Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:39 : Mise des Téfilines
06:01 : Lever du soleil
13:47 : Heure de milieu du jour
21:34 : Coucher du soleil
22:31 : Tombée de la nuit

Paracha Bé'houkotaï
Vendredi 27 Mai 2022 à 21:22
Sortie du Chabbath à 22:44
Afficher le calendrier

Héter Mékhira & vente du 'Hamets, quelle différence ?

Rédigé le Mardi 21 Septembre 2021
La question de David P.

Bonsoir,

En quoi le Héter Mékhira serait moins valable qu’un contrat de vente de 'Hamets ?

Merci d’avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
30509 réponses

Bonjour,

Vous désirez savoir pourquoi la fameuse vente du 'Hamets est, apparemment, acceptée par la majorité des décisionnaires alors que la "vente des terres" ayant pour but d'éviter certaines restrictions de la Chemita n'est absolument pas valide selon la plupart d'entre eux.

Voici l'un des arguments avancés par les décisionnaires expliquant la différence entre ces deux "ventes" :

Pour qu'une vente soit effective et réelle et pour qu'il y ait un changement de propriété, il est nécessaire que le vendeur veuille SINCÈREMENT se défaire de l'objet mis en vente [Gmirout Da'at].

La vente n'est pas une "cérémonie protocolaire", c'est une transaction commerciale qui doit être sérieuse, réfléchie et conséquente.

Pour rien au monde l'agriculteur ne se séparera de sa "chère" terre, même si l'acheteur non-juif proposait une très forte somme.

Il est vraiment plus facile de supporter les "restrictions" de la Chemita plutôt que de renoncer à une parcelle de terre en Israël.

De nombreux décisionnaires affirment donc, que la DÉTERMINATION du vendeur de la terre est remise en question et la validité de la vente est remise en question.

Il en est de même pour l'acheteur non-juif, il sait pertinemment qu'il ne parviendra jamais à acquérir les terres qui lui sont proposées. A titre d'exemple, en 5775, la somme requise s'élevait à : 125.000.000.000 [125 milliards] de Chékel.

Il est à noter que dans le contrat de vente, il y a un paragraphe annulant la vente rétroactivement dans l'éventualité où l'acheteur ne la revend pas au vendeur, ce qui est problématique.

En ce qui concerne la vente du 'Hamets, les choses sont totalement différentes :

Le vendeur du 'Hamets veut ABSOLUMENT s'en défaire afin de ne pas transgresser l'interdiction d'en posséder. Il est vraiment DÉTERMINÉ à s'en séparer pour toujours. Si le non-juif décide de CONCRÉTISER la vente et de s'approprier le 'Hamets, le vendeur - qui, bien entendu, recevra la contrepartie monétaire de son 'Hamets - n'y verra aucun inconvénient, bien au contraire. Donc, pourquoi la vente ne serait-elle pas valable ?

'Hazon Ich, chapitre 35 sur Talmud Sanhédrin et chapitre 27, passage 7 sur Massékhet Chevi'it, Chemitat Karka'ot [Rav Tsvi Cohen], édition 5768, page 307, note 11, Or Létsion, Cheviit, pages 12-13 de l'introduction à l'ouvrage.

Tout n'a pas été dit à ce sujet. Il y a d'autres facteurs expliquant la différence. Voir ici :

https://he.wikipedia.org/wiki/%D7%94%D7%99%D7%AA%D7%A8_%D7%9E%D7%9B%D7%99%D7%A8%D7%94

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : 'Hazon Ich, Chemitat Karka'ot.
Questions au Rav Dayan (tome 6)

Questions au Rav Dayan (tome 6)

L’équipe Torah-Box est fière de vous présenter le tome 6 de la série “Questions au Rav Dayan”, composé de 350 questions reçues par des Juifs à travers le monde sur le site Torah-Box depuis l’année 2014 à partir de laquelle Rav Gabriel Dayan a commencé à y répondre avec une précision rare et une persévérance de tous les instants.

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN