A travers des propos de Rav Chimchon Raphaël Hirsch, ce cours montre l'importance d'apprendre aux enfants comment bien réagir lorsque des gens, dans leur entourage, pensent différemment d'eux. 

Dans la vie quotidienne, nous aimerions bien avoir toujours de bonnes relations avec notre entourage. Cependant, il arrive très souvent que nous ne soyons pas du tout d'accord avec au moins l'un de ses membres... 

Lorsqu'un homme et sa femme ne sont pas d'accord et que chacun expose à l'autre des arguments pour justifier sa position, ils n'aiment généralement pas que leurs jeunes enfants assistent à ce genre de débat. Alors, souvent, ils y mettent (momentanément) fin, par un rapide "Chut ! Les enfants entendent...". 

Mais les enfants ne sont pas dupes... Il ne sert à rien d'essayer de leur faire croire qu'il n'y a jamais de désaccord entre leurs parents, alors qu'il est tout simplement impossible que ces derniers soient tout le temps d'accord sur tout... 

D'un autre côté, il n'est évidemment pas non plus bon de les mettre au courant de toutes les disputes du couple... 

Lorsqu'on entend parler de personnes comme Moché Rabbénou ou nos patriarches, on pourrait facilement penser : "Ils sont tellement mieux que moi ! Comment est-ce que je pourrais raisonnablement espérer arriver un jour à leur niveau ? Si eux ont échoué dans tel ou tel domaine, il est sûr que je n'y arriverai pas non plus...". 

Rav Chimchon Raphaël Hirsch explique que nous devons un peu expliquer à nos enfants que les Avot étaient des êtres humains ; et que s'ils sont devenus aussi grands, ce n'est pas par un coup de baguette magique, mais parce qu'ils ont fait beaucoup d'efforts pour cela. 

Si des parents font croire à leurs enfants que tout se passe toujours très bien entre eux, les enfants risquent fortement de ne pas savoir gérer la divergence d'opinion dans leur couple, une fois qu'ils seront eux-mêmes mariés. 

Si par contre ils leur apprennent que même lorsqu'on pense différemment, on est capable de discuter ensemble pour trouver un terrain d'entente, les enfants sauront que même lorsqu'il y a un désaccord, on peut trouver une solution. 

Parfois, des enfants reviennent de l'école très énervés contre tel ou tel camarde de classe qui les a embêté ; et le parent, naturellement, prend la défense de son enfant. 

Il ne se dit pas forcément : "Il y a sûrement d'autres enfants qui se sont aussi disputés avec l'enfant "insupportable", mais qui se sont ensuite réconciliés avec lui. Comment se fait-il que mes enfants soient encore tellement énervés contre ce même garçon ?". 

Lorsqu'un enfant n'arrive pas à se réconcilier avec ses amis, c'est peut-être parce que, chez lui, il n'a pas vu ses parents penser différemment l'un de l'autre, et ensuite discuter ensemble pour trouver une solution qui leur conviennent aux deux. 

Nous devons apprendre à nos enfants que même lorsqu'une personne pense différemment de nous, il est possible de bien s'entendre avec elle. 

Dans la Torah, plusieurs personnes ont été confrontées à un différend, qu'elles ont su gérer. 

La Torah n'essaye pas de nous faire croire que tout se passe toujours à merveille dans les relations humaines. Elle nous dit, par exemple, que même un homme de l'envergure de Moché Rabbénou a eu un problème de couple ; mais il a su le gérer. 

Les parents ne doivent évidemment pas faire exprès de se bagarrer devant leurs enfants pour leur montrer qu'il leur arrivent de se disputer ! 

Ils doivent leur apprendre que même lorsqu'on pense différemment, on peut bien s'entendre. Et que si on ne s'est pas bien entendu, on peut essayer de se rattraper en s'excusant auprès de la personne qu'on a blessée verbalement, ou en lui préparant une surprise qui lui fera plaisir. 

Même lorsqu'on s'est mal comporté, on peut transformer cet échec en succès, en discutant de cet événement avec les enfants. On aura ainsi l'occasion, grâce à ce qu'il s'est passé, de leur transmettre des enseignements qui pourront les aider toute leur vie. 

Par contre, si on essaye de leur faire croire qu'il n'y a jamais de disputes entre les parents, non seulement on leur aura menti ; mais en plus, il y a de fortes chances qu'ils aient du mal à gérer les conflits lorsqu'ils y seront confrontés. 

Retranscription : Léa Marciano