Aujourd'hui à Paris
06:39 : Mise des Téfilines
07:40 : Lever du soleil
13:42 : Heure de milieu du jour
19:43 : Coucher du soleil
20:28 : Tombée de la nuit

Paracha Haazinou
Vendredi 25 Septembre 2020 à 19:23
Sortie du Chabbath à 20:26
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Un enfant peut-il réciter la Brakha du Gomel après une maladie ?

Rédigé le Lundi 10 Août 2020
La question de Anonyme

Bonjour,

Un enfant de plus de six ans qui, après être tombé malade, se trouve complètement guéri, peut-il réciter la Brakha du Gomel ?

Merci Rav pour votre réponse.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
22218 réponses

Bonjour,

1. Dans les communautés Séfarades, le papa d'un enfant âgé de 6-7 ans, doit l'éduquer à réciter la Brakha du Gomel lorsque cela est nécessaire.

Voir Halakha Broura, volume 11, page 163.

2. Dans les communautés Ashkénazes, avant l’âge de la Bar Mitsva, l’enfant ne la récite pas, car il ne peut pas dire qu’Hachem lui octroie des bontés alors qu’il est ‘Hayav - non méritant - avant l’âge de la Bar Mitsva, il n’est pas punissable.

Voir Maguène Avraham, début du chapitre 219 du Choul'han ‘Aroukh.

3. Il n’est pas obligatoire de monter au Séfer Torah pour réciter la Brakha du Gomel.

Voir Halakha Broura, volume 11, page 186.

4. Il est bien de réciter la Brakha du Gomel dans les 3 jours qui suivent le moment où l’obligation est entrée en vigueur. En cas d’oubli ou d’impossibilité, il n’y a pas de limite mais il faut s’empresser de la réciter le plus vite possible.

Voir Choul'han ‘Aroukh, chapitre 219, Halakha 6.

5. Lorsqu’il s’agit d’une maladie, il faut que le malade ait eu une faiblesse telle qu’il fut obligé d’être ALITÉ, même si ce n’était qu’un seul jour.

Voir Choul'han ‘Aroukh, chapitre 219, Halakha 8.

6. Dans les communautés Ashkénazes, il y a plusieurs opinions : d’après certains, c’est, uniquement, à partir de 3 jours de maladie. Selon d’autres, c’est, uniquement, s’il s’agit d’une maladie qui mettait la vie du malade en danger.

Voir Birkat Hachem, volume 5, chapitre 6, Halakha 9.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN