Aujourd'hui à Paris
06:46 : Mise des Téfilines
07:48 : Lever du soleil
13:41 : Heure de milieu du jour
19:32 : Coucher du soleil
20:17 : Tombée de la nuit

Horaires du Chabbat
Vendredi 2 Octobre 2020 à 19:08
Sortie du Chabbath à 20:12
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky
Ensemble Construisons le 1er centre d'étude et formation du Rav Kanievsky

Bénédictions finales en phonétique

Rédigé le Lundi 12 Juin 2017
La question de Esther T.

Bonjour Rav,

Je fais le Birkat Hamazone abrégé et en phonétique, et il parait qu'il faut aussi faire des bénédictions après avoir mangé un gâteau ou bu une boissons, mais je ne trouve rien.

En plus, il me les faudrait en phonétique, alors je vous demande si vous pouvez (si possible) m'envoyer les bénédictions finales.

Désolée de vous embêter.

Merci pour tout.

La réponse de Rav Emmanuel MIMRAN
Rav Emmanuel MIMRAN
94 réponses

Bonjour,

Voici les bénédictions initiales et finales en phonétique.

Ce texte est pris du livre "Mon Choul'han Aroukh de Poche" disponible aux éditions Torah-Box.

D'ailleurs, nombreux sont ceux qui gardent ce "guide" dans leurs sacs, afin d'avoir les bénédictions sous la main (et bien sûr, afin d'apprendre et de réviser régulièrement les lois qui nous concernent au quotidien).

Les bénédictions

1) Les bénédictions initiales doivent être récitées avant de consommer un aliment, quelle que soit sa quantité (même pour un chewing-gum). Lorsque l'on mange plusieurs aliments ayant la même bénédiction, on ne récitera qu'une seule fois la bénédiction. Cette dernière loi est aussi valable pour les bénédictions finales.

2) Il faut réciter la bénédiction en attrapant l'aliment avec la main droite (à priori), puis en goûter sans aucune interruption. On ne parlera pas avant d'avoir avalé un peu de l'aliment.

3) Avant de consommer du pain, après avoir procéder à l'ablution des mains (avec sa bénédiction), on récite la bénédiction suivante :

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, hamotsi lé'hème, mine ha arètse.

4) Avant de consommer tout autre mets comportant de la farine[1] (gâteaux, pâtes, brioches...) on récite la bénédiction suivante : 

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, boré miné mézonote.

5) Avant de boire du vin (ou du jus de raisin), on récite la bénédiction suivante : 

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, boré péri haguéfène.

6) Avant de consommer des fruits poussant sur un arbre (à l'exception de la banane, et du fruit de la passion[2], qui sont des fruits sur lesquels on récite la bénédiction des légumes), on récite la bénédiction suivante : 

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, boré péri ha'ètse.

7) Avant de consommer des légumes[3], des baies ou des fruits poussant dans la terre (pastèque, melon, ananas) ainsi que sur la banane et sur le fruit de la passion, on récite la bénédiction suivante : 

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, boré péri ha adama.

8) Avant de consommer tout autre aliment (viande, poisson, produits laitiers, œufs, etc.), ainsi qu'avant de boire toute boisson (à l'exception du vin), on récite la bénédiction suivante : 

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, chéhakole nihya bidevaro.

Les bénédictions finales 

9) Les bénédictions finales ne peuvent être dites que si l'on a mangé au moins une quantité de 30 grammes (plusieurs aliments ayant la même bénédiction finale s’associent pour atteindre cette quantité). Cette quantité doit être mangée en un intervalle de temps n'excédant pas quatre minutes[4]. Autrement, on ne récitera pas la bénédiction finale.

Pour les boissons, la bénédiction finale ne doit être récitée que si l'on a bu au moins 87 mL[5] (l'équivalent d'un peu moins d'un demi-verre) d'un trait[6].

