Torah PDF

Torah écrite (pentateuque) » Genèse (Berechit)

Chapitre 16

Afficher le commentaire de RachiAfficher en Hébreu Télécharger le PDF
16,1
Saraï, épouse d'Abram, ne lui avait pas donné d'enfant. Elle avait une esclave égyptienne nommée Agar.
Une servante égyptienne

Elle était la fille de Pharaon. Lorsque celui-ci a vu les miracles dont avait bénéficié Sara, il s’est dit : « Mieux vaut que ma fille soit servante dans la maison de cet homme, plutôt que maîtresse de la maison d’une autre ! » (Beréchith raba 45, 1)

16,2
Saraï dit à Abram: "Hélas! l'Éternel m'a refusé l'enfantement; approche-toi donc de mon esclave: peut-être, par elle, aurai-je un enfant." Abram obéit à la voix de Saraï.
Peut-être

D’où nous apprenons que celui qui n’a pas d’enfant n’est pas « construit », [en ce que son nom ne sera pas perpétué], mais « détruit » (Beréchith raba 45, 2)

Par elle j’aurai un enfant

Par le mérite que je me serai acquis en introduisant ma rivale dans ma maison

La voix de Saraï

L’esprit saint qui parlait par sa voix

16,3
Saraï, épouse d'Abram, prit Agar l'Egyptienne, son esclave, il y avait dix ans qu’Abram demeurait au pays de Canaan; et elle la donna à son époux Abram pour qu'elle lui servît de femme.
Saraï prit

Elle la « prit », [la persuada] par des paroles : « Réjouis-toi du privilège qui sera le tien de t’unir à un homme aussi saint ! » (Beréchith raba 45, 3)

Au bout de dix années

C’est le délai fixé pour une femme restée dix ans sans enfants. Son mari est alors tenu d’épouser une autre femme (Yevamoth 64a, Beréchith raba 45, 3)

De séjour d’Avram

Le texte signale ici que son séjour hors d’Erets Israël ne comptait pas. La promesse : « je te ferai devenir une grande nation » (supra 12, 2) n’a été formulée qu’après son arrivée dans ce pays

16,4
Il s'approcha d'Agar, et elle conçut. Quand elle vit qu'elle avait conçu, sa maîtresse devint l'objet de son dédain.
Il vint vers Hagar

Dès le premier rapport (Beréchith raba 45, 4)

Sa maîtresse devint méprisée à ses yeux

Elle s’est dit : « Cette Saraï, sa personnalité profonde ne ressemble pas aux apparences extérieures. Elle se donne des airs de femme vertueuse, mais elle n’est pas une femme vertueuse, puisqu’elle n’a pas mérité, toutes ces années, de devenir enceinte, alors que je le suis devenue, moi, dès le premier rapport ! »

16,5
Saraï dit à Abram : "Mon injure est la tienne. Moi-même, j'ai placé mon esclave dans tes bras; or, elle a vu qu'elle avait conçu, et je suis devenue méprisable à ses yeux. L’Éternel prononcera entre moi et toi."
Mon injure (‘hamassi) est la tienne

L’injure qui m’est faite, je t’en ferai subir le châtiment. Quand tu as prié le Saint béni soit-Il, en ces termes : « que me donneras-tu, alors que je m’en vais sans postérité ? » (supra 15, 2), tu n’as prié que pour toi. C’est pour nous deux que tu aurais dû prier, et alors j’aurais été exaucée avec toi (Beréchith raba 45, 5). De plus, tu me frustres (‘homés) de tes paroles, lorsque tu entends l’injure qui m’est faite et que tu te tais 

Moi... entre moi et entre toi

Toutes les fois que l’on trouve dans la Tora le mot beinèkha (« entre toi »), il est écrit dans une forme défective, [avec un seul yod], alors qu’il est écrit ici avec deux yod. On peut donc le lire beinayikh, [comme si Saraï s’adressait à Hagar, et non à Avram]. Saraï a jeté un regard mauvais sur la grossesse de Hagar, laquelle a avorté. C’est pourquoi l’ange dira à Hagar : « Tu “es” enceinte ! » (verset 11). Mais ne l’était-elle pas déjà ? Ce qu’il lui annonce, c’est qu’elle va le devenir, et donc que la première grossesse n’avait pas abouti

16,6
Abram dit à Sarai: "Voici, ton esclave est dans ta main, fais-lui ce que bon te semble." Sarai l’humilia, et elle s’enfuit de devant elle.
Saraï l’humilia

Elle l’a asservie avec dureté (Beréchith raba 45, 6)

16,7
Un envoyé du Seigneur la trouva près d'une source d'eau, dans le désert, près de la source sur le chemin de Chour.
16,8
Il dit: "Agar, esclave de Saraï, d'où viens tu, et où veux-tu aller?" Elle répondit: "Je fuis de devant Saraï, ma maîtresse."
D’où viens-tu

Il le savait pourtant ! Mais c’était une manière d’engager la conversation avec elle. Quant à l’expression eï mizè (« d’où »), elle signifie : où est l’endroit dont tu puisses dire : « c’est de là que je viens » 

16,9
L'envoyé du Seigneur lui dit: "Retourne chez ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main."
L’ange lui dit...

