Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:27 : Mise des Téfilines
08:35 : Lever du soleil
13:02 : Heure de milieu du jour
17:28 : Coucher du soleil
18:18 : Tombée de la nuit

Paracha Yitro
Vendredi 21 Janvier 2022 à 17:12
Sortie du Chabbath à 18:24
Afficher le calendrier

Nous ne faisons pas Ta'hanoun à Min'ha, pourquoi ?

Rédigé le Dimanche 13 Août 2017
La question de Naphtali F.

Chalom,

Dans ma communauté, on ne fait jamais Ta'hanoun à Min'ha, quoi qu'il arrive. Il en est de même pour le paragraphe "Baroukh Hachem Lé'olam" de 'Arvit, alors que j'habite en France.

Pourquoi ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28877 réponses

Bonjour,

En effet, il existe certaines communautés où les Ta’hanounim ne sont pas récités durant la prière de Min’ha.

Explications :

1. Durant la prière de Min’ha, il faut réciter le passage des Ta’hanoun [ou Néfilat Apayim pour les Ashkénazes]. Ceci est mentionné explicitement dans le Tour, chapitre 234 - rapporté par le Michna Broura, chapitre 234, passage 7.

2. Dès que la nuit est tombée, on ne récite pas les Ta’hanounim et Néfilat Apayim. Cette Halakha tire son origine dans la Kabbala et il s’agit d’une chose grave. Voir Yalkout Yossef, chapitre 131, Halakha 19 et Pisské Techouvot, chapitre 131, passage 13.

3. Durant la période de Bène Hachemachot [depuis la Chki’a jusqu’à l’heure de la sortie des étoiles] : il n’est pas interdit de réciter les Ta’hanounim. Voir Yalkout Yossef, chapitre 131, Halakha 19 et Halakha Broura, volume 7, page 24. Cependant, dans de nombreuses communautés, on ne récite plus les Ta’hanounim. Voir Kaf Ha’haïm, chapitre 131, passage 51 [apparemment, contradiction avec passage 27] et Pisské Techouvot, chapitre 131, passage 13.

4. Etant donné la gravité de réciter les Ta’hanounim après la tombée de la nuit et étant donné que dans certaines communautés, il est habituel de réciter la prière de Min’ha après le début de la Chki’a, il a été instauré dans certaines communautés de ne jamais réciter les Ta’hanounim durant la prière de Min’ha.

5. Pratiquement : tant que l’heure de la Chki’a n’est pas arrivée, il est permis de réciter les Ta’hanounim - d’une manière discrète - si l’on se trouve dans une communauté où on ne les récite pas.

D’après certains, on peut ne pas les réciter.

Voir Iché Israël, chapitre 25, note 46 et Pisské Techouvot, chapitre 131, fin du passage 13, Michné Halakhot, volume 8, question 28.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN