Aujourd'hui à Paris
04:32 : Mise des Téfilines
05:56 : Lever du soleil
13:48 : Heure de milieu du jour
21:39 : Coucher du soleil
22:38 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 29 Mai 2020 à 21:25
Sortie du Chabbath à 22:47
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Epouser un homme condamné à mourir

Rédigé le Mercredi 25 Octobre 2017
La question de Jimmy C.

Bonjour,

Est-il permis qu’une femme épouse son fiancé sachant qu’il reste à son fiancé peu de temps à vivre, car condamné par la médecine ?

Quelles sont les règles et les démarches à suivre ?

Quel sera alors le statut de la femme au décès de son époux ?

Merci de votre réponse.

La réponse de Rav Avraham SOUDRY
Rav Avraham SOUDRY
71 réponses

Bonjour,

Tout d'abord, je voudrais vous dire mon admiration pour cette fiancée ! Les mots ne suffisent pas pour exprimer la considération que l'on ressent pour une personne capable de si grande abnégation et d'amour de l'autre.

Sur le plan halakhique, il n'y a aucun empêchement à contracter un tel mariage.

D'autant que "condamné par la médecine" n'a absolument aucune signification dans le langage Juif: "Même quand une épée tranchante se pose sur ton cou... garde espoir en la miséricorde d'Hachem !", affirment nos Sages (Brakhot 10a).

Seules les Tefilot sincères, l'étude de la Torah, la lecture sincère des Tehilim, et la Tsédaka sont nos repères pour exister dans ce monde organique !

Un élément reste cependant à retenir : l'épouse très vertueuse doit se renseigner auprès d'une autorité rabbinique très compétente concernant les éventuelles lois de Yiboum et 'Halitsa. Il est possible de faire ce que l'on appelle un "Tnay" avant le mariage, comme indiqué dans le Rama (Even Haézer 157,4).

C'est cette même autorité rabbinique qui pourra alors fixer son statut.

Que la miséricorde d'Hachem se déverse sans mesure sur les malades d'Israël, et en particulier sur cette personne. Amen.

Transmettez-nous son nom ainsi que celui de sa maman afin que l'on puisse prier pour lui.

Béhatsla'ha.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Avraham SOUDRY