Aujourd'hui à Paris
05:37 : Mise des Téfilines
06:47 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:01 : Coucher du soleil
21:50 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 23 Août 2019 à 20:33
Sortie du Chabbath à 21:41

Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Projet dédié par un généreux donateur

Pourquoi un droitier met les Téfilines sur le bras gauche ?

Rédigé le Mardi 23 Juillet 2019
La question de Anonyme

Bonjour,

J'aimerais comprendre pourquoi un droitier doit mettre ses Téfilines sur le bras gauche et non sur son bras le plus fort ?

Ou bien tout simplement, mettre sur le bras doit, que l'on soit gaucher ou droitier, du fait que la force d'Hachem est représentée par la droite et que, dans la Torah, presque toute action doit être faite ou doit commencer par la droite.

Merci et 'Hazak pour ce travail formidable que réalise Torah-Box.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
16097 réponses

Bonjour,

Lorsque la Torah nous dit de porter les Téfilines sur le bras, elle écrit le mot ידכה - Yadekha - au lieu de ידך. Voir Chémot, chapitre 13, verset 16.

Dans le Talmud, nos Sages en déduisent qu'il faut les porter sur la main faible, car le suffixe כה [Kaf et Hé] de ידכה fait allusion au mot כהה = faible. Voir Mena'hot 37a.

Ceci est rapporté dans le Choul'han 'Aroukh - Ora'h 'Haïm, chapitre 27, Halakha 1 et 6.

Deux autres références à cette Halakha sont rapportées par nos Sages. La seconde est la suivante :

La Torah nous demande d'attacher les Téfilines au bras. L'action d'attacher doit, obligatoirement, se faire avec la main droite [ils déduisent cela de versets]. Donc, les Téfilines, sont, obligatoirement, sur la main gauche.

L'une des raisons expliquant cette exigence de la Torah :

Introduction

Les quatre passages de la Torah contenus dans les Téfilines sont les fondements de notre sainte Torah.

Les deux premiers passages évoquent la sortie d'Egypte, sur laquelle reposent notre Emouna [foi] en D.ieu [qui nous a délivrés de l'esclavage et fait de nous Son peuple] et notre devoir de Le servir.

Il a été prouvé alors qu’Il est le Tout-Puissant et qu’Il dirige ce monde comme Il le désire.

Les deux autres passages proclament l'unicité de D.ieu et notre acceptation de Sa royauté, le concept de récompense et de châtiment, et l'obligation d'observer tous Ses commandements.

Ces principes doivent nous accompagner quotidiennement en s’y vouant corps et âme et en y soumettant nos cinq sens [la vue, l’odorat, le gout, l’ouïe, le toucher].

La tête regroupe quatre de nos cinq sens : la vue, l’odorat, le gout et l’ouïe.

C’est pourquoi les Téfilines de la tête sont séparés en quatre compartiments contenant une Paracha chacun, afin de sanctifier chacun de ces quatre sens.

La main ne regroupe qu’un seul des cinq sens : le toucher.

C’est pourquoi les Téfilines de la main ne comportent qu’un seul compartiment contenant les quatre Parachiot, afin de sanctifier le sens qui lui est propre.

Voir : Téfila Lémoché, chapitre 4, note 6 au nom du Tossefot Haroch, fin de la Parachat Bo et au nom de nombreux autres de nos maîtres.

Les Téfilines sont portés sur le bras, représentant notre faculté d'agir et de transformer le monde, face au cœur, siège de l'émotion, et sur la tête, siège du cerveau et du souvenir.

Ceci, afin de soumettre nos mains, nos pensées, et nos envies à la volonté d'Hachem.

La raison

Hachem veut que nous accomplissions cette Mitsva de la meilleure manière et avec la plus grande conviction.

C'est pourquoi, nous devons poser les Téfilines avec la main droite [sur la main gauche] afin que l'on puisse faire la Mitsva de toutes nos forces, avec la main la plus importante et avec toute l'aise nécessaire. Ceci, afin d'en ressentir la beauté et qu'elle ne soit pas perçue comme un lourd fardeau à supporter.

Cette idée se retrouve à plusieurs endroits de la Halakha. Exemple : lorsque l'on soulève le verre de vin pour réciter le Kiddouch ou le Birkat Hamazone, il faut le soulever avec les deux mains et ensuite le tenir, uniquement avec la main droite, sans l'aide de la main gauche. Ceci, afin 

Voir Choul'han 'Aroukh - Ora'h 'Haïm, chapitre 183, Halakha 4 et Michna Broura, passages 12-15.

Bien entendu, tout n'a pas été dit à ce sujet et il y a d'autres explications.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN
Projet dédié par un généreux donateur