c Question au Rav : Comment aider des endeuillés ?

Comment aider des endeuillés ?

Rédigé le Dimanche 11 Décembre 2016
La question de Lea B.

Bonjour Kvod Harabbanim,

Mes grands-parents zal ont quitté ce monde à 6 mois d'écart l'un après l'autre. Ma mamie est partie il y a deux semaines.

C'est une épreuve très dure pour la famille, surtout qu'on avait tout fait pour qu'elle guérisse, Téhilim, Sé'oudat Aménim, visiter les grands Rabbanim, des grandes Ségoulot de Rabbanim, cours de Torah etc.

Je sais que tout ce qu'Hachem fait est pour le bien, mais c'est vrai que c'est dur.

Comment se consoler ? Comment aider les endeuillés, surtout à continuer leur vie, à avoir des forces ?!

Merci de votre aide.

La réponse de Rav Daniel ZEKRI
Rav Daniel ZEKRI
1448 réponses

Chalom,

Tout d'abord, je vous adresse toutes mes condoléances.

La mort en général, et celle des proches en particulier, est un moment de rigueur d'Hachem pour les défunts et leurs proches.

Tenter de consoler tant que la blessure saigne est peine perdue.

Le temps estompe la douleur, mais la véritable consolation vient du ciel, comme nous le souhaitons aux endeuillés : "Mine Hachamayim Ténou'hamou".

Il faut savoir que l'esprit du judaïsme n'admet pas la désolation et la tristesse continues, et, s'il est vrai que les premiers jours suivant le décès nous nous livrons à notre peine sans retenu, nos Sages nous enseignent que le deuil, ainsi que toutes les Halakhot qui expriment le deuil, ne doivent pas durer plus de 12 mois (pour le décès des parents). Faute de quoi, l'âme du défunt en souffrirait, selon les Sages.

Votre peine est bien compréhensible, mais vous devez savoir que nous croyons à l'éternité de l'âme, à la résurrection des morts avec la venue du Machia'h, et la pensée de cela nous aide à continuer notre chemin de vie en portant dans notre cœur leur souvenir, essayant de s'identifier le mieux possible aux valeurs auxquelles ils ont cru, ce qui pourrait être pour eux et pour vous une satisfaction et une sanctification du Nom Divin.

Brakha Véhatsla'ha.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Daniel ZEKRI