Logo Torah-Box

Enterrement VS Mariage : que privilégier ?

Rédigé le Lundi 9 Janvier 2017
La question de David P.

Bonjour,

Pourquoi dit-on qu'il est plus important de participer à un deuil qu'à une Sim'ha ?

Existe-t-il une Halakha explicite du Choul'han Aroukh qui imposerait de privilégier le deuil au mariage ?

Merci d'avance.

La réponse de Rav Gabriel DAYAN
Rav Gabriel DAYAN
38977 réponses

Bonjour,

La réponse à votre question se trouve dans Kohélet [l'Ecclésiaste], chapitre 7, verset 2 :

"Mieux vaut aller dans une maison de deuil que dans une maison où l'on fait la fête, [pourquoi ? Car] là se voit la fin de tout homme et les vivants doivent la prendre [la fin] à cœur".

Le monde dans lequel nous vivons est obscur.

L'entourage nous fait oublier le but de notre création.

Les prières, les différentes bénédictions et l’accomplissement scrupuleux des Mitsvot sont notre raison d'être, mais sont aussi un moyen de nous rappeler ce pourquoi nous avons été créés.

Mais il n'y a rien de mieux que d'aller dans une maison de deuil.

Là, les choses sont claires et parlantes.

"Là se voit la fin de tout homme", fin que "les vivants doivent prendre à cœur".

Celui qui agit de la sorte méritera de vivre le bonheur du monde futur.

Vous écrivez :

« Existe-t-il une Halakha explicite du Choul'han Aroukh qui imposerait de privilégier le deuil au mariage ? ».

Réponse :

Première référence - Choul'han ‘Aroukh - Yoré Déa, chapitre 360, Halakha 1

Il faut préférer la Mitsva de réconforter les endeuillés à la Mitsva de réjouir le ‘Hatan.

Seconde référence - Rambam, Hilkhot Avèl, chapitre 14, Halakha 8 et Yalkout Yossef - Avélout, page 242, Halakha 8

Si la Mitsva d’accompagner la Kalla sous la ‘Houppa se présente en même temps que la Mitsva d’enterrer un défunt, il faut s’occuper du défunt et laisser l’accompagnement de la Kalla pour d’autres personnes, car « La pensée du sage se porte vers la maison de deuil, et la pensée des fous vers la maison de plaisir » - Kohélet, chapitre 7, verset 4.

Dans cette Halakha, il s’agit d’une situation où, lorsque l’on s’occupera du défunt, d’autres personnes iront accompagner la Kalla.

Je suis à votre disposition, Bé’ézrat Hachem, pour toute question supplémentaire.

Qu’Hachem vous protège et vous bénisse.

Olivier découvre le judaïsme

Olivier découvre le judaïsme

Olivier ne s’est jamais posé de questions sur la vie jusqu'au jour où sa mère, sur son lit de mort, lui révèle qu’il est juif...

acheter ce livre

Avez-vous aimé ?
Soyez le premier à commenter cette réponse Rav Gabriel DAYAN