Aujourd'hui à Paris
07:16 : Mise des Téfilines
08:26 : Lever du soleil
12:41 : Heure de milieu du jour
16:55 : Coucher du soleil
17:46 : Tombée de la nuit

Paracha Vayichla'h
Vendredi 4 Décembre 2020 à 16:36
Sortie du Chabbath à 17:49

Hiloulot du jour
Rav Yossef Yozel Horowitz (Novardok)
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Kora'h

Paracha Kora'h

Pour télécharger un MP3, faites un double-clic sur le bouton "lecture".
Tradition \ Montée 1ère 2ème 3ème 4ème 5ème 6ème 7ème Haftara
Marocaine
Tunisienne
Algérienne  
Ashkénaze  

1ère montée

16,1
וַיִּקַּ֣ח קֹ֔רַח בֶּן־יִצְהָ֥ר בֶּן־קְהָ֖ת בֶּן־לֵוִ֑י וְדָתָ֨ן וַאֲבִירָ֜ם בְּנֵ֧י אֱלִיאָ֛ב וְא֥וֹן בֶּן־פֶּ֖לֶת בְּנֵ֥י רְאוּבֵֽן ׃
16,2
וַיָּקֻ֨מוּ֙ לִפְנֵ֣י מֹשֶׁ֔ה וַאֲנָשִׁ֥ים מִבְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵ֖ל חֲמִשִּׁ֣ים וּמָאתָ֑יִם נְשִׂיאֵ֥י עֵדָ֛ה קְרִאֵ֥י מוֹעֵ֖ד אַנְשֵׁי־שֵֽׁם ׃
16,3
וַיִּֽקָּהֲל֞וּ עַל־מֹשֶׁ֣ה וְעַֽל־אַהֲרֹ֗ן וַיֹּאמְר֣וּ אֲלֵהֶם֮ רַב־לָכֶם֒ כִּ֤י כָל־הָֽעֵדָה֙ כֻּלָּ֣ם קְדֹשִׁ֔ים וּבְתוֹכָ֖ם יְהוָ֑ה וּמַדּ֥וּעַ תִּֽתְנַשְּׂא֖וּ עַל־קְהַ֥ל יְהוָֽה ׃
16,4
וַיִּשְׁמַ֣ע מֹשֶׁ֔ה וַיִּפֹּ֖ל עַל־פָּנָֽיו ׃
16,5
וַיְדַבֵּ֨ר אֶל־קֹ֜רַח וְאֶֽל־כָּל־עֲדָתוֹ֮ לֵאמֹר֒ בֹּקֶר וְיֹדַ֨ע יְהוָ֧ה אֶת־אֲשֶׁר־ל֛וֹ וְאֶת־הַקָּד֖וֹשׁ וְהִקְרִ֣יב אֵלָ֑יו וְאֵ֛ת אֲשֶׁ֥ר יִבְחַר־בּ֖וֹ יַקְרִ֥יב אֵלָֽיו ׃
16,6
זֹ֖את עֲשׂ֑וּ קְחוּ־לָכֶ֣ם מַחְתּ֔וֹת קֹ֖רַח וְכָל־עֲדָתֽוֹ ׃
16,7
וּתְנ֣וּ בָהֵ֣ן׀ אֵ֡שׁ וְשִׂימוּ֩ עֲלֵיהֶ֨ן קְטֹ֜רֶת לִפְנֵ֤י יְהוָה֙ מָחָ֔ר וְהָיָ֗ה הָאִ֛ישׁ אֲשֶׁר־יִבְחַ֥ר יְהוָ֖ה ה֣וּא הַקָּד֑וֹשׁ רַב־לָכֶ֖ם בְּנֵ֥י לֵוִֽי ׃
16,8
וַיֹּ֥אמֶר מֹשֶׁ֖ה אֶל־קֹ֑רַח שִׁמְעוּ־נָ֖א בְּנֵ֥י לֵוִֽי ׃
16,9
הַמְעַ֣ט מִכֶּ֗ם כִּֽי־הִבְדִּיל֩ אֱלֹהֵ֨י יִשְׂרָאֵ֤ל אֶתְכֶם֙ מֵעֲדַ֣ת יִשְׂרָאֵ֔ל לְהַקְרִ֥יב אֶתְכֶ֖ם אֵלָ֑יו לַעֲבֹ֗ד אֶת־עֲבֹדַת֙ מִשְׁכַּ֣ן יְהוָ֔ה וְלַעֲמֹ֛ד לִפְנֵ֥י הָעֵדָ֖ה לְשָׁרְתָֽם ׃
16,10
וַיַּקְרֵב֙ אֹֽתְךָ֔ וְאֶת־כָּל־אַחֶ֥יךָ בְנֵי־לֵוִ֖י אִתָּ֑ךְ וּבִקַּשְׁתֶּ֖ם גַּם־כְּהֻנָּֽה ׃
16,11
לָכֵ֗ן אַתָּה֙ וְכָל־עֲדָ֣תְךָ֔ הַנֹּעָדִ֖ים עַל־יְהוָ֑ה וְאַהֲרֹ֣ן מַה־ה֔וּא כִּ֥י ֯תִלּוֹנוּ עָלָֽיו ׃
16,12
וַיִּשְׁלַ֣ח מֹשֶׁ֔ה לִקְרֹ֛א לְדָתָ֥ן וְלַאֲבִירָ֖ם בְּנֵ֣י אֱלִיאָ֑ב וַיֹּאמְר֖וּ לֹ֥א נַעֲלֶֽה ׃
16,13
הַמְעַ֗ט כִּ֤י הֶֽעֱלִיתָ֨נוּ֙ מֵאֶ֨רֶץ זָבַ֤ת חָלָב֙ וּדְבַ֔שׁ לַהֲמִיתֵ֖נוּ בַּמִּדְבָּ֑ר כִּֽי־תִשְׂתָּרֵ֥ר עָלֵ֖ינוּ גַּם־הִשְׂתָּרֵֽר ׃

2ème montée

16,14
אַ֡ף לֹ֣א אֶל־אֶרֶץ֩ זָבַ֨ת חָלָ֤ב וּדְבַשׁ֙ הֲבִ֣יאֹתָ֔נוּ וַתִּ֨תֶּן־לָ֔נוּ נַחֲלַ֖ת שָׂדֶ֣ה וָכָ֑רֶם הַעֵינֵ֞י הָאֲנָשִׁ֥ים הָהֵ֛ם תְּנַקֵּ֖ר לֹ֥א נַעֲלֶֽה ׃
16,15
וַיִּ֤חַר לְמֹשֶׁה֙ מְאֹ֔ד וַיֹּ֨אמֶר֙ אֶל־יְהוָ֔ה אַל־תֵּ֖פֶן אֶל־מִנְחָתָ֑ם לֹא חֲמ֨וֹר אֶחָ֤ד מֵהֶם֙ נָשָׂ֔אתִי וְלֹ֥א הֲרֵעֹ֖תִי אֶת־אַחַ֥ד מֵהֶֽם ׃
16,16
וַיֹּ֤אמֶר מֹשֶׁה֙ אֶל־קֹ֔רַח אַתָּה֙ וְכָל־עֲדָ֣תְךָ֔ הֱי֖וּ לִפְנֵ֣י יְהוָ֑ה אַתָּ֥ה וָהֵ֛ם וְאַהֲרֹ֖ן מָחָֽר ׃
16,17
וּקְח֣וּ׀ אִ֣ישׁ מַחְתָּת֗וֹ וּנְתַתֶּ֤ם עֲלֵיהֶם֙ קְטֹ֔רֶת וְהִקְרַבְתֶּ֞ם לִפְנֵ֤י יְהוָה֙ אִ֣ישׁ מַחְתָּת֔וֹ חֲמִשִּׁ֥ים וּמָאתַ֖יִם מַחְתֹּ֑ת וְאַתָּ֥ה וְאַהֲרֹ֖ן אִ֥ישׁ מַחְתָּתֽוֹ ׃
16,18
וַיִּקְח֞וּ אִ֣ישׁ מַחְתָּת֗וֹ וַיִּתְּנ֤וּ עֲלֵיהֶם֙ אֵ֔שׁ וַיָּשִׂ֥ימוּ עֲלֵיהֶ֖ם קְטֹ֑רֶת וַֽיַּעַמְד֗וּ פֶּ֛תַח אֹ֥הֶל מוֹעֵ֖ד וּמֹשֶׁ֥ה וְאַהֲרֹֽן ׃
16,19
וַיַּקְהֵ֨ל עֲלֵיהֶ֥ם קֹ֨רַח֙ אֶת־כָּל־הָ֣עֵדָ֔ה אֶל־פֶּ֖תַח אֹ֣הֶל מוֹעֵ֑ד וַיֵּרָ֥א כְבוֹד־יְהוָ֖ה אֶל־כָּל־הָעֵדָֽה ׃ פ

