Alcool et tabac nocifs, mais autorisés par la Torah ?!

Rédigé le Mercredi 11 Août 2021
La question de Yann Samuel C.

Kvod Harabbanim,

C’est un interdit de la Torah que de consommer un aliment nocif, mais alors pourquoi les décisionnaires n’ont-ils pas interdit la cigarette, le cigare, la pipe dont la nocivité n’est médicalement plus à prouver ?!

Et pourquoi n’ont-ils pas interdit l’alcool fort (whisky, vodka, mahia, bouha, anisette...) au moins pour les plus de 60 ans dans une décision la moins contraignante ou n’ont-ils pas interdit plus de X quantité d’alcool fort par semaine ou par mois ? Car là aussi, la nocivité de l’alcool fort n’est médicalement plus à prouver !

Kol Touv et Chavou'a Tov.

Yann Samuel

La réponse de Rav Emmanuel BOUKOBZA
Rav Emmanuel BOUKOBZA
289 réponses

Chalom,

Depuis que la nocivité du tabac a été prouvée, les Rabbanim en ont strictement interdit l'usage et, ce, à l'unanimité (Chévet Halévi vol. 10, 295, 4 & 5 ; Iguérot MochéYoré Dé'a, 2, 49 ; Tsits Eli'ézer 15, 39 ; Yabi'a Omèr vol. 5, Ora'h 'Haïm 39, 3 et d'autres encore). Il en est de même de l'excès d'alcool (voir ce qu'écrit le Rambam à ce sujet dans Hilkhot Dé'ot 5). C'est ce que nous enjoint la Torah lorsqu'elle énonce : "Et vous prendrez bien soin de vos âmes" (Dévarim 4, 15).

En ce qui concerne l'idée de fixer une limite d'alcool au-delà d'un certain âge ou par semaine, les Rabbanim, lorsqu'on les interroge, répondent systématiquement de se fier aux recommandations des médecins. C'est la meilleure solution, vu que ces recommandations varient d'une personne à l'autre et qu'il n'est pas concevable de définir une même quantité pour tous.

Du reste, sachez que la Torah, si elle nous enjoint de prendre soin de notre santé, ne prône pas pour autant l'ascétisme (contrairement au christianisme ou à l'Islam, par exemple). La voie de la Torah est médiane : l'alcool, même fort, est permis dans le cadre de la pratique des Mitsvot (Kiddouch'Houppa, à Pourim), mais sans excès. Voir ce qu'écrit le Rambam à ce sujet dans Hilkhot Dé'ot 3, 1.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BOUKOBZA