A l'occasion de la Hiloula (jour anniversaire de décès) de notre maître Rabbi 'Haïm Falaggi, l'équipe Torah-Box est heureuse de vous faire découvrir très brièvement son parcours de vie. Celui qui parle du Tsadik de jour de sa Hiloula, celui-ci priera pour lui ! Allumez une bougie et dites "Likhvod Rabbi 'Haim Falaggi, zékhouto taguèn 'alénou" puis priez. Que son mérite protège tout le Klal Israel, Amen !

Né à Izmir, en Turquie, le 17 Tévet 5548 (1787), Rabbi ‘Haïm Falaggi a étudié auprès de son grand-père, Rabbi Raphaël Yossef ‘Hazan (Rav d’Izmir et Roch-Yéchiva, devenu plus tard Richon Letsion) et de Rabbi Yaacov Gattegno.

Il se maria aux alentours de l’année 1807 (5567), et en 1817 (5577), il fut nommé par son grand-père « Ha-‘Hakham Ha-chalem » (« Le Sage parfait »), et fut habillé par ce dernier avec une robe spéciale pour les Sages.

Après la mort de son père en 1828 (5588), Rabbi ‘Haïm Falaggi accepta le poste de Dayan (juge rabbinique) à Izmir et de Roch-Yéchiva. En 1833 (5593), il fut sacré Av Beth-Din (chef du tribunal rabbinique). Un an plus tard, sa femme mourut, et il se maria de nouveau trois ans après.

En 1855 (5615), il devint Grand-Rabbin d’Izmir, nomination acceptée par le Sultan, grâce auquel il put diriger la communauté.

Rabbi ‘Haïm érigea un hôpital juif à Izmir avec l’aide des donateurs Montéfiore et Rotshild. Il établit un Collel et fit des décrets pour renforcer l’éducation, la pratique des Mitsvot etc.

L’un des décrets intéressants qu’il fit est qu’il est interdit d’être dépendant de la cigarette, du fait que Chabbath, celui qui fume s’attriste de ne pouvoir le faire et perd ainsi la Mitsva de ‘Oneg Chabbath.

Il mourut le 17 Chevat, à l’âge de 81 ans.
 

Auprès du gouverneur

On raconte qu’une fois, Rabbi ‘Haïm Fallagi fut appelé auprès du gouverneur. Le Rav arriva donc avec les chefs de la communauté, mais le gouverneur ne permit qu’à Rabbi ‘Haïm de rentrer.

Lorsque ce dernier entra, le gouverneur l’inculpa de graves accusations, jusqu’à le gifler à deux reprises.

Le Rav, qui était extrêmement attristé, sortit le visage souriant, mais quelques jours plus tard, ce gouverneur mourut par de grandes souffrances dans son corps et son argent. C’est alors seulement que le Rav raconta à son fils tout ce qui s’était passé.


L'honneur à tout homme

Un jour, Rav ‘Haïm Fallagi était au Beth-Din (tribunal rabbinique) afin de recevoir des gens, lorsqu’une femme vint avec un petit bébé et lui dit : « Kvod Harav, je n’ai pas d’argent pour subvenir aux besoins de cet enfant, je suis désespérée », et elle posa l’enfant sur le Rav et s’en alla.

Le bébé commença à pleurer, et lui, bien qu’étant Av Beth-Din (chef du tribunal rabbinique), le prit dans ses bras et le calma : « Ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de toi et vais te faire grandir », et c’est réellement ce qu’il fit.

Un après-midi, alors que le Rav était en train de manger, une femme frappa à la porte. Son fils alla lui ouvrir la porte et lui demanda ce dont elle avait besoin. La femme lui répondit : « J’ai une question de Halakha, le Rav est là ? », le fils lui dit : « Ecoute, reviens plus tard dans l’après-midi, mon père est très fatigué maintenant. » La femme s’excusa et s’en alla.

Le fils retourna auprès de son père et lui dit qu’une femme était venue. Le Rav s’inquiéta alors : « Et ? Où est-elle maintenant ? »

- « Je lui ai dit que tu étais fatigué. »

- « Quoi ?! Une femme est venue jusqu’ici et tu lui as dit que je ne pouvais pas lui répondre ?! Où est-elle ? »

Le Rav sortit de chez lui et se mit à la recherche de cette femme. Lorsqu’il la trouva enfin, il s’excusa auprès d’elle : « Je suis désolé, pardonne-moi, mon fils croyait que j’étais occupé. » 

Telle était la conduite de ce Gadol Hador (grand de la génération), en-dehors de toute la Torah qui le remplissait, il avait un comportement irréprochable envers son prochain.

Cliquez-ici pour demander une bénédiction en l'honneur de Rabbi 'Haïm FALAGGI