Il est une obligation d'écouter deux fois la lecture de la Méguilat Esther depuis un parchemin cachère, une fois la veille et une seconde le matin de Pourim.

David B. de l'équipe Torah-Box vous offre le texte intégral en hébreu + la traduction en français ainsi qu'une version en phonétique, que vous pourrez imprimer afin de suivre la lecture à la synagogue :

 

11 lois au sujet de la Méguila

1. On doit lire la Méguila la nuit une première fois et la relire le lendemain. On peut lire la nuit jusqu’au point du jour et le lendemain du lever au coucher du soleil. Celui qui n’a pas lu le soir ne pourra pas se rattraper en la lisant deux fois le lendemain.

2. Il est interdit de manger un volume de gâteau ou de pain d’un kabetsa (50,4 grammes) avant la lecture de la Méguila. Les femmes aussi doivent s’y soumettre. Il est en tous cas permis de manger des fruits ou bien du riz d’un volume même supérieur à un kabetsa et de boire du thé ou du café à volonté.

3. C’est une Mitsva très importante de lire la Méguila avec une grande assemblée, comme il est dit (Proverbes, 14 :28) : « Quand la nation s’accroît, il s’agit de la gloire du Roi ».

4. Dans le cas où l’assemblée est importante, s’il y a du bruit et qu’on ne puisse écouter la Méguila comme il se doit, on sera autorisé à préférer un endroit où ne prie qu’un Minyan (groupe de dix hommes).

5. Celui qui possède une Méguila cachère a le droit de la lire pour lui-même à voix basse mais il est préférable qu’il l’entende de l’officiant.

6. Les femmes ont l’obligation d’écouter la Méguila avec ses bénédictions. Elles doivent réciter les bénédictions sans aucun doute, comme le rappellent Maran Choul’han ‘Aroukh et le Rama (Chap. 689). Un groupe de femmes peut donc organiser une lecture de la Méguila, une d’entre elles prononcera les bénédictions, rendra quitte toutes les autres présentes et un homme procèdera à la lecture.

7. C’est une Mitsva d’amener les petits enfants qui ont atteint l’âge d’être éduqués (cinq - six ans et plus, chaque enfant en fonction de sa compréhension de la Méguila) à la synagogue à la condition qu’ils se tiennent bien pendant la lecture de la Méguila et ne dérangent pas.

8. Celui qui écoute la lecture de la Méguila à la radio ou sur internet en direct n’est pas quitte de son obligation. Il doit tout de même répondre « Amen » aux bénédictions. Cependant, si ce n’est pas en direct, il ne répondra pas « Amen ».

9. Il faut être très pointilleux dans la lecture et l’écoute de la Méguila, sans sauter un seul mot car la majorité des décisionnaires disent que si l’on manque un seul mot, la Mitsva ne sera pas accomplie. C’est pourquoi dans les lieux où l’on fait du bruit lorsque le nom d’Haman est prononcé, il incombe à l’officiant de s’interrompre jusqu’à ce que le calme revienne, et de répéter le mot pour rendre quitte ceux qui n’ont pas bien entendu.

10. Il est interdit de parler pendant la lecture. Si quelqu’un a parlé pendant que le ‘hazan lisait, il n’est pas quitte de son obligation et il devra relire depuis le verset qu’il a manqué, dans l’ordre, et ce jusqu’à la fin.

11. Celui qui lit la Méguila en somnolant est quitte de son obligation mais celui qui écoute la Méguila en somnolant ne l’est pas.
 

Apprendre la lecture

 Afin d'apprendre à lire la Méguila, voici deux versions. Attention, écouter la Méguila sur Internet ne vous rend en aucun cas quitte de votre obligation de la lire depuis un parchemin cachère.

Par Rav Ilan Ouaknine (marocain)

Voir la vidéo

Par Rav Ovadia Yossef

Voir la vidéo

L'équipe TORAH-BOX - © Torah-Box