Aujourd'hui à Paris
07:07 : Mise des Téfilines
08:15 : Lever du soleil
12:38 : Heure de milieu du jour
17:00 : Coucher du soleil
17:50 : Tombée de la nuit

Paracha Vayétsé
Vendredi 27 Novembre 2020 à 16:40
Sortie du Chabbath à 17:51
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Bessamim : je doute si l'odeur de la plante va me plaire

Rédigé le Jeudi 19 Novembre 2020
La question de Anonyme

Chalom Rav,

Faire la bénédiction sur une senteur odoriférante, est-ce obligatoire ou un plus ?

Et si je ne suis pas certain que l'herbe a une odeur, dois-je quand même faire la Brakha ?

Merci.

La réponse de Binyamin BENHAMOU
Binyamin BENHAMOU
1886 réponses

Chalom,

1. De la même façon qu'il est interdit de profiter de nourriture ou de boisson sans réciter de bénédiction au préalable, de même il est interdit de tirer profit d'une senteur agréable avant d'avoir récité une bénédiction, comme c'est marqué : "Que tout ce qui respire fasse l'éloge du Créateur" (Téhilim 150,6), et il faut réciter cette bénédiction avant le profit donc avant d'avoir senti. (Brakhot 43b, Choul'han 'Aroukh 216,2)

2. Si l'on souhaite sentir une bonne odeur et qu'on doute d'en tirer un plaisir soit parce qu'on est enrhumé, soit parce que la plante ne dégage pas forcément d'odeur ou soit parce que l'odeur risque de ne pas nous plaire, on sentira un tout petit peu avant sans réciter de bénédiction et si cela convient, on récitera la bénédiction et on sentira de nouveau. (Halikhot Brakhot p.330, Ben Ich 'Haï Vaét'hanan, 2)

Kol Touv !

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Binyamin BENHAMOU