Voir la vidéo Télécharger la vidéo

Débat en compagnie du Rav Avraham Garcia et Rav Israël Méïr Crémisi, animé par Avraham Blatner. 

En mai 2018, lors d’un dîner “bioéthique” organisé par Emmanuel Macron à l’Elysée, le grand rabbin de France ‘Haïm Korsia a rappelé son opposition à l’euthanasie en ces termes : “toute l’éthique médicale est basée sur le refus absolu de ce qui s’est passé dans les camps de la mort et plus particulièrement à Auschwitz”.
 
Pourtant, l’actualité récente, marquée par l’affaire Vincent Lambert, nous rappelle que le sujet est toujours en suspens. Euthanasie, suicide assisté, judaïsme ont-ils vocation à trouver un terrain d’entente ?
 
1 - Que dit la loi juive sur les mesures de fin de vie assistée ?
 
2 - Alors que le judaïsme prête une importance particulière à la vie, comment notre religion peut-elle accepter l'acharnement thérapeutique, les souffrances et les fins de vie très difficiles ?
 
3 - Pourtant, le suicide peut occuper une place de sanctification du Nom Divin dans le judaïsme : dans quel cas ?
 
4 - Pourquoi le le libre-arbitre ne permet pas de choisir sa mort dans notre religion ?
 
5 - Dans le cas d’un suicide assisté - que certains pays ont déjà légalisé -, quelles sont les responsabilités des différentes parties selon l’acception de la Loi juive : le médecin, le malade, les proches ?
 
6 - Tentons de conjuguer théorie et pratique : comment faire lorsque l’on est - lo alénou - confronté à un cas d’état végétatif dans son entourage ?

Rav Avraham BLATNER