Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
05:34 : Mise des Téfilines
06:44 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:04 : Coucher du soleil
21:54 : Tombée de la nuit

Paracha Ekev
Vendredi 19 Août 2022 à 20:40
Sortie du Chabbath à 21:49
Afficher le calendrier

Comment gérer son homosexualité ?

Rédigé le Jeudi 6 Février 2020
La question de Pierre P.

Bonjour,

J'aimerais savoir comment arrêter l'homosexualité ?

La réponse de Rav Nethanel ABIB
Rav Nethanel ABIB
12 réponses

Cher Pierre,

Me sentant incapable de répondre correctement à votre question, je trouve plus juste de vous envoyer la réponse que donna Rabbi Aharon Feldman chlita, membre du Conseil des Sages des USA, à une question semblable.

"J'ai reçu votre lettre il y a quelques jours et j'ai été très peiné par l'angoisse que vous avez subie pendant tant d'années à cause de votre homosexualité et qui est particulièrement tortueuse pour vous maintenant que vous êtes devenu un Ba'al Téchouva. Vous m'avez demandé le point de vue de la Torah sur votre problème. Je m'empresse de vous répondre avec l'espoir que ce que je vous écris vous aidera d'une manière ou d'une autre.

Je crois que votre attitude est correcte : vous devez refuser de nier votre nature homosexuelle tout en refusant de nier votre judaïté. Il n'y a pas de contradiction entre les deux s'ils sont vus dans leur propre perspective. Le judaïsme considère négativement l'activité homosexuelle, mais pas la nature homosexuelle. Quelle que soit la source de cette nature, qu’elle soit génétique ou acquise (la Torah n’exprime aucun point de vue sur la question), elle n’a aucune importance. Cette nature ne diminue en rien ni n'affecte la judéité d'un homosexuel. Il est aussi aimé aux yeux de D.ieu que n'importe quel autre juif et est aussi responsable que n'importe quel juif dans toutes les Mitsvot. Il est obligé d'atteindre les objectifs de sa vie en orientant sa vie vers la croissance spirituelle, la sainteté et la perfection de son caractère - pas moins que n'importe quel autre juif.

L'activité homosexuelle n'a aucune incidence sur la judéité. Bien que ce soit un péché grave, tous les humains ont par nature des défauts spirituels et c’est la raison pour laquelle la Téchouva leur a été donnée. La Téchouva a la capacité de renvoyer une personne dans un état encore plus élevé qu'il ne l'était avant le péché. Par conséquent, un homosexuel juif doit s'engager dans une voie où il se débarrassera finalement de l'activité homosexuelle. Il n'est pas nécessaire qu'il modifie son orientation sexuelle, mais qu'il cesse cette activité. Il est évident que pour beaucoup de gens, cela sera difficile et devra être accompli sur une longue période. Mais cela doit être fait et cela peut être fait.

La famille et les enfants sont importants dans la société juive, mais celui qui n'en a pas n'a pas et ne doit pas penser qu'il n'est pas un membre à part entière de la communauté. Le verset d'Isaïe 58, qui est lu par les juifs du monde entier tous les jours de jeûne public, s'adresse à l'homosexuel : "Qu’ils ne disent pas les Sarisim (qui sont physiquement incapables d'avoir des enfants) : "Je suis un arbre desséché", car ainsi dit D.ieu aux Sarisim qui observent Mon sabbat, qui choisissent ce que Je désire et qui respectent Mon alliance : "Je les ferai dans ma maison et dans mes murs un monument, un sanctuaire, supérieur aux fils et aux filles. J'accorderais un nom éternel, un qui ne sera jamais oublié"."

Peut-on s'attendre à ce qu'un homosexuel vive célibataire ? Je crois qu'un homosexuel juif peut accomplir cela s'il décide que le peuple juif est sa "femme et ses enfants". Il est possible de le faire s'il consacre tous ses efforts à la dévotion pour le bien-être de son peuple. Il peut faire cela dans de nombreux domaines.

Comme il n'a pas de famille, un homosexuel peut apporter au judaïsme de sérieuses contributions que d'autres ne peuvent pas. Par exemple, amener le judaïsme dans des communautés plus petites où il n'y a aucune installation pour élever une famille juive. Je connais un cas où un rabbin a réussi à inspirer les juifs de toute une ville pendant plus de quarante ans parce que, pour diverses raisons, il ne s'était jamais marié. Comme il n'y avait pas d'école religieuse en ville, les rabbins qui avaient tenu sa chaise avant lui se sont tous éloignés lorsque leurs enfants ont dû commencer à aller à l'école. Mais ce rabbin, parce qu'il n'avait pas de famille, est resté et a eu un impact majeur sur toute la ville.

Les activités impliquant beaucoup de voyages, telles que la collecte de fonds, un aspect vital de la survie des Juifs, sont mieux accomplies par une personne qui n'est pas liée à une famille. Je connais un homosexuel qui a contribué à la création de plusieurs institutions importantes grâce à sa collecte de fonds qui fut le résultat de l’orientation sexuelle qui l’a libérée pour cette contribution.

Même au sein de sa communauté, la dévotion à des causes publiques peut être plus facilement réalisée par quelqu'un qui n'a aucune obligation familiale. Plusieurs personnes que je connais sont devenues des personnes respectées et actives de leur communauté au cours de leur vie, même s'il était notoire qu'elles ne s'intéressaient pas au mariage.

Ce n’est pas un hasard si les homosexuels sont généralement plus sensibles aux besoins des autres et aux questions d’esprit (nous constatons leur pourcentage élevé dans les arts) que le reste de la population. En effet, leur fonction dans la société est censée être une fonction où leur famille est le peuple juif. Leur sensibilité est un outil émotionnel nécessaire pour être dévoué et sympathisé avec les autres.

La dévotion de sa vie aux autres n'est généralement pas considérée comme une option dans notre monde moderne, car la réalisation de ses propres désirs et appétits est considérée comme le principal objectif de la vie. Cela a amené la communauté homosexuelle à afficher publiquement ses activités homosexuelles, comme pour dire au reste du monde : "Vous voyez, nous pouvons vivre autant que vous !". C’est une réponse compréhensible à une culture qui croit que, sans satisfaction sexuelle, la vie est un échec. Mais cette croyance est à la fois un mensonge total et une perversion de la nature de l’humanité.

Le fait est qu’aucune activité homosexuelle ou hétérosexuelle n’a la capacité d’accorder le bonheur aux humains, comme le démontrera même un regard superficiel sur notre monde malheureux. La seule activité qui puisse nous donner le bonheur consiste à atteindre les véritables objectifs de la vie. La vie n'est pas destinée à être une arène de satisfaction matérielle. Elle doit être utilisée pour accomplir la volonté de D.ieu en s'approchant de Lui et en Le servant en respectant Ses commandements.

L'activité sexuelle, par laquelle la cellule familiale peut être construite, n'est que l'une des activités avec lesquelles un homme peut servir D.ieu. Mais quelqu'un qui n'a pas cette capacité a encore toute une vie et des possibilités illimitées de servir D.ieu.

J'ai écrit dès le début qu'il est important que vous vous mettiez d'accord avec votre homosexualité. Mais pour ce faire, il est essentiel de changer votre orientation en vous éloignant de la manière dont la culture occidentale considère la vie et voyait plutôt la sexualité dans sa juste perspective.

Comment le judaïsme considère-t-il la raison pour laquelle une personne est née ou est devenue homosexuelle ? La vie est censée être un ensemble de défis par lesquels nous grandissons continuellement spirituellement. Tout défaut physique limite d'une part la jouissance de la vie, mais, d'autre part, le fait de relever le défi inhérent à un tel défaut peut être la plus grande source de joie et d'accomplissement. La vie est un défi, et l’homosexualité en fait partie.

Il est difficile pour nous de comprendre pourquoi certaines personnes se sont vu attribuer certaines lacunes. Nous ne pouvons pas comprendre les voies de D.ieu, mais nous pouvons être sûrs qu'il existe une bienfaisance derrière ces handicaps. Lorsque ces lacunes seront comblées, elles nous donneront une plus grande satisfaction de nos vies et un dévouement plus profond envers D.ieu que si nous ne les avions pas.

Un homosexuel a un défaut admis, à savoir qu'il ne peut pas avoir de famille, mais qui ne doit pas entraver son développement en tant qu'être humain, ce que D.ieu voudrait qu'il soit. Lorsque le défi de la lacune sera relevé, la récompense sera d'autant plus grande.

J'ajouterai que je ne pense pas qu'il soit nécessaire pour vous de renoncer à l'espoir d'avoir un jour une famille. Les voies de la Providence sont multiples. Par exemple, j'ai personnellement été impliqué dans le cas d'une femme qui avait sciemment épousé un homme homosexuel afin de l'aider à surmonter son état. Ils ont ensuite eu une grande famille. Ce n'est que parce qu'ils étaient tous deux profondément juifs religieux qu'ils ont réussi. Il y a des raisons d'espérer qu'avec votre acceptation de vivre une vie au service de D.ieu, votre problème sera également résolu. Rien n'est impossible si nous méritons l'aide Divine. "La main de D.ieu peut-elle être insuffisante ?"

J'espère que les idées que j'ai exprimées ici vous seront utiles. Dans votre lutte pour atteindre les objectifs de votre vie, rappelez-vous que vous n'êtes pas unique : toute l'humanité est engagée dans le même combat."

Kol Touv.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Nethanel ABIB