Contactez-nous

Torah écrite (pentateuque) » Genèse (Berechit)

Chapitre 17

Afficher le commentaire de RachiAfficher en hébreuTélécharger le PDF
17,1
Abram étant âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, le Seigneur lui apparut et lui dit: "Je suis le Dieu tout-puissant; conduis-toi à mon gré, sois irréprochable,

Je suis Qél Chaqaï [écrit avec un daleth à la place du qof]

Daï veut dire « assez » : J’ai assez de puissance divine pour toutes les créatures. C’est pourquoi, « marche devant moi », et je serai pour toi un Dieu et un « patron ». Et partout où l’on trouve dans le texte le mot Chaqaï, il a ce sens de daï, « assez » de puissance divine. Reste ensuite à compléter selon le contexte

Marche devant moi

Traduction du Targoum : « Attache-toi à mon service »

Et sois intègre

C’est un ordre qui suit un autre ordre, [alors que souvent, lorsque deux verbes se suivent à l’impératif, le second n’est pas constitutif d’un ordre distinct, mais définit la conséquence de l’obéissance à l’ordre donné en premier] : « sois entier dans toutes les épreuves que je t’enverrai ». Et selon le midrach : « marche devant moi » par l’observance du commandement de la circoncision, et alors tu seras vraiment entier. Car aussi longtemps que tu conserveras ton prépuce, tu resteras imparfait devant moi (Beréchith raba 46, 4, Nedarim 32a). Autre explication : Toi, sois intègre maintenant ! Il manque à ton nom la lettre hé, représentative du chiffre « cinq », symbole de la maîtrise de l’ensemble de tes cinq membres : les deux yeux, les deux oreilles et le membre viril. Je vais ajouter cette lettre à ton nom, de sorte que la valeur numérique de l’ensemble de celles qui le composent atteindra deux cent quarante-huit, correspondant au nombre de tes membres

17,2
et je maintiendrai mon alliance avec toi, et je te multiplierai à l'infini."

J’établirai mon alliance

Une alliance d’amour, et une alliance sur la terre, laquelle te sera dévolue en héritage par l’observance de ce commandement

17,3
Abram tomba sur sa face, et Dieu lui parla de la sorte:

Avram tomba (wayipol) sur sa face

Epouvanté par la présence de Dieu. Il n’avait pas la force, aussi longtemps qu’il ne s’était pas circoncis, de supporter cette présence quand l’esprit saint se tenait sur lui. C’est ce qui est écrit à propos de Bil’am : « il tombe (nofél), mais son œil reste ouvert » (Bamidbar 24, 4). C’est ce que j’ai trouvé dans la barayetha de rabi Eli‘èzèr (Pirqé deRabi Eli‘èzèr 28)

17,4
"Moi-même, oui, je traite avec toi: tu seras le père d'une multitude de nations.
17,5
Ton nom ne s'énoncera plus, désormais, Abram: ton nom sera Abraham, car je te fais le père d'une multitude de nations.

Je t’ai établi père d’une multitude de nations (av hamon)

C’est un jeu de mots (notariqon). Ce sont les syllabes mêmes qui forment le nom d’Avraham : av hamon. La lettre reich qui se trouvait dans le nom d’Avram signifie qu’il était seulement père de Aram (Berakhoth 13a), son pays natal. Maintenant, il devient le père de toute l’humanité. Ce reich est resté à sa place. Tandis que le yod enlevé à Saraï, devenue Sara, il a élevé des protestations devant la chekhina, qui lui a donné satisfaction en l’ajoutant à Yehochou‘a (Sanhèdrin 107a), ainsi qu’il est écrit : « Mochè appela Hoché‘a, fils de Noun : Yehochou‘a » (Bamidbar 13, 16)

17,6
Je te ferai fructifier prodigieusement; je ferai de toi des peuples, et des rois seront tes descendants.

