c Question au Rav : 3 questions sur l'esclave Cananéen

3 questions sur l'esclave Cananéen

Rédigé le Dimanche 7 Mars 2021
La question de Anonyme

Chalom Rav,

J'ai plusieurs questions concernant l'esclave Cananéen s'il vous plaît.

1- Pouvait-il être libéré ?

2- S'il pouvait être libéré, pouvait-il continuer de respecter les lois comme les femmes juives ? Pouvait-il se convertir et donc respecter aussi les Mitsvot propres aux hommes ou devait-il abandonner la foi juive et devenir Ben Noa'h ?

3- On sait que, pour l'esclave juif, il fallait respecter énormément de mesures qui faisaient de cet esclave presque "un maître" pour le propriétaire.

Concernant l'esclave Cananéen, les mesures étaient bien évidemment moindres, mais, malgré tout, le maître avait-il un devoir de respect envers cet esclave Cananéen ? C'est-à-dire devait-il lui fournir une nourriture "correcte", pouvait-il le frapper à mort, etc. ?

Merci.

La réponse de Rav Yona GHERTMAN
Rav Yona GHERTMAN
53 réponses

Chalom,

1. Il y a une discussion dans le Talmud quant à la possibilité de libérer volontairement l'esclave Cananéen. La conclusion est que c'était permis [Guittin 38b ; cf. Torah Temima Vayikra 25, note 243 qui explique que le verset "ils vous serviront perpétuellement" (Vayikra 25, 46) n'est pas véritablement un commandement positif].

2. Une fois libéré, il était systématiquement converti. Il y a tout un passage du Talmud très intéressant à ce sujet [Yébamot 47b-48b].

3. Il est stipulé dans le Talmud à propos de l'esclave Cananéen : "Je te l'ai donné pour te servir, non pour l'humilier" ; et on rapporte ainsi des anecdotes montrant que les esclaves cananéens devaient être traités avec respect [Nidda 47a]. Par ailleurs, la Torah stipule explicitement que si le maître s'en prenait à son esclave de manière à lui entraîner une blessure grave, il était alors obligé de le libérer [cf. Chémot 21, 26 avec Rachi].

A votre disposition pour plus de précisions.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Yona GHERTMAN