureux de la nouvelle.

Haut de page