3ème montée

16,20
וַיְדַבֵּ֣ר יְהוָ֔ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה וְאֶֽל־אַהֲרֹ֖ן לֵאמֹֽר ׃
16,21
הִבָּ֣דְל֔וּ מִתּ֖וֹךְ הָעֵדָ֣ה הַזֹּ֑את וַאַכַלֶּ֥ה אֹתָ֖ם כְּרָֽגַע ׃
16,22
וַיִּפְּל֤וּ עַל־פְּנֵיהֶם֙ וַיֹּ֣אמְר֔וּ אֵ֕ל אֱלֹהֵ֥י הָרוּחֹ֖ת לְכָל־בָּשָׂ֑ר הָאִ֤ישׁ אֶחָד֙ יֶחֱטָ֔א וְעַ֥ל כָּל־הָעֵדָ֖ה תִּקְצֹֽף ׃ פ
16,23
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
16,24
דַּבֵּ֥ר אֶל־הָעֵדָ֖ה לֵאמֹ֑ר הֵֽעָלוּ֙ מִסָּבִ֔יב לְמִשְׁכַּן־קֹ֖רַח דָּתָ֥ן וַאֲבִירָֽם ׃
16,25
וַיָּ֣קָם מֹשֶׁ֔ה וַיֵּ֖לֶךְ אֶל־דָּתָ֣ן וַאֲבִירָ֑ם וַיֵּלְכ֥וּ אַחֲרָ֖יו זִקְנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃
16,26
וַיְדַבֵּ֨ר אֶל־הָעֵדָ֜ה לֵאמֹ֗ר ס֣וּרוּ נָ֡א מֵעַל֩ אָהֳלֵ֨י הָאֲנָשִׁ֤ים הָֽרְשָׁעִים֙ הָאֵ֔לֶּה וְאַֽל־תִּגְּע֖וּ בְּכָל־אֲשֶׁ֣ר לָהֶ֑ם פֶּן־תִּסָּפ֖וּ בְּכָל־חַטֹּאתָֽם ׃
16,27
וַיֵּעָל֗וּ מֵעַ֧ל מִשְׁכַּן־קֹ֛רֶח דָּתָ֥ן וַאֲבִירָ֖ם מִסָּבִ֑יב וְדָתָ֨ן וַאֲבִירָ֜ם יָצְא֣וּ נִצָּבִ֗ים פֶּתַח אָֽהֳלֵיהֶ֔ם וּנְשֵׁיהֶ֥ם וּבְנֵיהֶ֖ם וְטַפָּֽם ׃
16,28
וַיֹּאמֶר֮ מֹשֶׁה֒ בְּזֹאת֙ תֵּֽדְע֔וּן כִּֽי־יְהוָ֣ה שְׁלָחַ֔נִי לַעֲשׂ֕וֹת אֵ֥ת כָּל־הַֽמַּעֲשִׂ֖ים הָאֵ֑לֶּה כִּי־לֹ֖א מִלִּבִּֽי ׃
16,29
אִם־כְּמ֤וֹת כָּל־הָֽאָדָם֙ יְמֻת֣וּן אֵ֔לֶּה וּפְקֻדַּת֙ כָּל־הָ֣אָדָ֔ם יִפָּקֵ֖ד עֲלֵיהֶ֑ם לֹ֥א יְהוָ֖ה שְׁלָחָֽנִי ׃
16,30
וְאִם־בְּרִיאָ֞ה יִבְרָ֣א יְהוָ֗ה וּפָצְתָ֨ה הָאֲדָמָ֤ה אֶת־פִּ֨יהָ֙ וּבָלְעָ֤ה אֹתָם֙ וְאֶת־כָּל־אֲשֶׁ֣ר לָהֶ֔ם וְיָרְד֥וּ חַיִּ֖ים שְׁאֹ֑לָה וִֽידַעְתֶּ֕ם כִּ֧י נִֽאֲצ֛וּ הָאֲנָשִׁ֥ים הָאֵ֖לֶּה אֶת־יְהוָֽה ׃
16,31
וַיְהִי֙ כְּכַלֹּת֔וֹ לְדַבֵּ֕ר אֵ֥ת כָּל־הַדְּבָרִ֖ים הָאֵ֑לֶּה וַתִּבָּקַ֥ע הָאֲדָמָ֖ה אֲשֶׁ֥ר תַּחְתֵּיהֶֽם ׃
16,32
וַתִּפְתַּ֤ח הָאָ֨רֶץ֙ אֶת־פִּ֔יהָ וַתִּבְלַ֥ע אֹתָ֖ם וְאֶת־בָּתֵּיהֶ֑ם וְאֵ֤ת כָּל־הָאָדָם֙ אֲשֶׁ֣ר לְקֹ֔רַח וְאֵ֖ת כָּל־הָרֲכֽוּשׁ ׃
16,33
וַיֵּ֨רְד֜וּ הֵ֣ם וְכָל־אֲשֶׁ֥ר לָהֶ֛ם חַיִּ֖ים שְׁאֹ֑לָה וַתְּכַ֤ס עֲלֵיהֶם֙ הָאָ֔רֶץ וַיֹּאבְד֖וּ מִתּ֥וֹךְ הַקָּהָֽל ׃
16,34
וְכָל־יִשְׂרָאֵ֗ל אֲשֶׁ֛ר סְבִיבֹתֵיהֶ֖ם נָ֣סוּ לְקֹלָ֑ם כִּ֣י אָֽמְר֔וּ פֶּן־תִּבְלָעֵ֖נוּ הָאָֽרֶץ ׃
16,35
וְאֵ֥שׁ יָצְאָ֖ה מֵאֵ֣ת יְהוָ֑ה וַתֹּ֗אכַל אֵ֣ת הַחֲמִשִּׁ֤ים וּמָאתַ֨יִם֙ אִ֔ישׁ מַקְרִיבֵ֖י הַקְּטֹֽרֶת ׃ פ
17,1
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
17,2
אֱמֹ֨ר אֶל־אֶלְעָזָ֜ר בֶּן־אַהֲרֹ֣ן הַכֹּהֵ֗ן וְיָרֵ֤ם אֶת־הַמַּחְתֹּת֙ מִבֵּ֣ין הַשְּׂרֵפָ֔ה וְאֶת־הָאֵ֖שׁ זְרֵה־הָ֑לְאָה כִּ֖י קָדֵֽשׁוּ ׃
17,3
אֵ֡ת מַחְתּוֹת֩ הַֽחַטָּאִ֨ים הָאֵ֜לֶּה בְּנַפְשֹׁתָ֗ם וְעָשׂ֨וּ אֹתָ֜ם רִקֻּעֵ֤י פַחִים֙ צִפּ֣וּי לַמִּזְבֵּ֔חַ כִּֽי־הִקְרִיבֻ֥ם לִפְנֵֽי־יְהוָ֖ה וַיִּקְדָּ֑שׁוּ וְיִֽהְי֥וּ לְא֖וֹת לִבְנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃
17,4
וַיִּקַּ֞ח אֶלְעָזָ֣ר הַכֹּהֵ֗ן אֵת מַחְתּ֣וֹת הַנְּחֹ֔שֶׁת אֲשֶׁ֥ר הִקְרִ֖יבוּ הַשְּׂרֻפִ֑ים וַֽיְרַקְּע֖וּם צִפּ֥וּי לַמִּזְבֵּֽחַ ׃
17,5
זִכָּר֞וֹן לִבְנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֗ל לְמַעַן אֲשֶׁ֨ר לֹֽא־יִקְרַ֜ב אִ֣ישׁ זָ֗ר אֲשֶׁר לֹ֣א מִזֶּ֤רַע אַהֲרֹן֙ ה֔וּא לְהַקְטִ֥יר קְטֹ֖רֶת לִפְנֵ֣י יְהוָ֑ה וְלֹֽא־יִהְיֶ֤ה כְקֹ֨רַח֙ וְכַ֣עֲדָת֔וֹ כַּאֲשֶׁ֨ר דִּבֶּ֧ר יְהוָ֛ה בְּיַד־מֹשֶׁ֖ה לֽוֹ ׃
17,6
וַיִּלֹּ֜נוּ כָּל־עֲדַ֤ת בְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵל֙ מִֽמָּחֳרָ֔ת עַל־מֹשֶׁ֥ה וְעַֽל־אַהֲרֹ֖ן לֵאמֹ֑ר אַתֶּ֥ם הֲמִתֶּ֖ם אֶת־עַ֥ם יְהוָֽה ׃
17,7
וַיְהִ֗י בְּהִקָּהֵ֤ל הָֽעֵדָה֙ עַל־מֹשֶׁ֣ה וְעַֽל־אַהֲרֹ֔ן וַיִּפְנוּ֙ אֶל־אֹ֣הֶל מוֹעֵ֔ד וְהִנֵּ֥ה כִסָּ֖הוּ הֶעָנָ֑ן וַיֵּרָ֖א כְּב֥וֹד יְהוָֽה ׃
17,8
וַיָּבֹ֤א מֹשֶׁה֙ וְאַהֲרֹ֔ן אֶל־פְּנֵ֖י אֹ֥הֶל מוֹעֵֽד ׃ פ

4ème montée

17,9
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
17,10
הֵרֹ֗מּוּ מִתּוֹךְ֙ הָעֵדָ֣ה הַזֹּ֔את וַאֲכַלֶּ֥ה אֹתָ֖ם כְּרָ֑גַע וַֽיִּפְּל֖וּ עַל־פְּנֵיהֶֽם ׃
17,11
וַיֹּ֨אמֶר מֹשֶׁ֜ה אֶֽל־אַהֲרֹ֗ן קַ֣ח אֶת־הַמַּחְתָּה וְתֶן־עָלֶ֨יהָ אֵ֜שׁ מֵעַ֤ל הַמִּזְבֵּ֨חַ֙ וְשִׂ֣ים קְטֹ֔רֶת וְהוֹלֵ֧ךְ מְהֵרָ֛ה אֶל־הָעֵדָ֖ה וְכַפֵּ֣ר עֲלֵיהֶ֑ם כִּֽי־יָצָ֥א הַקֶּ֛צֶף מִלִּפְנֵ֥י יְהוָ֖ה הֵחֵ֥ל הַנָּֽגֶף ׃
17,12
וַיִּקַּ֨ח אַהֲרֹ֜ן כַּאֲשֶׁ֣ר׀ דִּבֶּ֣ר מֹשֶׁ֗ה וַיָּ֨רָץ֙ אֶל־תּ֣וֹך הַקָּהָ֔ל וְהִנֵּ֛ה הֵחֵ֥ל הַנֶּ֖גֶף בָּעָ֑ם וַיִּתֵּן֙ אֶֽת־הַקְּטֹ֔רֶת וַיְכַפֵּ֖ר עַל־הָעָֽם ׃
17,13
וַיַּעֲמֹ֥ד בֵּֽין־הַמֵּתִ֖ים וּבֵ֣ין הַֽחַיִּ֑ים וַתֵּעָצַ֖ר הַמַּגֵּפָֽה ׃
17,14
וַיִּהְי֗וּ הַמֵּתִים֙ בַּמַּגֵּפָ֔ה אַרְבָּעָ֥ה עָשָׂ֛ר אֶ֖לֶף וּשְׁבַ֣ע מֵא֑וֹת מִלְּבַ֥ד הַמֵּתִ֖ים עַל־דְּבַר־קֹֽרַח ׃
17,15
וַיָּ֤שָׁב אַהֲרֹן֙ אֶל־מֹשֶׁ֔ה אֶל־פֶּ֖תַח אֹ֣הֶל מוֹעֵ֑ד וְהַמַּגֵּפָ֖ה נֶעֱצָֽרָה ׃ פ

5ème montée

17,16
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
17,17
דַּבֵּ֣ר׀ אֶל־בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֗ל וְקַ֣ח מֵֽאִתָּ֡ם מַטֶּ֣ה מַטֶּה֩ לְבֵ֨ית אָ֜ב מֵאֵ֤ת כָּל־נְשִֽׂיאֵהֶם֙ לְבֵ֣ית אֲבֹתָ֔ם שְׁנֵ֥ים עָשָׂ֖ר מַטּ֑וֹת אִ֣ישׁ אֶת־שְׁמ֔וֹ תִּכְתֹּ֖ב עַל־מַטֵּֽהוּ ׃
17,18
וְאֵת֙ שֵׁ֣ם אַהֲרֹ֔ן תִּכְתֹּ֖ב עַל־מַטֵּ֣ה לֵוִ֑י כִּי מַטֶּ֣ה אֶחָ֔ד לְרֹ֖אשׁ בֵּ֥ית אֲבוֹתָֽם ׃
17,19
וְהִנַּחְתָּ֖ם בְּאֹ֣הֶל מוֹעֵ֑ד לִפְנֵי֙ הָֽעֵד֔וּת אֲשֶׁ֛ר אִוָּעֵ֥ד לָכֶ֖ם שָֽׁמָּה ׃
17,20
וְהָיָ֗ה הָאִ֛ישׁ אֲשֶׁ֥ר אֶבְחַר־בּ֖וֹ מַטֵּ֣הוּ יִפְרָ֑ח וַהֲשִׁכֹּתִ֣י מֵֽעָלַ֗י אֶת־תְּלֻנּוֹת֙ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל אֲשֶׁ֛ר הֵ֥ם מַלִּינִ֖ם עֲלֵיכֶֽם ׃
17,21
וַיְדַבֵּ֨ר מֹשֶׁ֜ה אֶל־בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֗ל וַיִּתְּנ֣וּ אֵלָ֣יו׀ כָּֽל־נְשִֽׂיאֵיהֶ֡ם מַטֶּה֩ לְנָשִׂ֨יא אֶחָ֜ד מַטֶּ֨ה לְנָשִׂ֤יא אֶחָד֙ לְבֵ֣ית אֲבֹתָ֔ם שְׁנֵ֥ים עָשָׂ֖ר מַטּ֑וֹת וּמַטֵּ֥ה אַהֲרֹ֖ן בְּת֥וֹךְ מַטּוֹתָֽם ׃
17,22
וַיַּנַּ֥ח מֹשֶׁ֛ה אֶת־הַמַּטֹּ֖ת לִפְנֵ֣י יְהוָ֑ה בְּאֹ֖הֶל הָעֵדֻֽת ׃
17,23
וַיְהִ֣י מִֽמָּחֳרָ֗ת וַיָּבֹ֤א מֹשֶׁה֙ אֶל־אֹ֣הֶל הָעֵד֔וּת וְהִנֵּ֛ה פָּרַ֥ח מַטֵּֽה־אַהֲרֹ֖ן לְבֵ֣ית לֵוִ֑י וַיֹּ֤צֵֽא פֶ֨רַח֙ וַיָּ֣צֵֽץ צִ֔יץ וַיִּגְמֹ֖ל שְׁקֵדִֽים ׃
17,24
וַיֹּצֵ֨א מֹשֶׁ֤ה אֶת־כָּל־הַמַּטֹּת֙ מִלִּפְנֵ֣י יְהוָ֔ה אֶֽל־כָּל־בְּנֵ֖י יִשְׂרָאֵ֑ל וַיִּרְא֥וּ וַיִּקְח֖וּ אִ֥ישׁ מַטֵּֽהוּ ׃ ס

6ème montée

17,25
וַיֹּ֨אמֶר יְהוָ֜ה אֶל־מֹשֶׁ֗ה הָשֵׁ֞ב אֶת־מַטֵּ֤ה אַהֲרֹן֙ לִפְנֵ֣י הָעֵד֔וּת לְמִשְׁמֶ֥רֶת לְא֖וֹת לִבְנֵי־מֶ֑רִי וּתְכַ֧ל תְּלוּנֹּתָ֛ם מֵעָלַ֖י וְלֹ֥א יָמֻֽתוּ ׃
17,26
וַיַּ֖עַשׂ מֹשֶׁ֑ה כַּאֲשֶׁ֨ר צִוָּ֧ה יְהוָ֛ה אֹת֖וֹ כֵּ֥ן עָשָֽׂה ׃ ס
17,27
וַיֹּֽאמְרוּ֙ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל אֶל־מֹשֶׁ֖ה לֵאמֹ֑ר הֵ֥ן גָּוַ֛עְנוּ אָבַ֖דְנוּ כֻּלָּ֥נוּ אָבַֽדְנוּ ׃
17,28
כֹּ֣ל הַקָּרֵ֧ב׀ הַקָּרֵ֛ב אֶל־מִשְׁכַּ֥ן יְהוָ֖ה יָמ֑וּת הַאִ֥ם תַּ֖מְנוּ לִגְוֹֽעַ ׃ ס
18,1
וַיֹּ֤אמֶר יְהוָה֙ אֶֽל־אַהֲרֹ֔ן אַתָּ֗ה וּבָנֶ֤יךָ וּבֵית־אָבִ֨יךָ֙ אִתָּ֔ךְ תִּשְׂא֖וּ אֶת־עֲוֹ֣ן הַמִּקְדָּ֑שׁ וְאַתָּה֙ וּבָנֶ֣יךָ אִתָּ֔ךְ תִּשְׂא֖וּ אֶת־עֲוֹ֥ן כְּהֻנַּתְכֶֽם ׃
18,2
וְגַ֣ם אֶת־אַחֶיךָ֩ מַטֵּ֨ה לֵוִ֜י שֵׁ֤בֶט אָבִ֨יךָ֙ הַקְרֵ֣ב אִתָּ֔ךְ וְיִלָּו֥וּ עָלֶ֖יךָ וִֽישָׁרְת֑וּךָ וְאַתָּה֙ וּבָנֶ֣יךָ אִתָּ֔ךְ לִפְנֵ֖י אֹ֥הֶל הָעֵדֻֽת ׃
18,3
וְשָֽׁמְרוּ֙ מִֽשְׁמַרְתְּךָ֔ וּמִשְׁמֶ֖רֶת כָּל־הָאֹ֑הֶל אַךְ֩ אֶל־כְּלֵ֨י הַקֹּ֤דֶשׁ וְאֶל־הַמִּזְבֵּ֨חַ֙ לֹ֣א יִקְרָ֔בוּ וְלֹֽא־יָמֻ֥תוּ גַם־הֵ֖ם גַּם־אַתֶּֽם ׃
18,4
וְנִלְו֣וּ עָלֶ֔יךָ וְשָֽׁמְר֗וּ אֶת־מִשְׁמֶ֨רֶת֙ אֹ֣הֶל מוֹעֵ֔ד לְכֹ֖ל עֲבֹדַ֣ת הָאֹ֑הֶל וְזָ֖ר לֹא־יִקְרַ֥ב אֲלֵיכֶֽם ׃
18,5
וּשְׁמַרְתֶּ֗ם אֵת מִשְׁמֶ֣רֶת הַקֹּ֔דֶשׁ וְאֵ֖ת מִשְׁמֶ֣רֶת הַמִּזְבֵּ֑חַ וְלֹֽא־יִהְיֶ֥ה ע֛וֹד קֶ֖צֶף עַל־בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃
18,6
וַאֲנִ֗י הִנֵּ֤ה לָקַ֨חְתִּי֙ אֶת־אֲחֵיכֶ֣ם הַלְוִיִּ֔ם מִתּ֖וֹךְ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֑ל לָכֶ֞ם מַתָּנָ֤ה נְתֻנִים֙ לַֽיהוָ֔ה לַעֲבֹ֕ד אֶת־עֲבֹדַ֖ת אֹ֥הֶל מוֹעֵֽד ׃
18,7
וְאַתָּ֣ה וּבָנֶ֣יךָ אִתְּךָ תִּשְׁמְר֨וּ אֶת־כְּהֻנַּתְכֶ֜ם לְכָל־דְּבַ֧ר הַמִּזְבֵּ֛חַ וּלְמִבֵּ֥ית לַפָּרֹ֖כֶת וַעֲבַדְתֶּ֑ם עֲבֹדַ֣ת מַתָּנָ֗ה אֶתֵּן֙ אֶת־כְּהֻנַּתְכֶ֔ם וְהַזָּ֥ר הַקָּרֵ֖ב יוּמָֽת ׃ ס
18,8
וַיְדַבֵּ֣ר יְהוָה֮ אֶֽל־אַהֲרֹן֒ וַאֲנִי֙ הִנֵּ֣ה נָתַ֣תִּֽי לְךָ֔ אֶת־מִשְׁמֶ֖רֶת תְּרוּמֹתָ֑י לְכָל־קָדְשֵׁ֣י בְנֵֽי־יִשְׂרָאֵל לְךָ֙ נְתַתִּ֧ים לְמָשְׁחָ֛ה וּלְבָנֶ֖יךָ לְחָק־עוֹלָֽם ׃
18,9
זֶֽה־יִהְיֶ֥ה לְךָ֛ מִקֹּ֥דֶשׁ הַקֳּדָשִׁ֖ים מִן־הָאֵ֑שׁ כָּל־קָרְבָּנָם לְֽכָל־מִנְחָתָ֞ם וּלְכָל־חַטָּאתָ֗ם וּלְכָל־אֲשָׁמָם֙ אֲשֶׁ֣ר יָשִׁ֣יבוּ לִ֔י קֹ֣דֶשׁ קָֽדָשִׁ֥ים לְךָ֛ ה֖וּא וּלְבָנֶֽיךָ ׃
18,10
בְּקֹ֥דֶשׁ הַקֳּדָשִׁ֖ים תֹּאכֲלֶ֑נּוּ כָּל־זָכָר֙ יֹאכַ֣ל אֹת֔וֹ קֹ֖דֶשׁ יִֽהְיֶה־לָּֽךְ ׃
18,11
וְזֶה־לְּךָ֞ תְּרוּמַ֣ת מַתָּנָ֗ם לְכָל־תְּנוּפֹת֮ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵל֒ לְךָ֣ נְתַתִּ֗ים וּלְבָנֶ֧יךָ וְלִבְנֹתֶ֛יךָ אִתְּךָ֖ לְחָק־עוֹלָ֑ם כָּל־טָה֥וֹר בְּבֵיתְךָ֖ יֹאכַ֥ל אֹתֽוֹ ׃
18,12
כֹּל חֵ֣לֶב יִצְהָ֔ר וְכָל־חֵ֖לֶב תִּיר֣וֹשׁ וְדָגָ֑ן רֵאשִׁיתָ֛ם אֲשֶׁר־יִתְּנ֥וּ לַֽיהוָ֖ה לְךָ֥ נְתַתִּֽים ׃
18,13
בִּכּוּרֵ֞י כָּל־אֲשֶׁ֧ר בְּאַרְצָ֛ם אֲשֶׁר־יָבִ֥יאוּ לַיהוָ֖ה לְךָ֣ יִהְיֶ֑ה כָּל־טָה֥וֹר בְּבֵיתְךָ֖ יֹאכֲלֶֽנּוּ ׃
18,14
כָּל־חֵ֥רֶם בְּיִשְׂרָאֵ֖ל לְךָ֥ יִהְיֶֽה ׃
18,15
כָּל־פֶּ֣טֶר רֶחֶם לְֽכָל־בָּשָׂ֞ר אֲשֶׁר־יַקְרִ֧יבוּ לַֽיהוָ֛ה בָּאָדָ֥ם וּבַבְּהֵמָ֖ה יִֽהְיֶה־לָּ֑ךְ אַ֣ךְ׀ פָּדֹ֣ה תִפְדֶּ֗ה אֵת בְּכ֣וֹר הָֽאָדָ֔ם וְאֵ֛ת בְּכֽוֹר־הַבְּהֵמָ֥ה הַטְּמֵאָ֖ה תִּפְדֶּֽה ׃
18,16
וּפְדוּיָו֙ מִבֶּן־חֹ֣דֶשׁ תִּפְדֶּ֔ה בְּעֶ֨רְכְּךָ֔ כֶּ֛סֶף חֲמֵ֥שֶׁת שְׁקָלִ֖ים בְּשֶׁ֣קֶל הַקֹּ֑דֶשׁ עֶשְׂרִ֥ים גֵּרָ֖ה הֽוּא ׃
18,17
אַ֣ךְ בְּֽכוֹר־שׁ֡וֹר אֽוֹ־בְכ֨וֹר כֶּ֜שֶׂב אֽוֹ־בְכ֥וֹר עֵ֛ז לֹ֥א תִפְדֶּ֖ה קֹ֣דֶשׁ הֵ֑ם אֶת־דָּמָ֞ם תִּזְרֹ֤ק עַל־הַמִּזְבֵּ֨חַ֙ וְאֶת־חֶלְבָּ֣ם תַּקְטִ֔יר אִשֶּׁ֛ה לְרֵ֥יחַ נִיחֹ֖חַ לַֽיהוָֽה ׃
18,18
וּבְשָׂרָ֖ם יִהְיֶה־לָּ֑ךְ כַּחֲזֵ֧ה הַתְּנוּפָ֛ה וּכְשׁ֥וֹק הַיָּמִ֖ין לְךָ֥ יִהְיֶֽה ׃
18,19
כֹּ֣ל׀ תְּרוּמֹ֣ת הַקֳּדָשִׁ֗ים אֲשֶׁ֨ר יָרִ֥ימוּ בְנֵֽי־יִשְׂרָאֵל֮ לַֽיהוָה֒ נָתַ֣תִּֽי לְךָ֗ וּלְבָנֶ֧יךָ וְלִבְנֹתֶ֛יךָ אִתְּךָ֖ לְחָק־עוֹלָ֑ם בְּרִית֩ מֶ֨לַח עוֹלָ֥ם הִוא֙ לִפְנֵ֣י יְהוָ֔ה לְךָ֖ וּלְזַרְעֲךָ֥ אִתָּֽךְ ׃
18,20
וַיֹּ֨אמֶר יְהוָ֜ה אֶֽל־אַהֲרֹ֗ן בְּאַרְצָם֙ לֹ֣א תִנְחָ֔ל וְחֵ֕לֶק לֹא־יִהְיֶ֥ה לְךָ֖ בְּתוֹכָ֑ם אֲנִ֤י חֶלְקְךָ֙ וְנַחֲלָ֣תְךָ֔ בְּת֖וֹךְ בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל ׃ ס

7ème montée

18,21
וְלִבְנֵ֣י לֵוִ֔י הִנֵּ֥ה נָתַ֛תִּי כָּל־מַֽעֲשֵׂ֥ר בְּיִשְׂרָאֵ֖ל לְנַחֲלָ֑ה חֵ֤לֶף עֲבֹֽדָתָם֙ אֲשֶׁר־הֵ֣ם עֹֽבְדִ֔ים אֶת־עֲבֹדַ֖ת אֹ֥הֶל מוֹעֵֽד ׃
18,22
וְלֹא־יִקְרְב֥וּ ע֛וֹד בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵ֖ל אֶל־אֹ֣הֶל מוֹעֵ֑ד לָשֵׂ֥את חֵ֖טְא לָמֽוּת ׃
18,23
וְעָבַ֨ד הַלֵּוִ֜י ה֗וּא אֶת־עֲבֹדַת֙ אֹ֣הֶל מוֹעֵ֔ד וְהֵ֖ם יִשְׂא֣וּ עֲוֹנָ֑ם חֻקַּ֤ת עוֹלָם֙ לְדֹרֹ֣תֵיכֶ֔ם וּבְתוֹךְ֙ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל לֹ֥א יִנְחֲל֖וּ נַחֲלָֽה ׃
18,24
כִּ֞י אֶת־מַעְשַׂ֣ר בְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵ֗ל אֲשֶׁ֨ר יָרִ֤ימוּ לַֽיהוָה֙ תְּרוּמָ֔ה נָתַ֥תִּי לַלְוִיִּ֖ם לְנַחֲלָ֑ה עַל־כֵּן֙ אָמַ֣רְתִּי לָהֶ֔ם בְּתוֹךְ֙ בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֔ל לֹ֥א יִנְחֲל֖וּ נַחֲלָֽה ׃ פ
18,25
וַיְדַבֵּ֥ר יְהוָ֖ה אֶל־מֹשֶׁ֥ה לֵּאמֹֽר ׃
18,26
וְאֶל־הַלְוִיִּ֣ם תְּדַבֵּר֮ וְאָמַרְתָּ֣ אֲלֵהֶם֒ כִּֽי־תִקְחוּ מֵאֵ֨ת בְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵ֜ל אֶת־הַֽמַּעֲשֵׂ֗ר אֲשֶׁ֨ר נָתַ֧תִּי לָכֶ֛ם מֵאִתָּ֖ם בְּנַחֲלַתְכֶ֑ם וַהֲרֵמֹתֶ֤ם מִמֶּ֨נּוּ֙ תְּרוּמַ֣ת יְהוָ֔ה מַעֲשֵׂ֖ר מִן־הַֽמַּעֲשֵֽׂר ׃
18,27
וְנֶחְשַׁ֥ב לָכֶ֖ם תְּרוּמַתְכֶ֑ם כַּדָּגָן֙ מִן־הַגֹּ֔רֶן וְכַֽמְלֵאָ֖ה מִן־הַיָּֽקֶב ׃
18,28
כֵּ֣ן תָּרִ֤ימוּ גַם־אַתֶּם֙ תְּרוּמַ֣ת יְהוָ֔ה מִכֹּל֙ מַעְשְׂרֹ֣תֵיכֶ֔ם אֲשֶׁ֣ר תִּקְח֔וּ מֵאֵ֖ת בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵ֑ל וּנְתַתֶּ֤ם מִמֶּ֨נּוּ֙ אֶת־תְּרוּמַ֣ת יְהוָ֔ה לְאַהֲרֹ֖ן הַכֹּהֵֽן ׃
18,29
מִכֹּל֙ מַתְּנֹ֣תֵיכֶ֔ם תָּרִ֕ימוּ אֵ֖ת כָּל־תְּרוּמַ֣ת יְהוָ֑ה מִכָּל־חֶלְבּ֔וֹ אֶֽת־מִקְדְּשׁ֖וֹ מִמֶּֽנּוּ ׃
18,30
וְאָמַרְתָּ֖ אֲלֵהֶ֑ם בַּהֲרִֽימְכֶ֤ם אֶת־חֶלְבּוֹ֙ מִמֶּ֔נּוּ וְנֶחְשַׁב֙ לַלְוִיִּ֔ם כִּתְבוּאַ֥ת גֹּ֖רֶן וְכִתְבוּאַ֥ת יָֽקֶב ׃
18,31
וַאֲכַלְתֶּ֤ם אֹתוֹ֙ בְּכָל־מָק֔וֹם אַתֶּ֖ם וּבֵֽיתְכֶ֑ם כִּֽי־שָׂכָ֥ר הוּא֙ לָכֶ֔ם חֵ֥לֶף עֲבֹֽדַתְכֶ֖ם בְּאֹ֥הֶל מוֹעֵֽד ׃
18,32
וְלֹֽא־תִשְׂא֤וּ עָלָיו֙ חֵ֔טְא בַּהֲרִֽימְכֶ֥ם אֶת־חֶלְבּ֖וֹ מִמֶּ֑נּוּ וְאֶת־קָדְשֵׁ֧י בְנֵי־יִשְׂרָאֵ֛ל לֹ֥א תְחַלְּל֖וּ וְלֹ֥א תָמֽוּתוּ ׃
Afficher le commentaire de Rachi Afficher en Hébreu
16,1
Coré, fils de Yiçhar, fils de Kehath, fils de Lévi, forma un parti avec Dathan et Abirâm, fils d'Elïab, et On, fils de Péleth, descendants de Ruben.
Prit Qora‘h
Le Midrach de Rabi Tan‘houma développe une fort belle explication de ce chapitre
Prit Qora‘h
Il « se prit » lui-même pour passer de l’autre côté, pour se séparer de la communauté et se rebiffer contre la prêtrise. C’est ainsi que le rend le Targoum Onqelos : « il se sépara » de la communauté pour chercher querelle. Et ainsi : « Comment ton cœur t’emporte-t-il (yiqa‘h‘ha) » (Iyov 15, 12) – il t’emporte pour te séparer des autres hommes. Autre explication : « Prit Qora‘h » signifie qu’il a « pris » par des paroles les chefs des tribunaux qui étaient en leur sein, de même qu’il est écrit : « “Prends” Aharon » (infra 20, 25) ou bien : « “Prenez” avec vous des paroles, et revenez à Hachem » (Hoché‘a 14, 3) (Midrach Tan‘houma)
Fils de Yitshar fils de Qehath fils de Léwi
Sans qu’il soit ajouté : « fils de Ya‘aqov », car celui-ci avait prié pour que son nom ne soit pas mentionné à l’occasion de leur querelle, comme il est écrit : « Dans leur assemblée que ne se joigne pas mon honneur » (Beréchith 49, 6). Et où est-il fait mention de son nom en même temps que de celui de Qora‘h ? Dans Divrei Hayamim, lorsque sera énumérée leur généalogie, comme il est écrit : « Fils de Aviassaf, fils de Qora‘h, fils de Yitshar, fils de Qehath, fils de Léwi, fils d’Israël » (I Divrei Hayamim 6, 23) (Midrach Tan‘houma)
Et Dathan et Aviram
Étant donné que la tribu de Reouven campait au sud, tout comme Qehath et ses enfants, ils se sont alliés à Qora‘h dans sa querelle. Malheur au méchant, malheur à son voisin ! Et quelle raison a-t-elle poussé Qora‘h à se quereller avec Mochè ? Il a pris ombrage de la nomination d’Elitsafan fils de ‘Ouziel, que Mochè avait, sur ordre divin, désigné comme prince sur les enfants de Qehath. Il s’est dit : « Mon père et ses frères étaient au nombre de quatre, comme il est écrit : “ Et les fils de Qehath : ‘Amram et Yitshar et ‘Hèvron et ‘Ouziel” (Chemoth 6, 18). Les fils de ‘Amram, qui était l’aîné, ont recueilli deux dignités : l’un est devenu roi et l’autre grand prêtre. Qui aurait dû obtenir la deuxième place ? N’est-ce pas moi, qui suis le fils de Yitshar, le deuxième fils après ‘Amram ? Or, c’est le fils du plus jeune des frères qu’il a désigné ! Je vais m’opposer à lui et faire invalider ce qu’il a dit ! » Qu’a-t-il fait ? Il s’est dressé pour rassembler deux cent cinquante chefs de tribunaux, appartenant pour la plupart à la tribu de Reouven sa voisine, en particulier Elitsour fils de Chedéyour ainsi que ses compagnons et ses semblables, comme il est écrit : « princes de communauté, appelés de l’époque » (verset 2), alors qu’il est écrit ailleurs : « Ceux-là sont les appelés de la communauté… » (supra  1, 16). Il les a revêtus de vêtements entièrement faits de laine d’azur et ils se sont présentés devant Mochè en lui demandant : « Un vêtement entièrement fait de laine d’azur a-t-il besoin de tsitsith ou bien en est-il dispensé ? » Il répondit qu’il en avait besoin. Ils se sont esclaffés : « Se peut-il que pour un vêtement fait d’une étoffe différente, un seul fil de laine d’azur suffise à le rendre apte à être porté, et qu’un vêtement fait entièrement de laine d’azur ne se rende pas apte forcément de lui-même ? » (Midrach Tan‘houma)
Fils de Reouven
Dathan, Aviram et On fils de Pèleth
16,2
Ils s'avancèrent devant Moïse avec deux cent cinquante des enfants d'Israël, princes de la communauté, membres des réunions, personnages notables;
16,3
et, s'étant attroupés autour de Moïse et d'Aaron, ils leur dirent: "C'en est trop de votre part! Toute la communauté, oui, tous sont des saints, et au milieu d'eux est le Seigneur; pourquoi donc vous érigez-vous en chefs de l'assemblée du Seigneur?"
Assez pour vous
Vous vous êtes approprié beaucoup trop d’honneurs pour vous-mêmes
Tous des saints
Ils ont tous entendu au Sinaï les paroles prononcées par le Tout-Puissant. Vous n’êtes pas seuls à y avoir entendu : « Je suis Hachem, ton Eloqim » (Chemoth 20, 2), mais toute la communauté l’a entendu (Midrach Tan‘houma)
Et pourquoi vous érigez-vous en princes
Tu n’aurais pas dû, après t’être attribué la royauté, faire un prêtre de ton frère
16,4
Moïse, en les entendant, se jeta sur sa face;
Il tomba sur sa face
À cause de la querelle, car c’était leur quatrième inconduite. Ils avaient péché lors du veau d’or, et « Mochè implora Hachem » (Chemoth 32, 11). Ils avaient récidivé lors de l’épisode des « gémissants », et « Mochè pria vers Hachem » (supra  11, 2), et aussi lors de celui des explorateurs, et « Mochè dit à Hachem : Les Égyptiens entendront… » (supra  14, 13). Mais lors de la querelle de Qora‘h, ses bras lui en sont tombés. Cela ressemble au fils d’un roi qui se serait mal conduit envers son père et en faveur duquel serait intervenu une fois, voire même à deux ou trois reprises, son ami. Mais à la quatrième faute, les bras de l’ami lui en seraient tombés, car il se serait dit : « Jusqu’à quand pourrai-je continuer de déranger le roi ? Peut-être ne l’acceptera-t-il plus de moi ! » (Midrach Tan‘houma)
16,5
puis il parla à Coré et à toute sa faction, en ces termes: "Demain, le Seigneur fera savoir qui est digne de lui, qui est le saint qu'il admet auprès de lui; celui qu'il aura élu, il le laissera approcher de lui.
Demain
« C’est maintenant l’heure où les gens s’enivrent, et il n’est pas convenable que nous nous présentions devant Lui. » Son intention était de temporiser, dans l’espoir d’une rétractation de leur part (Midrach Tan‘houma)
Demain
Pour le service des lewiim
Et qui est le saint
Pour la prêtrise
Il l’approchera
Comme le rend le Targoum Onqelos : « Il les laissera approcher de Lui » –approcher de Son service. Selon le Midrach aggada, le mot « demain » signifie que Mochè leur a dit : « Le Saint béni soit-Il a fixé des limites dans Son monde. Ce n’est que si vous êtes capables de transformer le matin en soir que vous pourrez abroger le statut de Aharon. Car il est écrit : « Il fut soir, il fut matin […] Il “sépara” » (Beréchith 1, 4 et 5) et : « Et Aharon “fut séparé” pour qu’il fût sanctifié… » (I Divrei Hayamim 23, 13) (Midrach Tan‘houma)
16,6
Faites ceci: munissez-vous d'encensoirs, toi Coré, et tout ton parti;
Faites ceci : prenez-vous des encensoirs
