Aujourd'hui à Paris
05:33 : Mise des Téfilines
06:44 : Lever du soleil
13:55 : Heure de milieu du jour
21:05 : Coucher du soleil
21:55 : Tombée de la nuit

Paracha Choftim
Vendredi 21 Août 2020 à 20:36
Sortie du Chabbath à 21:43
Afficher le calendrier
Logo Torah-Box

En voiture avec la babysitter, Yi'houd ?

Rédigé le Mercredi 17 Décembre 2014
La question de Anna C.

Chavoua Tov,

Y a-t-il un problème de Yi'houd lorsque mon mari ramène la nounou en voiture ?

Y a-t-il une différence s'il fait jour ou nuit ?

S'il s'avère que c'est problématique, y a-t-il des solutions envisageables ?

Merci pour vos réponses.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
21648 réponses

Bonjour,

Les problèmes de Yi'houd peuvent être rencontrés lorsqu'il s'agit d'un déplacement en voiture ou en bus.

Ci-dessous, quelques détails.

En journée :

Il est permis à votre mari d'accompagner la jeune fille [qui prendra place sur la banquette arrière], si les vitres de la voiture ne sont pas teintées et qu'il traverse des routes fréquentées, soit par des piétons soit par des automobiles. [Si la "nounou" est mariée, veuillez me contacter à nouveau.]

S'il manque l'une de ces deux conditions, nous sommes en présence d'une situation problématique, même si la durée du trajet ne dépasse pas quelques minutes.

Solutions [au choix] :

1. Il faut ouvrir la fenêtre proche de la jeune fille de telle sorte que l'on puisse voir l'intérieur du véhicule. Cette solution n'est pas valable si le chemin emprunté n'est pas fréquenté.

2. Il faut que ce soit une femme qui conduise la jeune fille à son domicile.

3. S'il n'est pas possible à une femme de raccompagner la jeune fille : Si vous êtes Ashkénaze : un autre homme doit se trouver dans la voiture. Si cela n'est pas possible, il faut deux femmes pour permettre le voyage [à part la jeune fille].

4. Il est possible de joindre au papa et à la jeune fille, une petite fille âgée de 6-7 ans à 10 ans ou un garçon âgé de 6 à 12 ans [la petite fille peut être l'enfant de l'homme se trouvant dans la voiture. Il en est de même pour le petit garçon - voir 'Hatam Sofer [responsa], volume 2, question 96].

Si la jeune fille est Séfarade, la Halakha pourrait être différente pour certaines des solutions.

Si la jeune fille habite en dehors de la ville, contactez-moi à nouveau.

Dans la nuit :

Il est permis à votre mari d'accompagner la jeune fille, si les vitres de la voiture ne sont pas teintées et qu'il traverse des routes fréquentées, soit par des piétons soit par des automobiles.

Tout dépend donc de l'heure en question.

S'il manque l'une de ces deux conditions, nous sommes en présence d'une situation problématique, même si la durée du trajet ne dépasse pas quelques minutes.

Solutions [au choix] :

1. Il faut ouvrir la fenêtre proche de la jeune fille de telle sorte que l'on puisse voir l'intérieur du véhicule. Cette solution n'est pas valable si le chemin emprunté n'est pas fréquenté.

2. Si l'éclairage intérieur est assez puissant, il est possible de ne pas ouvrir la fenêtre. Cette solution n'est pas valable si le chemin emprunté n'est pas fréquenté.

3. Il faut que ce soit une femme qui conduise la jeune fille à son domicile.

4. S'il n'est pas possible à une femme de raccompagner la jeune fille : Si vous êtes Ashkénaze : un autre homme doit se trouver dans la voiture. Si cela n'est pas possible, il faut deux femmes pour permettre le voyage [à part la jeune fille].

5. Il est possible de joindre au papa et à la jeune fille, une petite fille âgée de 6-7 ans à 10 ans ou un garçon âgé de 6 à 12 ans [la petite fille peut être l'enfant de l'homme se trouvant dans la voiture. Il en est de même pour le petit garçon - voir 'Hatam Sofer [responsa], volume 2, question 96].

Si la jeune fille est Séfarade, la Halakha pourrait être différente pour certaines des solutions.

Si la jeune fille habite en dehors de la ville, contactez-moi à nouveau.

Je suis à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Qu'Hachem vous protège et vous bénisse.

Mékorot / Sources : 'Hatam Sofer.
Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN