Aujourd'hui à Paris
07:18 : Mise des Téfilines
08:28 : Lever du soleil
12:41 : Heure de milieu du jour
16:54 : Coucher du soleil
17:45 : Tombée de la nuit

Paracha Vayéchev
Vendredi 11 Décembre 2020 à 16:35
Sortie du Chabbath à 17:48

Hiloulot du jour
Rabbi 'Haï Taïeb
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

Dentiste VS médecin

Rédigé le Dimanche 22 Mars 2020
La question de Anonyme

Bonjour Rav,

Déjà bravo pour ce merveilleux site qui nous aide à avancer dans la Torah et les Mitsvot.

J'aurais voulu savoir si c'est mieux de devenir dentiste ou médecin, sachant les problèmes que va rencontrer le médecin lors de son internat (à moins qu'il n'y ait une forme de dérogation) et des contacts avec les patients ?

Merci de votre réponse.

La réponse de Rav Eliahou TOUITOU
Rav Eliahou TOUITOU
71 réponses

Chalom Oubrakha,

Il semble qu'il y ait moins de contact entre le dentiste et son patient qu'entre le médecin et le patient, ainsi que vous pourriez le confirmer vous-même, puisque les actes médicaux du dentiste se situent au niveau de la bouche uniquement et ceux du médecin, pas seulement.

Pour les deux, les règles du Yi'houd (isolement) doivent être strictement respectées au quotidien. D'autres règles de distanciations verbales sont à observer aussi, comme par exemple ne pas s'appeler par son prénom avec une collègue ou discuter de tout autre sujet que celui du travail. Tout ceci pour éviter tout débordement. Les paroles de politesse classiques restant évidement permises.

Pour ce qui est des actes médicaux du médecin, ils posent par conséquent plus de difficulté du point de vue de la Halakha que ceux du dentiste, car, selon le Beth Yossef, un médecin ne pourrait pas toucher sa patiente, même dans le cadre d'un acte médical (Taharat Habayit tome 2, page 215).

Cependant, l'habitude est de pratiquer la médecine dans les règles de l'art, c'est-à-dire sans restriction au niveau des actes médicaux tel qu'ils sont communément administrés. En effet, le médecin est astreint à un serment et une déontologie, surtout que tout débordement serait sévèrement réprimé par la justice, et ce serait, de surcroît, la fin de sa carrière. Ceci dit, chacun saura s'il peut contrôler ses pensées (voir Chakh 195-20 et le Taharat Habayit tome 2, page 218 et au-delà au nom des A'haronim qui témoignent de l'habitude des médecins juifs de pratiquer la médecine de manière habituelle et sans restriction).

Au final, pour être prévoyant, il serait préférable d'opter pour des études dentaires, comme vous le suggérez dans votre question quand vous évoquez à juste titre l'internat du médecin qui peut poser problème. Et on pourrait rajouter de même durant sa carrière.

Kol Touv.

Mékorot / Sources : Beth Yossef, Taharat Habait, Chakh.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Eliahou TOUITOU