Quelle raison l’a-t-elle déterminé à dire cela ? Il leur a dit : « Il existe chez les idolâtres de nombreux rites et de nombreux prêtres, et ceux-ci ne sont pas tous assemblés dans la même maison. Mais nous, nous n’avons qu’un seul Dieu, une seule arche sainte, une seule Tora, un seul autel et un seul kohen gadol. Quant à vous, vous êtes deux cent cinquante à revendiquer l’état de kohen gadol. J’en suis d’accord ! Voici donc pour vous le service le plus éminent qui soit : la combustion de l’encens, laquelle est, de toutes les offrandes, celle dont il est fait le plus grand cas. Mais il s’y trouve un poison par lequel ont été consumés Nadav et Avihou. » Voilà pourquoi il les a avertis : « Ce sera, l’homme que choisira Hachem, lui [sera] le saint. » – il est déjà en son état de sainteté. Or, ne savons-nous pas que celui que choisira Hachem sera saint ? Voici ce qu’a voulu leur dire Mochè : « Je vous en avertis afin que vous ne vous rendiez pas coupables. Celui qu’Il choisira restera en vie, et vous tous périrez. » (Midrach Tan‘houma)
Des encensoirs
Ce sont des ustensiles munis d’un manche par lesquels on attise les braises
16,7
mettez-y du feu et remplissez-les de parfum, devant le Seigneur, demain: or, l'homme que distinguera le Seigneur, c'est celui-là qui est saint. Assez donc, enfants de Lévi!"
Assez pour vous
Je vous ai dit une chose importante. Se peut-il qu’ils aient été assez insensés pour oser faire une offrande après avoir été ainsi avertis ? En fait, c’est envers eux-mêmes qu’ils ont péché, comme il est écrit : « Les encensoirs de ces pécheurs-là avec leurs âmes… » (infra 17, 3). Et Qora‘h, qui était pourtant perspicace, quelle raison l’a-t-elle poussé à cette stupidité ? C’est sa vision [de l’avenir] qui l’a induit en erreur : Il a vu dans sa descendance une noble lignée, dont Chemouel, présenté comme valant à lui seul Mochè et Aharon réunis (voir Tehilim 99, 6 et Berakhoth  31b), et par le mérite de qui il s’est dit qu’il allait être sauvé. Il a vu aussi les vingt-quatre équipes de garde descendues de ses petits-fils, toutes prophétisant sous l’inspiration de l’esprit saint, comme il est écrit : « Tous ceux-là étaient fils de Héman, le voyant du roi dans les paroles de Eloqim… » (I Divrei Hayamim 25, 5). Il s’est alors dit : « Se peut-il que toute cette grandeur descende un jour de moi, et que je me taise ? » Voilà pourquoi il a commis la folie de comploter pour obtenir cette dignité. Car il avait entendu dire à Mochè que tous allaient périr, mais qu’un seul allait être sauvé : « L’homme que choisira Hachem, lui sera le saint ». Il s’est imaginé à tort que c’est à lui que cela s’appliquait, ce en quoi il n’a pas vu juste puisque ce sont ses enfants qui se sont repentis. Mais Mochè, lui, avait vu clair (Midrach Tan‘houma)
Assez pour vous
C’est un vaste projet que vous avez pris sur vous que de vous rebeller contre le Saint béni soit-Il
16,8
Et Moïse dit à Coré: "Or, écoutez, enfants de Lévi.
Mochè dit à Qora‘h : Écoutez donc
Il a commencé par lui tenir des paroles affables. Mais lorsqu’il a vu son entêtement, il s’est dit : « Il faut que je leur parle à tous avant que ne s’associent à lui et ne périssent avec lui les autres tribus. » C’est alors qu’il a commencé de les exhorter : « Écoutez donc, fils de Léwi ! » (Midrach Tan‘houma)
16,9
C'est donc peu, pour vous, que le Dieu d'Israël vous ait distingués de la communauté d'Israël, en vous admettant auprès de lui pour faire le service du tabernacle divin, et en vous plaçant en présence de la communauté pour la servir?
Et en vous plaçant devant la communauté
Pour chanter sur les marches [du Temple]
16,10
Il t'a donc approché de lui, toi et tous tes frères, les enfants de Lévi, et vous réclamez encore le sacerdoce!
Il t’a fait approcher
Pour ce service-là même dont il a éloigné le reste de la communauté d’Israël
16,11
En vérité, toi et toute ta bande, c'est contre l'Éternel que vous vous êtes ligués; car Aaron, qu'est-il, pour que vous murmuriez contre lui?"
C’est pourquoi
C’est à cause de cela que « toi et toute ta communauté qui s’est assemblée » autour de toi êtes contre Hachem, car c’est sur Son ordre que j’ai conféré la prêtrise à Aharon, de sorte que cette querelle ne nous concerne pas (Midrach Tan‘houma)
16,12
Moïse envoya quérir Dathan et Abirâm, fils d'Elïab; mais ils dirent: "Nous n'irons point.
Mochè envoya
D’où l’on apprend que l’on ne doit pas s’obstiner dans une querelle (Sanhèdrin 110a), puisque Mochè insistait auprès d’eux afin de les calmer par des paroles conciliantes
Nous ne monterons pas
Leur propre bouche les a trahis, puisqu’il n’y aura pour eux qu’une « descente »
16,13
Est-ce peu que tu nous aies fait sortir d'un pays ruisselant de lait et de miel, pour nous faire mourir dans ce désert, sans prétendre encore t'ériger en maître sur nous!
16,14
Certes, ce n'est pas dans un pays abondant en lait et en miel que tu nous as conduits; ce ne sont champs ni vignes dont tu nous as procuré l'héritage! Crèveras-tu les yeux à ces hommes?... Nous n'irons point."
Tu nous as donné
Ces propos font suite à ceux qui précèdent, c’est-à-dire : « Tu ne nous a pas amenés et tu ne nous as pas donné un héritage de champ et de vignoble. » Tu nous avais dit : « Je vous ferai monter de la pauvreté de l’Égypte, vers le pays… » (Chemoth 3, 17) Tu nous en as fait effectivement sortir, mais tu ne nous as pas amenés « vers un pays ruisselant de lait et de miel ». Tu as au contraire décidé de nous faire mourir dans le désert, puisque tu nous as dit : « Dans ce désert-ci tomberont vos cadavres… » (supra  14, 29)
Crèveras-tu les yeux de ces hommes-là…
Même si tu nous fais crever les yeux au cas où nous ne monterons pas vers toi, « nous ne monterons pas ! 
Ces hommes-là
C’est comme quelqu’un qui rapporte sa propre malédiction à autrui, [en parlant de lui-même à la troisième personne]
16,15
Moïse, fort contristé, dit au Seigneur: "N'accueille point leur hommage! Je n'ai jamais pris à un seul d'entre eux son âne, je n'ai jamais fait de mal à un seul d'entre eux."
Mochè s’enflamma beaucoup
Il en fut très attristé (Midrach Tan‘houma)
Ne te tourne pas vers leur oblation (min‘ha)
Au sens littéral : Ne te tourne pas favorablement vers l’encens qu’ils t’offriront demain ! Explication du midrach : « Je sais, [a dit Mochè], qu’ils ont une part dans les offrandes perpétuelles de la collectivité. Puisse-t-elle, cette part, ne pas être accueillie non plus avec bienveillance ! Que le feu la délaisse et ne la consume pas ! » (Midrach Tan‘houma)
Pas un seul âne je n’ai porté d’eux
Je n’ai pas pris l’âne d’un seul d’entre eux (Targoum Onqelos). Et lorsque je suis allé de Midyan en Égypte et que j’ai fait monter ma femme et mes fils sur un âne (Chemoth 4, 20), j’aurais pu prendre cet âne à leurs frais, mais je n’ai pris que le mien. Le mot cha‘héth, employé par le Targoum Onqelos pour « porter » signifie en araméen : « réquisition royale » (Baba Bathra 47a)
16,16
Moïse dit à Coré: "Toi et tout ton parti, soyez devant le Seigneur, toi et eux ainsi qu'Aaron, demain;
Et eux
Ta coterie
16,17
prenez chacun votre encensoir, mettez-y du parfum et apportez, devant le Seigneur, chacun votre encensoir, deux cent cinquante encensoirs; toi aussi et Aaron, chacun le sien."
Vous approcherez […] chaque homme son encensoir
Les deux cent cinquante hommes parmi vous
16,18
Ils prirent chacun leur encensoir, y mirent du feu, le couvrirent de parfum et se placèrent à l'entrée de la tente d'assignation avec Moïse et Aaron.
16,19
Coré avait ameuté contre eux toute la communauté à l'entrée de la tente d'assignation. Et la gloire de l'Éternel apparut à toute la communauté.
Qora‘h assembla sur eux
Il se rendit pendant toute la nuit, sarcasmes à l’appui, auprès des tribus pour les convaincre. « Croyez-vous que je ne me soucie que de moi seul ? C’est vos intérêts à tous que je défends ! Ceux-là sont venus s’approprier tous les honneurs : à lui la royauté, et à son frère la prêtrise ! » Tant et si bien qu’ils ont tous fini par se laisser convaincre (Midrach Tan‘houma)
La gloire de Hachem apparut
Elle s’est manifestée dans une colonne de nuée
16,20
Et l'Éternel parla à Moïse et à Aaron en ces termes:
16,21
"Séparez-vous de cette communauté, je veux l'anéantir à l'instant!"
16,22
Mais ils tombèrent sur leur face et dirent: "Seigneur! Dieu des esprits de toute chair! Quoi, un seul homme aura péché, et tu t'irriterais contre la communauté tout entière!"
Qél ! Eloqim des esprits
Qui connaît les pensées. Ta manière d’être n’est pas celle des êtres de chair et de sang : Lorsqu’un roi de chair et de sang doit faire face à un écart de conduite d’une partie de son royaume, il ignore qui est le pécheur, de sorte que, dans sa colère, il punit tous ses sujets. Tandis que devant toi, toutes les pensées sont à nu et tu sais qui a péché (Midrach Tan‘houma)
Un seul homme
C’est lui le pécheur, et toi « tu te mettras en colère contre toute la communauté » ? Le Saint béni soit-Il répondit : « Tu as bien parlé. Je sais et je ferai connaître qui a péché et qui n’a pas péché. 
16,23
Et l'Éternel parla ainsi à Moïse:
16,24
"Parle à la communauté et lui dis: Ecartez-vous d'autour de la demeure de Coré, de Dathan et d'Abirâm!"
Elevez-vous
Comme le rend le Targoum Onqelos : « Eloignez-vous » des alentours de la tente de Qora‘h 
16,25
Moïse se releva, et alla vers Dathan et Abirâm, suivi des anciens d'Israël.
Mochè se leva
Il pensait qu’ils lui témoigneraient des égards, mais ils ne l’ont pas fait (Midrach Tan‘houma)
16,26
Et il dit à la communauté: "Retirez-vous, de grâce, d'auprès des tentes de ces pervers, et ne touchez à rien qui leur appartienne, si vous ne voulez périr pour leurs méfaits."
16,27
Et ils s'éloignèrent, de toutes parts, de la demeure de Coré, de Dathan et d'Abirâm, tandis que Dathan et Abirâm s'avançaient fièrement à l'entrée de leurs tentes, avec leurs femmes, leurs fils et leurs jeunes enfants.
Sortirent debout
D’une fière allure, pour outrager et insulter (Midrach Tan‘houma), comme dans : « Il se tint debout pendant quarante jours » (I Chemouel 17, 16), à propos de Goliath
Et leurs femmes et leurs fils et leurs jeunes enfants
Vois comme peut être désastreuse une querelle : Un tribunal humain ne punit que celui qui porte les signes de la puberté, et celui de Là-Haut ne punit qu’à partir de vingt ans. Ici en revanche ont péri même les nourrissons (Midrach Tan‘houma)
16,28
Alors Moïse dit: "Par ceci vous reconnaîtrez que c'est l'Éternel qui m'a donné mission d'accomplir toutes ces choses, que je n'ai rien fait de mon chef:
Pour faire toutes ces choses-là
Que j’ai faites sur l’ordre divin : conférer à Aharon la dignité de kohen gadol, à ses fils celle d’adjoints des prêtres, et à Elitsafan celle de prince sur les enfants de Qehath
16,29
si ces gens meurent comme meurent tous les hommes; si la commune destinée des hommes doit être aussi la leur, ce n'est pas Dieu qui m'a envoyé.
Ce n’est pas Hachem qui m’a envoyé
Mais c’est moi qui ai tout fait, et de ma propre initiative, et c’est à bon droit qu’il s’en prend à moi (Midrach Tan‘houma)
16,30
Mais si l'Éternel produit un phénomène; si la terre ouvre son sein pour les engloutir avec tout ce qui est à eux, et qu'ils descendent vivants dans la tombe, vous saurez alors que ces hommes ont offensé l'Éternel."
Et si Hachem crée une création
Nouvelle
Hachem crée
En les faisant mourir d’une manière inconnue jusque ici. Et quelle serait cette création ? « Que la terre disperse sa bouche et les engloutisse. » Vous saurez alors « que ces hommes-là ont méprisé Hachem » et que moi j’ai parlé sur l’ordre du Tout-Puissant. Nos maîtres ont expliqué : S’il a été créé, lors des six jours de la création, une ouverture de la terre, c’est bien. Sinon, que « Hachem la crée » maintenant ! (Sanhèdrin 110a)
16,31
Or, comme il achevait de prononcer ces paroles, le sol qui les portait se fendit,
16,32
la terre ouvrit son sein et les dévora, eux et leurs maisons, et tous les gens de Coré, et tous leurs biens.
16,33
Ils descendirent, eux et tous les leurs, vivants dans la tombe; la terre se referma sur eux, et ils disparurent du milieu de l'assemblée.
16,34
Et tous les Israélites qui étaient autour d'eux s'enfuirent à leurs cris, disant: "La terre pourrait bien nous engloutir!"
S’enfuit à leur son
À cause du bruit causé par leur engloutissement
16,35
Puis un feu s'élança de devant le Seigneur, et consuma les deux cent cinquante hommes qui avaient offert l'encens.
17,1
L'Éternel parla ainsi à Moïse:
17,2
"Dis à Eléazar, fils d'Aaron le pontife, de retirer les encensoirs du milieu de l'embrasement et d'en disperser le feu au loin; car ils sont devenus saints.
Et le feu
Contenu dans les encensoirs
Qu’il le disperse au loin
À terre, de sur les encensoirs
Car ils sont sanctifiés
Les encensoirs. Il est devenu interdit d’en tirer profit, car ils sont devenus des ustensiles servant au service
17,3
Les encensoirs de ces hommes, coupables de leur propre mort, on les transformera en plaques minces dont on revêtira l'autel, parce qu'ils ont été présentés devant le Seigneur et sont devenus saints; et ils serviront d'enseignement aux enfants d'Israël."
De ces pécheurs-là avec leurs âmes
Qui sont devenus pécheurs dans leur âme, car ils se sont révoltés contre le Saint béni soit-Il
Des plaques
Aplaties
Aplaties
Des feuilles de métal aplaties. En français médiéval : « tenves »
Placage pour l’autel
Pour l’autel de cuivre
Ils seront comme un signe
Comme un souvenir, dont on dira : « Il proviennent de ceux qui se sont révoltés contre le sacerdoce et qui ont été incinérés. 
17,4
Et le pontife Eléazar prit les encensoirs d'airain qu'avaient apportés ceux qui furent brûlés, et on les lamina pour en revêtir l'autel:
Ils les laminèrent
En français médiéval : « estendirent »
17,5
signe commémoratif pour les enfants d'Israël, afin que nul profane, étranger à la race d'Aaron, ne s'ingérât de faire fumer l'encens devant l'Éternel et ne subît le sort de Coré et de sa faction, tel que l'Éternel le lui avait annoncé par l'organe de Moïse.
Et il n’y aura pas comme Qora‘h
Afin qu’il ne subisse pas le sort de Qora‘h
Comme a parlé (dibèr) Hachem par la main de Mochè
Le mot lo (« lui ») veut dire ici : « à son sujet ». Il avait annoncé à Mochè, « au sujet » de Aharon, que ses fils et lui allaient devenir des kohanim. C’est pourquoi « aucun homme profane n’approchera, qui ne soit pas de la descendance de Aharon… » De même, toutes les fois que le verbe dabèr est accompagné de li (« à moi »), lo (« à lui »), ou lahem (« à eux »), cela équivaut à ‘al (« sur » ou « au sujet de ») [et non à « à »]. Quant au Midrach, il rapporte ce lo à Qora‘h (« au sujet de Qora‘h ») (Midrach Tan‘houma). Et pourquoi : « par la main de Mochè » et non : « à Mochè » ? En allusion au fait que ceux qui se rebellent contre le sacerdoce sont frappés par la lèpre, tout comme l’a été la « main » de Mochè, comme il est écrit : « il la sortit, et voici que sa “main” était lépreuse comme la neige. » (Chemoth 4, 6). C’est pour la même raison que [le roi] ‘Ouziya a été frappé par la lèpre (II Divrei Hayamim 26, 19)
17,6
Toute la communauté des enfants d'Israël murmura, le lendemain, contre Moïse et Aaron, en disant: "C'est vous qui avez tué le peuple de l'Éternel!"
17,7
Or, comme la communauté s'attroupait contre Moïse et contre Aaron, ils se tournèrent vers la tente d'assignation, et voici que la nuée la couvrait et la gloire du Seigneur apparut.
17,8
Moïse et Aaron s'avancèrent jusque devant la tente d'assignation.
17,9
Et l'Éternel parla à Moïse, disant:
17,10
"Eloignez-vous du milieu de cette communauté, je veux l'anéantir à l'instant!" Et ils se jetèrent sur leur face.
17,11
Et Moïse dit à Aaron: "Saisis l'encensoir, mets-y du feu de l'autel, pose le parfum, et porte-le sur le champ au milieu de la communauté pour effacer leur faute; car le Seigneur a laissé éclater sa colère, déjà le fléau commence!"
Et fais propitiation (kappara) sur eux
L’ange de la mort lui avait confié ce secret lorsqu’il était monté au ciel : l’encens arrête la « plaie », comme enseigné dans le traité Chabath (89a)
17,12
Aaron prit l'encensoir, comme l'avait dit Moïse, et s'élança au milieu de l'assemblée, où déjà le fléau avait commencé à sévir; et il posa le parfum, et il fit expiation sur le peuple.
17,13
Il s'interposa ainsi entre les morts et les vivants, et la mortalité s'arrêta.
Il se tint entre les morts…
Il empoigna l’ange et le retint de force. L’ange lui dit : « Laisse-moi exécuter ma mission ! » [Aharon] rétorqua : « Mochè m’a ordonné de te retenir. » L’ange lui répliqua : « Je suis l’envoyé de Hachem, et toi tu n’es que celui de Mochè ! » Aharon fit remarquer : « Mochè ne dit jamais rien de lui-même, mais il s’exprime toujours sur l’ordre du Tout-Puissant. Et si tu ne me crois pas, le Saint béni soit-Il et Mochè se trouvent à l’entrée du tabernacle. Viens avec moi et demande-leur ! » C’est ce que veulent dire les mots : « Aharon retourna vers Mochè » (verset 15) (Midrach Tan‘houma). Autre explication : Pourquoi avec de l’encens ? Parce qu’Israël en jasaient et le suspectaient en disant : « C’est un poison mortel ! C’est lui qui a fait mourir Nadav et Avihou, c’est à cause de lui qu’ont été incinérés les deux cent cinquante hommes ! » Le Saint béni soit-Il leur a alors dit : « Vous verrez qu’il met fin à l’épidémie et que c’est [en réalité] le péché qui tue. » (Mekhilta)
17,14
Les victimes de cette mortalité furent au nombre de quatorze mille sept cents, outre ceux qui avaient péri à cause de Coré.
17,15
Aaron retourna auprès de Moïse, à l'entrée de la tente d'assignation, lorsque la mortalité eut cessé.
17,16
L'Éternel parla ainsi à Moïse:
17,17
"Annonce aux enfants d'Israël que tu dois recevoir d'eux une verge respectivement par famille paternelle, de la part de tous leurs chefs de familles paternelles, ensemble douze verges; le nom de chacun, tu l'écriras sur sa verge.
17,18
Et le nom d'Aaron, tu l'écriras sur la verge de Lévi, car il faut une seule verge par chef de famille paternelle.
Car il faut un bâton unique
Même si je les ai divisés en deux familles, celle du sacerdoce d’une part et celle des lewiim d’autre part, ils ne forment qu’une seule tribu
17,19
Tu les déposeras dans la tente d'assignation, devant le statut où je vous donne habituellement rendez-vous.
17,20
Or, l'homme que j'aurai élu, sa verge fleurira, et ainsi mettrai-je fin à ces murmures contre moi, que les enfants d'Israël profèrent à cause de vous."
Je ferai cesser (wahachikothi)
Comme dans : « Les eaux s’apaisèrent (wayachokou) » (Beréchith 8, 1), ou dans : « Et la colère de roi s’apaisa (chekhakha) » (Esther 7, 10)
17,21
Moïse parla aux enfants d'Israël; et tous leurs phylarques lui remirent chacun une verge, selon leurs familles paternelles, ensemble douze verges; et la verge d'Aaron fut jointe aux leurs.
Au milieu de leurs bâtons
Il l’a placé au milieu, afin que l’on ne dise pas que s’il a fleuri, c’est parce qu’il l’avait mis du côté de la chekhina (Midrach Tan‘houma)
17,22
Moïse déposa ces verges devant le Seigneur, dans la tente du statut.
17,23
Or, le lendemain, Moïse entra dans la tente du statut, et voici qu'avait fleuri la verge d'Aaron, déposée pour la famille de Lévi: il y avait germé des boutons, éclos des fleurs, mûri des amandes.
Une fleur sortit
À prendre au sens littéral
Un bourgeon
C’est l’ébauche du fruit lorsque tombe la fleur
Il mûrit (wayigmol) des amandes
Lorsque le fruit fut reconnaissable, on constata que c’était des amandes. Le mot wayigmol est le même que dans : « L’enfant grandit, il fut sevré (wayigamal) » (Beréchith 21, 8), et il s’applique également au fruit de l’arbre, comme dans : « La fleur devient un raisin vert qui mûrit (gomel) » (Yecha’yah 18, 5). Et pourquoi des amandes ? Elles sont, de tous les fruits, celui qui fleurit en premier. Aussi vite vient la punition infligée à celui qui se rebelle contre le sacerdoce, ainsi que nous le trouvons chez ‘Ouziya : « La lèpre éclata sur son front… » (II Divrei Hayamim 26, 19). Et le Targoum Onqelos traduit ces mots par une expression désignant une sorte de grappe d’amandes pressées l’une contre l’autre
17,24
Moïse retira toutes les verges de devant le Seigneur et les exposa devant les enfants d'Israël: ils les regardèrent, et reprirent chacun la sienne.
17,25
Et l'Éternel dit à Moïse: "Replace la verge d'Aaron devant le statut, comme signe durable à l'encontre des rebelles; tu feras cesser par là leurs murmures contre moi, et ils ne mourront point."
Leur récrimination (telounotham) cessera
Le mot telounotham est un substantif verbal, au féminin singulier, équivalent à telounatham, en français: « murmure ». Il existe une différence entre telounotham et telounatham. Telounatham signifie une récrimination unique, tandis que telounotham, tout en étant au singulier, s’applique à un ensemble de récriminations
Comme une garde
Pour qu’ils se souviennent que j’ai choisi Aharon comme kohen et qu’ils ne récriminent plus contre le sacerdoce
17,26
Moïse obéit: comme l'Éternel lui avait ordonné, ainsi fit-il.
17,27
Les enfants d'Israël parlèrent ainsi à Moïse: "Certes, c'est fait de nous, nous sommes perdus, tous perdus!
17,28
Quiconque s'approche tant soit peu de la résidence du Seigneur est frappé de mort: sommes-nous donc tous destinés à périr?"
Quiconque s’approche
Nous ne ferons jamais assez attention. Nous avons tous le droit d’entrer dans le parvis de la tente d’assignation, mais si quelqu’un, s’approchant plus que les autres, pénètre dans la tente d’assignation elle-même, il mourra
Est-ce que notre fin est d’expirer
Peut-être sommes-nous promis à la mort
18,1
L'Éternel dit à Aaron: "Toi et tes fils et la famille de ton père, vous serez responsables des délits du sanctuaire; toi et tes fils, vous serez responsables des atteintes à votre sacerdoce.
Hachem dit à Aharon
Il le dit à Mochè pour qu’il le transmette à Aharon, pour l’inciter à veiller à ce qu’Israël n’entre pas dans le sanctuaire (Sifri)
Toi et tes fils et la maison de ton père
Il s’agit des enfants de Qehath, le père de ‘Amram
Vous porterez le crime du sanctuaire
C’est vous que je tiens pour punissables pour les profanes qui auront péché relativement aux objets consacrés qui vous sont confiés, à savoir la tente, l’arche, la table et les ustensiles sacrés. Vous devez être là pour avertir tout profane qui viendrait y toucher
Et toi et tes fils
Les kohanim
Vous porterez le crime de votre pontificat
Lequel n’est pas confié aux lewiim. Vous avertirez les lewiim de ne pas s’approcher de vous par mégarde pendant votre service
18,2
Et cependant, tes frères, la tribu de Lévi, tribu de ton père, admets-les auprès de toi; qu'ils s'associent à toi et te servent, tandis qu'avec tes fils tu seras devant la tente du statut.
Et aussi tes frères
Les enfants de Guérchon et ceux de Merari
Ils t’accompagneront
Ils se joindront à vous pour avertir eux aussi les profanes afin qu’ils ne s’approchent pas d’eux
Ils te serviront
Il s’agit de la garde des portes et de la désignation des trésoriers et des administrateurs (Sifri)
18,3
Ils garderont ton observance et celle de toute la tente; toutefois, qu'ils n'approchent point des vases sacrés ni de l'autel, sous peine de mort pour eux comme pour vous.
18,4
Mais ils te seront attachés pour veiller à la garde de la tente d'assignation, en tout ce qui concerne la tente, et empêcher qu'un profane ne s'approche de vous.
Et un profane ne s’approchera pas de vous
C’est à vous que j’en adresse l’avertissement
18,5
Vous garderez ainsi l'observance du sanctuaire et celle de l'autel, et les enfants d'Israël ne seront plus exposés à ma colère.
Et il n’y aura plus de colère
Comme il y en a déjà eu, ainsi qu’il est écrit : « car la colère est sortie de devant Hachem… » (supra  17, 11) (Sifri)
18,6
Car moi-même j'ai choisi vos frères, les Lévites, entre les enfants d'Israël: ils sont à vous, octroyés en don pour l'Éternel, pour faire le service de la tente d'assignation.
Un don
J’aurais pu penser que c’est pour votre service privé. Aussi est-il écrit : « à Hachem » : pour remplir les fonctions de trésoriers et d’administrateurs, comme expliqué plus haut (Sifri)
18,7
Et toi, et tes fils avec toi, vous veillerez à votre ministère, que vous avez à exercer pour toutes les choses de l'autel et dans l'enceinte du voile. C'est comme fonction privilégiée que je vous donne le sacerdoce, et le profane qui y participerait serait frappé de mort."
Un service de don
Je vous en ai fait cadeau
18,8
L'Éternel parla encore ainsi à Aaron: "Moi-même aussi, je te confie le soin de mes offrandes: prélevées sur toutes les choses saintes des enfants d'Israël, je les assigne, par prérogative, à toi et à tes fils, comme revenu perpétuel.
Et moi
Avec joie (Sifri). Le mot hinné (« voici ») exprime la joie, comme dans : « … et aussi voici (hinné) qu’il sort à ta rencontre, il te verra, se réjouira dans son cœur » (Chemoth 4, 14). Cela ressemble à un roi qui aura donné un terrain à son ami sans dresser ni sceller un acte et sans faire enregistrer cette donation au tribunal. Arrive quelqu’un qui élève une contestation. Le roi dit alors [à l’ami] : « N’importe qui peut élever une contestation contre toi. Je vais établir un document écrit et signé et le faire enregistrer au tribunal. » Ici également, Qora‘h s’étant présenté pour élever une contestation contre Aharon, est venue l’écriture pour lui attribuer les vingt-quatre redevances sacerdotales par une perpétuelle « alliance de sel » (verset 19) (‘Houlin 133b). Voilà pourquoi les deux paragraphes se font immédiatement suite
La garde mes offrandes élevées
Car il faut que tu les conserves en état de pureté
Pour onction
Comme distinction (Sifri)
18,9
Voici ce qui t'appartiendra entre les saintetés éminentes, sauf ce qui doit être brûlé: toutes les offrandes, soit oblations, soit expiatoires ou délictifs quelconques, dont on me fera hommage, appartiendront comme saintetés éminentes à toi et à tes fils.
