Logo Torah-Box
Limoud au féminin
Bienvenue sur "Limoud au féminin", un programme d'étude quotidienne destiné à la gent féminine. C'est gratuit, court, varié. Inscrivez-vous et profitez-en !
Newsletter Limoud au féminin

Pour recevoir gratuitement chaque matin Limoud au féminin - l'étude de la femme juive, indiquez votre adresse e-mail dans le champ ci-dessous :

Etude n°249 du Mercredi 19 Juin 2024 (Béhaalotékha)

Perle de Paracha : « Moché dit à (…) [son] beau-père : Nous partons pour la contrée (…) Viens avec nous, nous te rendrons heureux. » (Bamidbar 10, 29)

Nos Sages expliquent (Chémot Rabba 4, 2) au sujet du verset « Moché s’en retourna chez Yitro, son beau-père, et lui dit : “Je voudrais partir, retourner près de mes frères” » (Chémot 4, 18) qu’au moment où Hachem dit à Moché : « Et maintenant va, je te délègue vers Par’o » (ibid. 3, 10), celui-ci protesta : « Maître du monde, je ne le peux pas, parce que Yitro m’a accueilli et ouvert la porte de sa maison comme un fils, et je lui suis donc redevable. »

Dans le même ordre d’idées, lorsque Hachem lui donna la Mitsva « Exerce sur les Midyanites la vengeance (…) » (Bamidbar 31, 2), « Moché les envoya en campagne (…), Pin’has, fils d’Él’azar Hacohen » (ibid. 6). Et ’Hazal de demander (Yalkout Chim’oni ad loc.) : Hachem demande à Moché d’exercer sa vengeance, et ce dernier délègue d’autres hommes à sa place ! Du fait qu’il avait été accueilli par les Midyanites, il ne voulait pas leur rendre le mal pour le bien.

Santé selon la Torah : La vitamine A – utilisation thérapeutique

Elle aide dans le traitement des allergies, de l’alcoolisme, de l’acné, des dérèglements dans la production d’adrénaline, des sensations de brûlure et de picotement, de la dépression, de l’eczéma, de l’accoutumance aux médicaments, de la bruxomanie (grincement de dents), des maux de tête, de la fatigue, de l’épilepsie, de l’hyperactivité, des infections, des problèmes de sommeil, des contractures au niveau des jambes, des problèmes digestifs, de la sclérose en plaques, des nausées, des névrites, des problèmes de croissance, des varices, de l’arthrite, de la tuberculose, du stress.

Éducation : Comment identifier les troubles d’apprentissage ?

On peut les identifier en dernière année de maternelle, à travers des difficultés de langage et de raisonnement : problèmes de prononciation, vocabulaire pauvre, manque d’intérêt pour les histoires, difficulté à se rappeler des noms, les couleurs, les chiffres et les lettres, utilisation exagérée de termes passe-partout comme « ça », « alors », désorganisation du discours et emploi de phrases mal structurées.

Cacheroute : Précision sur la notion de « Tosséfèt Chévi’it »

À notre époque, la Tosséfet Chévi’it (litt. « ajout de la septième [année] ») n’est plus en vigueur, et c’est pourquoi l’interdiction de travailler les champs démarre à partir de Roch Hachana de la septième année. Cependant, il est interdit de planter un arbre fruitier à partir du 16 Av de la sixième année, soit 44 jours avant l’année de Chémita.

Lois quotidiennes : Oraisons funèbres pour les femmes

De même que l’on prononce des Hespédim, des éloges funèbres pour les hommes, on le fait pour les femmes, selon leurs mérites. Lorsque la défunte était une femme mariée, on louera tant son comportement vis-à-vis de ses parents que vis-à-vis de son mari. Cependant, les femmes ne prononcent pas d’éloges funèbres.

D’après nos Sages, l’ange de la mort avertit Rabbi Yéhochou’a ben Lévi : « Ne te tiens pas devant les femmes lorsqu’elles reviennent [des obsèques] du mort, parce que je danse et viens en face d’elles, une épée à la main, et que j’ai toute licence de faire du mal ! » (Brakhot 51) Pour cette raison, les hommes ont l’habitude, lorsqu’ils reviennent de funérailles, de suivre un autre chemin que les femmes, afin de ne pas en croiser.

Il est interdit d’arracher ne serait-ce qu’un cheveu du mort, ainsi que de s’arracher les cheveux sous l’effet de la peine. Le fait de s’entailler la peau est tout aussi interdit. Il faudra réprimander celles qui se blessent de cette manière, transgressant ainsi un interdit de la Torah.

Récit du Jour : Par le mérite des femmes vertueuses

Quand Rabbi David de Zablotow, gendre de Rabbi Moché Leib de Sassov, tomba gravement malade, sa femme, la Rabbanite Passa-Léa, une grande Tsadékèt, ne quittait pas son chevet. Elle passa des journées entières à se répandre en supplications et prières jusqu’à ce que, grâce à D.ieu, il guérît.

Avec un sourire de gratitude, il lui dit : « À présent, ma chère épouse, j’ai compris grâce à toi pourquoi le Midrach compte parmi les fautes de Nadav et Avihou, fils d’Aharon, le fait qu’ils étaient restés célibataires. En quoi cela méritait-il la mort ? C’est que s’ils s’étaient mariés, ils auraient peut-être mérité d’épouser des femmes fidèles et vertueuses comme toi. Or, celui qui a une telle femme est à l’abri de la mort ! »

Télécharger & Imprimer l'étude du jour !
Newsletter Torah-Box

Pour recevoir chaque semaine les nouveaux cours et articles, inscrivez-vous dès maintenant :

19 Juin 2024 - 13 Sivan 5784

  • 04:39 Mise des Téfilines
  • 05:44 Lever du soleil
  • 13:11 Heure de milieu du jour
  • 20:38 Coucher du soleil
  • 21:25 Tombée de la nuit

Chabbath Béhaalotékha
Vendredi 21 Juin 2024

Entrée à 20:21
Sortie à 21:29


Changer de ville