Pour chaque parole [contenue aux versets 9, 10 et 11], un autre ange lui était envoyé. C’est pourquoi le mot « ange » est répété chaque fois (Beréchith raba 45, 7)

16,10
L'envoyé du Seigneur ajouta: "Je rendrai ta race très nombreuse, tellement qu'elle ne pourra être comptée."
16,11
L'envoyé du Seigneur lui dit encore: "Te voici enceinte, et près d'enfanter un fils; tu énonceras son nom Ismaël, parce que Dieu a entendu ton affliction.
Tu es enceinte

Lorsque tu reviendras, tu seras enceinte. De même : « tu seras enceinte » (Choftim 13, 7) adressé à la femme de Manoa‘h

Tu engendreras un fils

Le mot weyoladt (« tu engendreras ») associe grammaticalement le passé (weyaladt) et le participe (weyolèdèth), comme dans : « O toi, qui demeures (yochavt) sur le Liban, qui fixes ton nid (meqounant) sur les cèdres » (Yirmeya 22, 23)

Tu appelleras son nom (weqarath chemo) Yichma‘el

C’est un ordre [adressé à Hagar, et donc au féminin], tout comme au masculin : « tu appelleras son nom (weqaratha eth chemo) Yits‘haq », [ordre qui sera adressé à Avraham] (infra 17, 19)

16,12
Celui-ci sera un onagre parmi les hommes: sa main sera contre tous, et la main de tous contre lui; mais il se maintiendra à la face de tous ses frères."
Un homme sauvage

. Aimant les vastes espaces pour y chasser les bêtes sauvages, ainsi qu’il est écrit : « il s’installa dans le désert, il devint tireur d’arc » (infra 21, 20)

Sa main sera contre tous

Il sera un brigand (Beréchith raba 45, 9)

Et la main de tous contre lui

Ils l’auront tous en haine et le combattront

Et il demeurera à la face de tous ses frères

Il aura une nombreuse descendance

16,13
Et elle proclama ainsi le nom de l'Éternel qui lui avait parlé: "Tu es un Dieu visible!
Tu es le Qél de ma vision

Le mot roï (« de ma vision ») est ponctué d’un ‘hataf qamats (« petit qamats »), parce que c’est un substantif. C’est le Dieu de la vision, qui voit les blessures faites aux humiliés (Beréchith raba 45, 10)

N’ai-je pas vu

Elle exprime ici sa surprise. Pouvais-je penser que même ici, dans le désert, je verrais les anges de Dieu, « après en avoir vu » dans la maison d’Avram, où j’avais l’habitude de voir des anges ? Et la preuve qu’elle avait l’habitude d’en voir, c’est que Manoa‘h, lorsqu’il en a vu un pour la première fois, s’est exclamé : « nous sommes morts ! » (Choftim 13, 22), tandis que Hagar en a vu à quatre reprises, sans manifester la moindre frayeur (Beréchith raba 45, 7)

16,14
C'est pourquoi on appela cette source "la source du Vivant-qui-me-voit"; elle se trouve entre Cadès et Béred.
Le puits du vivant de ma vision

Traduction du Targoum : « le puits où l’ange vivant m’est apparu »

16,15
Agar enfanta un fils à Abram; et Abram nomma son fils, qu'avait enfanté Agar, Ismaël.
Avram appela le nom de son fils

Bien qu’Avram n’ait pas entendu les paroles de l’ange qui avait dit à Hagar : « tu appelleras son nom Yichma‘el » (verset 11), l’esprit saint qui était en lui l’a incité à attribuer ce nom à son fils

16,16
Abram était âgé de quatre-vingt-six-ans, lorsque Agar lui enfanta Ismaël.
Et Avram était âgé de quatre-vingts ans et six ans

Cette phrase est à l’éloge de Yichma‘el : il aura treize ans lorsqu’il se fera circoncire, et il ne s’y opposera pas

Soyez le premier à commenter ce cours !
Newsletter Torah-Box

Pour recevoir chaque semaine les nouveaux cours et articles, inscrivez-vous dès maintenant :

Pourim
Chaque juif devra donner...
Torah-Box distribue votre don le jour même !
Soit € après réduction d'impôts*

28 Février 2021 - 16 Adar 5781

  • 06:33 Mise des Téfilines
  • 07:34 Lever du soleil
  • 13:03 Heure de milieu du jour
  • 18:32 Coucher du soleil
  • 19:17 Tombée de la nuit

Chabbath Ki-Tissa
Vendredi 5 Mars 2021

Entrée à 18:22
Sortie à 19:29


Changer de ville