Donner à manger à mon chat chaque fois qu'il en a envie ?

Rédigé le Mardi 2 Février 2021
La question de Anonyme

Bonjour Kvod Harav,

J’ai un chat à la maison. Je sais qu’il faut donner d’abord à manger à l’animal, mais je ne sais pas si nous agissons de la bonne manière.

Mon chat doit être nourri deux fois par jour. On lui donne donc à manger le matin, mais, entre la première et la deuxième doses, nous mangeons. Et comme il est “gourmand” et qu’il veut toujours manger, quand nous mangeons, il voudrait lui aussi manger ce que nous mangeons, mais on ne lui en donne pas, car il a déjà eu sa dose du matin.

Y a-t-il un problème de le faire souffrir ?

Surtout qu’on ne peut pas multiplier les doses, pour sa santé...

De même, avant de recevoir sa deuxième dose, notre chat a très faim. Il miaule beaucoup et on sent qu’il veut vraiment manger. Mais nous devons respecter un horaire pour respecter un intervalle entre les deux doses.

Y a-t-il un problème de souffrance animale ?

Merci beaucoup et Kol Touv.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
28255 réponses

Bonjour,

1. Réponse à votre première question : entre les deux repas du chat, au moment de votre repas, vous lui donnerez une petite quantité de sa nourriture habituelle [ou autre], mais sans qu'il y ait un risque de maladie ou pire. Soyez indulgent ! Prenez conseil auprès du vétérinaire.

2. Réponse à votre seconde question : oui, il y a un risque de transgresser l’interdiction de Tsa’ar Ba’alé 'Haïm ! Donc, il faut lui donner une petite quantité de nourriture afin d'éviter qu’elle souffre, mais à condition qu'il n'y ait aucun risque. Soyez "tolérant" et "généreux" avec lui !

Cette réponse est basée sur l'opinion de nos maîtres selon lesquels, à chaque fois que l'on prend son repas, il faut penser à ses bêtes [à plus forte raison si elles ont envie de manger] et sur l'avis des décisionnaires selon lesquels l'obligation de les nourrir est en vigueur à chaque fois que la bête a faim et qu'elle souffre en voyant son propriétaire prendre son repas et en restant bouche bée. Voir, par exemple, Tiféret Israël, passage 13 sur Michna Chabbath, chapitre 16 et Tsa'ar Ba'alé 'Haïm [Rav Its'hak Na'hman Ashkoli], pages 444-445 et note 1007.

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN