Logo Torah-Box

Chemita et Chabbath, quel rapport ?

Rédigé le Mardi 16 Septembre 2014
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

J'entends souvent que la Chemita est comparée au Chabbath sans trop comprendre pourquoi.

Pouvez-vous m'en expliquer la raison ?

Merci.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38623 réponses

Chalom,

Durant les six jours de la semaine, l'homme est plongé dans ses occupations : il transforme son entourage, s'investit corps et âme dans l'amélioration de son bien-être et doit également travailler "à la sueur de son front" pour obtenir sa subsistance [la "lutte pour l'existence"].

Ces/ses occupations sont fréquemment causes de tourments, d'inquiétudes, voire d'angoisses. Bien plus que cela, elles sont, dans bien des cas, à l'origine de la distance séparant l'homme de son Créateur.

Le Rav Munk zal écrit : "La menace de la faim, réelle ou prétendue, fait oublier tous les principes et réduit à néant les meilleurs engagements.

Aussi longtemps que l'homme n'est pas libéré de l'angoisse que provoque en lui le souci de la subsistance, il n'y a point de place pour la réalisation intégrale de la loi divine.

Cependant, la délivrance de cette obsession n'est possible que grâce à la prise de conscience que le souci de subsistance, premier de tous nos soucis, ne repose pas seul, et pas en premier lieu, sur nos épaules.

Il incombe à l'homme, dans ce domaine, comme en bien d'autres, de faire son devoir, tout en confiant la réussite à la constante sollicitude du Créateur. Sans cette prise de conscience, l'homme rivé à la poursuite du gain matériel ne connaît pas de limite dans sa lutte pour l'existence. Elle le poussera sans cesse à la recherche de nouveaux profits, sans égard pour autrui, et elle ne tolèrera auprès d'elle aucun autre objectif et aucun autre idéal." (Commentaire sur Chémot 16/2)

L'homme pourrait même se dire dans son coeur : "C'est ma force et la vigueur de ma main qui m'ont procuré cette puissance" (Dévarim 8/17).

Le Rav Munk explique par ailleurs : "Durant Chabbath, la Torah exige que l'homme s'efface et cesse d'intervenir dans son entourage. Il est appelé à se dégager de ses préoccupations matérielles.

Toute action par laquelle il manifestera sa maîtrise, sera interdite. Il ne devra plus agir sur le monde afin de ne pas manifester sa domination et son influence. Ainsi, il laissera apparaître la grandeur du Créateur dans toute sa splendeur.

Nos maîtres expliquent que l'homme doit laisser la nature intacte sans la changer d'aucune manière, sans quoi il est considéré comme empiétant sur l'empire du Créateur.

Durant Chabbath, l'homme est en paix avec le monde, il n'use plus de son pouvoir pour le transformer.

Délaisser ses affaires, sa profession, ses occupations, c'est sanctifier le nom du Créateur ; c'est témoigner qu'Il a créé le monde en six jours et qu'Il le dirige. C'est aussi et surtout, proclamer que tous les êtres Lui obéissent et se soumettent à Sa volonté.

Durant Chabbath, ces croyances se transforment donc en réalités beaucoup plus claires et tangibles et l'on se retrouve en toute pureté auprès du Créateur en profitant d'une approche "véritable" et "transparente".

L'arrêt du travail durant Chabbath fait prendre conscience à l'homme que, s'il est libre durant la semaine d'exploiter les ressources de la nature à son profit, de manier à son gré les moyens de production, il n'en est pas pour autant le dominateur ni le véritable propriétaire. Lorsqu'arrive Chabbat, il se sépare de tous ses pouvoirs et les dépose humblement aux pieds du Créateur". (Rav Munk zal sur Chémot 20/10)

Dans le même ordre d'idée, le Rav R. Eisenberg zal écrit : "S'abstenir de tout travail créatif, particulièrement dans le monde moderne où règne une insécurité croissante, témoigne d'une confiance en Hachem et d'une soumission à Celui de qui dépend la réussite matérielle. La seule manière de reconnaître explicitement la supériorité incontestable de l'Eternel sur toute la Création est de cesser nos activités quotidiennes, de prendre du recul et de percevoir la main de Hachem cachée derrière le système de cette Création". (Survivre, p. 134-135)

Kol Touv.

Mékorot / Sources : Rav Elie Munk, Rav R. Eisenberg, Survivre.
Hocha'anot de Souccot

Hocha'anot de Souccot

Un fascicule clair et concis qui regroupe, pour chaque jour, les Hocha'anot. Fini le casse-tête de savoir comment tenir à la fois le Loulav, le Etrog et un Ma'hzor ! 

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN