Logo Torah-Box

Sonner du Chofar pour les 90 ans d'un défunt

Rédigé le Dimanche 7 Octobre 2018
La question de Denis Z.

Kvod Harav,

Certains sonnent du Chofar pour les 90 ans du défunt.

Pour quelle raison ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38791 réponses

Bonjour,

Pourquoi avait-on l’habitude de sonner du Chofar au moment de l’enterrement ?

Première raison

C’était pour annoncer l’enterrement aux habitants de la ville et qu’ils puissent venir participer à la grande Mitsva.

Voir Talmud Ketoubot 17a et Béérot Chlomo - Avélout [Rav Chlomo Tsadok], page 123.

Seconde raison

Certains ont l’habitude de sonner du Chofar au moment de l’enterrement d’un grand Tsadik ou d’un homme très âgé [non méchant] car de leur vivant, ils étaient, par leur mérite, une protection pour leur entourage. Après leur disparition, tous doivent craindre ce qui pourrait se passer.

Pour inciter l’entourage à la Techouva, on sonne du Chofar.

Troisième raison

Le décès d’une personne n’est pas toujours un bon signe pour son entourage. L’ange de la mort se trouve dans les environs et il faut des mérites pour être épargné des éventuels mauvais décrets planant dans les airs.

Le son du Chofar est censé mener celui qui l’écoute, vers une introspection et vers une Techouva. Ainsi, l’ange de la mort ne pourra être un accusateur.

Voir Béérot Chlomo - Avélout [Rav Chlomo Tsadok], pages 123-124.

Quatrième raison

Le son Chofar fait allusion au son du Chofar qui retentira lors de la délivrance finale [Yéshaya [Isaïe], chapitre 27, verset 13] et au moment de la résurrection des morts.

Le moment de l’enterrement est propice pour rappeler à l’assistance une telle croyance.

Voir Béérot Chlomo - Avélout [Rav Chlomo Tsadok], page 123 et Minhagué Israël, volume 7, page 248.

Cinquième raison

« Parfois », au moment de l’enterrement, la séparation entre les hommes et les femmes n’est pas ce qu’elle devrait être.

Le Zohar affirme que cela peut entraîner « des choses pas très agréables ».

Pour éviter tout risque et pour rappeler à l’ordre, les participants, on sonne du Chofar.

Voir Michnat Yossef - Likouté Techouvot [Rav Yossef Lieberman], fin de la réponse 38, page 53.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : Béérot Chlomo, Michnat Yossef.
Limoud au féminin (Tome 3, Vayikra)

Limoud au féminin (Tome 3, Vayikra)

T.3 Vayikra. Unique en son genre, chaque jour de l'année, une étude adaptée au public féminin !

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN