Je vous entends d’ici, chères mamans, on n’a ni droit aux pâtes, ni au riz (pour certaines), ni aux gâteaux, ni au pain, mais comment va-t-on faire manger les enfants pendant la fête ?

Tout d’abord, permettez-moi de vous rappeler que Pessa’h ne dure que 8 jours, donc relax, on va s’organiser et nos petits estomacs ne remarqueront même pas la différence. Je vous le promets. Autre chose, je vous dirais ce que ma grand-mère s’amusait à dire à ma mère pour la rassurer tout en la taquinant : « Un enfant ne se laisse jamais mourir de faim ».

L’angoisse de quoi servir aux enfants pendant Pessa’h vient essentiellement des mamans, alors il est impératif que vos esprits se calment afin de ne pas répandre votre angoisse illégitime aux autres membres de la famille. Pessa’h n’est ni synonyme de guerre, ni de famine. Tout le monde va manger, et même bien manger je vous dirais.

Alors, il est vrai que, dans la case des féculents, on va manquer un peu de variétés et qu’on va souvent se retrouver face à notre bonne vieille madame patate, mais il faut lui reconnaître sa qualité principale, c’est qu’elle peut se décliner à l’infini, purée, frites, gratin, ragoût, en salade, en omelette, bouillie, râpée… Et aucune inquiétude, les enfants ne se plaindront pas de cette redondance, pour certains, ils ne la remarqueront même pas, pour d’autres, ils en seront ravis.

Dans la même idée, la Matsa peut servir de base à la confection de repas très sympathiques et faciles à réaliser, par exemple, si vous avez un four Cachère Lépessa’h, vous pouvez faire des lasagnes (les feuilles de lasagnes sont remplacées par de la Matsa), des snacks à base de Matsa caramel et chocolat…

Enfin, dans toutes les autres catégories d’aliments, les légumes, les laitages, les viandes et poissons, il n’y a aucun changement. Tout est permis à Pessa’h. Donc, au goûter, troquez vos indétrônables brioches contre une belle salade de fruits de saison ou des sucettes glacées (yaourts + fruits mixés), préparées tous ensemble, le goût n’en sera que meilleur.

Le secret pour que les repas de Pessa’h se passent dans la bonne humeur et sans appréhension est assurément ici. Faites de ces moments une aventure familiale. Vous êtes en vacances, c’est le moment ou jamais de vous lancer dans des menus qui prennent un peu plus de temps que d’habitude, et qui feront participer petits et grands. Depuis la recherche des menus, jusqu’à la cuisson du repas, en passant par l’achat des ingrédients au supermarché, tout doit être fait sereinement et joyeusement.

Faites des concours de goûters par équipes de deux, des repas à thèmes notés devant un jury (papa et maman ou papi et mamie), le principal c’est de vous amuser et de profiter pleinement de la fête, pâtes à la sauce ou pas.

Profitez de cette occasion pour vous faire une opinion différente des repas. L’aliment de base n’est pas le pain, non, non, ce n’est pas la Matsa non plus, c’est sans aucun doute l’amour !

C’est tellement dommage de passer à côté de moments fantastiques à cause de nos habitudes qui nous hantent et qui nous empêchent de voir plus loin. Un enfant sera heureux de manger de la purée au fromage les 8 soirs de la semaine, s’il le faut, si les repas se passent dans une ambiance détendue.

La fête de Pessa’h est la fête de la liberté. Alors, cette année, rajoutez une liberté à votre liste, celle de l’esprit, le changement a du bon, il rafraîchit, il suscite l’imagination et la découverte. N’hésitez pas, apportez du changement dans vos assiettes et sur vos tables, la famille ne s’en sentira que régénérée.