Du feu
Après la combustion des ichim
Toutes leurs offrandes
Comme les sacrifices de chelamim de la communauté
Toutes leurs oblations (mena‘hoth)
À prendre au sens littéral
Qu’ils me rapporteront
Ce qu’on a volé à un converti (voir supra  5, 8 – Sifri)
18,10
C'est en très saint lieu que tu les consommeras; tout mâle peut en manger; ce sera pour toi une chose sainte.
Dans le saint des saints vous les mangerez …
Cela nous apprend que les qodchei qodachim ne peuvent être consommés que dans le parvis et par les membres mâles des familles de kohanim (Sifri)
18,11
Ce qui est encore à toi, c'est le prélèvement de leurs offrandes et de toutes les offrandes balancées par les enfants d'Israël: je te les attribue, ainsi qu'à tes fils et à tes filles, comme droit perpétuel; tout membre pur de ta famille peut en manger.
L’offrande élevée de leurs dons
Ce qui est prélevé sur les sacrifices de remerciement, sur les chelamim et sur le bélier du nazir (supra  6, 14)
Pour toutes leurs offrandes tournoyées
Car celles-là comportent un « tournoiement »
Tout pur
Et non ceux qui sont impurs (Sifri). Autre explication : y compris sa femme (voir Rachi sous Wayiqra 22, 11)
18,12
Tout le meilleur de l'huile, tout le meilleur du vin et du blé, les prémices qu'ils en doivent offrir au Seigneur, je te les donne.
Leurs prémices
C’est la « grande » terouma
18,13
Tous les premiers produits de leur terre, qu'ils apporteront au Seigneur, seront à toi; tout membre pur de ta famille en peut manger.
18,14
Toute chose dévouée par interdit, en Israël, t'appartiendra.
18,15
Tout premier fruit des entrailles d'une créature quelconque, lequel doit être offert au Seigneur, homme ou bête, sera à toi. Seulement, tu devras libérer le premier-né de l'homme, et le premier-né d'un animal impur, tu le libéreras aussi.
18,16
Quant au rachat, tu l'accorderas à partir de l'âge d'un mois, au taux de cinq sicles d'argent, selon le sicle du sanctuaire, valant vingt ghêra.
18,17
Mais le premier-né de la vache, ni celui de la brebis, ni celui de la chèvre, tu ne peux les libérer: ils sont saints. Tu répandras leur sang sur l'autel, tu y feras fumer leur graisse, combustion d'odeur agréable à l'Éternel,
18,18
et leur chair sera pour toi: comme la poitrine balancée et comme la cuisse droite, elle t'appartiendra.
Comme la poitrine du balancement (tenoufa) et comme la cuisse droite
Des chelamim, lesquels peuvent être consommés par les kohanim, par leurs femmes, leurs enfants et leurs serviteurs pendant deux jours et la nuit [qui les sépare]. De même le premier-né [d’un animal] est-il consommé pendant deux jours et la nuit [qui les sépare] (Zeva‘him 56b)
Elle sera à toi
Rabi ‘Aqiva est venu et a enseigné : Le texte répète ici : « elle sera » afin qu’on ne l’assimile pas à la poitrine et à la cuisse de l’offrande de remerciement, qui ne peuvent être consommés que pendant un jour et la nuit [suivante] (Sifri)
18,19
Tous les prélèvements que les Israélites ont à faire sur les choses saintes en l'honneur de l'Éternel, je te les accorde, ainsi qu'à tes fils et à tes filles, comme revenu perpétuel. C'est une alliance de sel, inaltérable, établie de par l'Éternel à ton profit et au profit de ta postérité."
Tous les prélèvements des saintetés
Le texte aime tant ce paragraphe qu’il en donne un résumé général au début (verset 8) et un autre à la fin, les détails étant spécifiés au milieu (Sifri)
Une alliance de sel à jamais
Il a conclu une alliance avec Aharon symbolisée par une substance saine et durable et qui favorise la bonne santé des autres (Sifri)
Une alliance de sel
Comme une alliance contractée avec le sel, qui ne se décompose jamais
18,20
Dieu dit encore à Aaron: "Tu ne posséderas point sur leur territoire, et aucun lot ne sera le tien parmi eux: c'est moi qui suis ton lot et ta possession au milieu des enfants d'Israël.
Et il n’y aura pas de part pour toi au milieu d’eux
Pas même à titre de butin (Sifri)
18,21
Quant aux enfants de Lévi, je leur donne pour héritage toute dîme en Israël, en échange du service dont ils sont chargés, du service de la tente d'assignation.
18,22
Que désormais les enfants d'Israël n'approchent plus de la tente d'assignation: ils se chargeraient d'un péché mortel.
18,23
Que le Lévite, lui, fasse son office dans la tente d'assignation, et alors eux-mêmes porteront leur faute: statut perpétuel. Mais, parmi les enfants d'Israël, ils ne recevront point de patrimoine.
Et eux
Les lewiim porteront les responsabilités d’Israël, car il leur incombe d’avertir les profanes afin qu’ils ne s’approchent pas d’eux
18,24
Car la dîme que les enfants d'Israël prélèveront pour le Seigneur, comme tribut, je la donne aux Lévites comme patrimoine; c'est pourquoi je leur déclare qu'ils n'auront point de patrimoine entre les enfants d'Israël."
Qu’ils prélèveront pour Hachem comme prélèvement
Le texte l’appelle terouma jusqu’à ce qu’en soit prélevée la terouma sur le ma‘assér (Sifri)
18,25
L'Éternel parla à Moïse en ces termes:
18,26
"Parle aussi aux Lévites et dis-leur: Lorsque vous aurez reçu des enfants d'Israël la dîme que je vous donne de leur part, pour votre héritage, vous prélèverez là-dessus, comme impôt de l'Éternel, la dîme de la dîme.
18,27
Cet impôt sera considéré par vous comme le blé prélevé de la grange et comme la liqueur prélevée du pressoir.
Votre prélèvement sera considéré pour vous comme la céréale provenant de la grange
La terouma sur votre ma‘assér est interdite aux profanes et aux personnes impures. Ceux-ci sont passibles de la peine de mort [s’ils en consomment], et ils sont tenus d’en payer un cinquième comme pour la « grande » terouma, laquelle est appelée : « prémices de céréale provenant de la grange »
Et comme la plénitude provenant du pressoir
Comme la terouma du moût et de l’huile, prélevée dès les pressoirs
Plénitude
Expression désignant la maturité du blé qui « se remplit »
Pressoir (yèqèv)
C’est le bassin placé devant le pressoir dans lequel s’écoule le vin. Le mot yèqèv désigne toujours une cavité dans la terre, comme dans : « … jusqu’aux pressoirs (yiqvé) du roi » (Zekhariya 14, 10), où le mot yiqvè désigne l’océan, cavité creusée par le Roi du monde
18,28
C'est ainsi que vous prélèverez, vous aussi, le tribut de l'Éternel, sur toutes les dîmes que vous percevrez des enfants d'Israël; et vous remettrez ce tribut de l'Éternel au pontife Aaron.
Ainsi prélèverez-vous
De même que les yisraélim prélèvent de leurs granges et de leurs pressoirs, de même « prélèverez-vous, vous aussi » de votre ma‘assér, lequel est votre patrimoine
18,29
Sur toutes vos donations, vous réserverez entière cette part de l'Éternel, prélevant sur le meilleur ce qu'on en doit consacrer.
De tous vos dons
Le texte parle ici de la « grande » terouma. Si le Léwi a devancé le kohen devant un tas de blé non encore vanné et qu’il a reçu ses ma‘asroth avant que le kohen ait perçu la « grande » terouma de ce tas, le Léwi a l’obligation de commencer de prélever de son ma‘assér tout d’abord un cinquantième à titre de « grande » terouma, et ensuite la terouma sur le ma‘assér (Berakhoth  47a)
18,30
Dis-leur encore: Quand vous en aurez prélevé le meilleur, le reste équivaudra pour vous, Lévites, au produit de la grange, à celui du pressoir;
Quand vous prélèverez son suif
Après que vous en aurez prélevé la terouma sur le ma‘assér
Il sera considéré
Le reste, pour les lewiim, comme entièrement profane
Comme la récolte de la grange
Pour le yisrael. Que l’on ne dise pas : Étant donné que le texte l’appelle terouma, comme il est écrit : « car le ma‘assér des fils d’Israël qu’ils prélèveront pour Hachem [comme] prélèvement (terouma)… » (verset 24), j’aurais pu penser qu’elle fût totalement interdite. Aussi est-il écrit : « il sera considéré pour les lewiim comme la récolte de la grange. » De même que ce qui appartient au yisrael est profane, de même ce qui appartient au Léwi est-il profane (Sifri)
18,31
et vous pourrez le consommer en tout lieu, vous et votre famille, car c'est un salaire pour vous, en retour de votre service dans la tente d'assignation.
En tout endroit
Y compris dans un cimetière (Sifri)
18,32
Vous n'aurez, sur ce point, aucun péché à votre charge, dès que vous aurez prélevé cette meilleure part; mais pour les saintetés des enfants d'Israël, n'y portez pas atteinte, si vous ne voulez encourir la mort."
Et vous ne porterez pas sur lui de péché…
Si en revanche vous ne prélevez pas, vous serez chargés d’un péché (Yevamoth 89b)
Et vous ne mourrez pas
Si en revanche vous profanez, vous mourrez (Bekhoroth 26b)