c Question au Rav : Donner le Ma'asser des enveloppes reçues à son mariage

Donner le Ma'asser des enveloppes reçues à son mariage

Rédigé le Mercredi 20 Mars 2019
La question de Haouati C.

Bonjour Rav,

Doit-on donner le Ma'asser des enveloppes qu'on reçoit à son mariage et y a-t-il une différence si c'est les mariés qui ont payé le mariage ou si c'est les parents des mariés qui ont payé le mariage ?

Cordialement.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
27297 réponses

Bonjour,

Première opinion

Rabbi Yaacov Kamenetski [1891-1986] - un géant de la Torah et de la Halakha - dit que le 'Hatan et la Kalla ne sont pas soumis à l'obligation de prélever le Ma'asser des sommes reçues car, en général, ils "devront" les "rendre" en tant que cadeau à tous les invités leur ayant donné ces sommes. S'ils n'ont pas l'intention de rendre les sommes, ils ne sont pas exemptés.

Voir Béora'h Tsédaka, chapitre 9, note 58.

Seconde opinion

Certains pensent qu'il n'est pas obligatoire de prélever le Ma'asser de toutes les sommes reçues car on ne prélève pas le Ma'asser d'une somme lorsque le donateur "exprime" le souhait que l'argent soit utilisé pour l'achat d'un objet quelconque ou pour le paiement d'un service. En général, c'est le cas pour une partie des sommes reçues par les nouveaux-mariés.

Voir Béora'h Tsédaka, chapitre 9, Halakha 42.

Troisième opinion

Il faut prélever le Ma'asser des sommes reçues.

Voir Touré Zahav [Taz] - Yoré Déa, chapitre 331, passage 32, Yéchouat Daniel, page 73, passage 69 et Béora'h Tsédaka, chapitre 9, Halakha 39.

Si le 'Hatan et la Kalla décident de prélever le Ma'asser, ils doivent le donner à leur parent [50% - 50%] qui se sont tellement donnés et qui ont tellement donné pour le si beau mariage de leur enfant - ceci, à condition que les parents soient considérés comme étant dans le "besoin".

Nous sommes à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN