Logo Torah-Box

Comment puis-je avancer ?

Rédigé le Jeudi 19 Juin 2014
La question de Anonyme

Bonjour,

Je suis une jeune femme juive de 25 ans. Je suis Chomérèt Chabbath, je fais les fêtes, je mange strictement Cachère.

Auparavant, je suis sortie avec des garçons (dont 4 ans avec un) avec lesquels je ne respectais pas l'interdit concernant les relations intimes avant le mariage... Mais je me suis rendue compte que je ne me sentais pas en accord avec moi-même car j'étais consciente que je n'étais pas dans le chemin de la Torah et aussi parce que je me rendais compte que ces garçons n'étais pas dans un objectif d'évolution vers la pratique et ils m'incitaient même à régresser dans ma pratique...

Aujourd'hui, je désire me marier, fonder un foyer juif et ne plus perdre de temps avec des garçons n'ayant pas le même objectif. Je désire évoluer dans ma pratique, j'essaye de faire plus...

J'ai décidé depuis peu de m'habiller Tsniout et de ne plus faire la bise aux garçons, car en agissant autrement je me suis rendue compte que je « n'attirais » pas les bonnes personnes, les personnes pouvant réellement me correspondre...

Mais je me retrouve confrontée à un dilemme que je craignais par avance...

J'ai l'impression que les garçons autour de moi sont soit pas ou quasiment pas pratiquants (ex : mangent Cachère chez eux mais pas dehors, font le Kiddouch mais travaillent le Chabbath, et ont des relations interdites avec les filles...), soit très pratiquants (Chomer Néguia, font toutes les prières, Brakhot, étudient...).

J'aimerais rencontrer un garçon qui soit pratiquant comme moi et qui soit dans une dynamique d'évolution, l'idéal étant d'avancer ensemble, mais j'ai l'impression que cela est impossible et que je suis dans l'obligation de choisir « mon camp ».

Aujourd'hui, si je devais choisir, je préférerais nettement un garçon plus pratiquant que moi que l'inverse, car avec lui je pourrais évoluer.

Et récemment j'ai fait un Chiddoukh avec un garçon, et cela m'a fortement confortée dans cette idée. Et c'est précisément là que je veux en venir.

J'ai fait un Chiddoukh avec un garçon qui me semble me correspondre en tous points. C'est la première fois de ma vie que je me dis "avec lui je pourrais me marier".

Ce garçon est religieux, il a fait plusieurs années de Yéchiva, et aujourd'hui il travaille à mi-temps et étudie la Torah. Il est dans une dynamique de progression et se destine peut-être à devenir rabbin.

Ce qui m'a plu chez ce garçon, c'est avant tout ses qualités humaines (gentillesse, simplicité, remise en question...), et quand il m'a annoncé la place que prenait l'étude de la Torah dans sa vie, je me suis dit intérieurement qu'il avait tout compris au sens de la vie, et pour cela je l'estime beaucoup.

Après une première rencontre au hasard d'une soirée ou on a un peu discuté et ou dans une certaine mesure on s'est plu, on a décidé de se revoir pour discuter sérieusement de nos aspirations respectives, pour apprendre à mieux se connaître, et pour voir si on pouvait se correspondre afin de ne pas perdre de temps et de risquer de s'attacher si cela n'était pas le cas...

La rencontre s'est bien passée, et cela m'a conforté dans l'idée qu'il représente exactement ce que je recherche.

Seulement voilà, on a reparlé de notre rencontre le lendemain, et il m'a dit que je lui corresponds de par ma personnalité (il me trouve posée, construite, intelligente et charmante), mais il sent qu'on ne partage pas les mêmes aspirations au niveau de la Torah et de la direction dans la vie...

Il m'a dit par ailleurs que s'il n'avait pas cette optique de vie, il aurait cherché à avoir une relation sérieuse avec moi...

De mon côté, je le comprends dans une certaine mesure (car j'ai l'impression que pour une fois je me retrouve dans « l'autre camp », il doit probablement ressentir avec moi ce que je ressens en compagnie de garçons peu pratiquants qui ne m'apportent rien...), et en même temps j'ai beaucoup de mal à concevoir en quoi notre direction dans la vie est si différente et en quoi ne pourrions-nous pas prendre la même direction.

Peut-être que je ne me rends pas compte de ce que la direction qu'il veut prendre dans sa vie impliquerait comme changement dans la mienne, car mon niveau en Torah est bien inférieur au sien.

D'un côté, je me dis qu'il a raison et que c'est peut-être plus sage d'en rester là, et d'un autre côté, étant moi-même dans un réel désir d'évoluer, je me dis que si j'évoluais jusqu'à atteindre son niveau cela pourrait fonctionner, d'autant qu'un garçon avec tant de qualités, j'ai l'impression que ça n'est pas facile d'en rencontrer.

J'ai donc peur de passer à côté d'un garçon qui pourrait être mon Mazal !

D'un autre côté, je ne sais pas exactement à quel point je veux évoluer, est-ce que ce sera suffisant, est-ce que j'arriverais à le suivre, et au fond je me dis que pour lui je ne suis sans doute pas ce qu'il recherche, donc à quoi bon insister...

Pour le moment, je pense continuer à évoluer de mon côté, peut-être que ce n'est pas "le bon", ou peut-être que ce n'est pas le bon moment... Et je me dis que si on devait être ensemble, Hachem nous rassemblera un jour...

Cet été je vais faire un séminaire de 15 jours (je m'étais inscrite bien avant de rencontrer ce garçon) à Jérusalem, je me dis que je vais pouvoir baigner dans un milieu très religieux, et surtout (ce que je souhaite par-dessus tout) apprendre beaucoup, car j'ai beaucoup à apprendre en Torah, n'ayant pas fréquenté d'école juive, mais assistant régulièrement à des cours...

Peut-être qu'à mon retour j'aurais une idée plus claire de la direction que je veux prendre dans la vie. Mais au fond de mon cœur je me sens triste de constater que les garçons que je trouve vraiment intéressants et que j'estime, me sont quelque part inaccessibles et qu'il y a peu de chance qu'un tel garçon s'int"resse à moi...

Je suis totalement perdue concernant la rencontre de mon futur conjoint, je ne sais plus comment m'y prendre.

En fréquentant les milieux juifs (soirées, sorties...), je n'y ai trouvé que des garçons non pratiquants et je me dis que si je me mettais à rencontrer des garçons par Chiddoukh, je serais confrontée à des garçons plus religieux qui ne s'intéresseraient pas à moi et avec qui je serais peut-être en décalage, même si je me sens plus correspondre à un garçon religieux que non-religieux...

Merci de m'avoir lue et désolée de ne pas avoir pu faire plus court.

Je ne sais pas si vous pourrez m'apporter des réponses, mais j'aimerais des conseils pour savoir ce que je peux faire concrètement pour avancer dans ma vie, car pour le moment j'ai l'impression de faire du sur place (même si par ailleurs je vais rentrer dans la vie professionnelle dès l'année prochaine ayant terminé mes études).

Je sens au fond de moi, même si j'aime mon métier, que je ne poursuis pas le vrai but de la vie, et j'ai l'impression que la seule façon pour moi d'avancer serait de me marier, car évoluer seule me paraît difficile et je n'arrive pas à me projeter, à faire des projets, à savoir quelle direction je dois prendre... Bref, je suis un peu perdue.

Merci !

La réponse de Arié HADDAD
Arié HADDAD
742 réponses

Chalom,

Avant tout, permettez-moi de vous féliciter pour tous vos efforts et votre sincérité dans votre évolution !

Je ne sais pas si ce que je vais vous annoncer va vous réconforter un peu, mais sachez que de nombreuses personnes sont dans votre cas, un peu perdues quant au choix de leur futur(e) conjoint(e) à cause d'un engagement religieux qui ne leur permet pas de trouver quelqu'un(e) qui leur correspond exactement.

Dans un sens, cela n'est pas surprenant car il est difficile de construire une relation de couple lorsque l'on ne partage pas les mêmes valeurs et idéaux. Mais il ne serait pas non plus sage de faire des efforts uniquement "pour l'autre", car cela pourrait être un engagement éphémère.

Il est vrai que les personnes qui sont bien engagées et qui ont suivi des "cursus" qui se ressemblent (Yéchiva pour les hommes et Séminaires pour les femmes) peuvent plus facilement s'accorder car ils ont pris des résolutions qui auront éliminé la majorité des divergences. Cependant, même dans ce cas, il peut y avoir des "différences" qui n'excluent toutefois pas la possibilité de fonder un foyer.

Le plus important dans ces périodes de "formation" n'étant pas réellement l'accumulation de connaissances (même si elle est importante), mais surtout de baigner dans une atmosphère qui nous permet d'appréhender un mode de vie basé sur la crainte du Ciel et un service divin accompli.

En général, on en ressort décidé (ou pas) à fonder un foyer semblable à ceux que l'on a pu découvrir, et c'est pourquoi ces expériences sont déterminantes avant le mariage.

Enfin, même si les Mitsvot des hommes et des femmes diffèrent, une jeune fille qui aura étudié dans un séminaire comprendra mieux pourquoi son mari s'appliquera tant à vouloir se consacrer à l'Etude, elle sera même encline à l'encourager !

C'est pourquoi votre séminaire peut vous aider à réfléchir, et il y a tout lieu de penser qu'ensuite vous aurez les idées plus claires.

Quant au garçon que vous avez rencontrée, il serait sans doute plus sage de lui faire savoir que vous allez suivre un séminaire et il se peut qu'ensuite vous soyez mieux accordés.

En vous souhaitant de rencontrer votre Mazal pour fonder un foyer de Torah et de crainte du Ciel, Amen !

Rav Ovadia Yossef

Rav Ovadia Yossef

Biographie-évènement sur le Gadol, Rav Ovadia Yossef : lumière de notre génération. Un ouvrage riche en photos et anecdotes sur ce pilier du monde.

acheter ce livre télécharger sur iTunes

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Arié HADDAD