Je ferai de toi des peuples

Israël et Edom. Quant à Yichma‘el, il était déjà né. Il n’avait donc pas à faire l’objet d’une promesse

17,7
Cette alliance, établie entre moi et entre toi et ta postérité dernière, je l'érigerai en alliance perpétuelle, étant pour toi un Dieu comme pour ta postérité après toi.

J’établirai mon alliance

Et quelle est cette alliance ? C’est d’être pour toi Eloqim

17,8
Et je donnerai à toi et à ta postérité la terre de tes pérégrinations, toute la terre de Canaan, comme possession indéfinie; et je serai pour eux un Dieu tutélaire."

En possession perpétuelle

Et c’est là-bas que je serai pour vous votre Dieu. Mais celui qui habite en dehors du pays, c’est comme s’il n’avait pas de Dieu (Ketouvoth 110b)

17,9
Dieu dit à Abraham: "Pour toi, sois fidèle à mon alliance, toi et ta postérité après toi dans tous les âges.

Et toi

Ce « et » introduit un ajout au sujet précédent. « Moi, voici mon alliance avec toi » (verset 4). Et comment faut-il la garder ? « Ceci est mon alliance que vous garderez... : faire circoncire » (verset 10)

17,10
Voici le pacte que vous observerez, qui est entre moi et vous, jusqu'à ta dernière postérité: circoncire tout mâle d'entre vous.

Entre moi et entre vous

Ceux de maintenant

Et ta descendance

Ceux qui naîtront après toi

Faire circoncire

Himol (« faire circoncire ») équivaut à lehimol (« de faire circoncire »), tout comme ‘assoth (« faire ») (Wayiqra 18, 30) équivaut à la’assoth (« pour faire »), [chacune des deux formes exprimant l’infinitif]

17,11
Vous retrancherez la chair de votre excroissance, et ce sera un symbole d'alliance entre moi et vous.

Vous circoncirez (ounemaltèm)

Le mot ounemaltèm équivaut à oumaltèm. Le noun est un supplément ajouté à la racine qui peut parfois tomber, comme dans nochèkh (« mordre »), nasso (« lever »). Le mot ounemaltèm est un verbe actif, comme dans ounessathèm (« et faites-y monter » (infra 45, 19), tandis que yimmol (« soit circoncis ») (verset 12) est un passif, de même que yé’assè (« il sera fait »), ou yéakhél (« il sera mangé »)

17,12
A l'âge de huit jours, que tout mâle, dans vos générations, soit circoncis par vous; même l'enfant né dans ta maison, ou acheté à prix d'argent parmi les fils de l'étranger, qui ne sont pas de ta race.

Celui engendré dans la maison

A qui ta servante a donné naissance dans ta maison

Et celui acheté à prix d’argent

Qui a été acheté après sa naissance

17,13
Oui, il sera circoncis, l’enfant de ta maison ou celui que tu auras acheté; et mon alliance, à perpétuité, sera gravée dans votre chair.

Assurément

Il y a ici une répétition, mais il n’est pas écrit, [contrairement au verset précédent] : « à l’âge de huit jours ». C’est pour t’apprendre que certains sont circoncis après les huit jours, comme expliqué dans la guemara (Chabath 135b)

17,14
Et le mâle incirconcis, qui n'aura pas retranché la chair de son excroissance, sera supprimé lui-même du sein de son peuple pour avoir enfreint mon alliance."

Et le mâle incirconcis

Nous apprenons d’ici que c’est à l’endroit qui marque la différence entre l’homme et la femme que l’on effectue la circoncision (Chabath 108a)

Qui n’aura pas circoncis

Dès qu’il aura atteint l’âge de la responsabilité personnelle, [treize ans, et qu’il n’aura pas circoncis, la forme yimmol étant ici une forme active], son âme sera retranchée [peine de kareth]. Son père, en revanche, ne sera pas passible à cause de lui de la peine de kareth, mais de celle applicable à la non-exécution d’un commandement actif

Cette âme sera retranchée

Il n’aura pas d’enfants et il mourra avant son heure

17,15
Dieu dit à Abraham: "Saraï, ton épouse, tu ne l'appelleras plus Saraï, mais bien Sara.

