Voir la vidéo Télécharger la vidéo
Débat en compagnie de Rav Tsion Taieb et de Rav Israël-Méir Crémisi, animé par Yossef Nabeth.
 
Suite à la 'Akéda et au presque sacrifice d'Its'hak, Avraham confie à son serviteur Eli'ézer la lourde tâche de trouver une femme à son fils. La Torah décrit très précisément l'action de l'arrangeur jusqu'à l'accord de la jeune fille.
 
Le terme “Chidoukh” est d’origine araméenne ; dans la littérature rabbinique, il signifie “négocier", "arranger".
 
Ce système a-t-il encore de l'avenir à l'heure du romantisme et de l'amour 2.0 ?

1. Comment fonctionne un Chidoukh ? Y a-t-il des différences notoires selon les tendances du judaïsme orthodoxe ?

2. Ce système n'est-il pas un "tue-l'amour" ?

3. D'évidence, les risques de divorce doivent être plus grands ?

4. Si les gens divorcent moins, c'est juste à cause des pressions sociales.

5. L'argent dans les Chidoukhim est-il quelque chose d'important ? 

6. Recommandez-vous ce système pour les gens non-religieux ?
Yossef NABETH