Chabbath : nos invités repartent en voiture...

Rédigé le Mercredi 1er Avril 2015
La question de 'Hava M.

Kvod Harav,

Pouvons-nous inviter des juifs non-pratiquants à manger le repas de Chabbath en sachant qu'ils repartiront en voiture ?

Est-ce que le fait de participer ainsi à la Sé'oudat Mitsva, d'écouter le Kiddouch et les Divré Torah peuvent l'autoriser ?

Existe-t-il des autorisations en sachant que de leur côté rien ne sera fait pour honorer Chabbath et d'un point de vue religieux en général ?

Le Ba'al Habayit (maître de maison) a-t-il une responsabilité concernant les 'Avérot engendrées par l'invitation ?

Si oui, comment agir en sachant que l'habitude de venir chaque vendredi soir s'est installée depuis des années entre ce groupe de juifs solitaires dans le pays ?

Merci de votre patience.

Pessa'h Cachère Vésaméa'h !

La réponse de Rav Emmanuel BENSIMON
Rav Emmanuel BENSIMON
1421 réponses

Chalom,

Votre question est fondamentale : ce problème est fréquent dans les familles. Peut-on inviter Chabbath quelqu'un dont on sait qu'il repartira en voiture ?

D'un côté, la Torah interdit de "mettre une embûche devant un aveugle", c'est-à-dire de provoquer une faute chez un juif. De l'autre, il y a une Mitsva de rapprocher des juifs loin de la Torah, et c'est souvent le Chabbath ou les fêtes qui sont les plus propices à cela.

J'ai moi-même posé directement cette question à deux grands décisionnaires : le Rav Mordehai Eliahou et le Rav Mordékhaï Gross. Ils m'ont répondu que c'était autorisé à condition de leur proposer de dormir à la maison.

Ils ont précisé : même si je suis sûr qu'ils n'accepteront pas de dormir chez moi et qu'ils prendront leur voiture, à partir du moment où je leur propose une possibilité réelle de respecter le Chabbath ou la fête, je peux les inviter.

Conclusion : il est permis d'inviter pour Chabbath ou une fête une personne non pratiquante qui utiliserait la voiture, à condition de lui proposer de dormir chez vous.

'Hag Saméa'h.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Emmanuel BENSIMON