10) Après avoir consommé l'une des trois catégories suivantes,

- vin ou jus de raisin (catégorie numéro 1),

- aliments comportant de la farine (catégorie numéro 2),

- l'un des fruits suivants : raisin, datte, figue, grenade, olive (catégorie numéro 3),

on récite la bénédiction suivante :

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, al

Pour la catégorie 1 : haguéfène véal péri haguéfène

Pour la catégorie 2 : hami'hya véal hakalkala

Pour la catégorie 3 : haèts véal péri haèts

Véal ténouvat hassadé véal érets 'hémda tova ouré'hava, chératsita véhin'halta laavoténou, léékhol mipiryah vélissboa mitouvah, ra'hèm Adonaï élohénou alénou véal israël amakh, véal yérouchalaïm irakh véal har tsione michkane kévodakh, véal mizba'hakh, véal hékhalakh. Ouvné yérouchalaïm ir hakodech bimhéra béyaménou, véhaalénou létokhah, vésamé'hénou bévinyana, ounvarékhakh aléha bikdoucha ouvtahora.

Le chabbat on ajoute : ourtsé véha'halitsénou béyom hachabbat hazé,

Le roch 'hodech on ajoute : vézokhrénou létova béyome roch hakhodech hazé,

ki ata tov oumétive lakole vénodé lékha al haarèts véal

Pour la catégorie 1 : péri haguéfène

Pour la catégorie 2 : hami'hya véal hakalkala

Pour la catégorie 3 : hapérote

Baroukh ata Ado-naï, al haarèts véal

Pour la catégorie 1 : péri haguéfène

Pour la catégorie 2 : hami'hya véal hakalkala

Pour la catégorie 3 : hapérote

11) Après avoir mangé du pain, il faut se rincer le bout des doigts (de nombreuses communautés n'obligent que les hommes à cette mitsva). Puis, on récite le birkate hamazone (les actions de grâce). Les débutants qui ont du mal à lire en hébreu, pourront réciter le birkate hamazone suivant :

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, hazane ète haolam koulo bétouvo bé'hèn bé'héssèd ouvra'hamim. Baroukh ata Ado-naï, hazane ète hakol.

Nodé lé'ha Ado-naï élo-hénou al chéhin'halta la avoténou érets 'hemda tova ouré'hava bérith vé thora lé'hèm lassova. Baroukh ata Ado-naï, al haarets vé al hamazone. 

Ra'hème Ado-naï élo-hénou alénou, vé al israël amakh, vé al yérouchalaïm irakh, vé al malkhoute bèth david méchi'hakh,

Le Chabbath, on intercale : ourtsé vé ha'halitsénou béyome ha chabbath hazé,

À Pessa'h on ajoute : vésamé'hénou béym 'hag hamatsot hazé,

À Souccot on ajoute : vésamé'hénou béyom 'hag hasoukot hazé,

Ouvné yérouchalaïm ir hakodèch bimhéra véyaménou. Baroukh ata Ado-naï, boné yérouchalaïm, amen.

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, haèl avinou malkénou hamélèkh hatov vé hamétive lakol, hou hétive hou métive, hou yétive lanou, ou guémalanou hou gomélénou hou yigmélénou laad 'hèn va 'héssed véra'hamim vé khol tov. Vé hou yézakénou limoth hamachia'h. Ossé chalom bimromav ouvéra'hamav yaassé chalom alénou vé al kol israël vé imérou amen.

12) Après avoir consommé tout autre aliment (autres fruits, légumes, riz ou tout aliment ayant pour bénédiction initiale chéhakole nihya bidevaro) ou après avoir bu 87 mL d'une boisson (à l'exception du vin) d'un trait[7], on récite la bénédiction suivante : 

Baroukh ata Ado-naï, élo-hénou mélèkh haolam, boré néfachote rabbote vé'héssronane, al kol ma ché barata léha'haïote bahème néfèche kole 'haï, Baroukh 'haï haolamime.

Attention, le riz est une exception : il a pour bénédiction initiale mézonote et pour bénédiction finale boré néfachote.


[1]. Cette règle ne s'applique pas dans le cas où la farine a été mise pour changer la consistance de l'aliment (et non pour changer le goût).

[2]. Selon de nombreux avis.

[3]. Sauf les champignons.

[4]. Sept minutes et demie selon d'autres avis.

[5]. Ou 150 mL selon certains avis.

[6]. À priori, une courte interruption n'empêche pas de réciter la bénédiction finale. Cependant, puisqu'il est difficile de savoir la mesure exacte de cette interruption, on s'appliquera à boire sans interruption.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel MIMRAN