Logo Torah-Box

Fausses lanières de Téfilines, toujours d'actualité ?

Rédigé le Mercredi 7 Août 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Concernant les fausses lanières de Téfilines, y a-t-il encore lieu de craindre aujourd'hui, après que le scandale ait éclaté, d'avoir de fausses lanières ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38848 réponses

Bonjour,

Apparemment, vous faites allusion aux lanières dont la couleur noire n'est pas imprégnée dans le cuir [même partiellement] et s'épluche en une fine pellicule noire.

Les lanières en question se trouvent, encore sur le marché.

Si vous voulez être certain que vos lanières ne soient pas "problématiques", il faut le dire à votre fournisseur ou apporter les vôtres, à un Sofer.

Voici ce qu'il faut savoir à ce sujet :

1. La couleur noire ne doit pas provenir d'un produit qu'il est interdit de consommer.

2. A priori, il est préférable que la teinte noire soit être imprégnée dans le cuir de la lanière.

3. D'après certains décisionnaires, si la teinte noire s'épluche en une fine pellicule noire, les lanières ne sont pas cachères. Voir :

Késset Hassofer, chapitre 21, Halakha 13, Michna Broura, chapitre 32, passage 185 [dans ce passage, il s'agit des Téfilines et non des lanières, mais d'après certains décisionnaires, il en est de même pour les lanières], Rav Bakchi Doron dans Binyan Av, volume 1, fin de la question 2, Rav Pin'has Tolédano dans Hadar Téfilines, page 96.

4. C'est uniquement selon le Rambam que le côté des lanières en contact avec la peau doit être, également, noir. Voir Techouvot Véhanhagot, volume 2, question 22 et Chévet Halévi, volume 9, question 16.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Lois & Récits de CACHEROUTE

Lois & Récits de CACHEROUTE

Lois et récits définissant l'approche d'un Juif à l'égard de la nourriture et de sa consommation. 

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN