Voir la vidéo Télécharger la vidéo

1. Quand il y a des problèmes à la maison, la femme n'est-elle pas la première responsable ?

2. Quelle est la frontière entre responsabilité et culpabilité ?

3. Que dire à ces gens qui n’osent pas parler de cette situation de violence verbale ou physique ?

4. Que conseillerez-vous à une femme/homme qui a été frappé pour la première fois ? Est-ce un point de non-retour ?

5. S'ils en parlent à leurs amis ou famille, est-ce du Lachone Hara' ?

6. Est-il préférable que le conjoint violenté s’adresse à un professionnel du couple, à sa famille ou à un Rav ? Le Rav a-t-il une légitimité ou va-t-il juste tout faire pour empêcher un divorce ?

7. Est-ce une Mitsva de parler quand on sait qu’un ami est victime de violence conjugale ou doit-on craindre de devenir un délateur ?

Yossef NABETH - © Torah-Box