Dans la paracha de Choftim, au chapitre 20, la Torah nous dit (en parlant de la guerre): lorsque tu verras un cavalier, un char, n'aie pas peur d'eux, car Hachem ton Dieu est avec toi. Pourquoi avoir utilisé tant de fois le singulier dans cette phrase ? Que dit Rachi à ce sujet ? En quoi son commentaire rappelle-t-il la définition que donne Rav Yé'hezkel Lévinstein de la émouna, à savoir "croire que rien n'est impossible pour Hachem"? Quelles sont les implications de cette vérité, notamment en ce qui concerne le fait de prier avec plus d'intensité ?