Tu n’appelleras plus son nom Saraï

Mot qui signifie : « “ma” princesse », pour moi mais pas pour les autres, tandis que « Sara » tout court signifie « princesse », pour tous (Berakhoth 13a)

17,16
Je la bénirai, en te donnant, par elle aussi, un fils; je la bénirai, en ce qu'elle produira des nations et que des chefs de peuples naîtront d'elle."

Je la bénirai

Et par quelle bénédiction ? En ce qu’elle a retrouvé sa jeunesse (Beréchith raba 47, 2), ainsi qu’il est écrit : « après être flétrie, aurai-je ce bonheur ? » (infra 18, 12)

Je la bénirai

Par la faculté d’allaiter, dont elle devra fournir la preuve du retour le jour du festin organisé en l’honneur de Yits‘haq. Car on s’est alors moqué d’eux en chuchotant qu’ils faisaient passer pour leur fils un enfant trouvé. Des femmes lui ont apporté chacune son enfant sans le faire accompagner de sa nourrice, et Sara les a tous allaités, ainsi qu’il est écrit : « qui eût dit à Avraham que Sara allaiterait “des fils” [au pluriel] » (infra 21, 7). Il y est fait partiellement allusion dans Beréchith raba (53, 9)

17,17
Abraham tomba sur sa face et sourit; et il dit en son coeur "Quoi! un centenaire engendrerait encore! et à quatre-vingt-dix ans, Sara deviendrait mère!"

Avraham tomba sur sa face

Comme le rend le Targoum Onqelos : « il s’est réjoui », tandis qu’à propos de Sara, le Targoum indique : « elle s’est moquée ». D’où l’on apprend qu’Avraham a eu foi et s’est réjoui, tandis que Sara n’a pas eu foi et a raillé. Voilà pourquoi le Saint béni soit-Il s’est irrité contre Sara (infra 18, 13), mais pas contre Avraham

Un centenaire...

Il est des interrogations qui sont des affirmations, comme dans : « quoi ! Me suis-je manifesté... ? » (I Chemouel 2, 27), « vois-tu... ? » (II Chemouel 15, 27). Nous nous trouvons, ici aussi, en présence d’une affirmation. Avraham s’est dit dans son cœur : « Le Saint béni soit-Il n’aurait certes pas fait à un autre ce qu’Il va m’accorder à moi ! 

Et Sara

Serait-elle encore capable d’avoir des enfants ? Il est vrai que les premières générations pouvaient enfanter jusqu’à l’âge de cinq cents ans. Cependant, à l’époque d’Avraham, la durée de vie avait déjà été réduite et l’humanité s’était affaiblie. On constate en effet que les hommes des dix générations qui ont séparé Noa‘h d’Avraham ont eu leurs enfants plus tôt, à un âge situé entre soixante et soixante-dix ans

17,18
Abraham dit au Seigneur: "Puisse Ismaël, à tes yeux, mériter de vivre!"

Puisse Yichma‘el vivre

Pourvu que Yichma‘el vive ! Je ne suis pas digne de recevoir une telle récompense

Vivre devant toi

Puisse-t-il vivre dans ta crainte, comme dans : « marche devant moi » (verset 1), que le Targoum Onqelos rend par : « sois-moi fidèle »

17,19
Le Seigneur répondit: "Certes, Sara, ton épouse, te donnera un fils, et tu le nommeras Isaac. Je maintiendrai mon pacte avec lui, comme pacte perpétuel à l'égard de sa descendance.

