Logo Torah-Box
Aujourd'hui à Paris
07:21 : Mise des Téfilines
08:27 : Lever du soleil
13:03 : Heure de milieu du jour
17:39 : Coucher du soleil
18:28 : Tombée de la nuit

Paracha Michpatim
Vendredi 28 Janvier 2022 à 17:23
Sortie du Chabbath à 18:34

Hiloulot du jour
Rav Israël Lipkin Salanter
Afficher le calendrier

Différence entre jugement et arbitrage

Rédigé le Samedi 16 Janvier 2021
La question de Mob B.

Chalom,

Quelle différence y a-t-il entre Din (jugement) et Tsivoa (arbitrage) ?

Dans quel cas peut-on pratiquer l'arbitrage (Sanhédrin 6a) ?

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28969 réponses

Bonjour,

1. Le Din est la loi stricte. Les Dayanim [juges] procèdent à une analyse approfondie et détaillée du dossier / différend. Après avoir écouté attentivement les arguments du revendicateur [partie plaignante] et de la partie adverse, ils tranchent en fonction de ce qui est mentionné dans le Talmud, le Choul'han 'Aroukh, ainsi que dans les écrits des décisionnaires de toutes les époques. Parfois, cela peut faire très "mal" au revendicateur ou à la partie adverse.

2. Le Bitsou'a [appelée, aussi, Pchara] est une sorte « d'arrangement à l'amiable » MAIS lorsque les parties donnent pouvoir à un ou plusieurs Dayanim de trancher leur différend. Ils acceptent d'entrée de jeu la décision des Dayanim, que ce soit en leur faveur ou en faveur de la partie adverse.

3. Le Bitsou'a est un jugement rendu, mais il ne suit pas à la lettre les décisions mentionnées dans les textes traitant du différend en question. Le Dayan peut "arrondir les angles" et faire preuve de "pitié" ou faire en sorte que le revendicateur, par exemple, ne supporte pas une perte trop importante. Les détails essentiels de la Pchara / Bitsou'a se trouvent dans le Choul'han 'Aroukh - 'Hochen Michpat, chapitre 12.

4. Lorsque les deux parties se présentent face aux Dayanim et qu'il ne s'agit pas d'un différend dont la décision est évidente, c'est une Mitsva de leur proposer, tout d'abord, la Pchara / Bitsou'a afin que la paix règne entre les deux parties et aussi du fait que le vrai jugement n'est pas, toujours, évident. Voir Choul'han 'Aroukh - 'Hochen Michpat, chapitre 12, Halakha 2 et 20, Chevout Ya'acov, volume 2, 'Hochen Michpat, réponses 144-145 et Bétsédek Tichpot, pages 22-24.

5. Pchara vient du mot Pochère = tiède, ni chaud, ni froid. Bitsou'a vient de Botsé'a = couper. Cette manière de régler le différend a pour but de "partager" les responsabilités et d'alléger le poids qui reposerait sur le responsable / coupable.

6. Dans votre question, vous écrivez Tsivo'a. Ce mot n'existe pas. Il faut écrire Bitsoua' [ביצוע].

Tout n'a pas été dit à ce sujet.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN