Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:24 : Mise des Téfilines
08:31 : Lever du soleil
13:03 : Heure de milieu du jour
17:35 : Coucher du soleil
18:24 : Tombée de la nuit

Paracha Michpatim
Vendredi 28 Janvier 2022 à 17:23
Sortie du Chabbath à 18:34

Hiloulot du jour
Rav Mena'hem Mendel De Kotzk
Afficher le calendrier

Mes frères veulent tout l'héritage, et les filles ?

Rédigé le Lundi 22 Novembre 2021
La question de Anonyme

Bonjour,

Nous sommes trois filles et trois garçons. Suite au décès de nos parents vivant en France, mon frère cadet veut faire impasse sur la loi de double part de l'ainé, mais il veut partager les bijoux et les biens de mes parents entre les trois garçons uniquement.

D'autre part, un des enfants est Rav. Peut-il se proclamer Rav du litige entre enfants s'il y a ses propres intérêts dans la mésentente ou doit-on contacter un autre Rav et pas qu'il propose non plus son Rav a lui ?

J'attends un éclairage.

Merci beaucoup.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28931 réponses

Bonjour,

1. Si les parents ont signé un testament conforme aux exigences de la Halakha, le problème ne doit pas se poser. C'est une chose à vérifier avant tout. Pit'hé 'Hochen, chapitre 4, Halakha 28-29.

2. Le frère aîné ne reçoit une double part que s'il s'agit de l'héritage du père et non sur l'héritage de la mère. Donc, il faut vérifier si le papa n'avait pas signé un document [donation] de son vivant.

3. Lorsqu'une fille est l'aînée, le garçon qui vient ensuite ne reçoit pas une double part. 

4. S'il n'y a pas de testament, l'héritage revient aux garçons, selon la Halakha. Pit'hé 'Hochen, chapitre 1, Halakha 2.

5. Si les filles renoncent à l'héritage, elles doivent signer un formulaire de refus / renonciation à la succession [déposé au greffe du tribunal d'instance].

6. Certains décisionnaires pensent qu'un tribunal rabbinique ne peut pas obliger les filles à signer le formulaire en question. Darké Horaa, volume 3, pages 109-114, Pit'hé 'Hochen, chapitre 1, note 2.

7. Pour éviter les discordes, les frères et sœurs doivent se présenter face à un tribunal rabbinique qu'ils choisiront d'un commun accord. Pour le bien de tous, il faudra éviter de choisir un des frères pour arbitrer le litige.

8. S'ils ne se mettent pas d'accord ou si l'un des deux partis ne "baisse pas la tête", c'est bien dommage, car les pertes risquent d'être considérables pour tous.

9. Quoi que l'on ressente, il faut s'en remettre à notre sainte Torah et accepter ce qu'elle nous propose, les yeux fermés. En décidant de se présenter face à un tribunal rabbinique, il n'y a rien de mal à craindre.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.
Mékorot / Sources : Darké Horaa, Pit'hé 'Hochèn.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN