Logo Torah-Box

Donner des restes de pain aux oiseaux

Rédigé le Mercredi 6 Mars 2019
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Mon mari pose à la fenêtre des morceaux de pain pour les oiseaux et il lui arrive aussi d'en jeter sur le toit en face de chez nous, car les oiseaux y sont nombreux.

Ces morceaux de pain sont mangés par les oiseaux et des fois disparaissent.

Je souhaiterais savoir si cela est autorisé, car je sais que le respect des restes de pain est très important, entre autre pour la Parnassa ?

Je vous remercie pour votre réponse.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38671 réponses

Bonjour,

1. Votre mari fait une immense Mitsva [même s'il s'agit des restes du Chabbath]. Qu’il soit béni ! Voir Michna Broura, chapitre 171, fin du passage 11, Pisské Techouvot, chapitre 171, passage 8 et Ets Hassadé, chapitre 22, Halakha 1.

2. Une fois que les restes de pain [non consommables] sont posés sur la « table des oiseaux », vous n’avez plus aucune responsabilité.

3. Dans la mesure du possible, il faut poser le pain à l’endroit où les oiseaux viendront le consommer. Si cela n’est vraiment pas possible, il est possible de le lancer, mais avec un cœur pincé.

4. Il est à noter que Rabbi 'Haïm Fallaggi conseille vivement de nourrir les animaux [avec des aliments que l'on n'a pas l'intention de consommer], car ils iront plaider en notre faveur en priant Hachem d'avoir également pitié de celui qui les a nourri. Roua'h 'Haïm, Ora'h 'Haïm, chapitre 605, passage 2 et Réfoua Vé'haïm, chapitre 12, passage 74.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Lumières sur la Paracha (Bamidbar)

Lumières sur la Paracha (Bamidbar)

Chaque paracha du livre de Bamidbar fait l'objet d'une étude approfondie et novatrice par le Rav Emmanuel Bensimon qui traitera notamment de 2 notions fortes : l'acceptation de la Torah par le peuple Juif et son entrée en Terre Sainte.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN