Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
04:39 : Mise des Téfilines
06:01 : Lever du soleil
13:47 : Heure de milieu du jour
21:34 : Coucher du soleil
22:31 : Tombée de la nuit

Paracha Bé'houkotaï
Vendredi 27 Mai 2022 à 21:22
Sortie du Chabbath à 22:44
Afficher le calendrier

'Avérot Ben Adam La'havéro, comment faire Téchouva ?

Rédigé le Lundi 19 Octobre 2015
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J'aurais aimé savoir quelle est la démarche à suivre pour faire Téchouva pour les fautes commises envers un ami ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Freddy ELBAZE
Rav Freddy ELBAZE
1679 réponses

Bonjour,

Il est enseigné dans le Traité Yoma 85 : "Le jour de Kippour n’expie que les fautes de l’homme vis-à-vis de son Créateur ; celles de l’homme vis-à-vis de son prochain nécessitent une réconciliation", comme le verset stipule : "Car ce jour (Kippour) expie et purifie vos fautes devant Hachem" : "devant Hachem" vient exclure devant votre prochain.

Dans le traité Baba Kama 92, concernant un homme qui cause un dommage corporel à son prochain, il est précisé que, malgré le remboursement du dommage, des excuses explicitement prononcées sont incontournables.

Quand un homme demande Mé'hila à son prochain, ce dernier ne doit pas être rigide, mais au contraire accepter immédiatement la réconciliation.

Le Rambam enseigne dans les lois relatives à la Techouva : "Si la personne lésée refuse le pardon, le fauteur se présentera devant elle, accompagnée de trois personnes, pour renouveler son pardon ; si elle accuse un nouveau refus, elle se présentera une deuxième ou une troisième fois, avec à chaque fois trois nouvelles personnes. Si, en fin de compte, la "victime" refuse le pardon, c’est elle qui sera considérée comme "impie"."

Si la faute a été commise envers son Rav, le fauteur devra se présenter devant lui, avec ses regrets, même 1000 fois. Ainsi a tranché Maran le Choul'han Aroukh (chapitre 606).

Un homme n’a pas le droit d’être cruel et de refuser le pardon à son prochain, mais, comme le prescrivent nos Sages, "facile à être consolé et dur à se mettre en colère".

Lorsque l’on pardonne à notre prochain, cette démarche doit être sincère et sans rancune. Telle est l’attitude d’un enfant d’Israël.

Si la personne offensée n’est plus de ce monde, le fauteur se fera accompagné de 10 hommes, puis se rendra sur la tombe du défunt et dira ainsi : "J’ai fauté envers le D.ieu d’Israël et envers untel (il citera le nom du défunt)". Le Rambam ajoute qu’il faut préciser la faute commise, et ainsi ont tranché le Eliyah Rabba et le Michna Broura.

Si la tombe du défunt se trouve dans une autre ville, il sera suffisant de lui demander Mé'hila uniquement devant 10 hommes, ou bien une tierce personne habitant au même endroit que le défunt pourra être missionnée, et celle-ci demandera Mé'hila devant les 10 personnes.

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Freddy ELBAZE