Certes (aval – littéralement : « mais »)

C’est une confirmation des paroles précédentes. Comme dans : « certes (aval), nous sommes coupables » (infra 42, 21), « certes (aval) ! elle n’a pas de fils » (II Melakhim 4, 14)

Tu appelleras son nom Yits‘haq

A cause du rire (tse‘hoq) d’Avraham. D’autres disent : à cause des dix épreuves imposées à Avraham [numériquement égales à yod], des quatre-vingt-dix ans de Sara [numériquement égaux à tsadei], des huit jours de la circoncision [numériquement égaux à ‘heith] et des cent ans d’Avraham [numériquement égaux à qof]

Mon alliance

L'alliance de la Mila sera transmise à la descendance d'Itsh'a

17,20
Quant à Ismaël, je t'ai exaucé: oui, je l'ai béni; je le ferai fructifier et multiplier à l'infini; il engendra douze princes, et je le ferai devenir une grande nation.

Douze princes (nessiim)

Ils disparaîtront comme des nuages (Beréchith raba 47, 5), comme dans : « des nuages (nessiim) et du vent » (Michlei 25, 14)

17,21
Pour mon alliance, je la confirmerai sur Isaac, que Sara t'enfantera à pareille époque, l’année prochaine."
17,22
Ayant achevé de lui parler, Dieu disparut de devant Abraham.

D’au-dessus d’Avraham

C’est un euphémisme employé lorsque l’on parle de la chekhina. D’où nous apprenons que les justes sont comme la « monture » de Dieu, [étant donné que Dieu se tient, si l’on peut dire, « au-dessus » d’eux] (Beréchith raba 47, 8)

17,23
Abraham prit Ismaël son fils, tous les enfants de ses esclaves et ceux qu'il avait achetés à prix d'argent, tous les mâles de la maison d'Abraham; il retrancha la chair de leur excroissance, ce jour-là même, ainsi que Dieu le lui avait dit.

Ce jour-là même

Le jour même où il en avait reçu l’ordre (Beréchith raba 47, 9), le jour et pas la nuit. Il n’a eu peur ni des autres peuples ni des moqueurs. [Il l’a fait aussi en plein jour] afin que ses ennemis et ses contemporains ne disent pas : « Si nous l’avions vu, nous ne l’aurions pas laissé se circoncire et accomplir le commandement de Dieu ! »

Il circoncit

Le verbe est conjugué à la forme active (qal), [comme pour marquer que c’est bien les autres qu’il a circoncis]

17,24
Or, Abraham était âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, lorsque fut retranchée la chair de son excroissance.

Lorsque fut circoncise

Le verbe est conjugué à la forme passive (nif’al), comme dans : « lorsqu’ils furent créés (behibaram) » (supra 2, 4)

17,25
Ismaël, son fils, était âgé de treize ans, lorsque la chair de son excroissance fut retranchée.

Lorsque fut circoncise la chair de son excroissance

Le texte n’emploie pas, à propos d’Avraham, le mot eth, étant donné qu’il ne restait plus à retrancher qu’un mince lambeau de chair, ses activités sexuelles ayant rétréci son prépuce. Chez Yichma‘el, en revanche, qui était un enfant, il a fallu retrancher le prépuce et retourner la membrane. D’où l’emploi, chez lui, du mot eth, [le mot impliquant un ajout] (Beréchith raba 47, 8)

17,26
C'est en ce même jour que fut circoncis Abraham, ainsi qu’Ismaël son fils.

En ce même jour

Où Avraham a eu quatre-vingt-dix-neuf ans, et Yichma‘el treize ans, qu’ils ont été circoncis

17,27
Et tous les gens de sa maison, nés chez lui ou achetés à prix d'argent à l'étranger, furent circoncis en même temps.

Inscription Torah-Box.com

Pour accéder à l'intégralité du site Torah-Box.com, inscrivez-vous gratuitement en moins d'une minute.

Nasso 5777

Paracha de la semaine

Nasso

Allumage des bougies Allumage des bougies à Paris

Vendredi 2 Juin 2017 à 21:28 *
Sortie du Chabbath à 22:52 *
changer de ville
* Horaires données a titre indicatif,
vérifiez les horaires de votre communauté.

8 Divrei-Torah

sur Nasso

Prochaine fête

8 Divrei-Torah

sur Chavouot

Haut de page