Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:26 : Mise des Téfilines
08:33 : Lever du soleil
13:02 : Heure de milieu du jour
17:32 : Coucher du soleil
18:21 : Tombée de la nuit

Paracha Michpatim
Vendredi 28 Janvier 2022 à 17:23
Sortie du Chabbath à 18:34

Hiloulot du jour
Rav Ovadiah Hadayah
Afficher le calendrier

Chemita : moment précis du Bi'our

Rédigé le Mercredi 17 Septembre 2014
La question de Anonyme

Chalom Rav,

Concernant la Mitsva de Bi'our (destruction) des fruits et légumes de la Chemita.

A partir du moment où un certain fruit ne se trouve plus dans les champs, il est interdit d'en consommer et il est obligatoire de le faire disparaître de la maison.

Ma question est : quand précisément doit-on procéder au Bi'our ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28880 réponses

Chalom,

- D'après certains décisionnaires, si le moment où un fruit ne se trouve plus dans les champs arrive dans la matinée, il est possible de procéder au Bi'our jusqu'au coucher du soleil de la même journée. Selon d'autres, le Bi'our doit se faire dès que possible.

- S'il n'y a plus de fruits sur les arbres mais qu'il y en a encore sur le sol, le temps du Bi'our n'est pas encore arrivé.

- Les champs que l'on prend en considération pour fixer le moment du Bi'our sont ceux des agriculteurs ayant respecté les lois de la Chemita et dont les fruits ont été mis à la disposition de tous. C'est pourquoi, le moment du Bi'our est arrivé lorsqu'il n'y a plus de fruits dans ces champs, même s'il y en a dans ceux qui "ignorent" les lois de la Chemita.

- Si le moment du Bi'our de deux fruits arrive dans la même journée, il n'est pas possible de conserver la quantité de trois repas pour chacun des fruits.

Exemple :

Si le moment où les pommes et les poires ne se trouvent plus dans les champs survient dans la même journée, le calcul de la quantité à conserver avant de procéder au Bi'our se fait en fonction des pommes ou des poires consommées durant le repas. Il n'est pas possible de conserver une double quantité [pommes et poires].

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN