Paracha Bé'houkotaï
Prochaine fête : Lag Baomer (dans 3 jours)
Contactez-nous
Projet dédié par un généreux donateur
Projet dédié par un généreux donateur

Des femmes qui se rasent la tête ?!

Rédigé le Mercredi 15 Mai 2019
La question de Anonyme

Chalom,

J'ai lu sur un site 'Habad que, durant longtemps, la coutume des femmes Juives étaient de se raser la tête en-dessous de leur foulard, et je sais que ça existe encore de nos jours.

Mais je ne comprends pas : une femme doit couvrir ses cheveux car c'est considéré comme une "nudité" réservée à son mari, or, si elle se rase le crâne, elle n'a plus rien à montrer à son mari dans l'intimité !

De plus, pardonnez mon franc-parlé, mais c'est vraiment "moche". Si ma femme se rase la tête sous la perruque ou le foulard, je n'aurais pas du tout envie d'avoir une intimité avec elle, c'est plus que repoussant. Et garder le foulard ou une perruque n'est pas super non plus, loin de là...

Pourquoi donc enlaidir les femmes en les rasant, pour certaines ? Déjà qu'avoir la tête couverte, c'est très dur pour elles (et pour nous aussi, ne le cachons pas), mais là...

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
14804 réponses

Bonjour,

La coutume en question n’a jamais été adoptée par toutes les femmes du peuple juif. Que ce soit au sein des communautés Séfarades, ou au sein des communautés Ashkénazes.

Voir Nétivot Hama'arav [édition 5766], page 248, Halakha 13, Maguène Avot-Yoré Déa [édition 5771], page 147, Atéret Avot, volume 3 [édition 5775], page 231, Halakha 18, ‘Alé Hadass [édition 5770], pages 826-827, Igrot Moché, Yoré Déa, volume 2, réponse 80, Iguerot Moché, Even Haézer, volume 1, réponse 59, Divré Yatsiv [Rav Yékoutiel Yéhouda Halberstam], Even Haézer, réponse 80, Michné Halakhot, volume 13, réponse 142, Min’hat Its’hak, volume 7, réponse 3, Chévet Halévi, volume 4, réponse 109.

Dans les communautés où l’on agit ainsi, c’est soit par crainte que des cheveux apparaissent en dehors du foulard ou de la perruque, soit pour éviter tout risque de ‘Hatsitsa au moment du Mikvé [et chaque femme de ces communautés accomplissait cette Mitsva avec la plus grande joie]. Voir certaines références précitées.

Dans les communautés où l’on n’agit pas de la sorte, on préfère éviter ces risques en étant vigilant et en ne faisant pas supporter à la communauté des manières de faire, absolument pas obligatoires et difficilement acceptables.

Vous êtes sensé, brillant et intelligent. Donc il n’est pas nécessaire de commenter davantage.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Haut de page