Contactez-nous

Limoud au féminin

Bienvenue sur "Limoud au féminin", un programme d'étude quotidienne destiné à la gent féminine. C'est gratuit, court, varié. Inscrivez-vous et profitez-en !

Limoud au féminin

Pour recevoir gratuitement chaque matin Limoud au féminin - l'étude de la femme juive, indiquez votre adresse e-mail dans le champ ci-dessous :

Etude n°368 du Mercredi 19 Septembre 2018 (Haazinou)

Télécharger & Imprimer l’étude du jour !

Perle de Paracha : Un miroir révélateur

« Yéchouroun, engraissé, regimbe » (Dévarim 32,15)

Un commerçant pauvre connut un jour un retournement de situation. Chaque affaire qu’il entreprit connut un succès soudain, et il amassa beaucoup d’argent en peu de temps. Mais avec la richesse, il devint orgueilleux. L’homme commença en effet à attribuer toute sa réussite à son intelligence et à ses aptitudes. Il abandonna ses proches et les considéra avec mépris.

Un jour, Rav Yé’hièl Mikhal de Zolotchev fut de passage dans la ville et entra dans la maison du riche. Dans le passé, l’homme avait beaucoup d’admiration pour le Rav, mais ce jour-là, il fit mine de ne pas le connaître et lui réserva un accueil très froid. Le Rav l’emmena devant la fenêtre fermée et lui demanda :

« Que vois-tu derrière la vitre ?

- Des gens qui vont et viennent.

- Et ici ? Demanda le Rav en désignant un miroir.

- Je me vois.

- La différence entre cette vitre et celle qui n’est pas recouverte d’argent est que la première te laisse entrevoir les hommes. Mais lorsque la vitre est recouverte d’argent, tu ne vois que toi ».

Cacheroute : Viande 'Halak et viande Cachère - Origines

Les concepts de viande 'Halak et de viande simplement Cachère sont apparus il y a environ 200 ans. A cette époque, la population de Jérusalem était essentiellement composée de juifs séfarades, suite au décret d’un gouverneur musulman ne reconnaissant pas les juifs achkénazes comme "juifs authentiques", du fait qu’ils venaient de pays chrétiens. Il leur avait imposé de lourdes taxes, ce qui les poussa à quitter la ville pour s’installer principalement à Hébron et Safed.

Après la mort de ce gouverneur, son successeur fut plus libéral, et reconnut les juifs achkénazes comme juifs à part entière. Nombre d’entre eux revinrent alors s’installer à Jérusalem. Ils y ouvrirent leur propre abattoir, mais survinrent des divergences d’opinions quant à la Cacheroute de la viande, entre les juifs séfarades d’une part, qui suivaient les recommandations de Rabbi Yossef Karo, auteur du célèbre Choul'han Aroukh, et les juifs achkénazes d’autre part, qui se référaient aux prescriptions de Rabbi Moshé Isserles, appelé le Rama.

Ces différences semèrent le trouble, car certaines bêtes abattues qu’interdisait Rabbi Yossef Karo furent permises par le Rama ! Le grand rabbin d’Erets Israël de l’époque, Rabbi Yakcov Chaoul Elishar, décida alors que sur les bêtes déclarées permises par Rabbi Yossef Karo, il serait apposé le label 'Halak, alors que sur les bêtes déclarées autorisées par le Rama, serait apposé le simple label Cachère.

Les séfarades furent alors appelés à n’acheter que de la viande 'Halak, car la viande estampillée Cachère était considérée comme Tréfa aux yeux de Rabbi Yossef Karo. Cette décision est encore en vigueur aujourd’hui. Mais avec les années, une partie du public séfarade a commencé à acheter également de la viande Cachère et non 'Halak. C’est pourquoi il est utile de rappeler à la population juive séfarade que cette décision rabbinique est toujours en vigueur, et qu’il n’y a pas lieu d’être laxiste sur ce point en achetant de la viande Cachère car elle a le statut de Tréfa pour les séfarades.

Notons que de nos jours, de nombreux juifs achkénazes orthodoxes ont pris sur eux de n’acheter que de la viande 'Halak. Que cette pratique leur procure bénédiction.

Lois quotidiennes : L'honneur dû à la Soucca

La Soucca est un endroit honorable. Par conséquent, on ne pourra pas y changer la couche d’un bébé, poser des ustensiles sales ou y poser un sac-poubelle.

On ne lavera pas non plus la vaisselle à l’intérieur de la Soucca, et on veillera à ce qu’elle soit toujours propre et rangée.

Certains se montrent plus stricts et ont la coutume de ne pas utiliser des ustensiles jetables durant toute la fête de Souccot, ‘Hol Hamoèd inclus.

Récit du Jour : Un Séfer Torah vivant

Le Rav Its'hak Zylberstein raconte l’anecdote suivante : un homme juste et intègre mourut subitement, ne laissant pas d’enfants derrière lui. Son épouse décida alors d’accomplir la Mitsva d’écrire un Séfer Torah en sa mémoire.

Elle se rendit chez le Rav Yehouda Tsadka afin de lui demander d’acheter un Séfèr Torah qui serait intronisé dans un Beth Midrach. Le Rav déclara :

« Je vous conseille plutôt d’acheter un Séfèr Torah vivant. Investissons votre argent dans une affaire, et les bénéfices produits te permettront de soutenir des érudits qui étudieront la Torah à la mémoire de ton époux. Nous pourrons même organiser des examens, et ceux qui auront obtenu les meilleurs résultats gagneront des prix achetés avec cet argent. La voix de la Torah résonnera partout. C’est cela que l’on appelle "un Séfer Torah vivant" ! »

Haut de page